Jump to content

Les travailleurs canadiens attaqués de l’extérieur et de l’intérieur


Recommended Posts

Les travailleurs canadiens attaqués de l’extérieur et de l’intérieur

Par Stéphane Parent |

Mardi 15 avril, 2014

Travailleurs étrangers mieux payés et hausse des travailleurs canadiens non rémunérés.

Le printemps 2014 passera à l’histoire comme l’un des plus inquiétants pour ceux qui pensent que les emplois et les revenus des travailleurs canadiens sont de plus en plus menacés par les pressions d’une compétition déloyale.

Il y aurait d’abord une menace extérieure, sous la forme du programme canadien des travailleurs étrangers temporaires.

Ensuite, les travailleurs canadiens seraient menacés de l’intérieur grâce à une mauvaise utilisation des programmes d’embauche de stagiaires non rémunérés.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Aide-mémoire…

  • À la suite de révélations de l’équipe de télévision Go Public de la télévision anglaise de Radio-Canada, le ministre canadien de l’Emploi, Jason Kenney, a lancé initialement une enquête sur l’usage du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) qu’ont fait un certain nombre de restaurants McDonald’s en Colombie-Britannique.
  • Le ministre a suspendu les permis de travail temporaires délivrés à quatre restaurants de cette province de l’Ouest canadien.
  • Mais le scandale touche maintenant plusieurs autres restaurants McDonald`s dans tout le Canada.

130829_mp9a1_greve-mcdonalds_sn635.jpgL’arche dorée des restaurants McDonald’s a perdu un peu de son éclat au Canada depuis un peu plus d’une semaine. © Mike Blake/Reuters

Le scandale des travailleurs étrangers dans les restaurants McDonald’s prend du poids

D’autres employés et anciens employés de McDonald’s à travers le Canada viennent de dénoncer ses dernières heures la réduction de leurs heures de travail et de leur salaire au profit de travailleurs étrangers temporaires. Ce scandale impliquant des dizaines de travailleurs étrangers temporaires a initialement éclaté il y a une dizaine de jours.

Christ Eldridge vient de quitter son poste de gestionnaire de six restaurants McDonald’s en Alberta. Il affirme ne plus pouvoir « digérer » de retirer des heures aux employés canadiens pour les donner aux travailleurs étrangers temporaires que fait venir le propriétaire.

Christ Eldridge était responsable des horaires des employés de six franchises de Lethbridge. Il dit qu’on lui avait ordonné de donner les quarts à temps plein aux employés étrangers et qu’en plus, ceux-ci étaient payés plus que les employés canadiens.

Des employés étrangers commençaient à 10,80 $ l’heure, alors que les employés locaux, pour les mêmes postes, commençaient à moins de 10 $ l’heure, dit l’homme de Lethbridge.

140411_pz83p_chris_eldridge_mcdonalds_snEn tant que gérant pour les restaurants McDonald’s Chris Eldridge était responsable des horaires des employés de six franchises de Lethbridge. Il dit qu’on lui avait ordonné de donner les quarts à temps plein aux employés étrangers et qu’en plus, ceux-ci étaient payés plus que les employés canadiens. © Radio-Canada

Le scandale des 300 000 stagiaires gratuits au Canada qui valent leur pesant d’or

L’autre scandale qui vient heurter de plein fouet la confiance des travailleurs dans un marché du travail canadien juste et équitable pour tous est cette histoire de stages bénévoles au Canada qui semblent en ce moment se multiplier comme des petits pains.

On estime que 300 000 personnes travailleraient en ce moment gratuitement au sein de grandes entreprises pourtant prospères. Un record.

Et, ce ne sont plus seulement des étudiants qui donnent gratuitement de leur temps dans l’espoir de poser un pied sur le marché du travail, mais aussi des nouveaux arrivants au pays qui travaillent gratuitement pour acquérir la fameuse « expérience canadienne ».

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By mcbeach1
      Bonjour à tous,    J'espère que je poste au bon endroit.    Cela fait 1an et demi que je suis à Montréal. J’ai eu la chance de trouver un travail avant d’arriver du coup j’ai pu travailler les 12 mois requis pour déposer la demande de résidence permanente. J’en ai également profité pour acheter mon premier appartement même si je ne connais pas encore les possibilités de Visa.  Je me suis dit que ce sera au pire un investissement que je revendrais plus tard. Pour ce que cela intéresse, j’ai fait une vidéo ou je raconte comment j’ai réussi à acheter mon premier appartement au CANADA ici https://www.youtube.com/watch?v=Efm4nbbjZcA   Mon permis de travail arrivant bientôt à expiration, j’envisage de le transformer en Visa touriste mais je pose ces questions:   Est-ce que je conserve quand même la possibilité de rechercher un emploi et travailler pour n’importe quel employeur étant détenteur du CSQ? Puis je quitter le pays pour voyager un peu et revenir plus tard?   Merci pour vos réponses.
    • By Nakoya
      Bonjour,
      J'ai une question sur le PEQ travailleur 
      Quand un travailleur temporaire qui bénéficie des mesures transitoires ( anciennes règles) travail 12 des 24 derniers mois et veut appliquer au peq pour travailleur est ce que le calcul des 12mois se fera selon le nombre  de semaines travaillées durant les 24 mois ou selon le nombre  d'heures ? 
      Exemple : je travail trois mois en continu et durant le quatrième mois je travail 3  semaines à temps plein et pendant la 4 ème semaine je travaille 15 heures ( temps partiel) est ce que ces trois semaines à temps plein seront prises en considération dans le calcul ? 
      Merci 
    • By Laurent
      Le Canada célèbre l’enseignement des langues !
      Par Alice Chantal Tchandem Kamgang 
      vendredi 7 juillet, 2017
        C’est la journée des étudiants du monde au Canada. Une occasion pour les 135 000 inscrits tous les ans de célébrer l’enseignement des langues française et anglaise, dans un contexte de multiculturalisme, à travers des programmes ludiques et récréatifs.
      Gonzalo Peralta, directeur exécutif de langue Canada© Langues Canada Le multiculturalisme agrémente les festivités
      La journée des étudiants du monde se célèbre ainsi pour la 4e année au Canada. Le directeur général de Langues Canada, Gonzalo Peralta, parle d’une occasion festive qui réunit près de 8000 étudiants à travers le pays autour d’un idéal commun : l’enseignement des langues.
      Près de 135 000 étudiants internationaux sont inscrits chaque année au programme de langue dans les 210 écoles qui sont représentées par Langues Canada, l’association nationale d’enseignement des langues au Canada.
      Écoutez Voici quelques pays dont sont originaires les étudiants inscrits dans ces écoles:
      Japon  Brésil Chine Corée du Sud Mexique 
      Une contribution importante à l’économie du Canada
      Selon le directeur général de Langues Canada, la plupart des étudiants internationaux inscrits aux programmes de langue poursuivent plus tard leurs études dans les écoles et universités canadiennes.
      Leur présence dans le pays permet de générer des gains de près de 1,5 milliard de dollars, provenant notamment des frais de scolarité, de subsistance et autres activités touristiques.
      C’est ce qui justifierait l’engouement des responsables gouvernementaux à différents niveaux (provinciaux et fédéraux) qui accompagnent l’initiative de la célébration de la journée des étudiants du monde au Canada.
       
      suite et source: http://www.rcinet.ca/fr/2017/07/07/le-canada-celebre-lenseignement-des-langues /
    • By Laurent
      Le gouvernement libéral dit qu'il vise la fraude. Mais les avocats représentant certains citoyens ciblés pour la révocation de leur citoyenneté disent qu'ils voient des cas qui ne correspondent pas à cette description.
      Crédit photo : (Sean Kilpatrick/Canadian Press)
      Le gouvernement canadien révoque la citoyenneté aux immigrants à un taux beaucoup plus élevé que le précédent
      Par Stéphane Parent | [email protected]
      mardi 11 octobre, 2016 , Aucun commentaire ↓
        Partager Selon une analyse de la CBC, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a utilisé à un rythme accéléré les nouveaux pouvoirs accordés par une loi controversée sur la citoyenneté adoptée par le précédent gouvernement de Stephen Harper.
      Entre novembre 2015 et la fin d’août 2016, le gouvernement a soumis à l’examen 184 de révocation sans audiences juridiques . Dans environ 90 % des cas, cela a donné lieu à la perte d’une personne de sa citoyenneté .
      Les chiffres montrent que le gouvernement Trudeau a utilisé la loi de manière beaucoup plus agressive que le gouvernement Harper lui-même.
      Mais dans un avis déposé devant la Cour fédérale vendredi soir dernier, le gouvernement affirme qu’il ne veut pas accorder un moratoire dans les cas de révocation, et il ajoute que les accusations affirmant que le système révoque un trop grand nombre de citoyennetés sont spéculatives.
      Justin Trudeau avait pourtant promis…
      Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, s’adressant à la communauté musulmane Ahmadiyya. © PC/Chris Young Ces révélations causent beaucoup de remous dans la mesure où le chef libéral Justin Trudeau avait fait du caractère sacré de la citoyenneté un enjeu important lors des élections fédérales de l’an dernier.
      « Un Canadien est un Canadien est un Canadien », avait déclaré notamment Justin Trudeau lors d’un débat électoral télévisé.
      Le chef libéral, Justin Trudeau, promettait spécifiquement qu’un gouvernement libéral abrogerait la loi C-24 mise en place en juin 2015 par le gouvernement de Stephen Harper. Il avait d’abord fait cette promesse lorsqu’il s’était adressé à la communauté musulmane Ahmadiyya rassemblée à Mississauga, en banlieue de Toronto.
      Selon le chef du Parti libéral du Canada, les récentes réformes de la Loi sur la citoyenneté créaient « des divisions et dévalue la citoyenneté canadienne ».
      source et suite:http://www.rcinet.ca/fr/2016/10/11/immigrants-le-gouvernement-canadien-revoque-la-citoyennete-a-un-taux-beaucoup-plus-eleve-que-le-precedent/
    • By Laurent
      Annonce de recherche d’emploi
      Crédit photo : Radio-Canada/Simon Turcotte
      Le Québec est devenu le moteur des emplois au Canada!
      Par Stéphane Parent | [email protected]
      mardi 11 octobre, 2016 , Aucun commentaire ↓
        Partager Avec moins du quart de la population canadienne, le Québec était responsable en juillet de plus la moitié de toute la création nette d’emplois dans tout le Canada.
      Le Québec affiche les gains les plus importants au Canada au point de vue de la création d’emplois ce qui fait en sorte que le taux de chômage au Québec a reculé en septembre de 0,2 point de pourcentage, à 6,9 %.
      Le Québec a affiché les gains les plus importants, avec la création nette de 38 300 emplois. C’était la première fois que le taux de chômage retraitait sous la barre des 7 % depuis janvier 2008. En Ontario, la province la plus populeuse du pays, seulement 16 200 emplois ont été créés le mois dernier.
      Au même moment, le marché du travail canadien dans son ensemble a lui aussi affiché le mois dernier une meilleure performance que prévu, avec la création nette de 67 200 emplois, essentiellement grâce aux emplois à temps partiel et aux travailleurs autonomes.
      Malgré ce bond, le taux de chômage canadien, toutes les provinces confondues, s’est maintenu à 7 % puisqu’un plus grand nombre de personnes se sont mises à la recherche d’un emploi, a précisé Statistique Canada.
      Un marché canadien de l’emploi très volatile
      En juillet dernier, le Canada avait enregistré sa pire perte d’emplois au Canada en 5 ans . Ce sont 31 200 emplois à temps plein qui ont été perdus en juillet.
      En fait, 71 400 emplois à temps plein avaient été perdus au cours de ce seul mois d’été alors que 40 200 emplois à temps partiel avaient été créés selon Statistique Canada.
       
      suite et source:http://www.rcinet.ca/fr/2016/10/11/le-quebec-est-devenu-le-moteur-des-emplois-au-canada/
      Une baisse aussi importante n’avait pas été enregistrée depuis octobre 2011, où 80 300 postes avaient disparu du marché de l’emploi.
    • By immigrer.com
      Escroqueries téléphoniques: on cible maintenant les nouveaux arrivants
      Par Raymond Desmarteau 
      jeudi 10 mars, 2016
      De faux agents, évidemment.
      Les victimes reçoivent un appel, ils sont nommés spécifiquement. L’arnaqueur avise sa cible qu’il ou elle a omis de mettre à jour son statut d’immigrant au Canada.
      Il est souvent question de la loi C-24 et des changements survenus à la Loi sur la citoyenneté canadienne. Le faux agent offre à sa victime la possibilité une amende de 2 500$ AU COURS DE L’HEURE QUI VIENT à défaut de quoi cette personne risque la déportation, la perte de son passeport et sa citoyenneté.
      Le Centre antifraude du Canada rappelle qu’en aucun temps ses agents ne font des requêtes téléphoniques quand il est question d’amendes ou de déportation.
       
      suite et source : http://www.rcinet.ca/fr/2016/03/10/escroqueries-telephoniques-on-cible-maintenant-les-nouveaux-arrivants/
    • By immigrer.com
      + de 40 emplois "à risque" avec le changement aux travailleurs étrangers Loin d’être limités aux travailleurs agricoles ou sylvicoles, les changements au Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) décrétés par Ottawa vont aussi toucher plusieurs secteurs de pointe. D’ailleurs, le géant Technicolor a engagé des discussions avec le gouvernement du Québec depuis plusieurs mois pour protéger son accès à un bassin de candidats internationaux.
      + de 40 emplois "à risque" avec le changement aux travailleurs étrangers

      Olivier Bourque, Argent, 27 avril 2015

      Selon le registre des lobbyistes, un mandat a été accordé au cabinet de relations publiques National à la fin de l’année 2014 pour environ un an.

      «La démarche vise à sensibiliser le gouvernement sur les nombreuses difficultés qu’entrainerait l’application au Québec des changements proposés par le gouvernement fédéral au PTET notamment en regard de la mobilité internationale d’un grand nombre de travailleurs spécialisés», est‐il écrit.

      Technicolor possède son plus important studio d’effets spéciaux à Montréal. L’entreprise embauche plusieurs travailleurs étrangers notamment des ingénieurs et concepteurs en logiciels, des analystes et consultants informatique ou des technologues en dessins qui viennent combler la pénurie de main‐d’œuvre au Québec.

      Technicolor n’était pas disponible pour commenter lundi. Mais l’entreprise française n’est pas la seule société de pointe qui pourrait souffrir du resserrement du programme. Plusieurs organisations ou entreprises se sont enregistrées au registre fédéral pour ce même enjeu, telles que IBM, Microsoft et Blackberry.

      Plusieurs postes qui profitaient d’un processus simplifié ne sont plus protégés. Dans la liste de 42, on y retrouve des emplois très variés notamment en ingénierie, en technologie, en médecine ou d’autres de pharmaciens, designers graphiques ou infirmiers auxiliaires.

      Non‐respect de l’entente avec Québec

      Avec la réforme du PTET effectuée par Ottawa qui va entrer en vigueur le 30 avril prochain, la durée des permis et leur possibilité de renouvellement seront réduites, ce qui va forcer des travailleurs étrangers qui gagnaient leur vie ici à quitter le Québec, craint Québec.

      Certains de ces emplois étaient protégés depuis la fin des années 80. Ainsi, depuis les changements au programme en 2014, le Québec avait été épargné. Selon une source consultée, on s’étonne maintenant qu’Ottawa ne respecte plus l’entente avec le Québec.

      Dans le secteur des affaires, les inquiétudes aussi sont vives. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a demandé au gouvernement fédéral de repousser son échéance du 30 avril. « Cette décision unilatérale du gouvernement fédéral risque de nuire à plusieurs PME au Québec», a souligné sa vice‐ présidente Martine Hébert dans un communiqué la semaine dernière.

      Pris au dépourvu par la décision d’Ottawa, Québec a déjà critiqué l’intransigeance d’Ottawa.


      suite et source : http://argent.canoe.ca/nouvelles/plus-de-40-emplois-risque-avec-le-changement-aux-travailleurs-etrangers-27042015

    • By immigrer.com
      Embauche de travailleurs étrangers : Jason Kenney sévit
      Mise à jour le vendredi 7 novembre 2014 à 6 h 49 HNE
      Jason Kenney Photo : (Sean Kilpatrick / Canadian Press) Le ministre de l'Emploi, Jason Kenney, a sévi contre une compagnie établie en Alberta qui a fourni des informations « trompeuses » pour bénéficier du programme d'embauche des travailleurs étrangers.
      Le gouvernement fédéral a rayé la société Noralta Lodge Ltd, qui tient un camp pour les travailleurs des sables bitumineux à Nisku, du programme pour les deux prochaines années.
      Une enquête a démontré que l'employeur avait falsifié certaines demandes d'emploi pour embaucher des travailleurs étrangers en fournissant des informations « trompeuses » ou « fausses » dans certains cas.
      En conséquence, le ministère a annulé 19 demandes de permis pour des travailleurs étrangers selon le réseau anglais de Radio-Canada.
      « L'employeur a fourni des informations fausses, trompeuses ou inexactes dans leurs demandes. »— Site emploi et développement social Canada Pour profiter du programme, la compagnie doit d'abord prouver la nécessité d'employer des travailleurs étrangers avant des travailleurs canadiens, ce qui n'a pas été fait dans ce cas.
      La compagnie est maintenant inscrite sur la « liste noire » d'Ottawa. Une courte liste qui compte actuellement cinq compagnies.

      suite et source : http://ici.radio-canada.ca/regions/atlantique/2014/11/07/002-jason-kenney-embauche-travailleurs-etrangers-sanctions-noralta-lodge.shtml
    • By immigrer.com
      Toronto : le second marché résidentiel le moins accessible au Canada
      Par Raymond Desmarteau |
      Mardi 7 octobre, 2014

      Toronto est la quatrième ville au monde où il fait bon vivre et l’une des villes les plus accueillantes pour y faire des affaires. Voilà ce qu’on peut lire dans un rapport de 245 pages rendu public aujourd’hui.
      Mais, Toronto est aussi la seconde ville en importance au Canada où le marché de l’habitation est le moins convivial au pays.
      Le rapport annuel de la Toronto Foundation, intitulé Vital Signs (Trad. : signes vitaux) examine une multitude de sujets allant de l’économie à l’environnement en passant par le taux de criminalité.

      Rahul Bhardwaj, président et chef de la direction de la Toronto Foundation, affirme que Toronto peut être fière de son résultat tout en soulignant qu’on y trouve des problèmes sérieux, des réalités inquiétantes.

      « Les problèmes de Toronto ne font pas dans la simplicité. Si tel était le cas, nous trouverions facilement des solutions simples, il va de soi. Nous faisons face à des problèmes complexes.»

      Le logement abordable – en fait le manque criant de logement abordable – est encore et toujours au cœur de la réalité torontoise comme le souligne le rapport Vital Signs. Il n’y a qu’à Vancouver où la situation est pire.

      « En juillet de cette année, plus de 170 000 personnes se retrouvaient sur des listes d’attente de logements sociaux dans la ville de Toronto,» souligne Sara Goldvine du Toronto Community Housing. «Des familles peuvent attendre jusqu’à huit ans avant d’avoir accès à un appartement subventionné dans la ville. »

      Le coût médian d’une maison typique Toronto est de 691 000$, ce qui exige d’une famille un revenu brut annuel d’au moins 140 000$. Le coût moyen de location pour un simple appartement est de 1 100$/mois.
      Quelques données

      La mesure du prix moyen d’une maison par rapport au revenu moyen des familles place Toronto au quinzième rang des marchés immobiliers les moins accueillants au monde.

      L’index d’accessibilité des prix – le revenu nécessaire avant impôts d’un ménage pour remplir ses obligations hypothécaires dans le marché actuel – était de 65,3% au premier trimestre de 2014.

      Le taux d’inoccupation des appartements d’une chambre à coucher dans le Grand Toronto était de 1,7% en 2013.
      Le loyer moyen pour un appartement d’une chambre à coucher dans le Grand Toronto en 2013 exigeait 40,6% du revenu moyen d’une personne travaillant à plein temps chez les 15-24 ans.

      À Toronto, 45% des personnes dans la vingtaine vivent avec leurs parents.
      260 unités HLM ont été livrées en 2013, une chute de 77% par rapport à 2012

      Une ville plus verte

      Le rapport Vital Signs souligne également que les Torontois ont des habitudes de vie plus vertes, qu’ils utilisent moins d’eau potable et qu’ils recyclent davantage.

      La consommation d’eau a chuté de 16 millions de litres par jour entre 2011 et 2012.

      Le taux de déchets domestiques a augmenté au cours des trois dernières années. Reste que le pourcentage de récupération a atteint 53% en 2013, une augmentation de 1% par rapport à l’année précédente.

      Le nombre de bâtiments possédant la certification LEED (Leadership in Energy and Environment Design) – un système nord-américain de standardisation de bâtiments à haute qualité environnementale – augmente de 60 unités annuellement depuis deux ans.

      On retrouve plus de 10 millions d’arbres dans la forêt urbaine torontoise de 116 essences différentes, soit 16 000 arbres par kilomètre carré ou encore quatre arbres par Torontois.

      http://www.rcinet.ca/fr/2014/10/07/toronto-le-second-marche-residentiel-le-moins-accessible-au-canada/
    • By immigrer.com
      Nos universités canadiennes glissent un peu au classement mondial
      Par Stéphane Parent |
      Jeudi 2 octobre, 2014

      Huit universités canadiennes figurent toujours sur la liste des 200 meilleurs au monde.
      Depuis 2003, le classement de Shanghai dresse le palmarès des 500 premières universités sur les 17 000 que compte la planète. L’édition de cette année réaffirme la suprématie des États-Unis, qui occupent 16 des 20 premières places, suivis de la Grande-Bretagne, qui en détient 3.
      C’est encore l’Université Harvard qui domine le palmarès mondial pour une 12e année consécutive. Les universités anglo-saxonnes continuent certes de dominer le classement, mais les écoles supérieures asiatiques poursuivent leur ascension.
      La Chine notamment confirme sa progression grâce à ses 44 universités maintenant dans le top 500.
      Le Canada occupe le 8e rang sur les 42 pays inscrits au classement
      La mieux placée des universités est l’Université de Toronto qui occupe le 20e rang. Les autres universités du pays qui figure sur le nouveau classement annuel de Times sont l’Université de la Colombie-Britannique (32e), l’Université McGill a Montréal (39e), l’Université McMaster de Hamilton en Ontario (94e), l’Université de Montréal (113e), l’Université de l’Alberta (124e), l’Université de Victoria sur la côte ouest (173e) et l’Université d’Ottawa (188e).
      Une vue de l’Université McGill. © IS/©iStockphoto/Gregory Olsen Les universités québécoises
      Pour l’Université de Montréal en 113e place, il s’agit d’une glissade de sept places par rapport au classement de l’année précédente. L’Université Laval figure dans un groupe classé entre les 226e et 250e rangs.
      Le classement de Shanghai s’appuie sur un indicateur construit à partir de six critères, dont le nombre de Nobel parmi les anciens élèves, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline ou le nombre de publications dans Science et Nature.
      Liens externes
      Le saviez-vous?
      Un étudiant universitaire sur 10 au Canada vient de l’étranger Il y a plus de 100 000 étudiants étrangers au Canada, une mine d’or pour le Canada Le Canada accueille un nombre record d’étudiants étrangers en ce moment soit plus de 100 000 par exemple l’an dernier. C’est 10 % de tous les étudiants universitaires au Canada. Cette internationalisation des universités canadiennes est une véritable mine d’or en retombées économiques Les étudiants étrangers génèrent des retombées économiques de 8 milliards de dollars en frais de scolarité, en frais d’hébergement et en dépenses discrétionnaires. Plus du tiers des étudiants étrangers au Québec sont d’origine française. source : http://www.rcinet.ca/fr/2014/10/02/nos-universites-canadiennes-glissent-un-peu-au-classement-mondial/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement