Jump to content
  • 0

PVT : La folle ruée sur les visas jeunes pour le Canada


Question

La folle ruée sur les visas jeunes pour le Canada

Par Lucile Quillet Publié le 15/01/2014 à 13:26

Plus dun quart des PVTistes français vont à Montréal. Crédits photo: Paul de Coustin.

Lambassade du Canada en France devrait ouvrir dans les jours à venir les candidatures pour obtenir un Permis Vacances Travail . La date sera dévoilée au dernier moment et seules 6750 places sont disponibles pour des dizaines de milliers de postulants!

Le suspense est bientôt terminé. Ils sont en effet plusieurs dizaines de milliers à trépigner dimpatience, guettant chaque information pour savoir quand ils pourront postuler pour partir un an au Canada. Chaque année, louverture des candidatures pour une demande de Permis Vacances Travail (PVT) au Canada est une date très surveillée, puisque dévoilée le jour même. Pour saler le tout, les premiers postulants sont les premiers servis. Après avoir été annoncée en novembre, puis en décembre, la procédure devrait ouvrir dans les jours à venir. Haute tension dramatique garantie. Car les places sont chères.

Ils auraient été 50.000 lannée dernière à postuler pour obtenir le précieux permis qui ouvre les portes du Canada pendant un an à tout jeune de 18 à 35 ans. Mais les places sont comptées. En 2014, 6750 places sont à pourvoir. Mieux vaut être aux aguets. «Il y a deux ans, les permis disponibles sont partis en deux semaines, lan dernier en 48 heures... Cette année, on craint que tout parte en 20 minutes!», anticipe Emilie Fondanesche de lassociation France-Québec, qui accompagne les jeunes dans leurs projets dimmigration et culturels. Les Français peuvent tout de même sestimer chanceux: la France possède le deuxième quota le plus élevé de PVT pour le Canada après lAustralie daprès France-Québec.

Pour éviter «leffet rush», louverture des candidatures se fera en trois temps pour distribuer les 6750 places par lot de 2000 places supposées. Les jeunes qui auront manqué leur chance la première fois disposeront donc dun deuxième et troisième essais si jamais leur connexion Internet était en panne ou quils étaient en déplacement le jour de la première ouverture.

UN GROS QUART DES JEUNES PVTISTES RESTENT À MONTRÉAL

Lambassade cultive le mystère: on ne sait pas combien de places seront disponibles lors de la première tranche dinscriptions, ni sa date exacte. Seule certitude: elle sera seulement dévoilée le jour même de louverture des inscriptions, via le compte Twitter de lambassade du Canada !«On sent que ça pourrait être la semaine prochaine», murmure Loïs Pignot-Malapert de lOffice Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ), qui aide gratuitement chaque année des jeunes à aller au Québec pour réaliser leurs projets professionnels.

Plusieurs dizaines de milliers de jeunes rivés sur un seul et unique compte Twitter depuis trois mois... Autant dire que la révélation de la date douverture des quotas de PVT en rend plus dun insomniaque. Surtout que le tsunami de candidatures qui déferle chaque année sur le site de lambassade est toujours plus fort. «On sattend à des demandes massives: ceux qui nont pas été assez rapides lan dernier retentent leur chance, cest leffet boule de neige. Cette année encore, il va y avoir de nombreux déçus», assure Loïs Pignot-Malapert. Une fois les candidatures déposées, lhabitude veut que la réponse soit délivrée dans les quinze jours qui suivent. A partir de là, le départ est normalement possible six semaines après, le temps de finaliser la procédure et obtenir un permis de travail.

Pour postuler au Permis Vacances Travail, il faut avoir entre 18 et 35 ans et disposer de 2500 dollars canadiens sur son compte. Les motivations sont nombreuses: partir découvrir un autre pays, réaliser un road trip en effectuant ponctuellement des petits boulots, ajouter une expérience professionnelle à son CV voire trouver du travail dans son secteur. Certains veulent aussi améliorer leur anglais mais les PVTistes préfèrent souvent le Québec francophone, compromis idéal. «Cest lAmérique en français! explique Emilie Fondanesche. Plus de la moitié restent au Québec, dont une bonne majorité à Montréal ».

SOXYGÉNER, PAS SEXPATRIER

Dans un contexte français morose ,le marché de lemploi québécois, plutôt en forme, est une option stratégique de choix pour les jeunes. «Ces jeunes recherchent une expérience internationale sur leur CV .Dautres partent car ils ne trouvent pas de travail dans leur secteur dactivité en France. Une expérience professionnelle là-bas leur permet davoir une meilleure crédibilité vis-à-vis des recruteurs une fois de retour en France» nous explique Loïs Pignot-Malapert.

Ceux qui en sont revenus ont vanté les vertus québécoises et mis leau à la bouche à leurs amis. Lengouement crée presque un fantasme québécois. Mais la terre dérable nest pas le monde des bisounours. «Le Québec est un territoire très accueillant mais ce nest pas leldorado. La culture nord-américaine valorise lexpérience plus que les diplômes, contrairement à la France, explique Loïs Pignot-Malapert de lOFQJ. Il faut faire ses preuves, être débrouillard et bien vendre ses expériences passés».

Laventure canadienne ne correspond pas non plus au fantasme dune fuite des jeunes cerveaux toujours plus grande. «Les PVTistes partent pour se renforcer, pas pour sexpatrier. Cette expérience leur permet de soxygéner, beaucoup reviennent», relativise Loïs Pignot-Malapert.

CONSEILS PRATIQUES

Vous trouverez mille et une informations différentes concernant les PVT sur Internet. Il faut avant tout se fier au site de lambassade du Canada .Pour un résumé clair et détaillé de la procédure à suivre pour postuler, le Figaro Etudiant vous recommande le guide de lOFQJ .

Pour être averti de louverture des candidatures le jour même, vous pouvez aussi vous inscrire à lalerte mail gratuite proposée par lassociation France-Québec ou lalerte sms de lOFQJ .

source : http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/etudier-a-l-etranger/detail/article/la-folle-ruee-sur-les-visas-jeunes-pour-le-canada-4072/

Link to post
Share on other sites

0 answers to this question

Recommended Posts

There have been no answers to this question yet

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By baptiste1995
      Je ne  sais pas si la question a déjà été traité,  je suis francais avec un Visa pvt (je suis arrivé au canada en septembre 2019) .
      Jai du rentrer en avril 2020.
      Je souhaite revenir au canada , les conditions (contrat de travail ) s'appliquent aussi aux personnes ayant déjà validé leur pvt ?
      Jai un NAS / plan disolement de 14 jours / compte à la BNC / et une assurance 
    • By paulasselineau
      Bonjour, est il possible d'enchaîner avec un deuxième PVT ? Car celui que j'ai en ce moment expire bientôt merci
    • By olivierthms
      Bonjour à tous,

      J'ai parcouru le forum sans trouver la réponse à mon problème. Si vous jugez que ça n'a pas sa place ici, n'hésitez pas à supprimer le post. 

      J'ai un cas très particulier, et j'aimerais savoir si certains d'entre vous pourrait m'aider (ou connaissent des personnes qui peuvent m'aider) :
       
      Ma situation :
      - je suis freelance en marketing, et je travaille depuis chez moi
      - résident québécois depuis le 1er Octobre 2019 (arrivé sur le sol le 03/09/2019).
      - déménagement annoncé aux impôts FR à partir du 03/09/2019
      - auto-entrepreneur en France depuis 2016 (j'établis mes factures via cette micro-entreprise)
      - j'ai envoyé un formulaire à l'ARC pour définir mon statut de résidence fiscal du Québec, sans retour de leur part
       
      2019 : 
      - 100% des revenus réalisés via des sociétés françaises
      - déclaration annuelle faite en France, et 3 mois au Québec (Oct, Nov, Dec) via une déclaration française : n°2024 NR.
      - aucun revenu réalisé grâce via une société canadienne (0$ gagné)
      - aucune facture émise à une société canadienne
      => le comptable m'a annoncé une somme de 2500$ couvrant les cotisations des retraites, et pas de paiement des impôts pour cette année.
       
      2020 : 
      - chiffres d'affaire estimé à l'année de 70 000 CAD$ (30000$ à date).
      - A ce jour, société toujours domicilié en France.
      - Déjà 4790€ versés pour les cotisations françaises (Janvier, Février, Mars, Avril). Ce ne sont pas des impôts mais des cotisations d'entreprise versées à l'URSSAF (charges sociales).

      Mes recherches : 
      La convention fiscale entre la France et le Canada semble dire que si mes bénéfices sont faits entièrement en France via mon entreprise, je paye mes impôts la bas (Source : https://www.canada.ca/fr/ministere-finances/programmes/politique-impot/conventions-fiscales/pays/france-convention-refonte-1975-1987-1995-2010.html)
       
      Questions :
      • dois-je payer mes impôts aux Québec ou en France ? 
      • Si je dois les payer au Québec, j'envisagerais de stopper mes cotisations à l'URSSAF français et de facturer en tant que travailleur autonome canadien, pour éviter de payer les 22% supplémentaires à l'URSSAF Français. Ainsi je payerais uniquement les impôts canadiens et la retraite canadienne. Est-ce la meilleure solution ? 
      • Si je dois les payer au Québec, puis-je espérer avoir un remboursement des 4347€ versés à l'URSSAF français (Janvier, Février, Mars, Avril, Mai) ?

      Je suis véritablement perdu... ! 
      Si vous connaissez quelqu'un qui peut m'accompagner, ça serait génial ? A date, le comptable que j'ai vu ne semble pas savoir véritablement... 

      Merci beaucoup pour votre aide,

      Olivier
    • By RomainCns
      Bonjour à tous !

      Je ne sais pas vraiment par ou commencer mais comme étant nouveau sur ce forum, je me présente : je  m'appelle Romain 24 ans, j'habite actuellement en France (Rouen,Normandie).
      J'ai durant ma scolarité entamé un parcours de Bac pro Carrosserie que je n'ai pas pu terminer par faute d'avoir trouver un patron voulant bien accepter un "stagiaire", de ce fait je n'ai pas de diplôme spécifique.
      Après ça j'ai enchaînés les missions intérims dans divers domaines jusqu’à tomber sur CETTE offre qui m'aura comblé durant 2 ans, en effet j'était jusqu'à peu Conducteur/Essayeur sur route ouverte un peu partout en Europe pour un sous-traitant du groupe automobile PSA/Renault , depuis, je suis tombé amoureux de la route.
      Cependant je suis venu sur ce forum car le pays qu'est le Canada m'a toujours attiré et plus particulièrement la province de Québec, j'ai toujours eu pour but de venir m'y établir mais je n'ai jamais osé sauté le pas, ça fait quelques années maintenant que je met de l'argent de côté dans ce but là. Je pense savoir me faire un minimum comprendre en Anglais, à savoir aussi que j'ai un permis B (qui équivaut au classe 5 Québécois si je ne me trompe pas) international entre les mains. J'ai déjà quelques connaissances Québécoises mais qui ont toujours vécu la-bas, par conséquent ne sont pas vraiment au courant des processus d'immigrations et ne peuvent pas me renseignées plus que cela, je pensais me lancé dans la demande d'un PVT afin de pouvoir chercher un emploi non défini (dans l'attente de trouvé l'emploi qui me convient) une fois sur place, mais un PVT n'est pas renouvelable d'après ce que j'ai compris et une fois arrivé à terme ce serai retour en France donc je ne sait que faire,je ne me berce pas d'illusions quant à la réalité du marché du travail mais j'aurais aimer avoir de vos conseils concernant les démarches que je pourrais effectués dans ce but là.

      Merci à vous de m'avoir lu. Je reste dans l'attente de vos réponses 🙂
    • By Red2591
      Bonjour
       
      Pour faire bref je suis demandeur d'un PVT pour 2020.
       
      Dans l'hypothèse où j'aurais la chance d'être tiré au sort je me questionne sur l'avenir.
       
      Mon but est de partir définitivement au Canada.
       
      J'ai une préférence pour l'Ontario, mais à vrai dire, j'irai là où j'aurai le plus de chance d'être sélectionné. 
       
      Le fait est que 80 programmes d'immigration existent, et que je suis un peu perdu.
       
      Pour faire court, j'ai 29 ans, célibataire, pas d'enfant, j'ai un CAP et un diplôme niveau IV (BAC), c'est un titre professionnel d'agent de la sécurité intérieure délivré par la direction générale de la police nationale, pas sûr que ça vaille quoi que ce soit au Canada.
       
      Je viserai au Canada une profession de catégorie A, B ou 0, qu'importe le secteur, si je dois faire du secrétariat pendant 2 ans, pas de soucis. 
       
      Je cherche sur internet depuis des jours, sans réelles réponses à mes questions. Dans l'hypothèse où je réussirais à avoir un job dans un domaine qualifié avec une expérience professionnelle de plus d'un an, ais-je une chance d'obtenir la RP ? Si oui, est-ce qu'il y a une province où j'ai le plus de chance ? En sachant que je privilégie les provinces anglophones, mais si j'ai plus de chances de décrocher le CSQ, j'irai dans ce cas au Québec.
    • By Jerbi
      Bonjour tout le monde !

      Voilà j'ai une petite question sur la résidence permanente après un PVT en tant que travailleur autonome/freelance.

      Je sais qu'en tant que travailleur autonome il n'est pas possible de demander un CSQ au Québec pour la résidence permanente et qu'il faut obligatoirement avoir travaillé en tant que salarié pendant 1 an minimum 30h/semaine pour pouvoir la demander.

      J'aimerais savoir si c'est possible en Ontario, en Alberta ou dans d'autres provinces au Canada, de demander la résidence permanente après son PVT sans travailler en tant que salarié, juste en travailleur autonome.
      Si oui, quelle est la meilleure option et la plus rapide pour cela ? 
       
      Merci.
    • By cassy66250
      Bonjour Madame Monsieur ,
       
      Je me permet de vous contacter au sujet d'un problème que je rencontre depuis 1 mois .
       
      Je m'appelle XXXXXXX, numéro de dossier:aucun pour le moment .
       
      J'essaie depuis 1 mois de remplir le premier formulaire EIC PVT puisque j'y suis admissible mais je rencontre un problème des le premier formulaire, il est indiquer qu'il faut écrire les prénoms comme indiquer sur le passeport mais mon second prénom pose un problème. je ne peut donc soumettre ma candidature dans aucun bassin temps que celle ci n'est pas complète.
      Je tiens a préciser que je n'ai encore soumis aucun profil dans aucun bassin étant bloquer a la première étape .
       
      Je m’appelle XXXXXXX et mon second prénom est un prénom composé ( Maria-Héléna ) celui ci n'est pas pris en compte, il reste en rouge et m'indique qu'il y a une erreur que je ne peut donc pas valider ce premier formulaire or sans cela je ne peux continuer ma demande cela est très problématique. Cela fait des année que je fait tout mon possible pour me prépare a mon départ, aujourd’hui étant enfin prête je suis bloquer pour un prénom.
       
      J’espérerai avoir de l'aide pour résoudre ce petit problème et enfin réaliser mon rêve .
       
      J’espère de tout cœur recevoir de l'aide .
      Cordialement 
    • By cle95
      Bonjour à tous,
       
      Après plusieurs échanges avec le MIDI, je viens de me faire notifier le refus de ma demande de CSQ via le PEQ. Je suis arrivé au Québec en Mars 2018 et travaille depuis Avril 2018 pour une entreprise enregistrée en Ontario mais pour un client situé à Montréal où je réside. J’ai donc justifié des 12 mois travaillés à temps plein et d’être toujours en contrat ainsi que de ma résidence au Québec avec mes impôts payés au Québec. Je peux évidemment faire une demande de réexamen administratif mais celle-ci va prendre encore 3 mois pour avoir un retour donc je sollicite vos conseils pour des alternatives dans ma situation.
       
      Merci d’avance !
    • By Raiemanta33
      Bonjour, je suis nouveau sur ce forum et je souhaite poser une petite question... 

      Depuis mai, je fais mes démarches pour aller au Canada (Québec), j'avais trouvé l'emploi avec promesse d'embauche, j'ai obtenu mon Visa, mon permis de travail, mais... Seul souci... L'employeur qui devait me prendre avec la fameuse promesse d'embauche ne peut plus me prendre par manque de temps donc il fallait rapidement quelqu'un pour être en poste ! (je comprends tout à fait son choix) Donc... Je vais vous demander si c'est possible de toujours rentrer au Québec sans emploi et de vivre avec la capacité financière nécessaire jusqu'à que je trouve un emploi... J'ai mon permis de travail d'une durée de 2 ans, mon Visa, mon passeport valide, mon assurance Permis Jeunes Travail et la capacité de fonds... 


      Merci beaucoup de me répondre !
    • By mikoloco
      Bonjour à tous,
       
      Je pars dans 10 jours au Canada en famille pour un PVT.

      Tout est ok pour nous ( Je ne parle pas du stress et de l'excitation  ). J'ai juste un soucis, concernant la preuve de fond. Nous avons uniquement un seul nom en commun avec inscrit M et MME XXXXXXX et Mon prénom. En sortant un relevè de compte, cela suffira t'il à la douane, sachant que ma conseillère est en vacances et qu'elle ne peut pas me faire d'attestation (Ses collègues ne veulent aps me la faire car ils ne gerent pas mon compte ... No Comment)
       
      Ma femme est moi avons un PVT que nou svaliderons en même temps avec les enfants. Pensez-vous qu'un simple relevé de compte commun suffira?

      Voici ce que j'ai lu sur le site CIC:
       
      Si votre époux vous accompagne, vous pouvez compter l’argent que vous avez ensemble dans un compte conjoint. Vous pourriez compter l’argent dans un compte à son nom, mais vous devez prouver que vous avez accès à l’argent.
      Les fonds doivent être accessibles au moment où vous présentez votre demande et, s’il y a lieu, lorsque nous vous délivrons un visa de résident permanent. Vous devez prouver que vous pouvez avoir accès légalement à ces fonds pour vous aider à vous installer ici.
      Comme preuve, vous devez obtenir une lettre officielle de toute banque ou autre institution financière où se trouve votre argent.
      La ou les lettres doivent :
      être imprimées sur du papier avec en-tête de l’institution financière; inclure les coordonnées de l’institution financière (adresse, numéro de téléphone et adresse courriel); mentionner votre nom; inclure une liste de toutes les dettes impayées, comme les soldes de carte de crédit et les prêts; inclure, pour chaque compte bancaire courant et chaque compte de placement courant : le numéro du compte; la date d’ouverture du compte; le solde actuel du compte; le solde moyen du compte au cours des six derniers mois.  
      Sur un relevé il n'y a pas ses informations ...
       
      Pouvez-vous m'aider et me rassurer?
       
      Merci d'avance
       
      Mike
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines