Jump to content

Montréal: la crème des immigrants au chômage


Recommended Posts

Montréal: la crème des immigrants au chômage

Publié le 22/01/2015 à 15:36

0
57fac967718f2208785dbb183ca1261c.jpg

Un immigrant francophone a plus de chance de se trouver un emploi à Toronto qu'à Montréal. (Photo: Bloomberg)

Le Québec doit absolument faciliter l’intégration au travail des immigrants s’il veut maintenir une croissance économique, plaide l’économiste et stratège en chef de la Banque Nationale, Stéfane Marion.


Invité à livrer ses prédictions pour 2015 devant le Cercle finance du Québec et l'Association des économistes québécois section capitale nationale, M. Marion s’est inquiété de la faiblesse de la croissance économique, avec un PIB nominal qu’il anticipe sous la barre des 2% cette année.


Il croit davantage à l’immigration qu’à l’augmentation de la productivité pour stimuler l’économie de la province. «Dans un contexte de vieillissement, les immigrants compteront pour 80% de l’augmentation de la population québécoise au cours des prochaines années», dit-il. Plus que toutes les autres provinces, Montréal a la chance d’accueillir des immigrants éduqués, car 60% d’entre eux possèdent un diplôme universitaire.


Mais ce sont aussi les plus pauvres du pays car leur intégration sur le marché de l’emploi est difficile. Les statistiques suscitent la honte : un immigrant francophone a plus de chances de se trouver un emploi à Toronto qu’à Montréal! Le taux de chômage de ces immigrants de langue française atteint 27% à Montréal, tandis qu’il se situe à 14% dans la ville reine.


«Il faut une politique modulée pour éviter de faire rentrer des gens ici pour les perdre ensuite, a fait valoir l’économiste. La reconnaissance des compétences des immigrants est cruciale et les ordres professionnels font partie de la solution.»


Le Québec perd au profit des autres provinces canadiennes de 20 à 25% des immigrants qu’il accueille chaque année parce que ceux-ci peinent à se faire embaucher ici.


Pétrole


À l’échelle canadienne, Stéfane Marion est préoccupé par la baisse des prix du pétrole car elle peut provoquer un ralentissement important de l’économie des provinces de l’ouest, ce qui aurait un impact de taille sur l’économie canadienne.


Les provinces de l’Ouest ont généré 71% des 200 000 emplois créés au Canada en 2014 (bilan négatif au Québec pendant ce temps). Au total, elles comptent pour 36% des ventes au détail et 42% du PIB national.


suite et source : http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/montreal-la-creme-des-immigrants-au-chomage/575632

Link to post
Share on other sites
  • Replies 119
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Il faut se poser la question avant tout : pourquoi immigrer ? Est ce que sa vaut la peine de laisser mon pays adoptif pour aller s'aventurier ? Est ce que je suis pret a surmonter des obstacles pendan

Tu sais quel est le problème? C est d attribuer ses malheurs au monde extérieur sans se regarder ou se prendre la main tout seul. Quelle facilité de crier au 'racisme' quand à plus de 86% on arrive à

Très bon message.   Et oui, il y a des immigrants qui réussissent au Québec. cmoim22 en est un exemple.   Avec votre bonne attitude, c'est facile de comprendre pourquoi vous avez r

  • Habitués

Le soucis réside dans le dysfonctionnement de l'immigration, puisque l'on insiste à choisir un produit x mais voila que la marché du travail (les employeurs) demande à avoir un produit y. Donc lorsque l'on dit que la crème des immigrants est au chômage, l'on parle surtout de la crème du produit x, sinon il n'est pas vu comme crème du type y vis-à-vis les employeurs. A mon avis tant que l'immigration prend toujours la afuite en avant, sans vouloir impliquer le partenaire essentiel à l'insertion à l'emploi (les employeurs) dans les projets d'immigration, je pense pas que les choses vont améliorer dans ce sens.

Edited by veniziano
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Est-ce vrai cette histoire?

Je me suis longtemps informé et j'ai participer à un forum sur le Québec en Belgique et je n'ai pas entendu beaucoup de positif sur le marché de l'emploi du Québec (impossible de trouver du boulot, il n'y a que certains métiers pour lesquels un emploi est possible à trouver, après un CDI on te demandera de retourner dans ton pays,...).

Tout cela veut dire en gros 'N'y allez pas'. Est-ce vrai car je n'avais pas cette image là du Québec d'une part et je pensais que pour quelqu'un de parfaitement francophone, on avait toutes ses chances d'autre part? En gros on nous dit qu'au Québec, on vend du rêve, est-ce vrai?

Merci de donner des infos pertinentes car changer de pays pour des raisons professionnelles n'est pas une décision à prendre à la légère.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Le Canada pratique une immigration choisie. Ce qui veut dire que le pays et la province du Qc sélectionne des gens, des familles jeunes et des diplômés qui pourront se placer plus facilement en emploi. Il y a des métiers en demande au pays. Hélas, beaucoup d'immigrants diplômés et expérimentés ne travailleront jamais dans leur domaine. Ils devraient retourner faire des cours pour se hisser au niveau ou encore aller chercher de l'expérience et attendre leur tour, normal y a les "locaux" avant. Beaucoup se tournent vers des emplois alimentaires d'où les médecins chauffeurs de taxi, des profs devenus commis d'entrepôt, des anciens cadres se "recycler" en préposé en garderie. Il faut bien avancer et vivre.

Pour ce qui est du rêve, c'est vous qui voyez. Car lâcher une belle situation à tout point de vue dans son pays pour immigrer et tout recommencer faut beaucoup rêver. Qui connaît son avenir !

Je ne crois pas que le Qc vend du rêve. Mais beaucoup de gens rêvent, surtout de nos jours à l'air des communications !

Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Bon à savoir!

Il parait que la palme d'or du racisme revient à Winnipeg. Est-ce vrai? Moi qui pensais justement expérimenter cette province, je crois que je vais y réfléchir à 2 fois. Ici j'en ai déjà marre des gue-guerres communautaires alors c'est pas pour les retrouver ailleurs.

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2015/01/22/004-maire-winnipeg-brian-bowman-racisme-magazine-macleans.shtml

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

:Crylol:

Alors pourquoi tu préfères vivre au Québec ?

Un autre partisan du " faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais "... :8):

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

:dry:

La situation devrait s'améliorer pour les immigrants qui choisissent le Québec avec le nouveau système d'immigration du Québec où on demande aux immigrants de se trouver un emploi d'un employeur québécois avant d'être accepté par le gouvernement du Québec pour immigrer dans cette province....

Edited by orangejuice
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

:dry:

La situation devrait s'améliorer pour les immigrants qui choisissent le Québec avec le nouveau système d'immigration du Québec où on demande aux immigrants de se trouver un emploi d'un employeur québécois avant d'être accepté par le gouvernement du Québec pour immigrer dans cette province....

Ce n'est pas impossible à faire justement de l'étranger? Moi j'ai postulé à quelques emplois et on me demande si j'ai une autorisation de travailler :-s

Edited by Julienbxl
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Bon à savoir!

Il parait que la palme d'or du racisme revient à Winnipeg. Est-ce vrai? Moi qui pensais justement expérimenter cette province, je crois que je vais y réfléchir à 2 fois. Ici j'en ai déjà marre des gue-guerres communautaires alors c'est pas pour les retrouver ailleurs.

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2015/01/22/004-maire-winnipeg-brian-bowman-racisme-magazine-macleans.shtml

Oui le racisme est très fort au Manitoba et dans les provinces de l'Ouest canadien...

Le racisme envers les autochtones y est particulièrement ignoble.

Le Canada anglais n'est aucunement le pays des Bisounours comme certains le prétendent faussement...

Edited by orangejuice
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Bon à savoir!

Il parait que la palme d'or du racisme revient à Winnipeg. Est-ce vrai? Moi qui pensais justement expérimenter cette province, je crois que je vais y réfléchir à 2 fois. Ici j'en ai déjà marre des gue-guerres communautaires alors c'est pas pour les retrouver ailleurs.

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2015/01/22/004-maire-winnipeg-brian-bowman-racisme-magazine-macleans.shtml

Oui le racisme est très fort au Manitoba et dans les provinces de l'Ouest canadien...

Le racisme envers les autochtones y est particulièrement ignoble.

Le Canada anglais n'est aucunement le pays des Bisounours comme certains le prétendent faussement..

J'ai une cousine qui a eu cette mauvaise expérience en Alberta. Je ne sais plus quoi penser mtn, alors que j'étais prêt à partir rapidement et que j'ai un bon CV.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Est-ce vrai cette histoire?

Je me suis longtemps informé et j'ai participer à un forum sur le Québec en Belgique et je n'ai pas entendu beaucoup de positif sur le marché de l'emploi du Québec (impossible de trouver du boulot, il n'y a que certains métiers pour lesquels un emploi est possible à trouver, après un CDI on te demandera de retourner dans ton pays,...).

Tout cela veut dire en gros 'N'y allez pas'. Est-ce vrai car je n'avais pas cette image là du Québec d'une part et je pensais que pour quelqu'un de parfaitement francophone, on avait toutes ses chances d'autre part? En gros on nous dit qu'au Québec, on vend du rêve, est-ce vrai?

Merci de donner des infos pertinentes car changer de pays pour des raisons professionnelles n'est pas une décision à prendre à la légère.

S'il tend trop l'oreil à "ils ont dit", il est claire que l'on aura pas la vraie image de la chose.

A mon avis à éviter les analyses extrêmes, du genre le Canada et le Paradis, tous est beau ...etc ou encore impossible d'en trouver un travail, n'y aller pas, c'est l'Enfer sur terre. Dans la vie va falloir relativiser les choses et voir si dans son propre cas la chose mérite d'être réalisée c'est tout et de toute façon l'immigration n'est pas faite pour tous le monde, ceci est un constat.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Est-ce vrai cette histoire?

Je me suis longtemps informé et j'ai participer à un forum sur le Québec en Belgique et je n'ai pas entendu beaucoup de positif sur le marché de l'emploi du Québec (impossible de trouver du boulot, il n'y a que certains métiers pour lesquels un emploi est possible à trouver, après un CDI on te demandera de retourner dans ton pays,...).

Tout cela veut dire en gros 'N'y allez pas'. Est-ce vrai car je n'avais pas cette image là du Québec d'une part et je pensais que pour quelqu'un de parfaitement francophone, on avait toutes ses chances d'autre part? En gros on nous dit qu'au Québec, on vend du rêve, est-ce vrai?

Merci de donner des infos pertinentes car changer de pays pour des raisons professionnelles n'est pas une décision à prendre à la légère.

S'il tend trop l'oreil à "ils ont dit", il est claire que l'on aura pas la vraie image de la chose.

A mon avis à éviter les analyses extrêmes, du genre le Canada et le Paradis, tous est beau ...etc ou encore impossible d'en trouver un travail, n'y aller pas, c'est l'Enfer sur terre. Dans la vie va falloir relativiser les choses et voir si dans son propre cas la chose mérite d'être réalisée c'est tout et de toute façon l'immigration n'est pas faite pour tous le monde, ceci est un constat.

Rien à voir avec ma question mais bon.

Je crois que les conseillers en immigration veulent surtout être prévenants mais je voulais avoir des autres avis.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Bon à savoir!

Il parait que la palme d'or du racisme revient à Winnipeg. Est-ce vrai? Moi qui pensais justement expérimenter cette province, je crois que je vais y réfléchir à 2 fois. Ici j'en ai déjà marre des gue-guerres communautaires alors c'est pas pour les retrouver ailleurs.

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2015/01/22/004-maire-winnipeg-brian-bowman-racisme-magazine-macleans.shtml

Oui le racisme est très fort au Manitoba et dans les provinces de l'Ouest canadien...

Le racisme envers les autochtones y est particulièrement ignoble.

Le Canada anglais n'est aucunement le pays des Bisounours comme certains le prétendent faussement..

J'ai une cousine qui a eu cette mauvaise expérience en Alberta. Je ne sais plus quoi penser mtn, alors que j'étais prêt à partir rapidement et que j'ai un bon CV.

Vous étiez prêt à partir rapidement ? Comment ça ? Avez-vous eu votre RP ?

Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

:Crylol:

Alors pourquoi tu préfères vivre au Québec ?

Un autre partisan du " faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais "... :8):

>>>> Je me suis installé au Qc il y a 39 ans. Les choses étaient différentes à cette époque. Le Qc était une province importante sur le plan économique. Il y avait plein de chantiers et de projets. Le Qc avait une vision d'avenir. Il n'y avait pas encore la loi 101 ni le PQ, c'est venu après. Puis le Qc a commencé à décliner lentement mais surement. Fuite des sièges sociaux sur Toronto, Référendums sur l'indépendance, déclin démographique, investissements en berne, dépenses sans compter, d♪0clain de l'éducation, du "système de santé", influence des syndicats, etc...Dette qui gonffle et qui est devenue quasi ingérable. Bien entendu il reste quelques avantages, tout le monde n'est pas partit. Mais les jeunes du Qc s'en vont et c'est inquiétant.

Link to post
Share on other sites

:dry:

La situation devrait s'améliorer pour les immigrants qui choisissent le Québec avec le nouveau système d'immigration du Québec où on demande aux immigrants de se trouver un emploi d'un employeur québécois avant d'être accepté par le gouvernement du Québec pour immigrer dans cette province....

Ce n'est pas impossible à faire justement de l'étranger? Moi j'ai postulé à quelques emplois et on me demande si j'ai une autorisation de travailler :-s

>>> L'immigration au Qc est devenue un cirque. Tout est fait pour faire fuire les immigrants de valeur.

Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Bon à savoir!

Il parait que la palme d'or du racisme revient à Winnipeg. Est-ce vrai? Moi qui pensais justement expérimenter cette province, je crois que je vais y réfléchir à 2 fois. Ici j'en ai déjà marre des gue-guerres communautaires alors c'est pas pour les retrouver ailleurs.

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/2015/01/22/004-maire-winnipeg-brian-bowman-racisme-magazine-macleans.shtml

Oui le racisme est très fort au Manitoba et dans les provinces de l'Ouest canadien...

Le racisme envers les autochtones y est particulièrement ignoble.

Le Canada anglais n'est aucunement le pays des Bisounours comme certains le prétendent faussement...

>>> en 39 ans je n'ai jamais entendu un Canadien dire un bon mot sur les "sauvages" (les autochtones). Pourtant leur culture est riche et leur mode de vie est à prendre en exemple. Moi, je les admire. Dommage que les blancs les ont détruits en grande partie.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je suis d'accord avec "trefle" mais selon mon expérience, le Qc ne mérite pas les meilleurs immigrants quand on voit les barrières quasi-insurmontables à franchir et comment on leur complique la vie. Allez voir ailleurs, le pays est grand et il y a plein d'opportunités dans les provinces anglophones, plus accueillantes et plus ouvertes d'esprit, surtout moins xénophobes.

Ce n'est pas la 1ere fois que j'entends dire que les provinces anglophones sont plus accueillantes, où l'on peut évoluer professionnellement etc...Mais je pense et j'en suis presque sure, que les gens qui choisissent le Québec au lieu des autres provinces, le font par dépit, on choisit le Québec à cause de sa francophonie avant tout, croyant que cela nous facilitera le quotidien et nous permettra une intégration rapide. Rares sont ceux qui ont le courage d'aller en province anglophone sans quasiment aucune notion d'anglais à part dire bonjour et combien ça coûte.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Thebeuze
      Chers membres,
       
      J'aimerais quelques recommandations sur différents points svp avant installation. Je rejoins avec mes deux enfants ma femme qui poursuit une formation de plus d'un an à Montréal depuis septembre 2019. 
      1 - Je voulais que nos deux chats nous suivent, mais les locations meublées sont hyper rares avec des animaux. A se demander si les québecois en ont eux-même ?... Si vous connaissez un agence immo sérieuse à Montréal, merci - Je cherche un meublé 3 chambres sur l'île (hors quartier nord) 
      2 - Je lis beaucoup de choses sur la perte du chômage (droits assedics) mais aussi qu'on peut déclarer 5 semaines de congés au début pour au moins toucher à minima ses droits, est-ce le cas ?
      3 - Conseillez-vous de poursuivre la cotisation à titre individuelle à la caisse de retraite Française ? J'ai déjà 47 ans, et j'ai déjà pas mal cotisé, je ne voudrais pas me retrouver avec une retraite minable si je dois revenir en France
      4 - Si quelqu'un a des enfants scolarisés à l'un des deux collèges lycées français ? J'ai pré-inscrit les miens aux deux, j'attends la réponse des commissions. On m'a dit que l'un était beaucoup plus strict !
       
      Merci aux contributeurs pour vos bons conseils. Bonne année 2020 au Québec !
       
    • By V72
      Bonjour, 
      V72 comme le nombre de degrés d'ouverture entre les 2 cylindres d'une moto Française, la marque Voxan.
      Abonné newsletter depuis 1 an je viens pour découvrir le forum.
      J'ai démarré le projet de quitter la France fin 2017. Mon apart francilien vendu aussitot, rénovation de la maison de ma blonde puis vente en aout 2018.
      Inscription aux journées emploi Québec de Paris du 3-4 décembre 2018 courant octobre.
      En tant que responsable informatique d'une PME du lot et garonne j'ai eu 8 entretiens planifiés. Ma blonde infirmière urgentiste 1 seul forcément avec RSQ.
      J'ai passé les  8 entretiens prévus et puis 6 autres en candidat libre pour les employeurs qui n'avaient de grosses files d'attente. 
      Bilan 1 refus direct (trop qualifié pour le poste), 2 skype programmés, et un patron qui devait transmettre mon CV le samedi soir à un de ses chefs de service. 
      Dimanche 04/12 j'ai relancé l'entreprise intéressée. On négocie le salaire, en attendant un entretien en soirée heure FR avec mon futur chef 
      Rentré à 23h45 dans le lot et garonne après des heures perdues grace aux GJ j'appelle mon futur chef pour passer l'entretien.
      Lundi 05/12 9h heure du Québec je reçois mon contrat de travail, et à midi contre signé : je commence le 4 mars au plus tard.
      Mardi 06/12 ma blonde signe à l'hopital de son choix (choisi là ou j'allais être) mais avec début en 09/2019 seulement, et je donne mon préavis de 3 mois.
      J'ai 36 ans donc pour un permis de travail c'est plus compliqué et surtout plus long...6mois annoncés pour le Québec alors l'employeur se creuse et je pars dans le programme d'immigration du Canada "Talents mondiaux" certes 1000$ plus cher pour l'employeur, mais qui a un délai raccourci. 
      Je commence à rassembler les divers documents dont conjoint de fait pour que l'employeur fasse l'EIMT. Fin janvier l'employeur reporte ma date de début au 18 mars car les démarches ont du retard
      Je prends nos billets d'avion : 2 adultes, 2 gros chiens à faire maigrir pour respecter le poids max en soute, et 1 chat.
      Début février je reçois le CAQ et j'entame réellement mon dossier d'immigration sur citoyenneté canada. 
      Le temps de tout réunir et de nombreuses galères de validation de déport de documents je valide la demande de permis de travail le 19 févrirer. Délai annoncé : 3 semaines
      20 février : Je pose sur kiJJ une annonce "recherche maison, 2 chiens, 1 chat, pas d'historique de crédit" avec les trombines de chacun
      Un propriétaire nous contacte, nous propose 2 maisons, 45 photos, bonnes discussions, prix en adéquation avec le marché, on signe le bail + 2 mois de loyer payés d'avance.
      Surprise : il faut une prise d'empreintes dans un centre agrée : Paris ou Lyon. Paris 600km 8h (hors GJ). Lyon 500km 8h. Génial. Je fais l'aller retour Lyon dans la journée pour 10 minutes sur place. Heureux. 
      Mardi 12/03 je reçois enfin le courriel de permis pré-accepté pour me présenter à l'immigration à l'aéroport.
      Samedi 16/06 : mon futur chef me propose de commencer le mardi, le temps de faire mes démarches personnelles, génial
      Dimanche 17/03 Les adieux, on embarque les chiens, les bagages, et puis...nous lol. Arrivés à Montreal aucune attente à l'immigration, wow ça change de la France. Controle vétérinaire pour les chiens et le chat, aucune attente. 
      Lundi 18/03 : obtention NAS, 5 mins d'attente, inscription RAMQ 5 mins d'attente. Wow j'aime ne pas attendre dans les administrations ! 
      Du 17 au 31 nous sommes en airbnb à Laval (20$ la nuit à 2 avec 3 animaux) c'est pas mal, pendant ce temps on repère l'électroménager et le mobilier pour la maison qu'on récupère le 31, et on passe une soirée avec nos futurs proprio, simples et pas prises de tête.
      Le 31 mars on emménage, et nos propriétaires nous filent du petit électroménager, des meubles et pret d'outillage pour bricoler et nous demandent ce qui nous ferait quitter la maison, et j'ai répondu "de la place pour réceptionner mon container" car j'avais un garage de mécanique moto. 
      Mi avril notre propriétaire achète une maison avec un grand garage dans le but de réceptionner notre container... soit il nous loue maison + garage à +100$ de loyer ou que le garage à +75$ ... on a visité la maison et on a déménagé dimanche dernier
      Entre temps note négative...ma blonde cherche du taff jusqu'a débuter en septembre, plein d'entretiens malgré n'avoir jamais rien fait d'autre que infirmiere, mais personne ne l'embauche...parce qu'il ne veulent pas d'une personne pour 4 mois sous entendu c'est trop court ! Meme à MacDo ca été compliqué mais c'est passé quand même
      Bref l'état d'esprit n'a rien à voir, les gens sont plus ouverts à la discussion, l'ambiance au taff est top avec un esprit d'équipe en IT comme j'avais vu en 8 entreprises faites en 18ans, le cout de la vie est bien meilleur marché, j'avais peur de manquer de fromage sur place et de légumes frais...bien mal m'en a pris c'est pas 1 rayon de fromage comme en France c'est 3 rayons, certes c'est quand meme bien plus cher mais tant de fromages à tester, idem pour les légumes. En france c'est made in spain, ici c'est made in mexico lol.
      Bilan après 3 mois : heureux, on attend de pouvoir planifier l'envoi de nos 11 palettes en container, ce qui m'amène aussi ici pour piocher des infos à ce sujet car j'avais pu obtenir que 2 soumissions en EUR (environ 4 000€) qui acceptaient mes conditions, maintenant je vais essayer de trouver des infos sur des compagnies spécialisées canadiennes
      Bref on attends maintenant de connaitre les fameux hivers et leurs longues heures de traffic pour aller travailler ^^
      V72.
    • By ortoutoungy
      Bonjour,
      Nous sommes un groupe d’étudiants en pharmacie de l’Université de Montréal. Nous travaillons présentement sur un projet concernant le diabète de type 2 chez les immigrants. Nous souhaitons recueillir des témoignages (trucs) pour comprendre comment les immigrants vivent avec le diabète dans la vie de tous les jours (alimentation, médicaments, exercice, etc.). Tous les témoignages sont les bienvenus! Merci!
    • By immigrer.com
      3- Bientôt, vous pourrez vous rendre en France… en voiture. Un nouveau traversier reliant le village de Fortune, à Terre-Neuve, aux îles St-Pierre-et-Miquelon sera bientôt mis en place afin de permettre aux intéressés de franchir les 42 kilomètres qui sépare le Canada de l’archipel français sans avoir à sortir de leur véhicule. Le projet, qui devait débuter le 15 mai prochain, a été retardé, faute des fonds permettant au port de Fortune de se moderniser afin d’accueillir les deux nouveaux traversiers qui offriront ce service. Quand ce sera réglé, ils pourront accueillir jusqu’à 15 voitures chacun par voyage, en plus des piétons qui étaient jusqu’ici les seuls à pouvoir faire la traversée, explique le National Post.
       
      source: https://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/10-choses-a-savoir/10-choses-a-savoir-jeudi-3-mai/6

      http://nationalpost.com/news/canada/new-ferry-will-allow-canadians-to-drive-to-french-territory-off-newfoundland
    • By immigrer.com
      DOSSIER PROFESSION INGÉNIEURS - Plus de 600 ingénieurs étrangers obtiennent un permis de pratiquer de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) chaque année. L’Ordre est sur le point de mettre en place des mesures pour accélérer les démarches, en prévision des besoins futurs en main-d’œuvre de l’industrie. Des entreprises font déjà appel au recrutement à l’étranger pour combler leurs besoins.
       
      par Anne Gaignaire
       
      Merkur, une firme spécialisée en génie manufacturier en croissance, embauche. Plus de 15 personnes ont été recrutées depuis le mois de juin et 30 postes sont encore à pourvoir. Mais « on est en pénurie de main-d’œuvre au Québec pour nos besoins », explique Stéphanie Castang, responsable des ressources humaines de Merkur. Si elle embauche des jeunes, elle a aussi besoin d’ingénieurs d’expérience, une denrée plus rare sur le marché québécois.
       
      Par conséquent, depuis plusieurs années, elle recrute des ingénieurs et des techniciens en dehors du Québec, principalement en France. Sur les 110 employés de Merkur, près d’un tiers sont des étrangers. Elle s’est tournée naturellement vers la France. Non seulement, « les Français sont attirés par le Québec mais en plus, on peut trouver là-bas des ingénieurs d’expérience dans le secteur du transport, notamment automobile, qui n’existent pas ici », souligne Stéphanie Castang. La formation, plus généraliste, là-bas est également très complémentaire avec celle des ingénieurs québécois, qui se spécialisent beaucoup plus vite dans leur parcours d’études universitaires.
       
      Sur le plan des démarches, tant pour trouver les ressources que pour les faire venir, Stéphanie Castang s’est formée et connaît tous les programmes qui permettent de les faciliter. Le fait que plusieurs génies soient sur la liste des professions admissibles au traitement simplifié du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, accélère aussi le processus. « Le dernier ingénieur qu’on a recruté est arrivé en trois semaines », note-t-elle.
    • By immigrer.com
      Le chômage n'a jamais été aussi bas depuis octobre 2008
      PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 8 H 55 | Mis à jour il y a 48 minutes Une personne qui semble se chercher un emploi.   Photo : IStock Le taux de chômage a diminué de 0,2 point de pourcentage au pays pour s'établir à 6,5 % en avril, soit le taux le plus bas depuis octobre 2008, a annoncé vendredi Statistique Canada.
      Radio-Canada avec Presse canadienne L'agence fédérale a expliqué que cette diminution était principalement attribuable à la baisse du nombre de jeunes à la recherche de travail.
      L'emploi a augmenté chez les personnes de 55 ans et plus, alors qu'il a diminué chez les hommes de 25 à 54 ans. Par contre, l'emploi chez les femmes de 25 à 54 ans et les jeunes de 15 à 24 ans a connu peu de variation.
      L'emploi a progressé en Colombie-Britannique et à l'Île-du-Prince-Édouard, tandis qu'il était pratiquement inchangé dans les autres provinces.
      Au Québec, tant l'emploi que le taux de chômage ont peu varié au cours du mois. Au cours des 12 mois qui ont pris fin en avril, l'emploi dans la province a progressé de 88 000 ou de 2,1 %, et l'essentiel de la croissance a eu lieu au cours de la deuxième moitié de 2016.
      Comparativement à 12 mois plus tôt, le taux de chômage au Québec a diminué de 0,8 point de pourcentage, passant à 6,6 %.

      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1032033/chomage-baisse-statistique-canada-depuis-octobre-2008

    • By Cherrybee
      Les migrants qui entrent illégalement au Canada en Montérégie n'arrivent pas à la frontière par eux-mêmes : leur voyage est coordonné par des acteurs bien payés qui ne laissent rien au hasard, a appris La Presse.
      L'autobus en provenance de New York est apparu avant l'aube à Plattsburgh hier matin. Il s'est arrêté à la petite station de la ville, et quelques passagers sont descendus.
      Parmi eux, Omar, un Yéménite chétif de 31 ans vêtu d'un manteau avec un capuchon sur la tête et des écouteurs aux oreilles. Omar a sauté dans un taxi gris qui s'était rangé contre l'autobus à son arrivée.
      Quarante-cinq minutes et 40 kilomètres plus loin, le taxi a déposé Omar au bout du chemin Roxham, une route reculée située à la frontière entre les États-Unis et le Canada, le passage clandestin le plus fréquenté par les migrants qui entrent en Montérégie.
      « Je veux aller au Canada pour demander le statut de réfugié », a confié Omar, nerveux, à La Presse pendant que les agents frontaliers américains qui patrouillent souvent dans le secteur consultaient son passeport. J'ai un baccalauréat en marketing. Au Canada, il y a la sécurité. Je veux aller à Toronto y faire ma vie, même si je ne connais personne. »

      Omar grelotait, et pas seulement parce qu'il faisait froid. « J'ai peur », a-t-il soufflé.
      Du côté canadien, des agents de la GRC lui criaient qu'il était illégal d'enter au pays ici et qu'il serait mis en état d'arrestation. Son passeport en poche, Omar s'est mis à avancer dans la neige et est entré au Canada, où les agents de la GRC lui ont passé les menottes.
      Les images des familles de migrants qui arrivent en Montérégie montrent des scènes chaotiques de détresse humaine. Or, ces migrants n'arrivent pas à la frontière par eux-mêmes : leur voyage est coordonné par des « facilitateurs » bien payés qui ne laissent rien au hasard, a-t-on appris.
      Hier matin, le même taxi gris de la société Northern Taxi qui a emmené Omar est revenu au point de passage clandestin moins de deux heures plus tard. Cette fois, il transportait une famille de quatre personnes : une femme et trois enfants, qui disaient arriver d'Arabie saoudite. Avec son bras, le chauffeur a discrètement indiqué au groupe où passer dans la neige pour rejoindre le Canada, à 10 mètres de là.
      « Moi, j'emmène les gens là où ils veulent aller, a affirmé à La Presse le chauffeur, qui a simplement dit s'appeler Chris, en entrevue téléphonique hier après-midi. Je ne suis pas le seul à venir ici. Ce qu'ils font ensuite, ça ne me regarde pas », a-t-il dit, ajoutant qu'il allait « presque tous les jours » sur le chemin Roxham depuis quelque temps.
      Selon une personne bien au fait qui ne veut pas être identifiée, un chauffeur peut demander jusqu'à 300 $US pour transporter les migrants depuis Plattsburgh jusqu'à ce point de passage clandestin, un trajet qui peut être complété plusieurs fois dans un même avant-midi. Des chauffeurs téléphonent souvent aux agents frontaliers américains pour les prévenir qu'ils viennent déposer un client - souvent démuni et désorienté - sur le chemin Roxham, histoire d'avoir une bonne relation avec eux.
      Laisser une personne près de la frontière en sachant très bien qu'elle va entrer clandestinement au Canada « n'est pas illégal aux États-Unis, mais c'est moralement discutable », dit notre source.
      Les migrants arrivent souvent de Boston, New York ou Washington, et entrent aux États-Unis grâce à des visas de touristes ou d'étudiants, dont l'obtention peut couter jusqu'à 1500 $. Comme nous avons pu le constater, la plupart des migrants qui entrent au Canada connaissent très peu d'anglais et sont incapables de répondre aux questions les plus rudimentaires.
      Pourtant, leur trajet - souvent le même -, est planifié par une ou des personnes qui connaissent bien le territoire. Un papier retrouvé dans la neige, hier, au point de passage clandestin sur le chemin Roxham, en offre un exemple frappant.
      Sur la note manuscrite vraisemblablement tombée de la poche d'un migrant, on peut lire le nom de l'aéroport LaGuardia de New York, l'adresse de la station d'autobus de New York, l'adresse de la station d'autobus de Plattsburgh avec l'appellation « Dahkent Donats » (sic), pour Dunkin Donuts - le restaurant de la station. On y lit ensuite le nom et l'adresse complète du chemin Roxham, de même que le numéro de téléphone de la petite firme indépendante de taxi Northern Taxi, celle qui transporte souvent des migrants.
      Plusieurs numéros de téléphone liés à des gens situés près d'Atlanta, en Géorgie, et à Toronto, en Ontario, sont aussi inscrits. À un numéro de téléphone cellulaire d'Atlanta, le second de la liste après le numéro du taxi, un homme qui a répondu dans un anglais impeccable à La Presse, hier, a raccroché après avoir écouté nos questions, et n'a plus répondu aux appels subséquents.
      Nous avons composé les autres numéros hier, mais les personnes jointes, qui parlaient mal l'anglais, disaient ne pas comprendre pourquoi leur numéro s'est retrouvé sur ce papier.
      Quant à Omar, il dit avoir vécu en Arabie saoudite avant de décider d'entrer au Canada en passant par les États-Unis. Le Canada était une destination logique, selon lui.
      « Je ne peux pas retourner au Yémen à cause de la guerre. J'ai passé plusieurs années en Arabie saoudite, mais vous n'y aurez jamais de statut légal, même après y avoir vécu pendant 50 ans. C'est impossible de faire une vie là bas. »
      Selon l'ONU, « les civils au Yémen souffrent de manière insoutenable depuis des années du fait de plusieurs conflits armés simultanés qui se chevauchent. » Les Yéménites vivent des attaques visant des civils dans des lieux publics, des installations médicales et scolaires, en plus recrutement d'enfants pour en faire des soldats.
       
      http://www.lapresse.ca/actualites/national/201702/15/01-5070003-passages-clandestins-a-la-frontiere-un-systeme-bien-organise.php
    • By Laurent
      Pourquoi ? Pourquoi un pays riche comme la France, avec une population diplômée, avec des infrastructures, et des moyens énormes, pourquoi est-ce que ce pays laisse-t-il un sentiment aussi amer, un mélange de frustration et de désarroi ? Je me suis posé cette question une multitude de fois et bien que je comprenne l’origine de ces sentiments, je reste dubitatif devant ces jeunes gens, diplômés, motivés, passionnés, mais qui développent de tels ressentiments envers leur propre nation. Si vous avez la réponse, je suis preneur, n’hésitez pas à commenter en bas de cet article. C’est une question qui me taraude depuis que j’ai mis le pied au Québec il y a déjà plus de 20 ans.
      Ainsi, si vous avez le sentiment que vous perdez votre temps en France ou d’avoir un avenir bouché ? En répondant oui à l’une ou l’autre de ces interrogations, ou encore aux deux, ne cherchez plus, vous êtes atteints du même désir de vous prendre en charge qui m’a frappé également alors que j’étais dans le début de la vingtaine.
      La France est un pays qui mène la vie dure à tout le monde mais particulièrement aux jeunes. Taux de chômage élevé, perspectives de carrières incertaines, qualité de vie laissant à désirer, insécurité, morosité chronique, voici quelques arguments que n’importe qui pourrait énumérer facilement pour expliquer cet engouement que les jeunes ont à vouloir quitter la France.
       
      J’étais comme vous, pris dans un pays qui vous siphonne vos batteries, entre des politiques malsaines et une ambiance sociale déprimante et contagieuse. Alors, voilà, je l’ai quitté cette France, celle qui m’a vu naître et grandir. J’ai osé la quitter il y a 22 ans, pour poser mes valises sur ce fameux sol canadien. Ce sol que je ne connaissais que très peu finalement, pour y être allé seulement quelques fois en touriste, tantôt l’été, tantôt l’hiver. Mais ces séjours ont alors été une révélation.
      Je constatais qu’il était possible de vivre autrement, de ne pas avoir à porter le fardeau de cette vieille France, parsemée de pensées rétrogrades où le passé occupe une place pharaonique. Il était donc possible de voir les choses positivement sans se faire traiter de naïf ou d’insouciant, il était possible de vivre en harmonie et en respect avec la société et ses citoyens, il était possible de ne pas se faire juger du premier abord, d’être apprécié simplement pour ce que l’on est, ou ce que l’on fait. Il était possible d’avoir tout simplement confiance. Quel soulagement, enfin je compris que j’allais pouvoir consacrer mes énergies à ce qui me passionne le plus et ainsi pouvoir m’épanouir librement et contribuer de façon constructive à mon nouveau pays.
      Si vous ressentez ce que je viens de décrire, le seul choix qui s’offre alors à vous est de repenser votre vie en centrant vos efforts sur votre besoin d’épanouissement personnel.
       

       
      Vous le savez, j’ai opté pour cette option, et je ne l’ai jamais regretté, pas une seconde. Pire, en étant loin de la France vous allez l’apprécier pour de bonnes raisons lorsque vous y séjournerez en tant que touriste ou de passage: la famille, les amis, le pinard, et pour y faire du tourisme. En sorte, le meilleur de la France finalement.
       

       
      Mais voilà que j’entend déjà les mauvaises langues me souffler à l’oreille qu’il n’existe pas de paradis sur terre, que tout ceci n’est que du rêve et que finalement on est pas si mal que ça en France. Il n’y a pas de réponse simple à ces arguments, mais je commencerais par dire que si vous pensez que vous êtes bien en France, pourquoi avez-vous lu cet article ? Le Québec, et par extension le Canada, n’est pas un paradis pour tout le monde, ça dépend de vos aspirations personnelles et c’est pour cette raison que j’ai essayé de détailler mon propre vécu afin de vous faire votre propre opinion en fonction de mon expérience relatée. Et enfin, n’oubliez jamais cette phrase d’Oscar Wilde : « J’aime mieux avoir des remords que des regrets. »
      Je vous souhaite une bonne chance dans toutes vos démarches pour votre nouvelle vie dans cet immense pays qui ne demande pas mieux que de vous accueillir, vous et vos talents.
    • By Laurent
      Nous avons compilé les chiffres gouvernementaux afin d'extraire les perspectives d'emploi au Québec d'ici 2019. Il s'agit d'un classement par profession, avec le taux de chômage et la demande actuelle ainsi que les perspectives à prévoir. Si votre profession est en vert, vous faites sans doute partie des chanceux : 
       
      https://www.immigrer.com/perpectives-emploi-au-quebec-d-ici-2019-classement-par-professions/
       
    • By Cherrybee
      Certains assistés sociaux devront se débrouiller pour vivre désormais avec aussi peu que 399 $ par mois, en vertu de la loi 70 adoptée jeudi.
      Avec cette loi, le gouvernement s'arroge le pouvoir de couper environ du tiers la prestation de base mensuelle de 623 $ des nouveaux demandeurs d'aide sociale jugés aptes à travailler qui refusent d'entreprendre un parcours de recherche d'emploi.
      Au moment du vote, les trois élus de Québec solidaire étaient si outrés de l'approche punitive choisie par le gouvernement que Françoise David, Amir Khadir et Manon Massé se sont levés tour à tour pour voter contre le projet de loi, tout en tournant le dos au gouvernement, un geste symbolique inusité à l'Assemblée nationale.
      La loi 70 est la loi la plus «honteuse» jamais adoptée par le gouvernement Couillard, selon la députée solidaire de Gouin, Françoise David.
      Le projet de loi controversé, qui prévoit d'importantes pénalités financières imposées aux premiers demandeurs d'aide sociale qui ne s'y soumettront pas, est une des principales pièces législatives au menu gouvernemental cet automne. Le premier ministre Philippe Couillard s'était engagé à ce que le projet de loi 70 soit adopté rapidement durant la présente session.
      Au cours des derniers mois, la députée solidaire Françoise David, le député péquiste Dave Turcotte, de même que des groupes de défense des assistés sociaux ont tenté, en vain, de convaincre le ministre de l'Emploi, François Blais, que son projet de loi allait jeter à la rue et pousser à la mendicité des gens, souvent de jeunes adultes, parmi les plus démunis et les plus vulnérables de la société.
      Mais le ministre Blais est demeuré intraitable, convaincu qu'il fallait forcer les prestataires à s'inscrire au programme Objectif Emploi, sous peine de sanctions financières sévères, pour favoriser leur réinsertion sociale.
      La loi permet aussi au gouvernement de retenir le chèque d'un assisté social, s'il ne se présente pas à son rendez-vous destiné à fixer son plan d'action de recherche d'emploi.
      Fin septembre, après des dizaines d'heures de débats, pressé d'en finir sans devoir subir l'odieux d'imposer un bâillon, le leader du gouvernement, Jean-Marc Fournier, avait négocié avec les partis d'opposition un calendrier d'adoption avant l'hiver du projet de loi 70.
      De guerre lasse, ces derniers avaient accepté, sachant que de toute façon, de gré ou de force, le projet de loi serait adopté, le gouvernement libéral étant majoritaire. Ils espéraient ainsi soutirer au moins quelques amendements au gouvernement avant la tombée du couperet.
      Ils ont ainsi obtenu que la coupe de la prestation de base ne vise que les nouveaux demandeurs de l'aide sociale et non les prestataires actuels, a commenté en point de presse Mme David, qui n'a pas caché sa colère pour qualifier la loi 70 d'«immorale et irresponsable», voire de «condescendante et paternaliste».
      Elle s'est montrée aussi soulagée d'avoir obtenu que Québec accepte de faire une évaluation de l'application et de l'impact de la loi 70 dans deux ans.
      Dans le passé, des gouvernements ont eux aussi coupé dans les chèques d'aide sociale, mais jamais on n'attaquait la prestation de base, s'est indignée Mme David, considérant que le gouvernement Couillard avait franchi une ligne avec cette loi.
      Le gouvernement pousse ainsi vers l'itinérance des jeunes qui selon elle «vivent une grande détresse physique et psychologique. Ils ont besoin de se refaire» avant de songer à s'inscrire à un programme de recherche d'emploi.
      On parle de gens qui souvent n'ont ni téléphone, ni adresse, a renchéri le député péquiste Dave Turcotte, en entrevue téléphonique, pour exprimer la difficulté de certains de participer à des programmes gouvernementaux. Il juge que le gouvernement, sous couvert de réinsertion sociale, cherchait avant tout «à serrer la vis» aux assistés sociaux.
      Chaque année, quelque 17 000 Québécois sans contrainte à l'emploi présentent une demande d'aide sociale, dans la majorité des cas des gens âgés de moins de 29 ans, et plusieurs milliers d'entre eux sont issus d'une famille vivant de l'aide sociale.
      Avec sa loi, Québec compte épargner jusqu'à 50 millions $ par an.
      http://www.lapresse.ca/actualites/national/201611/10/01-5039872-loi-70-adoptee-des-assistes-sociaux-devront-vivre-avec-399-par-mois.php
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.




×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines