Jump to content

Pas tous heureux?


Recommended Posts

  • Habitués

Chez nous on a pas mal voyagé, habité dans différents pays, etc, avant de venir au Canada. Ma fille de 6 ans était déjà habituée, et contente de venir ici.

Si ce n'est pas indiscret, comment arrive-t-on à développer le lien d'attachement avec le reste de la famille (grands-parents, cousins, etc.) quand ses parents sont des oiseaux migrateurs comme nous?

Chez mes enfants, on dirait que la résilience s'est traduite simplement par "ils ne comptent plus". Leurs amis actuels sont pas mal plus significatifs que leurs cousins. Et pour cause: ils ont l'énorme avantage d'être ici.

Dans ma famille, on a toujours beaucoup voyagé. Moi-même j'ai grandi en Asie, mon père travaillait sur des projets d'infrastructure dans des pays en voie de développement. Je n'ai jamais été proche de mes cousins. Je ne les voyais que quelques jours par an l’été, et encore pas chaque année.

Je voyais ma grand-mère en été.

Ma fille est proche de sa cousine (une seule) qui habite aux USA et qui vient passer 2 mois chaque année chez mes parents ici en Ontario. Mes parents sont venus s'installer en Ontario peu de temps après que nous sommes nous-même arrivés ici. Une de mes sœurs habite aux USA et l'autre habite ici en Ontario.

Mes beaux-parents et mon beau-frère habitent toujours en France. Ils viennent ici une fois par an. Pas d'autres cousins sinon.

Voila l’étendue des liens d'attachement.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

C'est minime a cet age la. Pour les ados je dis pas, mais en dessous de 10 ans l'impact est négligeable. Ils se font rapidement de nouveaux amis et oublient très rapidement leur vie d'avant.

Faux pour ma fille en tout cas! Elle a laissé bcp de choses, amis, famille, habitude de prendre le train pour aller voir sa grand-mère à la campagne, aller chez ses autres grands-parents, partir en weekend chez son tonton sa tâta ses cousins, les weekends en famille nombreuse et j'en passe! Ma filleest encore très attachée à tout ça, malgré que nous ayions essayé de lui faire voir les choses autrement.

Pour moi, les enfants sont des personnes à part entière dont il ne faut pas négliger les sentiments.

C'est minime a cet age la. Pour les ados je dis pas, mais en dessous de 10 ans l'impact est négligeable. Ils se font rapidement de nouveaux amis et oublient très rapidement leur vie d'avant.

Faux pour ma fille en tout cas! Elle a laissé bcp de choses, amis, famille, habitude de prendre le train pour aller voir sa grand-mère à la campagne, aller chez ses autres grands-parents, partir en weekend chez son tonton sa tâta ses cousins, les weekends en famille nombreuse et j'en passe! Ma fille est encore très attachée à tout ça, malgré que nous ayions essayé de lui faire voir les choses autrement.

Pour moi, les enfants sont des personnes à part entière dont il ne faut pas négliger les sentiments.

Un enfant qui émigre a 7 ans, que laisse-t-il derrière lui ? Sa vie est devant lui, pas derrière !

Je pense qu'il ne faut quand même pas banaliser le dépaysement que cela peut engendrer (perte d'amis, changement d'école, changement de culture, etc...)

Je suis d'accord!

Excellents points, effectivement si ton enfant est habitué à voir souvent la famille, à dormir chez eux, ils sont partie intégrante de son monde et abandonner tout ça pour vivre le rêve de ses parents n'est pas forcément facile pour lui. D'autant que rien ne vient le remplacer vraiment dans le pays d'accueil. Surtout que des grand-parents, ça reste des grand-parents, ce n'est pas comme le fait de se faire des nouveaux amis. D'un autre côté, si l'enfant n'a pas cette proximité, si la famille correspond à quelques rencontres lors de mariages ou de vacances avec plein de monde, il pourra très bien apprendre à s'en passer. Je suis d'accord avec Niklasky et Kweli, si les cousins sont juste des connaissances qu'on t'oblige à voir une ou deux fois par an sans que tu aies un attachement particulier, des bons potes feront bien mieux l'affaire. Et à long terme, il ne faut pas oublier que notre enfant va devenir un ado, puis un jeune homme (j'utilise juste le masculin pour simplifier mes phrases). Ses amis vont prendre de plus en plus de place et sauf pour les gens très "famille", c'est avec eux qu'il va se construire, s'engager, partir en vacances, étudier, faire du sport, etc. Nos enfants ne restent pas petits toute leur vie et leurs grand-parents ne sont pas éternels. Parfois il vaut mieux ne pas tenir compte de ce paramètre dans un projet à long terme, ou si c'est important pour tout le monde différer son départ pour profiter le plus longtemps possible de ce cadre familial.

Link to comment
Share on other sites

Je suis québécoise habitant l'Italie depuis huit ans et parfois je ressens la même chose que certains sur ce forum. Les événements familiaux me manquent, l'odeur des feuilles l'autome, les paysages enneigés l'hiver. Puis, lorsque je vais au Québec et que je vois que tout se développe à la vitesse granv V, que les québécois passent plus de temps à magasiner les écrans géants et les autos que de profiter du bon temps, je me dis que j'aime mieux ma vie italienne plus lente, moins stressante. Certes, avec moins de sous mais qui répond plus à mes besoins que la vie que j'avais au Québec, même si j'avais un bon emploi et que rien ne me manquait.

Et croyez-moi ça n'est pas plus facile de se faire des amis italiens que pour vous des amis québécois, bien qu'intégrée je me sens toujours un peu l'américaine (comme ils disent).

Edited by Gripette
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Bonjour à tous!

Je lis souvent les messages et les blogs sur ce forum. Je remarque que beaucoup ont réussi à aimer et à s'adapter à leur vie dans ce pays, que ce soit après 6mois, 3 ans ou même plus. Je leur dit bravo et suis bien heureuse pour eux.

Mais j'aimerais démarrer une nouvelle conversation sur la situation opposée: des personnes, couples et familles qui eux, après 6 mois, 1an, 3ans ou même plus, ne sont toujours pas si heureux que ça, se posent encore des questions, cherchent même peut être à rentrer. J'aimerais connaître leurs raisons, leurs questionnements, leurs souffrances etc.

Ce sujet n'est pas pour critiquer le Québec, ni pour discriminer les québécois. Je n'attend pas lire d'insultes ou de propos racistes envers qui que ce soit. J'attend simplement de lire des récits de personnes ouvertes d'esprit, et intelligentes mais qui n'ont simplement pas réussi à être heureux ici, car je sais qu'il y en a!

Les personnes donneuse de leçons comme il en existe beaucoup sur ce forum, vous pouvez aussi vous abstenir. Ce sujet est un sujet où l'on respecte les besoins et les ressentis de chacun! Merci beaucoup,

Dans l'attente de lire vos récits,

Bonne journée quand même à tous ;-)

Bonsoir,

je vais essayer de répondre pour expliquer un peu mon parcours sans trop m'étaler non plus!

Je viens de passer 14 ans au Québec j'en suis partie début juillet mais pourquoi? j'avais un bon boulot un cadre de vie plus que correct mais au bout de 14 ans j'avais l'impression d'en avoir fait le tour de ce fait j'ai démissionnée tout liquidé par contre je n'ai jamais eu de manque vis à vis de mon pays la France ni de la famille non plus j'avais juste envie de changer d'air pour l'instant je suis en vacances en France comme tous les étés.

Je ne dirais pas que je suis retournée en France car je ne vais pas y rester j'apprécie mon pays surtout en vacances! mais pour des raisons professionnelles j'ai souhaité poursuivre mon chemin ailleurs par contre je reviendrais au Québec en vacances pour voir ma fille qui elle est restée sur place.

Le Québec c'est comme partout y a des choses sympa d'autres moins mais globalement mon expérience a été assez positive.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

"Jeanpeupluici"

Pourrais tu nous en dire plus sur toi pour commencer.

Que l'on comprenne ta situation?

Envoyé par l'application mobile Forum IC

C'est notre deuxième "immigration" au Québec. La première, nous avions 20ans, sans enfants. Lorsque tu es jeune, la vie n'est pas la même, les obligations et besoin ne sont pas les mêmes. Les coûts pour revenir en vacances au pays ne sont pas les mêmes! C'est beaucoup moins de responsabilités morales et financières à deux, qu'à quatre!

Lors de notre première immigration, nous sommes restés vivre ici quatre ans. Ma femme attendait notre premier enfant et nous avions besoin d'être proches de la famille, de vivre en famille sans ce problème de distance! Donc retour en France où nous avons vécu 7 ans, dans le sud. Entreprises développée, vacances régulières, weekends réguliers, grâce à la proximité. Mais le gros problème de la France étant l'insécurité, nous nous sommes dis que pour nos enfants il serait mieux de vivre dans un pays beaucoup plus sécuritaire. Donc après 7ans en France, direction le Québec que nous connaissions déjà! Notre fille avait 7ans, et notre fils 6 mois. Ça fait maintenant 3ans que nous vivons à Québec après avoir tout vendu en France. Nous avons nos sociétés, notre maison. Mais il y a quand même un manque, un vide qui ne nous quitte pas. Un sentiment que nous vivons d'une façon qui n'est pas la nôtre, que nos besoins vitaux ne sont pas comblés ici, malgré toutes nos tentatives. Notre fille ici n'est pas épanouie malgré toutes ces années. Son cur est là bas, son esprit est là bas. Pour nous c'est pareil.

Mais ce n'est pas facile de se dire qu'il faudrait à nouveau tout quitter tout recommencer, à force ça fait peur, les questions fusent dans la tête, le doute etc etc...

C'est comme un sentiment de perte d'identité totale!

J'ai fait court dans ma réponse mais je pourrais à nouveau développer !

Je voulais au moins montrer par mes mots que je ne compte aucunement critiquer les québécois ;-)

Faux pour ma fille en tout cas! Elle a laissé bcp de choses, amis, famille, sa grand-mère à la campagne, ses autres grands-parents, son tonton sa tâta ses cousins, les weekends en famille nombreuse et j'en passe! Ma fille est encore très attachée à tout ça, malgré que nous ayions essayé de lui faire voir les choses autrement.

Pour moi, les enfants sont des personnes à part entière dont il ne faut pas négliger les sentiments.

J'ai du mal à comprendre pourquoi vous vous posez autant de questions. Pour vous, il apparaît primordial que le bonheur de votre fille, quelque décision qu'elle prenne, passe avant le votre. Ne croyez pas que je pose la moindre critique là-dessus, c'est votre ressenti et il est tout à fait respectable. Disons que votre dilemme est que, si vous repartez en France, il risque de ne pas y avoir de 3e retour. Pourquoi? Tout simplement à cause des règles de resserrement de l'immigration.

Vous comprendrez bien que j'ai un avis tout à fait différent du votre concernant les enfants. Mais si cela est si important pour vous comme cela en a l'air, n'hésitez pas, rentrez! Au fond de vous-même, vous savez bien que la France en entier n'est pas un coupe gorge. Qu'il y a encore des régions où la sécurité est assurée. Le fait de rentrer d'un pays étranger vous donne le loisir de choisir absolument la région qui vous conviendra le mieux en matière de sécurité. Alors, n'hésitez plus.

Pour ce qui me concerne, je pars du principe inverse qui est qu'un enfant est heureux si ses parents sont heureux. Que mon enfant qui entre à peine dans l'âge de raison décide ce qui est le mieux pour lui et pour mon avenir entier, ça me dépasse.

Et si un jour, sous une influence quelconque (ou pas), votre adorable petite fille devient une ado rebelle qui ne supporte plus les sempiternelles réunions de famille, les personnes âgées qui radotent, les membres de la famille contrôlants (si si, ça existe :smile: ), une orientation politique qu'elle haïra au plus haut point et qui veut à nouveau repartir ailleurs, que ferez-vous? Peut-être qu'elle aura un avenir merveilleux et que tout lui sera possible. Mais vous, que deviendrez-vous? Vous resterez sur le carreau ?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je suis québécoise habitant l'Italie depuis huit ans et parfois je ressens la même chose que certains sur ce forum. Les événements familiaux me manquent, l'odeur des feuilles l'autome, les paysages enneigés l'hiver. Puis, lorsque je vais au Québec et que je vois que tout se développe à la vitesse granv V, que les québécois passent plus de temps à magasiner les écrans géants et les autos que de profiter du bon temps, je me dis que j'aime mieux ma vie italienne plus lente, moins stressante. Certes, avec moins de sous mais qui répond plus à mes besoins que la vie que j'avais au Québec, même si j'avais un bon emploi et que rien ne me manquait.

Et croyez-moi ça n'est pas plus facile de se faire des amis italiens que pour vous des amis québécois, bien qu'intégrée je me sens toujours un peu l'américaine (comme ils disent).

Excellent commentaire, je suis tout à fait d'accord avec toi. On a tous une "balance" entre l'attachement à nos racines et le goût de vivre quelque chose de différent, l'envie de prendre le contrôle de sa vie en choisissant de vivre autre chose. Ça va comme pour toi et nous jusqu'à changer de continent, mais parfois c'est bien moins loin tout en étant aussi contrasté. Quitter un rang dans lequel on a grandi pour aller vivre dans une grande ville, quitter la ville pour aller habiter au milieu d'une forêt, s'éloigner ou se rapprocher de l'océan, etc. C'est toujours une question de choix. Ma blonde ne comprend pas comment ses amis d'enfance peuvent retourner vivre à Victo, où elle a grandi, alors qu'eux voient ça comme un retour aux sources, c'est une question d'envie et de choix, tant qu'on le vit avec plaisir et sans amertume ou regret.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

"Jeanpeupluici"

Pourrais tu nous en dire plus sur toi pour commencer.

Que l'on comprenne ta situation?

Envoyé par l'application mobile Forum IC

C'est notre deuxième "immigration" au Québec. La première, nous avions 20ans, sans enfants. Lorsque tu es jeune, la vie n'est pas la même, les obligations et besoin ne sont pas les mêmes. Les coûts pour revenir en vacances au pays ne sont pas les mêmes! C'est beaucoup moins de responsabilités morales et financières à deux, qu'à quatre!

Lors de notre première immigration, nous sommes restés vivre ici quatre ans. Ma femme attendait notre premier enfant et nous avions besoin d'être proches de la famille, de vivre en famille sans ce problème de distance! Donc retour en France où nous avons vécu 7 ans, dans le sud. Entreprises développée, vacances régulières, weekends réguliers, grâce à la proximité. Mais le gros problème de la France étant l'insécurité, nous nous sommes dis que pour nos enfants il serait mieux de vivre dans un pays beaucoup plus sécuritaire. Donc après 7ans en France, direction le Québec que nous connaissions déjà! Notre fille avait 7ans, et notre fils 6 mois. Ça fait maintenant 3ans que nous vivons à Québec après avoir tout vendu en France. Nous avons nos sociétés, notre maison. Mais il y a quand même un manque, un vide qui ne nous quitte pas. Un sentiment que nous vivons d'une façon qui n'est pas la nôtre, que nos besoins vitaux ne sont pas comblés ici, malgré toutes nos tentatives. Notre fille ici n'est pas épanouie malgré toutes ces années. Son cur est là bas, son esprit est là bas. Pour nous c'est pareil.

Mais ce n'est pas facile de se dire qu'il faudrait à nouveau tout quitter tout recommencer, à force ça fait peur, les questions fusent dans la tête, le doute etc etc...

C'est comme un sentiment de perte d'identité totale!

J'ai fait court dans ma réponse mais je pourrais à nouveau développer !

Je voulais au moins montrer par mes mots que je ne compte aucunement critiquer les québécois ;-)

Faux pour ma fille en tout cas! Elle a laissé bcp de choses, amis, famille, sa grand-mère à la campagne, ses autres grands-parents, son tonton sa tâta ses cousins, les weekends en famille nombreuse et j'en passe! Ma fille est encore très attachée à tout ça, malgré que nous ayions essayé de lui faire voir les choses autrement.

Pour moi, les enfants sont des personnes à part entière dont il ne faut pas négliger les sentiments.

J'ai du mal à comprendre pourquoi vous vous posez autant de questions. Pour vous, il apparaît primordial que le bonheur de votre fille, quelque décision qu'elle prenne, passe avant le votre. Ne croyez pas que je pose la moindre critique là-dessus, c'est votre ressenti et il est tout à fait respectable. Disons que votre dilemme est que, si vous repartez en France, il risque de ne pas y avoir de 3e retour. Pourquoi? Tout simplement à cause des règles de resserrement de l'immigration.

Vous comprendrez bien que j'ai un avis tout à fait différent du votre concernant les enfants. Mais si cela est si important pour vous comme cela en a l'air, n'hésitez pas, rentrez! Au fond de vous-même, vous savez bien que la France en entier n'est pas un coupe gorge. Qu'il y a encore des régions où la sécurité est assurée. Le fait de rentrer d'un pays étranger vous donne le loisir de choisir absolument la région qui vous conviendra le mieux en matière de sécurité. Alors, n'hésitez plus.

Pour ce qui me concerne, je pars du principe inverse qui est qu'un enfant est heureux si ses parents sont heureux. Que mon enfant qui entre à peine dans l'âge de raison décide ce qui est le mieux pour lui et pour mon avenir entier, ça me dépasse.

Et si un jour, sous une influence quelconque (ou pas), votre adorable petite fille devient une ado rebelle qui ne supporte plus les sempiternelles réunions de famille, les personnes âgées qui radotent, les membres de la famille contrôlants (si si, ça existe :smile: ), une orientation politique qu'elle haïra au plus haut point et qui veut à nouveau repartir ailleurs, que ferez-vous? Peut-être qu'elle aura un avenir merveilleux et que tout lui sera possible. Mais vous, que deviendrez-vous? Vous resterez sur le carreau ?

Heuuu :blink2:

Où es-tu allée chercher l'idée que c'est la petite qui doit prendre la décision et que les parents suivront? L'initiateur de ce fil n'a jamais dit ça. Il a juste exprimé son ressenti à propos de toute la famille vit un profond malaise et que celui de la petite leur brise le coeur parce qu'ils se sentent coupables. Comme tous les parents pour d'autres raisons. De là à dire qu'elle va les mener où elle veut par le bout du nez ...

Tu ne comprends pas leurs questionnements, et pourtant toi, tu as emmené ton fiston ici. Ce n'était pas pour lui donner une chance de bonheur peut-être? Si tu ne peux pas comprendre en tant qu'immigrante, essaie en tant que maman, des fois ça peut aider de mettre l'une ou l'autre de nos nombreuses lunettes que la vie nous a données.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je suis québécoise habitant l'Italie depuis huit ans et parfois je ressens la même chose que certains sur ce forum. Les événements familiaux me manquent, l'odeur des feuilles l'autome, les paysages enneigés l'hiver. Puis, lorsque je vais au Québec et que je vois que tout se développe à la vitesse granv V, que les québécois passent plus de temps à magasiner les écrans géants et les autos que de profiter du bon temps, je me dis que j'aime mieux ma vie italienne plus lente, moins stressante. Certes, avec moins de sous mais qui répond plus à mes besoins que la vie que j'avais au Québec, même si j'avais un bon emploi et que rien ne me manquait.

Et croyez-moi ça n'est pas plus facile de se faire des amis italiens que pour vous des amis québécois, bien qu'intégrée je me sens toujours un peu l'américaine (comme ils disent).

Je suis content de pouvoir lire des retours d’expérience de personnes de l’Amérique du nord expatriées en Europe. On lit parfois des bilans très partiaux voire insultant pour le Quebec, Canada ou l'amerique du nord en général mais en fait ce que tu soulèves comme problèmes d’intégration ou de mal du pays sont les mêmes que rencontrent les européens qui retournent vers chez eux. Comme quoi il n'y a pas qu'une vérité mais chacun a plus que probablement la sienne.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Heuuu

Où es-tu allée chercher l'idée que c'est la petite qui doit prendre la décision et que les parents suivront? L'initiateur de ce fil n'a jamais dit ça. Il a juste exprimé son ressenti à propos de toute la famille vit un profond malaise et que celui de la petite leur brise le coeur parce qu'ils se sentent coupables. Comme tous les parents pour d'autres raisons. De là à dire qu'elle va les mener où elle veut par le bout du nez ...

Tu ne comprends pas leurs questionnements, et pourtant toi, tu as emmené ton fiston ici. Ce n'était pas pour lui donner une chance de bonheur peut-être? Si tu ne peux pas comprendre en tant qu'immigrante, essaie en tant que maman, des fois ça peut aider de mettre l'une ou l'autre de nos nombreuses lunettes que la vie nous a données.

Mais pourquoi être aussi agressive à chaque fois que j'écris un message? Sur quoi je base MON RESSENTI? Tout simplement par rapport à ce que l'auteur écrit depuis le début et surtout l'insistance qu'il met sur ce que ressent l'enfant. Et il n'exprime pas que son ressenti, il se demande carrément s'il faut repartir.

Et où ai-je écrit que "la petite va les mener par le bout du nez"? En plus, tu as bien cité tout mon message. Alors va donc le relire.

Et comme souvent, tu détournes mon histoire car ce que tu te permets de raconter de moi t'arranges pour ton argumentation. Donc, je te préciserai que lorsque j'ai immigré, j'ai laissé 2 enfants majeurs et un enfant mineur à la garde de son père, après que ce soit lui (l'enfant) qui en ait exprimé le souhait. Et que c'est cet enfant mineur, qui, après avoir mûrement réfléchi, m'a demandé de le parrainer pour qu'il puisse me rejoindre. Il est arrivé 4 ans après moi, et c'était uniquement SA décision.

Edited by Cherrybee
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Chez nous on a pas mal voyagé, habité dans différents pays, etc, avant de venir au Canada. Ma fille de 6 ans était déjà habituée, et contente de venir ici.

Si ce n'est pas indiscret, comment arrive-t-on à développer le lien d'attachement avec le reste de la famille (grands-parents, cousins, etc.) quand ses parents sont des oiseaux migrateurs comme nous?

Chez mes enfants, on dirait que la résilience s'est traduite simplement par "ils ne comptent plus". Leurs amis actuels sont pas mal plus significatifs que leurs cousins. Et pour cause: ils ont l'énorme avantage d'être ici.

Dans ma famille, on a toujours beaucoup voyagé. Moi-même j'ai grandi en Asie, mon père travaillait sur des projets d'infrastructure dans des pays en voie de développement. Je n'ai jamais été proche de mes cousins. Je ne les voyais que quelques jours par an l’été, et encore pas chaque année.

Je voyais ma grand-mère en été.

Ma fille est proche de sa cousine (une seule) qui habite aux USA et qui vient passer 2 mois chaque année chez mes parents ici en Ontario. Mes parents sont venus s'installer en Ontario peu de temps après que nous sommes nous-même arrivés ici. Une de mes sœurs habite aux USA et l'autre habite ici en Ontario.

Mes beaux-parents et mon beau-frère habitent toujours en France. Ils viennent ici une fois par an. Pas d'autres cousins sinon.

Voila l’étendue des liens d'attachement.

Je suis plus ou moins dans ton cas: j'ai depuis mon plus jeune age déménagé une bonne quinzaine de fois et j'ai vécu plus du tiers de ma vie en voyages et divers expat en dehors de la France aux 4 coins du monde. Pour mes enfants, voire les grands parents se résumait à 1 à 2 fois par an. (Sans parler des cousins: ils doivent en connaitre moins du tiers). Leur adaptation ici (en venant en plus de la banlieue parisienne) s'est faite extrêmement bien et sans aucun regret.

Quand on a un lien fusionnel avec ses proches, quitter son lopin de terre pour immigrer à 6000km ou plus est la difficulté #1.

L'année dernière je travaillais avec un belge qui croyait pouvoir immigrer avec sa jeune épouse (ils sont venus au Canada juste après leur voyage de noces) loin de sa famille car il avait fait des études tout autour de l’Europe, mais en réalité il n'a pas tenu une année pleine ... en Europe, il était toujours à moins de 2h d'avion des siens et les retrouvait à n'importe quelle occasion...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Heuuu Où es-tu allée chercher l'idée que c'est la petite qui doit prendre la décision et que les parents suivront? L'initiateur de ce fil n'a jamais dit ça. Il a juste exprimé son ressenti à propos de toute la famille vit un profond malaise et que celui de la petite leur brise le coeur parce qu'ils se sentent coupables. Comme tous les parents pour d'autres raisons. De là à dire qu'elle va les mener où elle veut par le bout du nez ... Tu ne comprends pas leurs questionnements, et pourtant toi, tu as emmené ton fiston ici. Ce n'était pas pour lui donner une chance de bonheur peut-être? Si tu ne peux pas comprendre en tant qu'immigrante, essaie en tant que maman, des fois ça peut aider de mettre l'une ou l'autre de nos nombreuses lunettes que la vie nous a données.
Mais pourquoi être aussi agressive à chaque fois que j'écris un message? Sur quoi je base MON RESSENTI? Tout simplement par rapport à ce que l'auteur écrit depuis le début et surtout l'insistance qu'il met sur ce que ressent l'enfant. Et il n'exprime pas que son ressenti, il se demande carrément s'il faut repartir. Et où ai-je écrit que "la petite va les mener par le bout du nez"? En plus, tu as bien cité tout mon message. Alors va donc le relire. Et comme souvent, tu détournes mon histoire car ce que tu te permets de raconter de moi t'arranges pour ton argumentation. Donc, je te préciserai que lorsque j'ai immigré, j'ai laissé 2 enfants majeurs et un enfant mineur à la garde de son père, après que ce soit lui (l'enfant) qui en ait exprimé le souhait. Et que c'est cet enfant mineur, qui, après avoir mûrement réfléchi, m'a demandé de le parrainer pour qu'il puisse me rejoindre. Il est arrivé 4 ans après moi, et c'était uniquement SA décision.
Et évidemment, le ressenti de TON enfant a beaucoup plus de valeur que celui d'une petite fille de 10 ans? Je n'ai exprimé aucune agressivité à ton égard, contrairement à toi qui a fait preuve d'agressivité à l'égard de l'auteur de ce fil à deux reprises. En lui faisant dire ce qu'il n'a jamais dit. Tu es d'ailleurs la seule personne à avoir fait preuve d'agressivité sur ce fil, alors que pour une fois, tout le monde fait preuve de modération. Pas fort pour une modo ... Si je suis revenue sur ta propre histoire, c'est pour mettre en évidence que le bonheur d'un enfant vaut celui d'un autre. Et dans 5, 4, 3, ... tu vas utiliser ton pouvoir de modératrice pour me bannir.

Message de la modération

Arrêtez svp ce type de dérives sur un sujet qui ne partais pas vers le n'importe quoi.
Edited by Louis-Cyr
reglements de compte personnels
Link to comment
Share on other sites

Ce forum, c'est vraiment du grand n'importe quoi !!!

Je suis pas prête d'en faire la pub, ça c'est sûr ! :smile:

On pourrait lancer un sujet là-dessus : "De l'art de la modération .... (en toute partialité)"

Message de la modération

Je n'ai aucune justification à te donner mais puisque tu mets en doute ma partialité, je peux te dire que mon 'Arrêtez' est un pluriel et pas un vouvoiement de politesse.
Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je vais aussi faire mon retour puisque le sujet traite de ça.J'ai décidé de rentrer pour toutes les raisons citées plus haut: amis,culture,paysage,gatronomie mais pas pour la famille qui ne me manque finalement qu'assez peu.

J'ai été heureuse ici et j'ai pris ma décision uniquement parce que je sais que ma vie n'est pas au Québec mais surtout je l'ai fait rapidement parce que j'ai rencontré trop de personnes qui,un peu comme toi,avaient fait leur vie ici (travail,amis,maison) et ne s'imaginaient plus repartir.Du coup ils oscillaient entre bien-être et déprime.

Si tu n'es pas bien ici (et à condition que ce soit aussi le cas pour ta femme et tes enfants),poses-toi la question de l'intérêt de rester.Pèse le pour et le contre et prends ta décision en fonction de ce que tu as envie de faire et de l'avenir que tu veux avoir avec ta famille.De toutes façons,si tu décides de rentrer et que le Québec te manque,qu'est-ce qui t'empêchera de revenir une 3ème fois?

Link to comment
Share on other sites

Ce forum, c'est vraiment du grand n'importe quoi !!!

Je suis pas prête d'en faire la pub, ça c'est sûr ! :smile:

On pourrait lancer un sujet là-dessus : "De l'art de la modération .... (en toute partialité)"

Message de la modération

Je n'ai aucune justification à te donner mais puisque tu mets en doute ma partialité, je peux te dire que mon 'Arrêtez' est un pluriel et pas un vouvoiement de politesse.

CQFD

Link to comment
Share on other sites

Pareil, Jean, moi aussi "Jeanpeuplusici". Retour prévu l'année prochaine. On a pris la décision ce we. Les raisons ?

- Grosse propagande de la part du gouvernement vis a vis de la facilité a trouver du travail. "Vous avez votre place ici" disait le site. Il n'en est rien. Les multiples sujets relatant les déboires de gens diplômés et qualifiés ne trouvant rien dans leur branche, obligés de reprendre des études ou de payer des ordres professionnels pour finir serveur chez Second Cup ou vendeur a Futur Shop sont légions. Même si on s'est renseigné avant (j'anticipe la réponse des purs et durs) voir son CV bien garni totalement ignoré , ça fiche un sacré coup !

-On pensait voir un pays moderne. Et la, oups ! Etre 68 millions en France, ça irrite d’être les uns sur les autres, mais au moins ça permet le développement de la technologie, des infrastructures et donne de la diversité et de la concurrence. Pour 8 millions de personnes au Québec et 35 millions au Canada, pas besoin ou trop cher de TGV, d'Easyjet, de fibre optique etc. Notre retour en France nous l'avons baptisé "retour vers le futur". De la 4G pour 25€, des laves linge qui chauffent l'eau, des routes en bon état, des poteaux électriques sans transfo accrochés, des rayons de supermarchés fournis etc.

-Une vie aussi chère qu'en France. Ok, pas sur les mêmes postes, mais au final, c'est pareil. Ah, prendre un PV pour stationnement a 17€ au lieu de 54$, j'en rêve presque ! Je ne parle même pas du rosé ou du saucisson a 4,50€ ! Tout est payant et beaucoup de pourboires augmentent la note! Une heure de stationnement sur le parc Jean Drapeau ou sur le Mont Royal= 12$.

-La bouffe ! Pas de choix, des prix de fous et un endroit différent a aller pour chaque type d'aliment si on ne veut pas se faire détrousser pas un IGA.

-Architecture nord Américaine; Pas de centre ville, pas de rues piétonnes. Des quadrilatères, nors/sud, est/ouest. On arrête d'aller au restaurant, car on se gare en face du resto, on mange en 30 minutes et retour maison (a 18h30...)! Pas de petite balade digestive devant des boutiques ou des jolies bâtisses. Pas de petit café en terrasse sans être sur une avenue, au ras des voitures. Je ne demande pas St Tropez, mais, là , c'est dur.

-Le manque de professionnalisme général. Tu commandes un panini et un café dans un resto, on t'apporte le café en 1er car c'est le truc le + rapide a faire. Bien sur, on commence tjr son repas par un café......Tu prends rdv pour changer tes frein au garage, on te prévient que la pièce n'est pas encore arrivée seulement quand tu te présentes. Personne ne te téléphone pour te dire de ne pas venir ! L’électricien qui dit qu'il vient mardi a 11h et qui arrive a 11h30.....le vendredi! Des exemples comme ça, j'en ai 6 pages !

-Pays pas pet friendly du tout, sauf pour te charger des frais. Les animaux sauvages sont rois mais les animaux domestiques sont pestiférés.

-Nous Latins sommes habitués a la franchise et a être direct. Combien de fois le conducteur de derrière a attendu que je tourne le coin de la rue pour me klaxonner ! Ou la madame qui attend de me croiser sur le trottoir pour me dire dans le dos, a 20 pas de moi "z'etes sensé tenir votre chien en laisse". Je préfère le gars qui te parle a 20 cm, te martelant la poitrine avec son index que cette mentalité de faux fuyants.

La galanterie aussi en prend un coup. Pas un gars pour s'effacer et laisser passer une femme dans un passage étroit. C'est 1er arrivé, 1er servi. Et ne comptez pas qu'ils vous tiennent la porte ou vous sourient.

-La santé inquiète aussi. Un mois et demi pour obtenir un rdv chez un spécialiste! Hey, quand t'a besoin d'un spécialiste, c'est que ça urge ! Il arrive des toubibs de partout, laissez les exercer !

Bref,on est venu, on a vu, on n’adhère pas.La mayonnaise n'a pas pris, on replie les gaules et on rentre. Seul petit regret: n'avoir pas tenté le coup dans une des province Anglophone, réputées plus accessibles et ouvertes (et moins taxées). Mais, là, plus envie, plus les moyens non plus de prendre le risque que ça ne fonctionne a nouveau pas.

Le coté positif est d'avoir vu autre chose, profité de bon moments quand même, s’être fais des bon amis (Français, être expat, ça rapproche) et de rentrer en France avec un autre regard sur notre pays. Certes il n'est pas parfait (surtout en ce moment) mais on prendra du recul sur pas mal de chose et on appréciera tout ce qu'on a (Je ne pensais pas un jour avoir hâte d'aller chez Auchan ou Géant Casino ! ).

Pour les pro immigration et intégristes du Québec, avec l'argent qu"on a laissé ici grâce au business fait avec les nouveaux venus, épargnez moi les commentaires cinglants svp.

-.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

épargnez moi les commentaires cinglants svp

c'est un peu ce que tu as fais non? :innocent:

c'est quoi votre métier si vous avez pas trouvé dans votre branche?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Une heure de stationnement sur le parc Jean Drapeau ou sur le Mont Royal= 12$.

autant j'aime lire les louanges que les critiques, mais comment trouver ton argumentation crédible ...

j'ai commencé à lire et je me suis arrêté la!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Non pas de commentaire cinglant mais je remarque juste que l'on passe de retours de mal être au bureau des plaintes :wink:

le manque de professionnalisme, je pense que c'est généralisé dans tous les pays.. on va rencontrer des cons un peu partout mais des gens très bien aussi.

par exemple, il y a quelques mois, je cherchais un électricien pour un 'petit' job à la maison. il y a un que je téléphonais, on me disait qu'on allait me rappeler, mais 3 jours après, pas de nouvelles. je contacte une autre compagnie, il est sensé venir voir tout ça un vendredi. j'ai attendu tout la journée, il est jamais venu! il m'a rappelé 2 jours après pour dire désolé, qu'il avait eu un empêchement.. :rolleyes2: finalement, j'ai contacté une autre compagnie. super gentil. il est venu, très professionnel et il a fait le job..

je pense que mon histoire peut arriver aussi en France comme ailleurs. c'est pas généralisé au Québec la connerie humaine

Link to comment
Share on other sites

"Jeanpeupluici"

Pourrais tu nous en dire plus sur toi pour commencer.

Que l'on comprenne ta situation?

Envoyé par l'application mobile Forum IC

C'est notre deuxième "immigration" au Québec. La première, nous avions 20ans, sans enfants. Lorsque tu es jeune, la vie n'est pas la même, les obligations et besoin ne sont pas les mêmes. Les coûts pour revenir en vacances au pays ne sont pas les mêmes! C'est beaucoup moins de responsabilités morales et financières à deux, qu'à quatre!

Lors de notre première immigration, nous sommes restés vivre ici quatre ans. Ma femme attendait notre premier enfant et nous avions besoin d'être proches de la famille, de vivre en famille sans ce problème de distance! Donc retour en France où nous avons vécu 7 ans, dans le sud. Entreprises développée, vacances régulières, weekends réguliers, grâce à la proximité. Mais le gros problème de la France étant l'insécurité, nous nous sommes dis que pour nos enfants il serait mieux de vivre dans un pays beaucoup plus sécuritaire. Donc après 7ans en France, direction le Québec que nous connaissions déjà! Notre fille avait 7ans, et notre fils 6 mois. Ça fait maintenant 3ans que nous vivons à Québec après avoir tout vendu en France. Nous avons nos sociétés, notre maison. Mais il y a quand même un manque, un vide qui ne nous quitte pas. Un sentiment que nous vivons d'une façon qui n'est pas la nôtre, que nos besoins vitaux ne sont pas comblés ici, malgré toutes nos tentatives. Notre fille ici n'est pas épanouie malgré toutes ces années. Son cur est là bas, son esprit est là bas. Pour nous c'est pareil.

Mais ce n'est pas facile de se dire qu'il faudrait à nouveau tout quitter tout recommencer, à force ça fait peur, les questions fusent dans la tête, le doute etc etc...

C'est comme un sentiment de perte d'identité totale!

J'ai fait court dans ma réponse mais je pourrais à nouveau développer !

Je voulais au moins montrer par mes mots que je ne compte aucunement critiquer les québécois ;-)

Faux pour ma fille en tout cas! Elle a laissé bcp de choses, amis, famille, sa grand-mère à la campagne, ses autres grands-parents, son tonton sa tâta ses cousins, les weekends en famille nombreuse et j'en passe! Ma fille est encore très attachée à tout ça, malgré que nous ayions essayé de lui faire voir les choses autrement.

Pour moi, les enfants sont des personnes à part entière dont il ne faut pas négliger les sentiments.

J'ai du mal à comprendre pourquoi vous vous posez autant de questions. Pour vous, il apparaît primordial que le bonheur de votre fille, quelque décision qu'elle prenne, passe avant le votre. Ne croyez pas que je pose la moindre critique là-dessus, c'est votre ressenti et il est tout à fait respectable. Disons que votre dilemme est que, si vous repartez en France, il risque de ne pas y avoir de 3e retour. Pourquoi? Tout simplement à cause des règles de resserrement de l'immigration.

Vous comprendrez bien que j'ai un avis tout à fait différent du votre concernant les enfants. Mais si cela est si important pour vous comme cela en a l'air, n'hésitez pas, rentrez! Au fond de vous-même, vous savez bien que la France en entier n'est pas un coupe gorge. Qu'il y a encore des régions où la sécurité est assurée. Le fait de rentrer d'un pays étranger vous donne le loisir de choisir absolument la région qui vous conviendra le mieux en matière de sécurité. Alors, n'hésitez plus.

Pour ce qui me concerne, je pars du principe inverse qui est qu'un enfant est heureux si ses parents sont heureux. Que mon enfant qui entre à peine dans l'âge de raison décide ce qui est le mieux pour lui et pour mon avenir entier, ça me dépasse.

Et si un jour, sous une influence quelconque (ou pas), votre adorable petite fille devient une ado rebelle qui ne supporte plus les sempiternelles réunions de famille, les personnes âgées qui radotent, les membres de la famille contrôlants (si si, ça existe :smile: ), une orientation politique qu'elle haïra au plus haut point et qui veut à nouveau repartir ailleurs, que ferez-vous? Peut-être qu'elle aura un avenir merveilleux et que tout lui sera possible. Mais vous, que deviendrez-vous? Vous resterez sur le carreau ?

Heuuu :blink2:

Où es-tu allée chercher l'idée que c'est la petite qui doit prendre la décision et que les parents suivront? L'initiateur de ce fil n'a jamais dit ça. Il a juste exprimé son ressenti à propos de toute la famille vit un profond malaise et que celui de la petite leur brise le coeur parce qu'ils se sentent coupables. Comme tous les parents pour d'autres raisons. De là à dire qu'elle va les mener où elle veut par le bout du nez ...

Tu ne comprends pas leurs questionnements, et pourtant toi, tu as emmené ton fiston ici. Ce n'était pas pour lui donner une chance de bonheur peut-être? Si tu ne peux pas comprendre en tant qu'immigrante, essaie en tant que maman, des fois ça peut aider de mettre l'une ou l'autre de nos nombreuses lunettes que la vie nous a données.

Merci beaucoup Kweli pour ta réponse envers Cherrybee car je me suis senti assez blessée de son commentaire et j'ai trouvé qu'elle avait un jugement assez radical sur ma fille qu'elle ne connaît même pas et qui jamais n'ose dire un mot plus haut que l'autre et qui jamais ne nous reproche quoi que ce soit! Simplement je suis une maman, qui pense avec le cur , qui regarde son enfant avec amour et qui a envie de voir les yeux heureux de sa fille!

Effectivement, parents heureux = enfants heureux mais ça va aussi dans l'autre sens pour moi c'est à dire enfants heureux = parents heureux .

Nous donnons beaucoup de valeurs à nos enfants, et même si en pleine crise d'adolescence elle perd un peu de ces valeurs, je lui fait totalement confiance pour les retrouver une fois la crise passée. L'amour sincère et l'écoute de l'autre sauve beaucoup de choses à mon avis!

Encore merci Kweli de ta compréhension sans jugements négatifs et de la gentillesse que tu dégages.

Edited by Jeanpeupluici
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.




×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement