Aller au contenu
  • 0
fabriced

expérience malheureuse

Question

voici un petit sujet qui vient de sortir dans l'Express de Drummondville... article

Après un an d'expérience, le permis de travail du Français Jérémy Spérini est refusé

author_thumbnail.jpgJean-Pierre Boisvert Publié le 04 mars 2014

article_large.jpg
article_large.jpg
article.jpg
article.jpg

Publié le 04 mars 2014

Jérémy Spérini (assis) ne peut pas rester à l'emploi de Daniel Fortin qui pourtant l'apprécie grandement à titre d'opérateur-mécanicien chez Recyc PHP.

Ghyslain Bergeron

Lui et sa conjointe Kelly doivent sortir du Canada

Opérateur-mécanicien chez Recyc PHP depuis un an, où il donne entière satisfaction à son employeur, le Français Jérémy Spérini a vu son permis de travail être refusé pour des raisons bureaucratiques et doit, avec sa conjointe Kelly Thomas, coiffeuse au salon d'Annie Charland, organiser en catastrophe la vente de leurs autos et de leurs meubles et quitter le Canada ce 4 mars 2014.

Le travailleur de 31 ans est dans un sacré pétrin. Après avoir obtenu l'an dernier un visa, bon pour un an, grâce au Programme Vacances-Travail (PVT) du gouvernement français, Jérémy Spérini est embauché par Daniel Fortin, pdg de Recyc PHP, une petite entreprise de cinq employés située sur le site de l'ancienne Celanese, spécialisée dans le traitement des rejets industriels de produits d’hygiène personnelle.

Peu après, Daniel Fortin procède à l'achat d'un densificateur, une machine dispendieuse qui permet, notamment, de fabriquer des granules d'absorbant et de transformer le film de plastique. Et c'est sur ce projet que M. Spérini a su démontrer son expertise. «Non seulement il est excellent à faire fonctionner la machine, il la connaît et peut la réparer en tout temps, mais il a surtout une très bonne attitude. Il a l'esprit d'opérateur, quelque chose qui ne s'apprend pas à l'école. Ce n'est pas facile de trouver un homme comme lui», raconte M. Fortin.

L'automne dernier, l'employeur fait la demande pour obtenir le permis de travail pour Jérémy Spérini, mais, par une lettre lui parvenant au début du mois de février, la demande est rejetée par les gouvernements d'Ottawa et de Québec.

Les raisons du refus sont de plusieurs ordres: la capacité de payer et le risque que l’entreprise ne puisse pas garantir un travail à M. Spérini pour les trois prochaines années; manque d'efforts raisonnables de recrutement pour employer ou former des résidents du Québec; la personne ne répond pas aux exigences de l’expérience demandée; et, enfin, le salaire offert n'est pas de nature à attirer des Québécois. Dans une lettre de réplique, Daniel Fortin fait savoir au ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles et à Ressources Humaines et Développement des compétences Canada/Service Canada qu'aucune de ces raisons n'est valable sur le plan pratique.

«Nous sommes une entreprise novatrice et des partenaires financiers, dont un banquier, nous font confiance. On défriche dans ce domaine. Qui connaît l'avenir? Nos procédés sont uniques et il est impossible de trouver un employé ayant de l’expérience avec nos équipements. Nous avons participé au Défi Emploi. Nous avons formé deux opérateurs qui font fonctionner l’équipement sur une base régulière. Les mécaniciens rencontrés n'étaient pas intéressés au poste car il comportait une portion d'opération, et je tiens à ce que la personne choisie sache opérer la machinerie pour mieux la développer. Quant au salaire, il correspond à la capacité de payer de l'entreprise», a écrit essentiellement M. Fortin, disant trouver inconcevable que ce poste d'opérateur-mécanicien n'entre pas dans une case prédéfinie dans les papiers du gouvernement. Tout le problème est là, selon lui.

«Je ne comprends pas pourquoi je ne peux pas garder Jérémy, c'est pourtant zéro problème pour la société. Au contraire, c'est un plus, un plus pour tout le monde. Lui et sa conjointe ont trouvé du travail à Drummondville. Ils ont développé un bon réseau d’amis et ils se sont totalement intégrés. C'est l'exemple parfait du couple qui a réussi à s'engager dans sa société d'adoption. Ils ont choisi le Canada, j'espérais les aider à réaliser leur rêve».

Pour M. Spérini, c'est le néant. «Je ne sais pas quoi faire. Je dois vendre les meubles, les autos, résilier un bail de location d'une maison. Faire une demande de prolongation, ça coûte cher et il y a des délais. J'ai besoin de garder mon argent pour déménager. On perd tout ce qu'on a construit, moi et Kelly, depuis un an dans une ville qu'on adore. C'est épouvantable. Là je dois faire une demande de prorogation de statut (visiteur)… »

Annie Charland est désespérée pour son employée Kelly Thomas. «Ils se sont fait promettre des choses, ils ont investi et tout s'écroule. C'est la deuxième coiffeuse française que j'engage et c'est la deuxième qui est dans l'obligation de partir. Tout ça est très décevant», commente-t-elle.

À la Société de développement économique de Drummondville, Alex Bussières, commissaire à l’emploi et à l’immigration, connait bien le dossier. «Le PVT permet à 7000 jeunes Français, par tirage au sort, de venir au Canada pour un an et Jerémy fut choisi en compagnie de son copain Kevin Scupien. Les deux jeunes se sont présentés à moi et j'ai vu que Kevin Scupien avait les compétences que recherchait Daniel Fortin. Celui-ci l'a engagé en même temps que Jérémy. Scupien est parti mais Jérémy est resté, sachant bien qu'au bout d'un an la demande d'un permis de travail ne serait pas gagnée d'avance. Il y a bien sûr un drame humain derrière ça. La bonne nouvelle c'est que Jérémy a gagné des points en venant ici et il sera un très bon candidat pour obtenir sa résidence permanente», a-t-il expliqué.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Messages recommandés

  • 0

PVT=1 an... sans garanti de pouvoir le prolonger d'une autre manière! tant que certaines personnes ne comprendront pas ce principe il y aura des cas de ce type!

ils n'ont eut aucune promesse à part le droit de venir pour une année...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Effectivement, pas de quoi fouetter un chat. Son expérience n'est pas unique. Quand on part avec un PVT d'un an, on ne devrait pas automatiquement assumer qu'il n'y aura aucun problème pour embrayer sur un autre visa derrière. Ce temps est révolu!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Je ne comprends pas qu'on leur ait refusé le permis de travail surtout que le patron ne trouve pas de candidat par contre il n'y a aucun problème à faire venir des travailleurs étrangers chez BMO les former pour remplacer les canadiens déjà en poste.

Faudra qu'on m'explique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Je ne comprends pas qu'on leur ait refusé le permis de travail surtout que le patron ne trouve pas de candidat par contre il n'y a aucun problème à faire venir des travailleurs étrangers chez BMO les former pour remplacer les canadiens déjà en poste.

Faudra qu'on m'explique.

parce que l'entreprise doit avoir du vécu, un bon historique, et être viable... pour le fait de ne pas trouver c'est toujours discutable... il ne trouve pas car ne cherche pas vraiment en ayant son employé sous la main ou alors il y a réelle penurie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Je ne comprends pas qu'on leur ait refusé le permis de travail surtout que le patron ne trouve pas de candidat par contre il n'y a aucun problème à faire venir des travailleurs étrangers chez BMO les former pour remplacer les canadiens déjà en poste.

Faudra qu'on m'explique.

parce que l'entreprise doit avoir du vécu, un bon historique, et être viable... pour le fait de ne pas trouver c'est toujours discutable... il ne trouve pas car ne cherche pas vraiment en ayant son employé sous la main ou alors il y a réelle penurie...

Et l'entreprise ne paye pas à la hauteur de ce qu'un québécois accepterait,ce qui est automatiquement bloquant,le MICC ne veut pas que les entreprises cassent le marché en employant un immigré moins cher que ce que lui coûterait un québécois.Ce qui est une très bonne chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Ça c'est en principe parce qu'on va bien chercher de la main d'oeuvre bon marché pour faire baisser les salaires. Il suffit de voir ce qu'a fait la Banque Royale et ce qu'a voulu faire BMO

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut ! un PVT est pour un an.... rien de plus. Malheureusement beaucoup de gens espèrent encore (ou pensent) le contraire.

Ce qui me désole le plus, reste encore certains commentaires un poil raciste sur l'article...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

je ne vois aucun commentaire de ce genre pour ma part... a quelle allusion fais-tu?

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut ! un PVT est pour un an.... rien de plus. Malheureusement beaucoup de gens espèrent encore (ou pensent) le contraire.

Ce qui me désole le plus, reste encore certains commentaires un poil raciste sur l'article...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

je ne vois aucun commentaire de ce genre pour ma part... a quelle allusion fais-tu?

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut ! un PVT est pour un an.... rien de plus. Malheureusement beaucoup de gens espèrent encore (ou pensent) le contraire.

Ce qui me désole le plus, reste encore certains commentaires un poil raciste sur l'article...

les commentaires des lecteurs en bas de l'article...

Modifié par juetben

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Rien d'extraordinaire. Tu pars avec un visa temporaire, quel qu'il soit, faut pas t'attendre à pouvoir rester à vie. Ou alors c'est mal comprendre le mot temporaire.

Modifié par crazy_marty

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Ou alors c'est mal comprendre le mot temporaire.

je pense que pas mal de français comprennent vraiment très mal ce mot!!! :Crylol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

il

Ou alors c'est mal comprendre le mot temporaire.

je pense que pas mal de français comprennent vraiment très mal ce mot!!! :Crylol:

Surtout les PVT enfaites je trouve !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Disons que pour un certain nombre de PVT l'envie de rester davantage arrive quand on est sur place, pas avant, donc c'est normal qu'ils essaient de prolonger leur séjour.

Si le permis JP ne fonctionne pas toujours, au moins les PVT qui ont travaillé durant toute l'année peuvent passer par le Programme de l'Expérience Québecoise et obtenir leur CSQ en 15 jours. Il ne reste plus qu'à patienter un an au maximum pour la procédure fédérale, donc rien n'est vraiment compromis pour eux, juste un petit peu retardé peut-être.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Disons que pour un certain nombre de PVT l'envie de rester davantage arrive quand on est sur place, pas avant, donc c'est normal qu'ils essaient de prolonger leur séjour.

Si le permis JP ne fonctionne pas toujours, au moins les PVT qui ont travaillé durant toute l'année peuvent passer par le Programme de l'Expérience Québecoise et obtenir leur CSQ en 15 jours. Il ne reste plus qu'à patienter un an au maximum pour la procédure fédérale, donc rien n'est vraiment compromis pour eux, juste un petit peu retardé peut-être.

La plus part ne peuvent pas y avoir accès ! C'est 1 ans (un ans complet) de travail à temps complet dans sa branche d'étude... le PVT est de un an... généralement on ne trouve pas de travaillé dans notre branche toute suite... alors cela ne marche pas ! Je ne connait aucuns PVT qui ai ou avoir accès à cela. Ce n'est pas pour rien qu'ils se tournent tous vers le JP !

Modifié par sandy81

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Disons que pour un certain nombre de PVT l'envie de rester davantage arrive quand on est sur place, pas avant, donc c'est normal qu'ils essaient de prolonger leur séjour.

Si le permis JP ne fonctionne pas toujours, au moins les PVT qui ont travaillé durant toute l'année peuvent passer par le Programme de l'Expérience Québecoise et obtenir leur CSQ en 15 jours. Il ne reste plus qu'à patienter un an au maximum pour la procédure fédérale, donc rien n'est vraiment compromis pour eux, juste un petit peu retardé peut-être.

La plus part ne peuvent pas y avoir accès ! C'est 1 ans (un ans complet) de travail à temps complet dans sa branche d'étude... le PVT est de un an... généralement on ne trouve pas de travaillé dans notre branche toute suite... alors cela ne marche pas ! Je ne connait aucuns PVT qui ai ou avoir accès à cela. Ce n'est pas pour rien qu'ils se tournent tous vers le JP !

C'est vrai que c'est une grosse contrainte si il faut une année complete, d'ou l'intérêt du JP. Mais d'après l'article, la personne mentionnée compte un an de travail dans la compagnie qui l'emploie. Donc pour lui ça devrait être possible.

Modifié par Lolitia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Disons que pour un certain nombre de PVT l'envie de rester davantage arrive quand on est sur place, pas avant, donc c'est normal qu'ils essaient de prolonger leur séjour.

Si le permis JP ne fonctionne pas toujours, au moins les PVT qui ont travaillé durant toute l'année peuvent passer par le Programme de l'Expérience Québecoise et obtenir leur CSQ en 15 jours. Il ne reste plus qu'à patienter un an au maximum pour la procédure fédérale, donc rien n'est vraiment compromis pour eux, juste un petit peu retardé peut-être.

La plus part ne peuvent pas y avoir accès ! C'est 1 ans (un ans complet) de travail à temps complet dans sa branche d'étude... le PVT est de un an... généralement on ne trouve pas de travaillé dans notre branche toute suite... alors cela ne marche pas ! Je ne connait aucuns PVT qui ai ou avoir accès à cela. Ce n'est pas pour rien qu'ils se tournent tous vers le JP !

Tu es sure qu'il faut que l'emploi soit dans sa branche ? Pour le CEC ils ne demandent pas de diplome, donc ils ne savent pas quelle est ta branche. Il faut simplement que l'emploi occupe pendant au moins 12 mois ait ete a un poste managerial ou technique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Disons que pour un certain nombre de PVT l'envie de rester davantage arrive quand on est sur place, pas avant, donc c'est normal qu'ils essaient de prolonger leur séjour.

Si le permis JP ne fonctionne pas toujours, au moins les PVT qui ont travaillé durant toute l'année peuvent passer par le Programme de l'Expérience Québecoise et obtenir leur CSQ en 15 jours. Il ne reste plus qu'à patienter un an au maximum pour la procédure fédérale, donc rien n'est vraiment compromis pour eux, juste un petit peu retardé peut-être.

La plus part ne peuvent pas y avoir accès ! C'est 1 ans (un ans complet) de travail à temps complet dans sa branche d'étude... le PVT est de un an... généralement on ne trouve pas de travaillé dans notre branche toute suite... alors cela ne marche pas ! Je ne connait aucuns PVT qui ai ou avoir accès à cela. Ce n'est pas pour rien qu'ils se tournent tous vers le JP !

Tu es sure qu'il faut que l'emploi soit dans sa branche ? Pour le CEC ils ne demandent pas de diplome, donc ils ne savent pas quelle est ta branche. Il faut simplement que l'emploi occupe pendant au moins 12 mois ait ete a un poste managerial ou technique.

Je ne suis pas sur, mais une mais c'est faite recaler car ce n'étais pas dans son domaine d'étude.... !! ce n'est pas écris sur le cic je viens d'aller voir. hmmmm étrange !

Cela reste qu'il faut avoir travailler 12 mois. un pvt dure 12... et souvent moins donc ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

Oui je suis d'accord pour la duree du PVT qui rend difficile d'atteindre les 12 mois d'experience dans le poste, par contre je suis quasiment certain que l'emploi ne doit pas forcement etre dans ton domaine d'etudes.

En tout cas dans mon cas avec le CEC, ils ne m'ont pas demande mes diplomes ni mon domaine d'etudes et il me semblait que les prerequis pour le PEQ etaient plus ou moins les memes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

ah oui, je n'avais pas lu ces commentaires... certains hélas, ne sont pas très futés...

je ne vois aucun commentaire de ce genre pour ma part... a quelle allusion fais-tu?

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut ! un PVT est pour un an.... rien de plus. Malheureusement beaucoup de gens espèrent encore (ou pensent) le contraire.

Ce qui me désole le plus, reste encore certains commentaires un poil raciste sur l'article...

les commentaires des lecteurs en bas de l'article...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 0

ah oui, je n'avais pas lu ces commentaires... certains hélas, ne sont pas très futés...

je ne vois aucun commentaire de ce genre pour ma part... a quelle allusion fais-tu?

Je suis d'accord avec ce qui a été dit plus haut ! un PVT est pour un an.... rien de plus. Malheureusement beaucoup de gens espèrent encore (ou pensent) le contraire.

Ce qui me désole le plus, reste encore certains commentaires un poil raciste sur l'article...

les commentaires des lecteurs en bas de l'article...

Non malheureusement.... je trouve cela vraiment triste ! Comme quoi, cela prouve bien qu'il y a du racisme envers les immigrés... même les Français !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles