Jump to content

Mort annoncée aujourd’hui du programme canadien pour immigrants-invest


Recommended Posts

IS_130808_ix1zj_rci-immigrants-investiss

Immigrer au Canada grâce au Programme Immigrants-investisseurs ne sera maintenant plus possible. Les candidats sur les listes d'attentes devront réviser leurs plans.
Crédit photo : iS

Mort annoncée aujourd’hui du programme canadien pour immigrants-investisseurs

Par Stéphane Parent |
Mardi 11 février, 2014


Le Canada ferme la porte à un programme qui a attiré des dizaines de milliers d’immigrants.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper va mettre au rebut, dans le budget 2014 qu’il déposera aujourd’hui au Parlement, un programme d’immigration des investisseurs vieux de plusieurs décennies.

Selon le quotidien anglophone Globe and Mail de Toronto, le Canada va mettre ainsi fin à une voie qui menait vers la citoyenneté canadienne mais qui a été critiquée depuis des années, car elle permet aux étrangers qui sont fortunés d’acheter leur passage vers la citoyenneté au Canada sans générer les retombées économiques promises à long terme.

Le gouvernement fédéral, qui a cessé d’accepter les nouvelles demandes des investisseurs étrangers en 2012, a conclu que le programme ne suscite pas une rentabilité suffisante pour le Canada, selon certaines sources.

Des nouveaux Canadiens pas assez payants

Le gouvernement estime que la catégorie des investisseurs immigrants paie en fin de compte beaucoup moins d’impôts au cours des décennies que les autres immigrants économiques, qu’ils ont moins de compétence en anglais ou en français et qu’ils sont moins susceptibles de vouloir résider au Canada de façon permanente.

Une source a déclaré que le gouvernement agit sur la base de données qui montrent que, 20 ans après son arrivée au Canada, un immigrant-investisseur a payé environ 200.000 dollars de moins en taxes d’un nouveau venu qui est venu dans le cadre du programme fédéral des travailleurs qualifiés, et près de 100.000 $ de moins que l’un qui était un aide familiale résidante.

source : http://www.rcinet.ca/fr/2014/02/11/mort-annoncee-aujourdhui-du-programme-canadien-pour-immigrants-investisseurs/

Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Laurent
      Le Canada célèbre l’enseignement des langues !
      Par Alice Chantal Tchandem Kamgang 
      vendredi 7 juillet, 2017
        C’est la journée des étudiants du monde au Canada. Une occasion pour les 135 000 inscrits tous les ans de célébrer l’enseignement des langues française et anglaise, dans un contexte de multiculturalisme, à travers des programmes ludiques et récréatifs.
      Gonzalo Peralta, directeur exécutif de langue Canada© Langues Canada Le multiculturalisme agrémente les festivités
      La journée des étudiants du monde se célèbre ainsi pour la 4e année au Canada. Le directeur général de Langues Canada, Gonzalo Peralta, parle d’une occasion festive qui réunit près de 8000 étudiants à travers le pays autour d’un idéal commun : l’enseignement des langues.
      Près de 135 000 étudiants internationaux sont inscrits chaque année au programme de langue dans les 210 écoles qui sont représentées par Langues Canada, l’association nationale d’enseignement des langues au Canada.
      Écoutez Voici quelques pays dont sont originaires les étudiants inscrits dans ces écoles:
      Japon  Brésil Chine Corée du Sud Mexique 
      Une contribution importante à l’économie du Canada
      Selon le directeur général de Langues Canada, la plupart des étudiants internationaux inscrits aux programmes de langue poursuivent plus tard leurs études dans les écoles et universités canadiennes.
      Leur présence dans le pays permet de générer des gains de près de 1,5 milliard de dollars, provenant notamment des frais de scolarité, de subsistance et autres activités touristiques.
      C’est ce qui justifierait l’engouement des responsables gouvernementaux à différents niveaux (provinciaux et fédéraux) qui accompagnent l’initiative de la célébration de la journée des étudiants du monde au Canada.
       
      suite et source: http://www.rcinet.ca/fr/2017/07/07/le-canada-celebre-lenseignement-des-langues /
    • By Laurent
      Le gouvernement libéral dit qu'il vise la fraude. Mais les avocats représentant certains citoyens ciblés pour la révocation de leur citoyenneté disent qu'ils voient des cas qui ne correspondent pas à cette description.
      Crédit photo : (Sean Kilpatrick/Canadian Press)
      Le gouvernement canadien révoque la citoyenneté aux immigrants à un taux beaucoup plus élevé que le précédent
      Par Stéphane Parent | [email protected]
      mardi 11 octobre, 2016 , Aucun commentaire ↓
        Partager Selon une analyse de la CBC, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a utilisé à un rythme accéléré les nouveaux pouvoirs accordés par une loi controversée sur la citoyenneté adoptée par le précédent gouvernement de Stephen Harper.
      Entre novembre 2015 et la fin d’août 2016, le gouvernement a soumis à l’examen 184 de révocation sans audiences juridiques . Dans environ 90 % des cas, cela a donné lieu à la perte d’une personne de sa citoyenneté .
      Les chiffres montrent que le gouvernement Trudeau a utilisé la loi de manière beaucoup plus agressive que le gouvernement Harper lui-même.
      Mais dans un avis déposé devant la Cour fédérale vendredi soir dernier, le gouvernement affirme qu’il ne veut pas accorder un moratoire dans les cas de révocation, et il ajoute que les accusations affirmant que le système révoque un trop grand nombre de citoyennetés sont spéculatives.
      Justin Trudeau avait pourtant promis…
      Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, s’adressant à la communauté musulmane Ahmadiyya. © PC/Chris Young Ces révélations causent beaucoup de remous dans la mesure où le chef libéral Justin Trudeau avait fait du caractère sacré de la citoyenneté un enjeu important lors des élections fédérales de l’an dernier.
      « Un Canadien est un Canadien est un Canadien », avait déclaré notamment Justin Trudeau lors d’un débat électoral télévisé.
      Le chef libéral, Justin Trudeau, promettait spécifiquement qu’un gouvernement libéral abrogerait la loi C-24 mise en place en juin 2015 par le gouvernement de Stephen Harper. Il avait d’abord fait cette promesse lorsqu’il s’était adressé à la communauté musulmane Ahmadiyya rassemblée à Mississauga, en banlieue de Toronto.
      Selon le chef du Parti libéral du Canada, les récentes réformes de la Loi sur la citoyenneté créaient « des divisions et dévalue la citoyenneté canadienne ».
      source et suite:http://www.rcinet.ca/fr/2016/10/11/immigrants-le-gouvernement-canadien-revoque-la-citoyennete-a-un-taux-beaucoup-plus-eleve-que-le-precedent/
    • By Laurent
      Annonce de recherche d’emploi
      Crédit photo : Radio-Canada/Simon Turcotte
      Le Québec est devenu le moteur des emplois au Canada!
      Par Stéphane Parent | [email protected]
      mardi 11 octobre, 2016 , Aucun commentaire ↓
        Partager Avec moins du quart de la population canadienne, le Québec était responsable en juillet de plus la moitié de toute la création nette d’emplois dans tout le Canada.
      Le Québec affiche les gains les plus importants au Canada au point de vue de la création d’emplois ce qui fait en sorte que le taux de chômage au Québec a reculé en septembre de 0,2 point de pourcentage, à 6,9 %.
      Le Québec a affiché les gains les plus importants, avec la création nette de 38 300 emplois. C’était la première fois que le taux de chômage retraitait sous la barre des 7 % depuis janvier 2008. En Ontario, la province la plus populeuse du pays, seulement 16 200 emplois ont été créés le mois dernier.
      Au même moment, le marché du travail canadien dans son ensemble a lui aussi affiché le mois dernier une meilleure performance que prévu, avec la création nette de 67 200 emplois, essentiellement grâce aux emplois à temps partiel et aux travailleurs autonomes.
      Malgré ce bond, le taux de chômage canadien, toutes les provinces confondues, s’est maintenu à 7 % puisqu’un plus grand nombre de personnes se sont mises à la recherche d’un emploi, a précisé Statistique Canada.
      Un marché canadien de l’emploi très volatile
      En juillet dernier, le Canada avait enregistré sa pire perte d’emplois au Canada en 5 ans . Ce sont 31 200 emplois à temps plein qui ont été perdus en juillet.
      En fait, 71 400 emplois à temps plein avaient été perdus au cours de ce seul mois d’été alors que 40 200 emplois à temps partiel avaient été créés selon Statistique Canada.
       
      suite et source:http://www.rcinet.ca/fr/2016/10/11/le-quebec-est-devenu-le-moteur-des-emplois-au-canada/
      Une baisse aussi importante n’avait pas été enregistrée depuis octobre 2011, où 80 300 postes avaient disparu du marché de l’emploi.
    • By immigrer.com
      Escroqueries téléphoniques: on cible maintenant les nouveaux arrivants
      Par Raymond Desmarteau 
      jeudi 10 mars, 2016
      De faux agents, évidemment.
      Les victimes reçoivent un appel, ils sont nommés spécifiquement. L’arnaqueur avise sa cible qu’il ou elle a omis de mettre à jour son statut d’immigrant au Canada.
      Il est souvent question de la loi C-24 et des changements survenus à la Loi sur la citoyenneté canadienne. Le faux agent offre à sa victime la possibilité une amende de 2 500$ AU COURS DE L’HEURE QUI VIENT à défaut de quoi cette personne risque la déportation, la perte de son passeport et sa citoyenneté.
      Le Centre antifraude du Canada rappelle qu’en aucun temps ses agents ne font des requêtes téléphoniques quand il est question d’amendes ou de déportation.
       
      suite et source : http://www.rcinet.ca/fr/2016/03/10/escroqueries-telephoniques-on-cible-maintenant-les-nouveaux-arrivants/
    • By immigrer.com
      Toronto : le second marché résidentiel le moins accessible au Canada
      Par Raymond Desmarteau |
      Mardi 7 octobre, 2014

      Toronto est la quatrième ville au monde où il fait bon vivre et l’une des villes les plus accueillantes pour y faire des affaires. Voilà ce qu’on peut lire dans un rapport de 245 pages rendu public aujourd’hui.
      Mais, Toronto est aussi la seconde ville en importance au Canada où le marché de l’habitation est le moins convivial au pays.
      Le rapport annuel de la Toronto Foundation, intitulé Vital Signs (Trad. : signes vitaux) examine une multitude de sujets allant de l’économie à l’environnement en passant par le taux de criminalité.

      Rahul Bhardwaj, président et chef de la direction de la Toronto Foundation, affirme que Toronto peut être fière de son résultat tout en soulignant qu’on y trouve des problèmes sérieux, des réalités inquiétantes.

      « Les problèmes de Toronto ne font pas dans la simplicité. Si tel était le cas, nous trouverions facilement des solutions simples, il va de soi. Nous faisons face à des problèmes complexes.»

      Le logement abordable – en fait le manque criant de logement abordable – est encore et toujours au cœur de la réalité torontoise comme le souligne le rapport Vital Signs. Il n’y a qu’à Vancouver où la situation est pire.

      « En juillet de cette année, plus de 170 000 personnes se retrouvaient sur des listes d’attente de logements sociaux dans la ville de Toronto,» souligne Sara Goldvine du Toronto Community Housing. «Des familles peuvent attendre jusqu’à huit ans avant d’avoir accès à un appartement subventionné dans la ville. »

      Le coût médian d’une maison typique Toronto est de 691 000$, ce qui exige d’une famille un revenu brut annuel d’au moins 140 000$. Le coût moyen de location pour un simple appartement est de 1 100$/mois.
      Quelques données

      La mesure du prix moyen d’une maison par rapport au revenu moyen des familles place Toronto au quinzième rang des marchés immobiliers les moins accueillants au monde.

      L’index d’accessibilité des prix – le revenu nécessaire avant impôts d’un ménage pour remplir ses obligations hypothécaires dans le marché actuel – était de 65,3% au premier trimestre de 2014.

      Le taux d’inoccupation des appartements d’une chambre à coucher dans le Grand Toronto était de 1,7% en 2013.
      Le loyer moyen pour un appartement d’une chambre à coucher dans le Grand Toronto en 2013 exigeait 40,6% du revenu moyen d’une personne travaillant à plein temps chez les 15-24 ans.

      À Toronto, 45% des personnes dans la vingtaine vivent avec leurs parents.
      260 unités HLM ont été livrées en 2013, une chute de 77% par rapport à 2012

      Une ville plus verte

      Le rapport Vital Signs souligne également que les Torontois ont des habitudes de vie plus vertes, qu’ils utilisent moins d’eau potable et qu’ils recyclent davantage.

      La consommation d’eau a chuté de 16 millions de litres par jour entre 2011 et 2012.

      Le taux de déchets domestiques a augmenté au cours des trois dernières années. Reste que le pourcentage de récupération a atteint 53% en 2013, une augmentation de 1% par rapport à l’année précédente.

      Le nombre de bâtiments possédant la certification LEED (Leadership in Energy and Environment Design) – un système nord-américain de standardisation de bâtiments à haute qualité environnementale – augmente de 60 unités annuellement depuis deux ans.

      On retrouve plus de 10 millions d’arbres dans la forêt urbaine torontoise de 116 essences différentes, soit 16 000 arbres par kilomètre carré ou encore quatre arbres par Torontois.

      http://www.rcinet.ca/fr/2014/10/07/toronto-le-second-marche-residentiel-le-moins-accessible-au-canada/
    • By immigrer.com
      Nos universités canadiennes glissent un peu au classement mondial
      Par Stéphane Parent |
      Jeudi 2 octobre, 2014

      Huit universités canadiennes figurent toujours sur la liste des 200 meilleurs au monde.
      Depuis 2003, le classement de Shanghai dresse le palmarès des 500 premières universités sur les 17 000 que compte la planète. L’édition de cette année réaffirme la suprématie des États-Unis, qui occupent 16 des 20 premières places, suivis de la Grande-Bretagne, qui en détient 3.
      C’est encore l’Université Harvard qui domine le palmarès mondial pour une 12e année consécutive. Les universités anglo-saxonnes continuent certes de dominer le classement, mais les écoles supérieures asiatiques poursuivent leur ascension.
      La Chine notamment confirme sa progression grâce à ses 44 universités maintenant dans le top 500.
      Le Canada occupe le 8e rang sur les 42 pays inscrits au classement
      La mieux placée des universités est l’Université de Toronto qui occupe le 20e rang. Les autres universités du pays qui figure sur le nouveau classement annuel de Times sont l’Université de la Colombie-Britannique (32e), l’Université McGill a Montréal (39e), l’Université McMaster de Hamilton en Ontario (94e), l’Université de Montréal (113e), l’Université de l’Alberta (124e), l’Université de Victoria sur la côte ouest (173e) et l’Université d’Ottawa (188e).
      Une vue de l’Université McGill. © IS/©iStockphoto/Gregory Olsen Les universités québécoises
      Pour l’Université de Montréal en 113e place, il s’agit d’une glissade de sept places par rapport au classement de l’année précédente. L’Université Laval figure dans un groupe classé entre les 226e et 250e rangs.
      Le classement de Shanghai s’appuie sur un indicateur construit à partir de six critères, dont le nombre de Nobel parmi les anciens élèves, le nombre de chercheurs les plus cités dans leur discipline ou le nombre de publications dans Science et Nature.
      Liens externes
      Le saviez-vous?
      Un étudiant universitaire sur 10 au Canada vient de l’étranger Il y a plus de 100 000 étudiants étrangers au Canada, une mine d’or pour le Canada Le Canada accueille un nombre record d’étudiants étrangers en ce moment soit plus de 100 000 par exemple l’an dernier. C’est 10 % de tous les étudiants universitaires au Canada. Cette internationalisation des universités canadiennes est une véritable mine d’or en retombées économiques Les étudiants étrangers génèrent des retombées économiques de 8 milliards de dollars en frais de scolarité, en frais d’hébergement et en dépenses discrétionnaires. Plus du tiers des étudiants étrangers au Québec sont d’origine française. source : http://www.rcinet.ca/fr/2014/10/02/nos-universites-canadiennes-glissent-un-peu-au-classement-mondial/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
    • By immigrer.com
      Doubler nos étudiants étrangers en huit ans : mission impossible?
      Par Stéphane Parent |
      Mercredi 20 août, 2014

      Une mine d’or pour les universités et les gouvernements mais qui pourrait être plus riche.
      Le Canada accueille un nombre record d’étudiants étrangers lors de la reprise des cours universitaires en ce moment à travers tout le pays. Ils sont environ 275 000 inscrits au pays cette année. 10 % de tous les étudiants dans nos collèges et université sont étrangers.
      Mais si l’on se compare aux autres nations qui font la chasse au trésor de ce que représentent ces étudiants étrangers, l’internationalisation des universités canadiennes est relativement faible.
      L’Australie a le plus grand pourcentage d’étudiants étrangers dans le monde, soit plus de 20 % de ses étudiants dans l’enseignement supérieur. Le Royaume-Uni se classe au deuxième rang, avec 16 %.
      Doubler leur nombre d’ici 2022 : un projet ambitieux du gouvernement canadien
      Le gouvernement canadien voit dans ces étudiants étrangers une véritable mine d’or en retombées économiques immédiates et aussi à long terme sachant qu’un certain pourcentage de ces étudiants finit au terme de leurs études par vouloir s’installer de façon permanente au Canada.
      Les étudiants étrangers génèrent déjà des retombées économiques de 8 milliards de dollars en frais de scolarité, en frais d’hébergement et en dépenses discrétionnaires. Mais selon les autorités canadiennes, le fait d’attirer plus de 450 000 chercheurs et étudiants étrangers par exemple au Canada d’ici 2022 créerait au moins 86 500 emplois nets pour les Canadiens de souche eux-mêmes.
      suite et source http://www.rcinet.ca/fr/2014/08/20/doubler-nos-etudiants-etrangers-en-huit-ans-mission-impossible/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
    • By immigrer.com
      .
      Crédit photo : Annie Poulin
      La dernière librairie francophone de Toronto ferme ses portes
      Par Anne-Marie Yvon |
      Vendredi 18 juillet, 2014
      La Maison de la presse, dans le quartier Yorkville de Toronto en Ontario, mettra définitivement la clé sous la porte le 22 juillet. Le commerce, qui n’est plus rentable depuis longtemps, offre des livres en français depuis les années 1980. Si les clients ne sont pas fâchés, ils sont tout de même tristes d’apprendre cette mauvaise nouvelle de la bouche de la libraire, Sara Vladusic.
      Quant au président sortant de l’Association des auteurs de l’Ontario français, Gilles Levasseur, il craint les conséquences de cette fermeture pour les écrivains alors que d’ici 15 ans, selon lui, Toronto comptera le plus de francophones en Ontario.
      En 2009, un autre commerce francophone, la librairie Champlain, avait fermé ses portes suivi, un peu plus tôt cette année, par le World Biggest Bookstore, qui offrait une large sélection de livres en français.

      Quelques chiffres sur le nombre de francophones vivant à Toronto et en Ontario :

      Entre 2006 et 2011, l’Ontario a dépassé la barre des 600 000 francophones, la province compte maintenant 611 500 Franco-Ontariens.
      En 2011, près d’un Franco-Ontarien sur dix vivait à Toronto (9,7 %) et la population francophone du Grand Toronto était de 110 265 (ou 2,0 % de sa population totale).
      source : http://www.rcinet.ca/fr/2014/07/18/la-derniere-librairie-francophone-de-toronto-ferme-ses-portes/
    • By immigrer.com
      Canada : Quand le sport facilite l’intégration
      Par Anne-Marie Yvon |
      Mercredi 9 juillet, 2014
      69 % des nouveaux arrivants qui ont fait du sport au cours des trois premières années suivant leur arrivée au pays ont trouvé que cela les avait aidés à connaître la culture canadienne.
      Voilà la conclusion émise par l’Institut pour la citoyenneté canadienne (ICC), à la suite d’un sondage national effectué en ligne et auprès de groupes de discussion.
      Nouveaux citoyens, sport et appartenance : une combinaison gagnante, est la première étude du genre réalisée au Canada sur la participation des nouveaux citoyens à la culture sportive de leur pays d’adoption et la façon dont le sport peut contribuer à faciliter l’intégration.
      4 000 nouveaux citoyens ont ainsi témoigné. Selon eux, le sport est un moyen de contact naturel et universel plus accueillant que bien d’autres structures sociales, notamment le travail.
      « Le profil démographique du Canada change rapidement du fait de l’immigration, aussi est-il plus important que jamais d’écouter ce que les nouveaux citoyens ont à dire sur la façon dont le Canada peut accélérer leur cheminement jusqu’à la pleine inclusion » Gillian Smith, directrice générale et chef de la direction de l’ICC.
      Le sport est une bonne entrée en matière dans une conversation et mène souvent à des discussions plus profondes sur la politique, la culture et l’histoire du Canada.
      Beaucoup se sont fait un « premier ami canadien » en pratiquant ou en regardant un sport.
      Le but marqué par P.K. Subban © PC/Paul Chiasson Le sport permet aussi aux nouveaux citoyens de découvrir le paysage social et les compétences culturelles intangibles du Canada, tout en donnant accès à des réseaux sociaux informels mais essentiels.
      « Le hockey sur glace a été déterminant pour les membres de ma famille, en tant que personnes et Canadiens : c’est un avion qui nous a amenés au Canada et c’est grâce au hockey que les nouveaux Canadiens que nous étions sommes devenus de vrais Canadiens.» Karl Subban, le père deP.K. Subban, le joueur étoile des Canadiens de Montréal.
      Les néo-canadiens ont aussi suggéré comment les organisations sportives du Canada peuvent les aider à s’impliquer en offrant l’occasion d’essayer gratuitement des sports d’hiver, en créant une trousse de bienvenue sur les sports canadiens, en encourageant les partenariats avec des groupes déjà en contact avec les nouveaux citoyens (comme les bibliothèques et les centres communautaires), et en envoyant des athlètes professionnels à des événements et des festivals communautaires.
      Autres conclusions de l’étude Nouveaux citoyens, sport et appartenance : une combinaison gagnante :
      •Les cinq principaux sports régulièrement pratiqués par les nouveaux citoyens qui ont répondu au sondage sont : la course à pied (39 pour cent), la natation (32 pour cent), le vélo (26 pour cent), le soccer (18 pour cent), le badminton (12 pour cent) et le tennis (11 pour cent).
      •54 pour cent ont essayé une fois un nouveau sport et sont disposés à s’initier aux sports d’hiver canadiens.
      •Les enfants incitent les nouveaux citoyens à s’impliquer : 44 pour cent des répondants au sondage ont des enfants qui font des sports organisés, mais seulement six pour cent ont des enfants qui pratiquent les principaux sports du Canada (hockey, baseball, balle molle).
      •Les nouveaux citoyens reconnaissent que le hockey est associé à l’identité canadienne : 71 pour cent trouvent un « certain intérêt » à regarder le sport, et les participants se sont amusés à dire qu’on peut « marquer des points » sur les Canadiens en prétendant savoir de quoi on parle.
      •Environ un quart des répondants au sondage ont dit qu’ils ne s’intéressaient pas au baseball ou au football parce qu’ils ne connaissent pas les règles.
      •Les nouveaux citoyens adorent Équipe Canada : plus de la moitié regardent les Jeux olympiques d’été et d’hiver.
      http://www.rcinet.ca/fr/2014/07/09/canada-quand-le-sport-facilite-lintegration/
    • By immigrer.com
      Les travailleurs canadiens attaqués de l’extérieur et de l’intérieur
      Par Stéphane Parent |
      Mardi 15 avril, 2014
      Share on facebookShare on twitterShare on emailShare on pinterest_shareMore Sharing Services0 Travailleurs étrangers mieux payés et hausse des travailleurs canadiens non rémunérés.
      Le printemps 2014 passera à l’histoire comme l’un des plus inquiétants pour ceux qui pensent que les emplois et les revenus des travailleurs canadiens sont de plus en plus menacés par les pressions d’une compétition déloyale.
      Il y aurait d’abord une menace extérieure, sous la forme du programme canadien des travailleurs étrangers temporaires.
      Ensuite, les travailleurs canadiens seraient menacés de l’intérieur grâce à une mauvaise utilisation des programmes d’embauche de stagiaires non rémunérés.
      ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE
      Écoutez
      Aide-mémoire…
      À la suite de révélations de l’équipe de télévision Go Public de la télévision anglaise de Radio-Canada, le ministre canadien de l’Emploi, Jason Kenney, a lancé initialement une enquête sur l’usage du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) qu’ont fait un certain nombre de restaurants McDonald’s en Colombie-Britannique. Le ministre a suspendu les permis de travail temporaires délivrés à quatre restaurants de cette province de l’Ouest canadien. Mais le scandale touche maintenant plusieurs autres restaurants McDonald`s dans tout le Canada. L’arche dorée des restaurants McDonald’s a perdu un peu de son éclat au Canada depuis un peu plus d’une semaine. © Mike Blake/Reuters
      Le scandale des travailleurs étrangers dans les restaurants McDonald’s prend du poids
      D’autres employés et anciens employés de McDonald’s à travers le Canada viennent de dénoncer ses dernières heures la réduction de leurs heures de travail et de leur salaire au profit de travailleurs étrangers temporaires. Ce scandale impliquant des dizaines de travailleurs étrangers temporaires a initialement éclaté il y a une dizaine de jours.
      Christ Eldridge vient de quitter son poste de gestionnaire de six restaurants McDonald’s en Alberta. Il affirme ne plus pouvoir « digérer » de retirer des heures aux employés canadiens pour les donner aux travailleurs étrangers temporaires que fait venir le propriétaire.
      Christ Eldridge était responsable des horaires des employés de six franchises de Lethbridge. Il dit qu’on lui avait ordonné de donner les quarts à temps plein aux employés étrangers et qu’en plus, ceux-ci étaient payés plus que les employés canadiens.
      Des employés étrangers commençaient à 10,80 $ l’heure, alors que les employés locaux, pour les mêmes postes, commençaient à moins de 10 $ l’heure, dit l’homme de Lethbridge.
      En tant que gérant pour les restaurants McDonald’s Chris Eldridge était responsable des horaires des employés de six franchises de Lethbridge. Il dit qu’on lui avait ordonné de donner les quarts à temps plein aux employés étrangers et qu’en plus, ceux-ci étaient payés plus que les employés canadiens. © Radio-CanadaLe scandale des 300 000 stagiaires gratuits au Canada qui valent leur pesant d’or
      L’autre scandale qui vient heurter de plein fouet la confiance des travailleurs dans un marché du travail canadien juste et équitable pour tous est cette histoire de stages bénévoles au Canada qui semblent en ce moment se multiplier comme des petits pains.
      On estime que 300 000 personnes travailleraient en ce moment gratuitement au sein de grandes entreprises pourtant prospères. Un record.
      Et, ce ne sont plus seulement des étudiants qui donnent gratuitement de leur temps dans l’espoir de poser un pied sur le marché du travail, mais aussi des nouveaux arrivants au pays qui travaillent gratuitement pour acquérir la fameuse « expérience canadienne ».
      source : http://www.rcinet.ca/fr/2014/04/15/les-travailleurs-canadiens-attaques-de-lexterieur-et-de-linterieur/
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines