Jump to content
Sign in to follow this  
immigrer.com

Les jeunes Français «kiffent» le Québec

Recommended Posts

les jeunes français «kiffent» le québec

par mathias marchal

métro

15 janvier 2014 | 16:55

signe que le canada fait de plus en plus rêver les jeunes français, les visas de travail temporaires pour les 18-35 ans pourraient senvoler en quelques heures.

les permis liés au programme vacances travail (pvt) de 2012 pour le canada sétaient écoulés en 12 jours. et les 6750 pvt de 2013 lont été en 50 heures, note le webmestre du site internet monpvt.com canada. près de 30 000 dossiers de candidature avaient été reçus.

la cuvée 2014 pourrait être encore plus prometteuse. selon le quotidien le parisien, les quotas pourraient même être atteints en moins dune heure.

de lautre côté de latlantique, les médias français commencent à sinterroger sur ces envies daller vivre ailleurs des jeunes français. interrogé sur les ondes de radio-france international, lauteur de louvrage barrez-vous!, félix marquardt, clame que linaction des politiciens face au taux de chômage des jeunes (26% des moins de 27 ans) est la raison principale de cet exode des cerveaux.

ainsi 150 000 jeunes auraient quitté la france depuis cinq ans. son vis-à-vis lors du débat, philippe jamet, président de la conférence des grandes écoles, réfute le concept de fuite des cerveaux, préférant parler de flux de compétences: «on parle de ceux qui partent, parlons aussi de ceux qui viennent», rétorque-t-il.

selon les statistiques françaises, moins de 15% des diplômés, qui quittent la france, vont sinstaller en amérique du nord. même modérée, la tendance est à laugmentation. pour mieux faire face à la demande, lambassade du canada à paris a exceptionnellement repoussé de deux mois les mises en candidature pour les pvt de 2014 et revu ses méthodes de communications. par exemple, elle nenverra finalement pas dalerte courriel pour indiquer la date douverture des dépôts en candidature. linformation sera plutôt indiquée sur le site web de lambassade de 24 à 78 heures à lavance.

les 6750 permis disponibles en 2014 seront attribués en trois vagues. cette formule permet aux jeunes de travailler pour différents employeurs tout en visitant le pays.

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Share this post


Link to post
Share on other sites

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Combien de franacais se trouvent dans le reste du Canada ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Combien de franacais se trouvent dans le reste du Canada ?

Pas mal....on tous le droit de bouger dans le territoire canadien!!

Share this post


Link to post
Share on other sites

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Combien de franacais se trouvent dans le reste du Canada ?

Apparemment, ce n'était pas le sujet de l'article d'après le journaliste. Faudrait faire des recherches plus approfondies. Et.... si ça vous amuse, ce serait sympa de partager. Moi, j'en n'ai pas trop envie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas toujours clair ces chiffres, quand on parle de ceux qui entrent en visa temporaire, y en à combien qui repartent dans la même année.

26 000 Français entrent au Québec, donc déja 7 000 en pvt et qui sont censé repartir au bout d un an + les étudiants

idem 150 000 quittent la France, mais combien en visa temporaire.

Edited by SoFarSoGood

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas toujours clair ces chiffres, quand on parle de ceux qui entrent en visa temporaire, y en à combien qui repartent dans la même année.

Même réponse. Le journaliste voulait certainement mettre l'accent uniquement sur le nombre de jeunes Français qui veulent quitter à tout prix pour l'instant.

Ceux qui reviennent serait un autre débat et ferait l'objet d'autres recherches.

Share this post


Link to post
Share on other sites

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Combien de franacais se trouvent dans le reste du Canada ?

Apparemment, ce n'était pas le sujet de l'article d'après le journaliste. Faudrait faire des recherches plus approfondies. Et.... si ça vous amuse, ce serait sympa de partager. Moi, j'en n'ai pas trop envie.

J'étais juste curieux de le savoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Combien de franacais se trouvent dans le reste du Canada ?

Apparemment, ce n'était pas le sujet de l'article d'après le journaliste. Faudrait faire des recherches plus approfondies. Et.... si ça vous amuse, ce serait sympa de partager. Moi, j'en n'ai pas trop envie.

J'étais juste curieux de le savoir.

Moi, effectivement, ce que j'aurais aimé savoir, c'est le taux de retour des immigrants étrangers dans leurs pays respectifs. Il y a eu beaucoup de sujets et de réponses là-dessus, mais jamais personne n'a posté de lien officiel là-dessus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas toujours clair ces chiffres, quand on parle de ceux qui entrent en visa temporaire, y en à combien qui repartent dans la même année.

26 000 Français entrent au Québec, donc déja 7 000 en pvt et qui sont censé repartir au bout d un an + les étudiants

idem 150 000 quittent la France, mais combien en visa temporaire.

Bonne question:

Petit correction :thumbsup: : 7000 pvt pour le Canada, c'est vrai que les francais iront plus au Quebec mais une bonne partie vont dans le reste du Canada.

Tout depend de ce qu'ils comptent faire du pvt:

  • Tremplin pour la RP
  • Voyage
  • Travail.

Share this post


Link to post
Share on other sites

les français au québec

en 2012, près de 26 000 français ont débarqué au québec pour étudier ou travailler:

13 728 avec un visa de travail temporaire

7 231 admis de façon permanente

4 910 pour étudier

environ 310 000 viennent aussi en tant que touristes

source : http://journalmetro.com/actualites/national/430902/les-jeunes-francais-kiffent-le-quebec/

Combien de franacais se trouvent dans le reste du Canada ?

Apparemment, ce n'était pas le sujet de l'article d'après le journaliste. Faudrait faire des recherches plus approfondies. Et.... si ça vous amuse, ce serait sympa de partager. Moi, j'en n'ai pas trop envie.

J'étais juste curieux de le savoir.

Moi, effectivement, ce que j'aurais aimé savoir, c'est le taux de retour des immigrants étrangers dans leurs pays respectifs. Il y a eu beaucoup de sujets et de réponses là-dessus, mais jamais personne n'a posté de lien officiel là-dessus.

Hush!! il faut pas casser le reve de certains. Il faut dire que le Canada est un eldorado.

Mais c'est vrai qu'on ne parle jamais des retours et les raisons de ces retours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By olivierthms
      Bonjour à tous,

      J'ai parcouru le forum sans trouver la réponse à mon problème. Si vous jugez que ça n'a pas sa place ici, n'hésitez pas à supprimer le post. 

      J'ai un cas très particulier, et j'aimerais savoir si certains d'entre vous pourrait m'aider (ou connaissent des personnes qui peuvent m'aider) :
       
      Ma situation :
      - je suis freelance en marketing, et je travaille depuis chez moi
      - résident québécois depuis le 1er Octobre 2019 (arrivé sur le sol le 03/09/2019).
      - déménagement annoncé aux impôts FR à partir du 03/09/2019
      - auto-entrepreneur en France depuis 2016 (j'établis mes factures via cette micro-entreprise)
      - j'ai envoyé un formulaire à l'ARC pour définir mon statut de résidence fiscal du Québec, sans retour de leur part
       
      2019 : 
      - 100% des revenus réalisés via des sociétés françaises
      - déclaration annuelle faite en France, et 3 mois au Québec (Oct, Nov, Dec) via une déclaration française : n°2024 NR.
      - aucun revenu réalisé grâce via une société canadienne (0$ gagné)
      - aucune facture émise à une société canadienne
      => le comptable m'a annoncé une somme de 2500$ couvrant les cotisations des retraites, et pas de paiement des impôts pour cette année.
       
      2020 : 
      - chiffres d'affaire estimé à l'année de 70 000 CAD$ (30000$ à date).
      - A ce jour, société toujours domicilié en France.
      - Déjà 4790€ versés pour les cotisations françaises (Janvier, Février, Mars, Avril). Ce ne sont pas des impôts mais des cotisations d'entreprise versées à l'URSSAF (charges sociales).

      Mes recherches : 
      La convention fiscale entre la France et le Canada semble dire que si mes bénéfices sont faits entièrement en France via mon entreprise, je paye mes impôts la bas (Source : https://www.canada.ca/fr/ministere-finances/programmes/politique-impot/conventions-fiscales/pays/france-convention-refonte-1975-1987-1995-2010.html)
       
      Questions :
      • dois-je payer mes impôts aux Québec ou en France ? 
      • Si je dois les payer au Québec, j'envisagerais de stopper mes cotisations à l'URSSAF français et de facturer en tant que travailleur autonome canadien, pour éviter de payer les 22% supplémentaires à l'URSSAF Français. Ainsi je payerais uniquement les impôts canadiens et la retraite canadienne. Est-ce la meilleure solution ? 
      • Si je dois les payer au Québec, puis-je espérer avoir un remboursement des 4347€ versés à l'URSSAF français (Janvier, Février, Mars, Avril, Mai) ?

      Je suis véritablement perdu... ! 
      Si vous connaissez quelqu'un qui peut m'accompagner, ça serait génial ? A date, le comptable que j'ai vu ne semble pas savoir véritablement... 

      Merci beaucoup pour votre aide,

      Olivier
    • By RomainCns
      Bonjour à tous !

      Je ne sais pas vraiment par ou commencer mais comme étant nouveau sur ce forum, je me présente : je  m'appelle Romain 24 ans, j'habite actuellement en France (Rouen,Normandie).
      J'ai durant ma scolarité entamé un parcours de Bac pro Carrosserie que je n'ai pas pu terminer par faute d'avoir trouver un patron voulant bien accepter un "stagiaire", de ce fait je n'ai pas de diplôme spécifique.
      Après ça j'ai enchaînés les missions intérims dans divers domaines jusqu’à tomber sur CETTE offre qui m'aura comblé durant 2 ans, en effet j'était jusqu'à peu Conducteur/Essayeur sur route ouverte un peu partout en Europe pour un sous-traitant du groupe automobile PSA/Renault , depuis, je suis tombé amoureux de la route.
      Cependant je suis venu sur ce forum car le pays qu'est le Canada m'a toujours attiré et plus particulièrement la province de Québec, j'ai toujours eu pour but de venir m'y établir mais je n'ai jamais osé sauté le pas, ça fait quelques années maintenant que je met de l'argent de côté dans ce but là. Je pense savoir me faire un minimum comprendre en Anglais, à savoir aussi que j'ai un permis B (qui équivaut au classe 5 Québécois si je ne me trompe pas) international entre les mains. J'ai déjà quelques connaissances Québécoises mais qui ont toujours vécu la-bas, par conséquent ne sont pas vraiment au courant des processus d'immigrations et ne peuvent pas me renseignées plus que cela, je pensais me lancé dans la demande d'un PVT afin de pouvoir chercher un emploi non défini (dans l'attente de trouvé l'emploi qui me convient) une fois sur place, mais un PVT n'est pas renouvelable d'après ce que j'ai compris et une fois arrivé à terme ce serai retour en France donc je ne sait que faire,je ne me berce pas d'illusions quant à la réalité du marché du travail mais j'aurais aimer avoir de vos conseils concernant les démarches que je pourrais effectués dans ce but là.

      Merci à vous de m'avoir lu. Je reste dans l'attente de vos réponses 🙂
    • By Red2591
      Bonjour
       
      Pour faire bref je suis demandeur d'un PVT pour 2020.
       
      Dans l'hypothèse où j'aurais la chance d'être tiré au sort je me questionne sur l'avenir.
       
      Mon but est de partir définitivement au Canada.
       
      J'ai une préférence pour l'Ontario, mais à vrai dire, j'irai là où j'aurai le plus de chance d'être sélectionné. 
       
      Le fait est que 80 programmes d'immigration existent, et que je suis un peu perdu.
       
      Pour faire court, j'ai 29 ans, célibataire, pas d'enfant, j'ai un CAP et un diplôme niveau IV (BAC), c'est un titre professionnel d'agent de la sécurité intérieure délivré par la direction générale de la police nationale, pas sûr que ça vaille quoi que ce soit au Canada.
       
      Je viserai au Canada une profession de catégorie A, B ou 0, qu'importe le secteur, si je dois faire du secrétariat pendant 2 ans, pas de soucis. 
       
      Je cherche sur internet depuis des jours, sans réelles réponses à mes questions. Dans l'hypothèse où je réussirais à avoir un job dans un domaine qualifié avec une expérience professionnelle de plus d'un an, ais-je une chance d'obtenir la RP ? Si oui, est-ce qu'il y a une province où j'ai le plus de chance ? En sachant que je privilégie les provinces anglophones, mais si j'ai plus de chances de décrocher le CSQ, j'irai dans ce cas au Québec.
    • By Jerbi
      Bonjour tout le monde !

      Voilà j'ai une petite question sur la résidence permanente après un PVT en tant que travailleur autonome/freelance.

      Je sais qu'en tant que travailleur autonome il n'est pas possible de demander un CSQ au Québec pour la résidence permanente et qu'il faut obligatoirement avoir travaillé en tant que salarié pendant 1 an minimum 30h/semaine pour pouvoir la demander.

      J'aimerais savoir si c'est possible en Ontario, en Alberta ou dans d'autres provinces au Canada, de demander la résidence permanente après son PVT sans travailler en tant que salarié, juste en travailleur autonome.
      Si oui, quelle est la meilleure option et la plus rapide pour cela ? 
       
      Merci.
    • By cassy66250
      Bonjour Madame Monsieur ,
       
      Je me permet de vous contacter au sujet d'un problème que je rencontre depuis 1 mois .
       
      Je m'appelle XXXXXXX, numéro de dossier:aucun pour le moment .
       
      J'essaie depuis 1 mois de remplir le premier formulaire EIC PVT puisque j'y suis admissible mais je rencontre un problème des le premier formulaire, il est indiquer qu'il faut écrire les prénoms comme indiquer sur le passeport mais mon second prénom pose un problème. je ne peut donc soumettre ma candidature dans aucun bassin temps que celle ci n'est pas complète.
      Je tiens a préciser que je n'ai encore soumis aucun profil dans aucun bassin étant bloquer a la première étape .
       
      Je m’appelle XXXXXXX et mon second prénom est un prénom composé ( Maria-Héléna ) celui ci n'est pas pris en compte, il reste en rouge et m'indique qu'il y a une erreur que je ne peut donc pas valider ce premier formulaire or sans cela je ne peux continuer ma demande cela est très problématique. Cela fait des année que je fait tout mon possible pour me prépare a mon départ, aujourd’hui étant enfin prête je suis bloquer pour un prénom.
       
      J’espérerai avoir de l'aide pour résoudre ce petit problème et enfin réaliser mon rêve .
       
      J’espère de tout cœur recevoir de l'aide .
      Cordialement 
    • By cle95
      Bonjour à tous,
       
      Après plusieurs échanges avec le MIDI, je viens de me faire notifier le refus de ma demande de CSQ via le PEQ. Je suis arrivé au Québec en Mars 2018 et travaille depuis Avril 2018 pour une entreprise enregistrée en Ontario mais pour un client situé à Montréal où je réside. J’ai donc justifié des 12 mois travaillés à temps plein et d’être toujours en contrat ainsi que de ma résidence au Québec avec mes impôts payés au Québec. Je peux évidemment faire une demande de réexamen administratif mais celle-ci va prendre encore 3 mois pour avoir un retour donc je sollicite vos conseils pour des alternatives dans ma situation.
       
      Merci d’avance !
    • By Raiemanta33
      Bonjour, je suis nouveau sur ce forum et je souhaite poser une petite question... 

      Depuis mai, je fais mes démarches pour aller au Canada (Québec), j'avais trouvé l'emploi avec promesse d'embauche, j'ai obtenu mon Visa, mon permis de travail, mais... Seul souci... L'employeur qui devait me prendre avec la fameuse promesse d'embauche ne peut plus me prendre par manque de temps donc il fallait rapidement quelqu'un pour être en poste ! (je comprends tout à fait son choix) Donc... Je vais vous demander si c'est possible de toujours rentrer au Québec sans emploi et de vivre avec la capacité financière nécessaire jusqu'à que je trouve un emploi... J'ai mon permis de travail d'une durée de 2 ans, mon Visa, mon passeport valide, mon assurance Permis Jeunes Travail et la capacité de fonds... 


      Merci beaucoup de me répondre !
    • By mikoloco
      Bonjour à tous,
       
      Je pars dans 10 jours au Canada en famille pour un PVT.

      Tout est ok pour nous ( Je ne parle pas du stress et de l'excitation  ). J'ai juste un soucis, concernant la preuve de fond. Nous avons uniquement un seul nom en commun avec inscrit M et MME XXXXXXX et Mon prénom. En sortant un relevè de compte, cela suffira t'il à la douane, sachant que ma conseillère est en vacances et qu'elle ne peut pas me faire d'attestation (Ses collègues ne veulent aps me la faire car ils ne gerent pas mon compte ... No Comment)
       
      Ma femme est moi avons un PVT que nou svaliderons en même temps avec les enfants. Pensez-vous qu'un simple relevé de compte commun suffira?

      Voici ce que j'ai lu sur le site CIC:
       
      Si votre époux vous accompagne, vous pouvez compter l’argent que vous avez ensemble dans un compte conjoint. Vous pourriez compter l’argent dans un compte à son nom, mais vous devez prouver que vous avez accès à l’argent.
      Les fonds doivent être accessibles au moment où vous présentez votre demande et, s’il y a lieu, lorsque nous vous délivrons un visa de résident permanent. Vous devez prouver que vous pouvez avoir accès légalement à ces fonds pour vous aider à vous installer ici.
      Comme preuve, vous devez obtenir une lettre officielle de toute banque ou autre institution financière où se trouve votre argent.
      La ou les lettres doivent :
      être imprimées sur du papier avec en-tête de l’institution financière; inclure les coordonnées de l’institution financière (adresse, numéro de téléphone et adresse courriel); mentionner votre nom; inclure une liste de toutes les dettes impayées, comme les soldes de carte de crédit et les prêts; inclure, pour chaque compte bancaire courant et chaque compte de placement courant : le numéro du compte; la date d’ouverture du compte; le solde actuel du compte; le solde moyen du compte au cours des six derniers mois.  
      Sur un relevé il n'y a pas ses informations ...
       
      Pouvez-vous m'aider et me rassurer?
       
      Merci d'avance
       
      Mike
    • By Liloo2311
      Bonjour ! 
       
      Dans le cadre d'une année de césure, je souhaite partir travailler (ou faire un stage) au Québec vers fin août, septembre ou à la limite début octobre 2019.
      Je suis en recherche active d'emploi ou de stage et je ne partirai que si j'en ai trouvé un.
       
      En remplissant les formulaire de CléGC, je suis dans les bassins pour être tirée au sort pour un PVT, stage coop international, et jeune professionnel.
      Mais il me semble que c'est un peu tard pour être prise dans l'une de ces trois catégories... 
       
      En voulant faire une autre demande, on me dit cette fois-ci que je suis admissible pour "Travailleur étranger - Programme de mobilité internationale".
      Je dois donc téléverser un certain nombre de documents et payer les frais de dossier. Mais une fois cela fait, qu'obtiendrai-je exactement? Un visa de travail? Juste une demande pour PEUT-ETRE avoir un visa de travail? Autre chose?
       
      Je suis complètement perdue parmi toutes ces demandes, tous ces termes et je ne saisis pas bien leurs différences...
       
      Pouvez-vous m'éclairer s'il vous plaît?
      Merci d'avance  
    • By immigrer.com
      [ENQUÊTE] Des chercheurs d’emplois floués par une agence montréalaise
      Par Camille Lopez
       
      Convaincus d’avoir été floués, plusieurs jeunes et nouveaux arrivants se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer la «fraude» dont ils se disent victimes: une formation vendue par une agence de recrutement d’employés en restauration. L’enquête de Métro a révélé que cette entreprise a recours à des techniques d’hameçonnage pour tirer profit de gens sans expérience à la recherche d’un emploi.
      «On m’a vendu du rêve»
      Mikaël* vit à Montréal depuis quelques mois. En janvier dernier, sur le site de petites annonces Emplois Resto Montréal, il tombe sur une offre d’emploi alléchante: un établissement recherche des «barmans, busboys ou serveuses» «avec ou sans expérience» et promet un «salaire très compétitif».
      Tenté par cette annonce puisqu’il n’a aucune expérience en restauration, le nouvel arrivant pose sa candidature et est rapidement convoqué en entrevue. Toutefois, ce n’est pas un propriétaire de restaurant ou un gérant de bar qui lui répond mais bien le Mentoring Service for Small and Medium Businesses of Canada (MSMB), une agence de placement en restauration créée par Simon Primeau et Guillaume Giraud en novembre 2016. «Ç’a été ma première surprise: je m’attendais à [faire affaire avec] un établissement», a relaté Mikaël à Métro.
      Sous un nom d’emprunt, Métro a répondu à une annonce similaire, trouvée au hasard. Moins de 24 heures plus tard, l’agence a répondu et transmis une convocation pour une entrevue dans ses bureaux situés à l’Atrium Le 1000. Au moment de mettre sous presse, l’offre était toujours sur le site.
       

      L’annonce du site Emplois Resto Montréal à laquelle Métro a répondu. 
       
      Métro a rencontré plusieurs anciennes recrues du MSMB. Leur histoire est toujours la même. Lors de l’entrevue initiale, les candidats apprennent rapidement qu’il n’y a pas nécessairement d’emploi qui les attend. La raison de leur convocation est moins alléchante que l’offre publiée sur internet: on leur propose une place dans l’agence.
      Le MSMB propose à ses candidats de faire partie d’une banque d’employés où plusieurs établissements viennent recruter du personnel. Contrairement aux autres services similaires, cette entreprise ne prend pas de pourcentage sur le salaire des candidats recrutés à l’aide de ses services.
      Alors, d’où proviennent les revenus? La réponse, qui se trouve sur le contrat signé par tous les candidats du MSMB, est plutôt floue: «Je reconnais que MSMB Canada reçoit des revenus de diverses sources pour ses activités de placement de personnel. Ces revenus peuvent, entre autres, provenir des employeurs clients, des candidats et des écoles spécialisées directement et indirectement liés à l’administration de MSMB Canada.»
      Les employés du MSMB font ensuite savoir aux candidats que leur profil convient parfaitement à l’entreprise. Dans chaque cas, on leur dit qu’une fois placés dans un établissement, ils pourraient gagner «au moins 200$ en pourboires» chaque jour.
      Il y a toutefois un «petit problème» avec les candidatures des personnes à qui Métro a parlé: leur manque d’expérience. On leur propose alors une offre «qu’ils ne peuvent pas refuser»: une formation pour compenser. S’ils refusent, ils ne pourront pas se joindre au MSMB. Le cours en ligne coûte un peu plus de 300$.
       
      suite et source
       
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines