Jump to content

Grogne chez les étudiants français au Québec


immigrer.com
 Share

Recommended Posts

Possible hausse des frais de scolarité: grogne chez les étudiants français au Québec

Le Huffington Post Québec | Par Caroline d'Astous Publication: 22/04/2014 20:03 EDT

gplus-32.png
n-STUDENTS-large570.jpg

La grogne monte chez les étudiants français venus étudier dans la Belle Province. Advenant une hausse de leurs frais de scolarité, certains craignent d’être «incapables de terminer leur parcours scolaire au Québec». Une pétition a même été lancée afin de faire pression sur le nouveau gouvernement libéral.

«Depuis 1978, un accord bilatéral existe entre la France et le Québec, un accord qui permet aux Français de payer les mêmes frais de scolarité que les Québécois», explique Michael Pilater, instigateur de la pétition et membre du collectif «Non à la hausse des frais de scolarité pour les étudiants français».

Il a lancé cette pétition quelques semaines avant le déclenchement des élections provinciales. «L’intention d’augmenter les frais figurait dans le budget de Nicolas Marceau, l’ancien ministre des Finances dans le gouvernement de Pauline Marois», dit-il.

Toutefois, en pleine campagne électorale, le chef libéral et nouveau premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a également mentionné qu’il avait l’intention de toucher aux frais de scolarité pour les étudiants français.

Une annonce qui fait craindre le pire à bon nombre d’étudiants français, insiste Michael Pilater. «Je reçois beaucoup de courriels de gens qui remettent en question leurs études au Québec parce qu’ils ne pensent pas être capable de payer si les frais augmentent», explique-t-il, lui qui est également tête de liste pour l’Union des Français de Montréal et des provinces maritimes investie par l'UMP et l'UFE, aux élections consulaires.

«Je reçois également des messages de gens qui remettent en question l’idée d’envoyer leur enfant étudier au Québec», dit-il.

Pour Michael Pilater, le nouveau gouvernement libéral fait fausse route en voulant augmenter les frais de scolarité des étudiants français, et ce, par «simple calcul comptable». «On essaie d’aller chercher de l’argent pour financer les universités et on le fait sur le dos des étudiants français», critique-t-il.

«N'oublions pas que le Québec a un réel besoin de main-d'oeuvre pour son développement économique à cause d'une natalité très faible. Une mesure en ce sens, limiterait donc la mobilité entre la France et le Québec, qui pourtant ne cesse de se renforcer grâce aux différentes ententes signées depuis près de 40 ans», peut-on lire dans le texte de la pétition.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/04/22/grogne-chez-les-etudiants-francais-au-quebec_n_5193773.html

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Moi je trouve que tous les étudiants étrangers devraient payer le même prix pour les études au Québec. Je vois pas pourquoi les français auraient des privilèges par rapport aux autres nationalités.

Link to comment
Share on other sites

Guest AnLau

J'ai une question toute bête, mais cette hausse concernera aussi les étudiants français qui suivront un programme DEC? Ou il s'agit juste des universités?

merci

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Moi je trouve que tous les étudiants étrangers devraient payer le même prix pour les études au Québec. Je vois pas pourquoi les français auraient des privilèges par rapport aux autres nationalités.

Parce que c'est une avenue royale pour ammener des français à s'installer au Québec après leurs études. Ce que recherche tout à fait le gouvernement du Québec.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je pense que le pire serait d'augmenter les frais des étudiants qui sont déjà sur place et qui ont déjà prévu leur budget en fonction des frais de scolarité de base. Alors ils rentreraient en France sans diplôme... Je trouve ça un peu limite...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

J'ai une question toute bête, mais cette hausse concernera aussi les étudiants français qui suivront un programme DEC? Ou il s'agit juste des universités?

merci

Si jamais ça se fait, oui.

Link to comment
Share on other sites

Salut SarahJade

je comprend ton point de vue, mais l'accord étant bilatéral, c'est la même chose pour les québécois voulant étudier en France. Ils doivent être considérés comme des étudiants français. Après peut être que l'accord doit être révisé mais ça serait dommage de le supprimer je trouve, car au delà des frais de scolarités il a une valeur symbolique importante.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Le Québec dans cette période de compressions budgetaire a t'il les moyens de cette entente ??

75 mm de $ annuellement en impots qui s'envolent pour le plaisir d'accueillir des étudiants français..

Link to comment
Share on other sites

Je suis étudiante Française, actuellement j'en suis à la première année de mon bac à l'UQAM et j'ai un budget que je dois respecter. J'espère trouver un job l'an prochain en parallèle avec mes études mais pour venir ici, j'ai du faire un prêt étudiant et des frais qui augmentent (si on passe de 1400$ le semestre à 5 cours à plus de 3000$) bah oui ça ferait vraiment mal dans mon budget et je ne sais pas si je serai capable de rester...

C'est compréhensible de vouloir augmenter les frais de scolarité pour payer pareil que les Canadiens non Québécois mais bon, pour ceux qui sont déjà sur place et qui ont commencé, ça va être le gros bazar. Parce que devoir rentrer en France alors que tu es en plein milieu de ton bac mais que tu n'as pas les moyens de le financer parce que ton budget n'était pas prévu comme ça... Bref, à voir si ça va passer ou pas et ce que ça va donner

Edited by aurore46101
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

je crois que si cette décision serait amenée à être appliquer, le gouvernement doit autoriser les étudiants déjà sur place avant l'entrée en vigueur, de continuer à payer les mêmes droits que les Quebeçois jusqu'à l'obtention de leur diplôme.

Et les nouveaux, malheureusement, payeront les mêmes droits que les canadiens( D'ailleurs que je trouve, subsidiairement , acceptable)

Link to comment
Share on other sites

C'est vrai Silicon mais les étudiants français rapportent pas mal car même s'ils paient moins cher ils sont très nombreux. Avec une hausse des frais leur nombre va beaucoup diminuer et donc les universités risquent quand même de perdre de l'argent.

Edited by kad07
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

post-48021-0-15885400-1398279069_thumb.g

Ils peuvent en perdre comment, les etudiants payent 20% de la facture et les impots 80%..

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Moi je trouve que tous les étudiants étrangers devraient payer le même prix pour les études au Québec. Je vois pas pourquoi les français auraient des privilèges par rapport aux autres nationalités.

Ca s'appelle une politique d'immigration.

Des fois il faut voir plus loin que le bout de son nez.

Ces étudiants rapportent combien au Québec en sortant des études ? C'est pas des ptits diplomes en +

En parrallèle, combien injectent les étudiants dans la société Quebecoise ?

En demandant un pactole de 10 000€ par année d'études, ça injecte de l'argent extérieur dans la société quebecoise, sachant qu'il est interdit de travailler les 6 premiers mois.

Les étudiants Français seront ils remplacé par des étudiants purs laine ? prennent il la place de quelqu'un?

Faut savoir si le Québec à encore réellement besoin d'immigration, c'est peut etre plutôt ça la question à se poser.

Edited by SoFarSoGood
Link to comment
Share on other sites

les étudiants français représentent quand même près de la moitié des étudiants étrangers. Au final ils vont payer deux fois plus cher mais si la moitié s'en vont, la somme d'argent à gagner là dessus est peut-être moins élevée qu'on le pense.

Et l'étudiant étranger peut aussi rapporter de l'argent au Québec autrement que par les frais de scolarité. En tant que consommateurs mais aussi en tourisme etc... Sans compter ceux qui par la suite s'installeront définitivement (ou pour un long moment du moins)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

les étudiants français représentent quand même près de la moitié des étudiants étrangers. Au final ils vont payer deux fois plus cher mais si la moitié s'en vont, la somme d'argent à gagner là dessus est peut-être moins élevée qu'on le pense.

Et l'étudiant étranger peut aussi rapporter de l'argent au Québec autrement que par les frais de scolarité. En tant que consommateurs mais aussi en tourisme etc... Sans compter ceux qui par la suite s'installeront définitivement (ou pour un long moment du moins)

Si on leur applique le même tarif que les autres étudiants étrangers, ce n'est pas 2 fois mais plutôt 5 fois plus cher.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

les étudiants français représentent quand même près de la moitié des étudiants étrangers. Au final ils vont payer deux fois plus cher mais si la moitié s'en vont, la somme d'argent à gagner là dessus est peut-être moins élevée qu'on le pense.

Et l'étudiant étranger peut aussi rapporter de l'argent au Québec autrement que par les frais de scolarité. En tant que consommateurs mais aussi en tourisme etc... Sans compter ceux qui par la suite s'installeront définitivement (ou pour un long moment du moins)

Si on leur applique le même tarif que les autres étudiants étrangers, ce n'est pas 2 fois mais plutôt 5 fois plus cher.

ils appliqueraient le même montant que les Canadiens hors québécois pour les français. J'avais lu dans un article de presse que l'augmentation serait de 180%

Link to comment
Share on other sites

Guest AnLau

Et cette mauvaise bonne idée serait applicable à partir de quand?

Pour savoir si je peux sauter avec ou sans parachute lol

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

C'est pas sur encore, mais il me semble que en théorie ça s'appliquerait progressivement et pas à ceux qui on déjà commencé - en tout cas pas d'un coup.

J'avoue ne pas savoir quoi penser - je comprends l'idée que c'est un privilège excessif, mais il me semble que personne n'a jamais fait de vraie analyse des couts/bénéfices de cette politique, notamment dans le cadre d'une politique d'immigration, vu la facilité de s'intégrer avec un diplôme québécois par rapport à un diplôme étranger...

Enfin, je suis bien contente de finir mes études là.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Similar Content

    • By Aude10
      Bonjour,
      Besoin de vos conseils SVP. Comme indique le titre de mon billet, on m'a refusé le permis d'étude pour la 2e fois. Les raisons sont les mêmes : ressources financières jugées insuffisantes ! Alors pour la petite histoire, pour la 2e application de mon permis d'étude, j'ai pu réunir la somme demandée pour les frais de scolarité ainsi que les frais de subsistances : je dirais même plus, car j'avais $3000 CAN de plus qu'on me le demandait. Une partie de l'argent se trouvait sur le compte bancaire de mon frère (c'est lui qui a pris la charge de mes frais de scolarité) + nous avons également pris un prêt bancaire qui devait être alloué une fois que le permis d'étude aurait été validé. Ma tante (vivant à Montréal) allait subvenir à mes besoins de nourriture, logement, transport et assurance. Une autre partie de l'argent figurait sur son compte à elle. Cela me paraissait logique, car elle allaitme prendre à sa charge. Par la suite, nous avons été chez 1notaire pour autentifier tout cela.
      Croyant que cette fois allait être la bonne, grande fut ma déception lorsqu'on me refusa le permis d'étude encore une fois. Du coup, je ne comprends vraiment plus ce qu'ils veulent que je démontre : l'argent aurait dû être sur le compte bancaire de mon frère uniquement ??? A savoir que les gens de l'ambassade ne m'ont pas donné plus de détails sur le refus. Pour couronner le tout, j'ai  dû reporter ma session d'hiver pour l'automne 2017, car j'allais être trop en retard pour la maîtrise. Pensez-vous que je devrais aussi refaire une demande de CAQ  ?  Car le report d'une session signifie qu'on devra m'accorder une nouvelle réponse attestant mon acception pour le trimestre d'automne. Du coup, nouvelles applications CAQ et éventuellement permis d'étude? Merci d'avance de m'apporter vos éclairages + J'aimerais bien que quelqu'un me raconte son expérience surtout, s'il s'est aussi vu refuser le permis d'étude. A+ et merci encore pour vos réponses.
    • By immigrer.com
      Les étudiants canadiens dénoncent des droits de scolarité excessifs
      7 septembre 2016 18h31 |Agence France-Presse | Éducation Photo: iStockLes droits acquittés par les étudiants varient énormément d’une province à l’autre et selon le programme d’étude, révèlent les données de Statistique Canada. Les droits de scolarité dans les universités canadiennes atteignent « des niveaux alarmants », a dénoncé mercredi la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, le principal syndicat étudiant au pays.
        Ces droits pour l’année universitaire 2016-2017 atteignent en moyenne 6373 dollars pour un étudiant inscrit à temps plein à un programme de premier cycle, contre 23 589 dollars pour un étudiant étranger, selon les chiffres publiés mercredi par Statistique Canada.
        Cela représente respectivement des hausses de 2,8 % et de 5,6 % par rapport à l’année précédente, bien supérieures à l’inflation.

      Variations provinciales
        Les droits acquittés par les étudiants varient énormément d’une province à l’autre et selon le programme d’étude.
        Les étudiants de Terre-Neuve (2759 dollars) et du Québec (2851 dollars) payent les droits de scolarité les moins élevés, loin derrière l’Ontario avec des droits de 8114 dollars.
        Les frais les plus élevés concernent les étudiants inscrits en dentaire (21 012 dollars), suivis de médecine (13 858 dollars), droit (11 385) et pharmacie (9738 dollars).
        Pour la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, cette explosion du coût des études s’explique par le désengagement des gouvernements des provinces et du Canada dans le financement des universités.
       
      suite et source: http://www.ledevoir.com/societe/education/479461/les-etudiants-canadiens-denoncent-des-droits-de-scolarite-excessifs
    • By Simo Tazi
      Bonsoir,
       
      j'ai vraiment besoin de votre avis ! je m’explique :  Mon frère a eu un refus du permis d'études ce matin et le problème c'est qu'il avait déjà payer les frais de scolarité du 1er trimestre !!!
      La question : est ce qu'on peut reprendre cette argent ?? Je voulais avoir votre avis avant que j'aille voir la direction le lundi.  ( juste pour info : l'école c'est collège CDI à Montréal )
      Merci d'avance,  
       
    • By Laurent
      Frais de scolarité toujours inférieurs au Québec Par Lia LévesqueLa Presse Canadienne MONTRÉAL – Les étudiants universitaires du Québec continuent de payer les frais de scolarité les plus bas au pays avec ceux de Terre-Neuve-et-Labrador, rapporte Statistique Canada.
      L’agence nationale précise que pour l’année scolaire 2014-2015, ces frais atteignaient en moyenne 2740 $ au Québec et 2660 $ à Terre-Neuve-et-Labrador. Pour l’année scolaire 2015-2016, Statistique Canada prévoit qu’ils demeureront les mêmes à Terre-Neuve-et-Labrador et devraient atteindre 2799 $ au Québec.
      Tout à l’opposé, c’est en Ontario que ces frais sont les plus élevés, toujours pour les étudiants à temps plein au premier cycle, soit 7562 $ pour l’année scolaire 2014-2015 et 7868 $ pour l’année scolaire qui vient de commencer.
      Au Nouveau-Brunswick, ces frais sont assez élevés aussi, soit 6298 $ en 2014-2015 et 6353 $ en 2015-2016. Les droits de scolarité ont été gelés au Nouveau-Brunswick, sauf pour quelques programmes, ce qui résulte en une faible hausse de 0,9 pour cent, note Statistique Canada.
      Pour les étudiants des deuxième et troisième cycles également, le Québec et Terre-Neuve-et-Labrador affichent les frais de scolarité les plus bas au pays.

      source : http://journalmetro.com/actualites/national/838903/frais-de-scolarite-toujours-inferieurs-au-quebec/

    • By immigrer.com
      Il faut mentionner que les étudiants français ont des accords particuliers mais que normalement les frais des étudiants étrangers sont beaucoup plus élevés.

      http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/130912/t130912b001-fra.htm

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement