Jump to content

Université Laval - Arnaque au post-doctorat


Recommended Posts

Bonjour à tous

J'écris ce message pour prévenir celles et ceux qui envisageraient de faire un post-doctorat à l'Université Laval (Québec), afin d'éviter de faire la même erreur que moi en choisissant cette université.

J'y ai fait un postdoctorat pendant 3 ans. J'ai délivré mes résultats comme c'était prévu. J'avais signé un contrat en tant qu'étudiant, donc avec un revenu non imposable au provincial. Ma troisième année s'est déroulée en 2013. En 2014, l'Université change mon statut de manière rétroactive, et passe mon statut d'étudiant en travailleur. J'ai dû m'acquitter de 1700$ de cotisations à payer à l'Université Laval. Récemment, j'ai été avisé que je devais payer 2200$ d'impôt supplémentaires pour 2013 en raison de mon changement de statut.

J'ai dû donc payer au final 3900$ pour avoir travaillé en 2013 dans cette université !

D'autant plus qu'en 2013, j'ai été payé 22000$ au lieu de 30000$, ayant passé plusieurs périodes sans contrat car l'administration a traîné des pieds pour mes renouvellements. Au final, pour 2013, j'ai donc gagné 18100$ pour un postdoctorat !!!

L'Université ne m'apporte aucune réponse à mes demandes pour me payer mon dû. Mon travail a produit des résultats, j'ai effectué ma mission dans les temps. Je ne peux même pas leur dire que je reprends mes résultats. Il est clair que si en 2013 on m'avait proposé de signer pour une rémunération de 18100$ j'aurais dit non. De plus je ne trouve aucun emploi dans mon domaine depuis plus d'un an, je travaille actuellement à temps partiel et au salaire minimum. Le service placement de l'Université est complètement inutile, et son accès m'a été coupé quelques jours après la fin de mon contrat. Personne de l'Université ne fait de suivi pour savoir si leurs étudiants trouvent un emploi.

Bref, cette université est à éviter absolument, pour moi c'est un établissement qui cherche clairement à arnaquer des étudiants étrangers en les faisant travailler avec des bas salaires pour des stages et les jette ensuite. Je fais des plans pour retourner en France, ma situation est exécrable au Québec. Je suis trouve cela stupide étant donné que le Canada cherche à attirer des jeunes diplômes mais visiblement l'Université Laval fait vraiment honte au Québec.

Cherchez ailleurs si on vous propose un post-doctorat à l'Université Laval. Pour moi c'est trop tard, mais vous pouvez encore agir si vous cherchez un post-doctorat au Québec.

Link to post
Share on other sites

Alors là j'avoue que je suis un peu déboussolé...Pas plus tard qu'hier j'ai encore concentré mes recherches de PosDoc sur cette université et je me suis même déjà fait un plan des Profs à contacter, des sujets à discuter ou proposer, etc. Mais à la lecture de ton message, je ne sais plus quoi penser. C'est quoi ton domaine de formation ?

En 2013 quand tu signais ton contrat, tu devrais normalement savoir à peu près combien tu gagnerais jusqu'à échéance du contrat car le contrat devrait normalement porter sur une période bien définie dont les salaires cumulés seraient de 18100$...mais maintenant quand tu dis que tu allais dire non si tu avais su que c'est pour telle rémunération; le salaire, la déduction fiscale, la période de travail et ... ne sont-ils pas clairement spécifiés dans le contrat? Tu pourrais te baser sur ce qui est clairement spécifié dans le contrat pour te faire entendre par tous les moyens légaux non...? Enfin ce sont des interrogations qui me viennent comme ça.

Je suis intéressé par ta situation car je pourrais me retrouver dans la même situation et je te remercie d'ailleurs d'avoir bien voulu partager ton expérience.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Bonjour à tous

J'écris ce message pour prévenir celles et ceux qui envisageraient de faire un post-doctorat à l'Université Laval (Québec), afin d'éviter de faire la même erreur que moi en choisissant cette université.

J'y ai fait un postdoctorat pendant 3 ans. J'ai délivré mes résultats comme c'était prévu. J'avais signé un contrat en tant qu'étudiant, donc avec un revenu non imposable au provincial. Ma troisième année s'est déroulée en 2013. En 2014, l'Université change mon statut de manière rétroactive, et passe mon statut d'étudiant en travailleur. J'ai dû m'acquitter de 1700$ de cotisations à payer à l'Université Laval. Récemment, j'ai été avisé que je devais payer 2200$ d'impôt supplémentaires pour 2013 en raison de mon changement de statut.

J'ai dû donc payer au final 3900$ pour avoir travaillé en 2013 dans cette université !

D'autant plus qu'en 2013, j'ai été payé 22000$ au lieu de 30000$, ayant passé plusieurs périodes sans contrat car l'administration a traîné des pieds pour mes renouvellements. Au final, pour 2013, j'ai donc gagné 18100$ pour un postdoctorat !!!

L'Université ne m'apporte aucune réponse à mes demandes pour me payer mon dû. Mon travail a produit des résultats, j'ai effectué ma mission dans les temps. Je ne peux même pas leur dire que je reprends mes résultats. Il est clair que si en 2013 on m'avait proposé de signer pour une rémunération de 18100$ j'aurais dit non. De plus je ne trouve aucun emploi dans mon domaine depuis plus d'un an, je travaille actuellement à temps partiel et au salaire minimum. Le service placement de l'Université est complètement inutile, et son accès m'a été coupé quelques jours après la fin de mon contrat. Personne de l'Université ne fait de suivi pour savoir si leurs étudiants trouvent un emploi.

Bref, cette université est à éviter absolument, pour moi c'est un établissement qui cherche clairement à arnaquer des étudiants étrangers en les faisant travailler avec des bas salaires pour des stages et les jette ensuite. Je fais des plans pour retourner en France, ma situation est exécrable au Québec. Je suis trouve cela stupide étant donné que le Canada cherche à attirer des jeunes diplômes mais visiblement l'Université Laval fait vraiment honte au Québec.

Cherchez ailleurs si on vous propose un post-doctorat à l'Université Laval. Pour moi c'est trop tard, mais vous pouvez encore agir si vous cherchez un post-doctorat au Québec.

Ce que je ne comprends entre autres pas de ton histoire, c'est le service de placement! Je connais des personnes diplômées de l'Université Laval depuis quelque années, elles travaillent et elles ont utilisé sans problème, ce service il y a quelques mois!

Link to post
Share on other sites

Mon domaine est la biologie, physiologie et génétique moléculaires plus précisément.

En ce qui concerne le service placement, je n'ai plus d'accès (mon login et mot de passe) quelques jours après la fin de mon post-doc. Je leur ai bien demandé de me le remettre, mais ça a tenu quelques jours. Après cela, impossible de me connecter et voir les offres. Je n'ai eu aucun suivi de mon post-doctorat, pour cela je me suis senti bien abandonné.

Moi aussi j'avais contacté un professeur pour le post-doctorat. Les 2 premières années se sont déroulées sans accroc. C'est la troisième et dernière année où la situation est devenu comme cela. J'ai signé plusieurs contrats au cours de l'année, pour quelques mois à chaque fois car l'administration ne me donnait pas une année complète mais pas petits bouts. Mais entre 2 contrats, l'administration a vraiment traîné ce qui fait que j'ai quelques mois dans 2013 où j'ai tout simplement travaillé sans être rémunéré ! Je l'ai fait pour avancer le sujet car on m'avait promis un poste à la fin de ce post-doctorat (promesse qui s'est révélée être fausse après que j'ai délivré les résultats).

J'ajoute que pour un post-doctorat, il n'y a pas de période de travail bien définie. Il faut faire avancer un sujet, c'est tout. On peut être amené à travailler tard pour finir une expérience par exemple.

Sur mes contrats, il est bien indiqué que c'est une bourse d'étude, donc c'est non imposable au provincial. C'est ce statut que l'Université a modifié a posteriori. J'ai envoyé de nombreux messages aux services de l'Université, je tente aujourd'hui de contacter d'autres acteurs car je ne reçois aucune réponse de la part de l'Université.

Personnellement je regrette amèrement d'avoir continué de travailler en 2013. J'ai écris ce message pour empêcher d'autres personnes de se faire avoir, et de se faire promettre un emploi.

Edited by NicolasGuillemin
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Euh ... 'Faudrait pas être trop assisté non plus. T'es grand, t'as un post-doc dans les jambes, tu peux te trouver un poste d'assistant de recherche, c'est pas ça qui manque à Montréal et dans sa grande région. Et tu as le profil. Ça ce monnaye à 50 000 CAD par ans sans problèmes, voire plus.

Pour ce qui est des promesses d'embauche, l'embauche dépend de ton travail accompli. On n'était pas là pour voir donc on ne peut pas juger, mais à priori, tu ne devais pas faire l'affaire.

Quand à ton statut (étudiant, salarié ...), il n'est pas dépendant de l'université mais de ton supérieur (Prof ou PI). D'où venait ta bourse ? D'où venait le fond de recherche ?

Quand tu n'as pas de contrat, tu ne dois pas travailler car tu n'es pas couvert en cas de problèmes (les labos, c'est dangereux). Ta situation à l'air compliquée, mais il ne faut pas blâmer l'université pour ça. Ton PI ou Prof doit gérer ça.

Link to post
Share on other sites

Mon domaine est la biologie, physiologie et génétique moléculaires plus précisément.

En ce qui concerne le service placement, je n'ai plus d'accès (mon login et mot de passe) quelques jours après la fin de mon post-doc. Je leur ai bien demandé de me le remettre, mais ça a tenu quelques jours. Après cela, impossible de me connecter et voir les offres. Je n'ai eu aucun suivi de mon post-doctorat, pour cela je me suis senti bien abandonné.

Moi aussi j'avais contacté un professeur pour le post-doctorat. Les 2 premières années se sont déroulées sans accroc. C'est la troisième et dernière année où la situation est devenu comme cela. J'ai signé plusieurs contrats au cours de l'année, pour quelques mois à chaque fois car l'administration ne me donnait pas une année complète mais pas petits bouts. Mais entre 2 contrats, l'administration a vraiment traîné ce qui fait que j'ai quelques mois dans 2013 où j'ai tout simplement travaillé sans être rémunéré ! Je l'ai fait pour avancer le sujet car on m'avait promis un poste à la fin de ce post-doctorat (promesse qui s'est révélée être fausse après que j'ai délivré les résultats).

J'ajoute que pour un post-doctorat, il n'y a pas de période de travail bien définie. Il faut faire avancer un sujet, c'est tout. On peut être amené à travailler tard pour finir une expérience par exemple.

Sur mes contrats, il est bien indiqué que c'est une bourse d'étude, donc c'est non imposable au provincial. C'est ce statut que l'Université a modifié a posteriori. J'ai envoyé de nombreux messages aux services de l'Université, je tente aujourd'hui de contacter d'autres acteurs car je ne reçois aucune réponse de la part de l'Université.

Personnellement je regrette amèrement d'avoir continué de travailler en 2013. J'ai écris ce message pour empêcher d'autres personnes de se faire avoir, et de se faire promettre un emploi.

Ok, merci pour ces précisions !

Link to post
Share on other sites

->PhilMP

Un poste d'assistant de recherche, dans mon domaine, il est exigé entre 10 à 15 ans d'expérience dans le domaine. Et encore, moi j'ai travaillé sur le bovin, les profils recherchés demandent, pour un sujet sur l'humain, de l'expérience sur l'humain, etc... Bref pour exercer un poste X il faut déjà avoir eu un tel poste X auparavant. J'ai même vu des offres où il est explicitement demandé aux nouveaux diplômés de ne pas postuler. Le marché n'est pas ouvert aux étudiants (en tout cas pas dans mon domaine).

En ce qui concerne le travail accompli, ma mission a été faite, et même plus loin que cela. Un article a été produit, les résultats sont là et dépassent les attentes. Mais comme par hasard, une fois les résultats donnés, c'est là où on m'indique qu'il n'y a pas les finances pour m'embaucher... Chacun pense ce qu'il veut, mais moi je l'ai en travers de la gorge après le travail que j'ai fait, surtout que j'ai tout pris en charge, depuis le design du post-doctorat jusqu'à l’exécution, car j'étais le seul dans la faculté à avoir les compétences nécessaires à ce type de projet.

Je suis d'accord que je n'aurai pas dû travailler sans contrat, mais que faire d'autre ? Il fallait que les résultats sortent, je n'avais pas de possibilité d'attendre. En post-doctorat il y a une pression énorme de résultats et tu dois travailler coûte que coûte, ce que j'ai fait pour parvenir à publier mes données durant le temps qui m'était imparti.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je vais t'ouvrir un peu les yeux. Et croit moi, je suis dedans, donc ce que je te raconte, c'est pas de la blague. J'ai un doc, 2 post-doc, j'ai commencé comme assistant de recherche ici, maintenant je suis associé de recherche. Je suis immunogénéticien de formation, j'ai bossé sur l'homme, la souris, en génétique, en immunologie, en toxicologie etc ... Et j'ai déjà eu à recruter.

Les postes d'assistant de recherche sont ouvert aux personnes qui ont les compétences. L'expérience de maitrise, de thèse et de post-doc sont prises en compte. On se fout royalement de savoir si tu as 10 ou 15 ans derrière toi, on veut de la compétence. L'avant dernier doc de mon labo a tout de suite eu un poste d'assistant, sans post-doc. A toi de postuler en te vendant bien, même si ton profil diffère un peu ou beaucoup. Et le jour de l'entretien, ça se prépare, et tu montres tes compétences. Pour la plupart des postes d'assistant, on ne demande que la maitrise. Vend ton doc et ton post-doc comme des atouts. Et n'hésite pas à changer de domaine. Même quand on est spécialisé dans un domaine, les compétences techniques s'appliquent à d'autres domaines.

Si vraiment le système ici te déplait, retourne donc en France voir comment ça se passe ... Tu reviendras en courant !

Link to post
Share on other sites

Ravi de voir que tu tiens en compte l'expérience globale pour tes recrutements, les seules personnes à avoir manifesté leur intérêt pour mon profil travaillent dans mon domaine en particulier, mais ils n'ont pas de financements en ce moment. La seule organisation à s'être intéressée à moi pour travailler dans une autre thématique c'est l'armée pour leurs labos, mais il faut être citoyen et ça me prendra encore 2 ans.

Je postule, je postule, y compris dans le privé, mais je reste toujours sur le même résultat. S'il y a des gens plus ouverts à Montréal je vais centrer sur cette région, mais tu es le premier à avoir ce discours d'ouverture. Les offres que j'ai vues (et les gens) sont clairement beaucoup plus fermées que ton esprit.

En 15 jours de recherche dans d'autres pays, j'ai 2 opportunités en France et 1 aux Etats-Unis. Mais Canada pour le moment rien !

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

en même temps, dans ton domaine, ça doit pas courir les rues les opportunités d'emploi

Link to post
Share on other sites

Moi je trouve son domaine fort intéressante. Moi je suis à un doc en biologie mais en Afrique. A quels types d'emplois peut-on postuler une fois au Quebec?

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Pour les offres d'emploi ici, il faut aller directement sur les sites web des instituts (pour l'académique i.e. IRCM, IRIC, HMR, CHUM, CRCHUM, INRS ...) qui sont plus à jour que les sites des universités, ou des compagnies (pour le privé). Les moteurs comme Monster, jobillico etc ... ne sont pas suffisamment à jour. Pour le biomédical, le site de l'EMJL peut servir pour McGill.

Si tu touches plus à un côté agro/veto, il y a le campus McDonald de McGill ou la fac de véto UdeM/SteHyacinthe.

Quant à la France, dans le publique (CNRS, INSERM, INRA ...), dis toi qu'à part les concours pour CR2 ou CR1, tu te retrouveras en CDD et qu'une loi interdit les renouvellement au delà de 4 ans (sauf CEA qui ne fonctionne pas sur concours) ... Et dans le privé Français, c'est presque impossible en venant de l'académique : chasse gardée des écoles d'ingénieur ou thèse partenariat.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Est-ce que tu ne serais pas une victime des compressions budgétaires dans l'éducation au Québec ? Ce serait intéressant de savoir si c'est propre à l'université Laval ou pas ? Après je ne sais pas ce qu'il en est vraiment mais j'ai toujours eu l'impression que la vie universitaire se faisait surtout à Montréal.

Plus de compressions, moins d’étudiants, prévient l’Université Laval

Aux prises avec des coupes de 22 millions $ pour 2015-2016, l’Université Laval tire la sonnette d’alarme : si la valse des compressions se poursuit, l’établissement n’aura tout simplement plus les moyens d’accueillir autant d’étudiants et les programmes universitaires pourraient devenir moins accessibles.

Éric Bauce, vice-recteur exécutif à l’Université Laval, tient mordicus à maintenir la qualité de la formation. Mais les compressions s’accumulent dans le réseau universitaire depuis déjà quelques années, si bien que le financement reçu ne permet plus de couvrir les coûts de formation pour chaque étudiant, explique-t-il.

Cette nouvelle réalité vient complètement changer la donne. Auparavant, le financement accordée en fonction du nombre d’inscriptions avait plutôt créé une vive concurrence entre les établissements, qui se sont livrés pendant des années à une véritable «course à l’étudiant» afin d’obtenir plus d’argent.

«Maintenant, on nous donne moins d’argent par l’étudiant, alors la course ne tient plus. Si tu produis quelque chose et que tu perds de l’argent pour chaque unité, si t’en produis encore plus, tu vas perdre encore plus d’argent», a expliqué M. Bauce jeudi, en marge d’une séance du conseil universitaire.

Le vice-recteur craint de devoir restreindre l’accès à l’université si les compressions se poursuivent. «À un moment donné, je ne serai plus capable de former tout ce beau monde-là. Il va falloir fermer les valves au niveau des entrées, ajoute-t-il. Nous, on alerte les autorités politiques. Est-ce qu’on veut former moins de monde? Est-ce qu’on veut ne prendre que les meilleurs étudiants et laisser de côté ceux qui sont excellents? (...) C’est un choix de société qui ne nous appartient pas à ce stade-ci.»

22 millions $

Pour l’année 2015-2016, l’Université Laval doit par ailleurs jongler avec des compressions de 22 millions $. Sans compter d’éventuelles coupes supplémentaires qui pourraient être annoncées dans le budget provincial la semaine prochaine.

Pour arriver à maintenir l’équilibre budgétaire, les contrats d’une quarantaine d’employés ne seront pas renouvelés. Des cours ont été annulés et les étudiants seront plus nombreux dans certaines classes.

Par ailleurs, le conseil universitaire a décidé hier de suspendre l’admission dans quatre programmes pour l’automne prochain, mais il ne faut pas y voir de lien avec les compressions, affirme M. Bauce : «Il n’y a pas d’étudiants dans ces programmes-là, cette année, ça varie entre trois et neuf admissions. On veut restructurer ça, c’est normal.»

http://www.journaldemontreal.com/2015/03/19/plus-de-compressions-moins-detudiants-previent-luniversite-laval

Edited by BisounoursCanada
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By mariline18
      Bonjour à tous s'il vous plait pouvez vous me dire si c'est de l’énarque ou pas? suis un peu confuse là . merci  
       
       
       
      -- Message transféré ----------
      De : "Commission Fédérale des Bourses Étrangère" <[email protected]>
      Date : 14 oct. 2020 05:45
      Objet : FORMALITÉS DE VALIDATION DE VOTRE BOURSE
      À : <@gmail.com>
      Commission Fédérale de Bourse d'Étude Étrangère
      PROGRAMME DE BOURSES d'ÉTUDES OIM/TORONTO
      DIRECTION GÉNÉRAL UNIVERSITÉ TORONTO CANADA, 2325 Rue de l'Université, Québec, Canada
       
      ***************************************************
      Numéro de votre dossier: 310/19/OIM/TRT
      Toronto, le14/10/2020
      La Commission Fédérale des Bourses d'Etude Étrangères Canadienne a approuvé la validation de votre dossier après étude du conseil d'administration. Ceci dit, nous avons établit votre attestation de bourse en guise d'enclencher les démarches administratives. Ce document de la commission Fédérale facilitera votre inscription au sein de l'Université de Toronto afin de passer à l'ouverture de votre dossier au niveau du ministère de Citoyenneté et de l'Immigration Canadienne. 
      Il ressort donc de nos compétences, en qualité d’unique Secrétariat d’Etat Canadienne au sein de l'administration de l'U-Toronto  déléguée et accréditée pour les bourses Canadienne dans la zone III  et pays membres du Comité  des Etudes Supérieures (CAMES) ; de favoriser la mise en valeur et la jouissance de votre bourse
      A cet effet, vous devriez vous acquittez des frais de timbre pour la légalisation et l'enregistrement de votre attestation de bourse ainsi que les frais d'inscription au sein de l'Université.
      - Frais de timbre et d'enregistrement de l'attestation de bourse: 98 € 
      - Frais d'inscription à l'U-Toronto : 60 € 
      La somme à réunit revient à un montant total de 158 €

      Une fois votre dossier complet parvenu, nous les soumettrons au Secrétariat d’Etat à l’Etude et à la Recherche ainsi qu’à l’Office Fédérale des Migrants Canadiens pour la délivrance de votre lettre d’invitation. Comme prévu dans les clauses spécifiques, il vous sera délivré votre carte de boursier ainsi que votre carte d'étudiant d'Université de Toronto.
      Nous tenons à vous rappeler qu’en suite de vos études à U-Toronto, le Secrétariat d’Etat vous fera signer un contrat d’emploi avec une structure Canadienne partenaire du programme opérant dans votre domaine. Cet emploi rémunéré vous permettra de mettre en pratique vos connaissances théoriques, de développer vos aptitudes professionnelles et de vous préparer à une éventuelle carrière au Canada.

      Les frais de timbre pour la légalisation et l'enregistrement de votre attestation de bourse ainsi que les frais d'inscription au sein de l'Université (158 € équivaut a 163 Dollars Us) seront envoyés par   RIA, WESTERN UNION Ou MONEY GRAM  sur l'adresse du Comptable de la représentation Zone Afrique  de L'université TORONTO en Mission au Mali le Professeur agrée de la faculté de Mathématique.
       Voici les coordonnées de l’expert comptable de Mr KAMAN YALAMON HABA  dont les références sont les suivantes :
       
      Nom : DIARRA
      Prénom : COUMBAFING
      Pays : MALI
      Ville : BAMAKO
      Montant: 163 Dollars Us / 92 875 franc CFA
       
            Cher candidat une fois les frais versé veuillez laisser un message de confirmation a Mr HABA  sur son numéro wahatsApp : +223 52 11 71 32 ainsi qu’une copie de l’attestation et du bordereau a l’adresse de l’admission : [email protected]
       
      Note : Le délai du retour de l'attestation de bourse bien signé et approuvé ainsi que  le reçu de  transfert des frais demandés est de 48 Heure à compter de ce jour. Cher Candidats seuls les étudiants qui paieront les frais demandés bénéficieront de la part de l’université une prise en charge qui prendra en compte leur frais de formation c'est-à-dire leur scolarité. Pour en finir nous vous informons que l’université prendra en charge vos frais de formation pour tout la période de votre formation si vous arrivez à payer les frais demandé pour votre inscription et la validation de votre attestation
            PS : Cher bousier sélectionné sachez que le paiement de ces frais d’inscription est très primordial et cela vous permet de jouir des grâces de ce programme tel que la prise en charge de vos frais de scolarité, votre hébergement allant jusqu'à 75%  etc. … Seuls les bordereaux de RIA, WESTERN UNION Ou MONEY GRAM   sont autorisés.
      Cordialement la Secrétariat d’Etat CFBE Canadienne
                    bonjour à tous s'il vous plait pouvez vous me dire si c'est de l’arnaque ou pas? suis un peu confuse là . merci  
    • By Mej
      Salut,
      J'ai un bacc+5 en architecture, je n'ai pas fait de mémoire alors je ne pourrai pas avoir ma licence ...
      mes notes sont très bonnes alors je compte déposer une demande d'admission pour une maîtrise en architecture  à l'université laval et à l'université de Montréal pour la session d'automne 2021.
      J'aimerais savoir comment sera évalué mon parcours universitaire puisque je n'aurai que mes relevés de notes,certificats et attestations qui prouveront que j'ai terminé mes 5 ans d'etudes avec brio.
      considereront-ils mon bacc+5 comme une licence? 
    • By Quebec98
      Bonjour, 
       
      J'ai vu que l'Université de Laval faisait des MOOC (une formation à distance gratuite et illimité en terme de places), si la formation est réussie on peut obtenir une attestation de réussite.
       
      Mais à quoi peut servir une attestation de réussite dans le monde du travail au Québec ? Si par exemple on a une licence de droit en France avec option/spécialité Droit du Travail et l'attestation de réussite (de l'Université de Laval) d'une formation plutôt axée en rapport avec les ressources humaines, peut on trouver un travail dans les ressources humaines...? Malgré que le droit du travail français ne soit pas le même que au Québec ce dont je suis conscient, le savoir-faire peut être similaire non? De plus une attestation de réussite d'une formation québécoise permettrait qu'on ait un certain savoir local non?
       
      Merci pour vos avis
    • By Laurent
      [MÀJ 15 juillet 2020]
       
      Nous recevons régulièrement des courriels et des messages sur le forum de candidats à l'immigration qui ont versé plusieurs milliers d'Euro à une entreprise qu'ils croyaient légitime ou ayant des liens avec le gouvernement. Dans certains cas c'est partiellement vrai, dans d'autre c'est de la pure fraude, mais dans tous les cas, dites-vous bien qu'il n'existe pas de raccourci pour immigrer au Canada. Pas de solution miracle non plus et c'est pour cette raison que le gouvernement du Canada a mis en place cette page  : 
      https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/proteger-fraude/fraude-immigration.html
      Aussi, au Canada, seuls les avocats ou les consultants en immigration accrédités par le CRCIC ont le droit de fournir des services. Toute entreprise oeuvrant dans ce domaine doit fournir cette information.
      L'année dernière c'est le service "It's Canada Time" qui a été démasqué suite à de multiples plaintes.
       
      Aujourd'hui j'ai reçu un courriel de quelqu'un qui prétend avoir versé un montant d'environ 4000 Euro à l'entreprise Canada Visa Services.
       
      Comme ce n'est pas la première fois que des membres de notre site se plaignent de cette entreprise j'ai décidé de mener ma petite enquête. Voici ce que j'ai trouvé :
      L'adresse de leur site est https://www.canadavisaservices.org/
      Ils affichent plusieurs numéros de téléphones, dont un au Canada.
      J'ai relevé plusieurs choses que je trouve suspectes. 
       
      - L'enregistrement du nom de domaine ne permet pas d'accéder aux coordonnées du propriétaire.
      - Le nom de l'entreprise ne figure pas dans le registre canadien des entreprises.
      - Le CRCIC qui réglemente les consultants en immigration n'affiche aucun nom en rapport avec cette entreprise
      - Canada Visa Services ne fournissent aucun nom d'avocat ou de consultant sur leur site, ils ne font pas non plus mention de l'accréditation CRCIC pourtant obligatoire au Canada.
      - Leur numéro de téléphone au Canada est un Voix sur IP, je n'ai pas vérifié leur numéro français.
      - Leur adresse de rue : 130 King Street West, Suite 1800, Toronto, Ontario, M5X 1E3, Canada est un bureau virtuel https://www.regus.ca/fr-ca/virtual-office/canada/ontario/toronto/ontario-toronto-exchange-tower
       donc domiciliation à partir de 83$/mois.
       
      En octobre, ils m'ont écrit pour me demander de retirer toute mention de leur entreprise sur notre site, ce que j'ai fait (ce que je regrette). Il faisait référence à un nom d'avocat appartenant au Barreau du Québec, mais après vérification, celui-ci ne semble pas travailler pour eux. Je viens de le contacter et vais vous tenir informé.

       
      Ci-dessous : La terminologie utilisée sur le site est trompeuse, le terme "Joyaux de la couronne" n'a aucun sens et vise à donner un statut particulier à cette entreprise :

       
      Sauf preuve du contraire cette affirmation est également fausse puisqu'on ne retrouve pas cette entreprise dans le registre canadien  :

      et encore là, les termes utilisés entretiennent de la confusion. Nullement mention du terme "Avocat" ni "consultant" :

       
      En conclusion, je vous conseille la plus grande prudence avant d'envoyer de l'argent à Canada Visa Services pour toutes les raisons évoquées plus haut. Vous êtes trop nombreux à date à avoir cédé à leur discours et à avoir versé des montants d'argent qui ne sont pas nécessaires et/ou qui ne donnent pas les résultats attendus pour pouvoir mener à bien votre projet d'immigration au Canada.
       
       
      Ce Youtubeur décrit également tous les éléments dont je vous ai fait part :
       
      Bonne chance dans toutes vos démarches !
       
       
    • By immigrer.com
      Mon rêve, c’était vraiment de venir au Canada. Je voulais tout redémarrer, explique Anne Donguy au téléphone, tout en confiant la détresse qu’elle a vécue au cours des derniers mois.
      Installée en région parisienne, cette quinquagénaire française « tombe » par hasard, durant l’été 2018, sur le site itscanadatime.com, alors qu’elle se renseigne sur un possible départ de l’autre côté de l’Atlantique. Sur cette plateforme, plutôt attrayante, qui propose de planifier « votre arrivée au Canada » contre plusieurs milliers d’euros, Anne Donguy laisse ses coordonnées.
      Quelques minutes plus tard, un conseiller la rappelle. Elle est conquise, raconte-t-elle, par l’aplomb et les arguments présentés, au point de verser, en plusieurs étapes, plus de 5000 euros (plus de 7600 $ CA).
        Elle envoie alors des informations personnelles, son numéro de carte bancaire, la copie de son passeport ou encore de ses diplômes. Tout, pense-t-elle, pour avoir ce précieux document. Ça me semblait crédible, j’étais complètement prise en charge, se souvient-elle, avant de narrer une longue attente qui lui vaut de sérieux « doutes ».
      Elle fait par la suite quelques recherches sur Internet, trouvant des histoires identiques, avant de porter plainte auprès de la gendarmerie française et d’alerter sa banque.
      Une douzaine de sites similaires ont été répertoriés par Radio-Canada, gérés, selon nos constatations, en Israël. Tous font la promotion de l’immigration vers le Canada et ciblent de nouveaux arrivants potentiels, à l’aide de publicités sur les réseaux sociaux. L’un d’entre eux figure d’ailleurs parmi les sites les plus populaires du monde en matière d’immigration.
      Certains sont orientés vers un public francophone, la France et la Belgique principalement, d’autres vers une clientèle anglophone, italienne ou encore arabophone, en promettant, comme le fait canadianvisaexpert.com, un « chemin facile vers le Canada ».
      Des forfaits de plusieurs milliers de dollars
      À l’instar d’itscanadatime.com, plusieurs autres sites, tels canadavisaservices.org et canadianvisaexpert.com, proposent différentes formules, moyennant une somme importante, pour obtenir par exemple une résidence permanente. Le processus est quasi identique. Tout débute par une évaluation coûtant entre 500 et 600 euros. La suite varie.
       
      .....
       
      Je ne les compte plus. Il y a un flux important de messages, les gens se plaignent ouvertement, se disent être trompées et victimes de publicités mensongères, détaille Laurent Gigon, cofondateur de Immigrer.com. Ce dernier a eu, à deux reprises, un courriel de Canada Visa Services réclamant la suppression de ces messages, sous peine d’une poursuite judiciaire.
       
      Suite et source: https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/942/canada-reseau-escroquerie-immigration
    • By Nextoo
      Salut à tous,
       
      J'aurais besoin de vos lumières.
      J'ai été récemment approché par le site XXXXXXXXX, qui promet un visa permanent en très peu de temps. Coût de l'opération: 1542, payable de suite et par téléphone.
      L'agent qui m'a contacté se dit être du service d'immigration, sauf que ce site n'est référencé nul part sur le site du gouvernement.
       
      Cela me semble être une arnaque, car à mon sens la procédure via Arrima est gratuite et surtout, je ne pense pas que le gouvernement demande un paiement par CB par téléphone.
       
      Quelqu'un connait-il se site et ses agents? Est-ce fiable, légal? Ou est-ce juste une immense arnaque abusant de la crédulité et de l'impatience des gens pour qui Arrima ne bouge pas?
       
      Merci pour vos retours les amis.
       
      @+
    • By ManueF
      Bonjour,
      Nous pensons que nous avons été victime d'une arnaque....avec mon mari nous souhaitons immigrer avec notre petite famille au Québec pour cela nous avons fait quelques procédures sur internet début mars. Nous avons été contacté la semaine suivante par le site "canada visa services " nous avons dû répondre à des questions par téléphone...à la fin de ce questionnaire on nous a annoncé que notre profil était très intéressant....on nous a expliqué que notre dossier allait être prit en charge par un expert puis présenté à des avocats spécialisés dans l'immigration ....pour tout cela nous devions payer 350€ ...Nous avons été transféré vers le service financier ....nous avons réglé les 350€ ...oui après réflexion certaines personnes vont dire....c'était évident....blabla on ne demande pas à être jugé, nous ne sommes pas là pour ça.......bref depuis le paiement nous sommes en relation toutes les semaines avec la même personne un certain Greg Dion.... il est prévu que l'on règle le solde début avril.....et ensuite cette personne doit présenter notre dossiers aux avocats.....
      Notre question....des personnes ont-ils été dans notre cas ???est-ce vraiment une arnaque ???
      Merci
    • By hummingbird
      Bonjour,
       
      J'ai récemment été sélectionné pour un poste via la procédure PTQ et j'ai signé un contrat.
      Ma carte de résident permanent est actuellement en cours de demande.
       
      D'après l'échange de mail avec les services du consulat, tous les frais de procédure sont pris en charge (pas le voyage) et je vais me voir "attribuer un appartement de formule B (salon, chambre à coucher, salle de bains, cuisine, salle d'eau et chauffage électrique)".
      Je voudrais savoir si d'autres personnes ont eu cette expérience, s'ils ont pu choisir leur quartier, et si cela signifie que les frais de  loyer et d'hébergement seront pris en charge par l'employeur pour toute la période de travail. Merci.
       
       
    • By bastiendel
      bonjour, je suis belge et j avais postuler pour allez travailler ou canada est la personne qui ma contacter (Nicolas Brener )  me dit que pour avoir un visa permanent je dois payer 4000euro et -          La copie recto de la carte de crédit qui vous a permis de régler votre dossier en laissant visible uniquement les 4 derniers chiffres ( il faudra masquer les chiffres restants du milieu de votre carte pour des raisons de sécurité sachant que cette copie prouvera que vous êtes bien le titulaire de la carte utilisée)

      -          La copie verso de votre carte (en masquant votre cryptogramme)

      -          RIB      
      j aimerais savoir si C'est une arnaque ou pas 
    • By Scrimshaw179
      Bonjour
      j'ai été contacté par telephone par  Become a canadien pour obtenir un visa sans souci... Tout un tas de questions pour en arriver à une demande de numéro de carte de credit et là j'ai tout stoppé car ça sentait l'arnaque à plein nez !
      Quelqu'un connait il ces charmantes personnes?
      Merci à tous 
      Max
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines