Jump to content
  1. kuroczyd

    kuroczyd

  • Similar Content

    • By immigrer.com
      Après avoir affirmé mardi la possibilité pour des musulmanes du Québec de passer leur examen de conduite vêtues d'une burqa ou d'un niqab, même après l'adoption du projet de loi 62, le premier ministre Philippe Couillard revient sur sa décision. Dorénavant il faudra être à visage découvert si on peut passer son examen pour obtenir un permis de conduire québécois auprès de la SAAQ, société de l'assurance automobile du Québec.
       
      http://journalmetro.com/actualites/national/1051320/niqab-et-burqa-couillard-se-rallie-a-ses-ministres/
    • By immigrer.com
      Peut-on devenir canadien sans montrer son visage? (Et autres questions sur le niqab) Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le voile islamique sans jamais oser le demander.
      2 oct. 2015 par Vincent Destouches Plus fort que l’emploi ou les changements climatiques, le niqab est en train de changer la nature de la campagne électorale. En confirmant la décision de la Cour fédérale, qui avait invalidé l’hiver dernier l’interdiction de se couvrir le visage au moment de prêter serment de citoyenneté, la Cour d’appel fédérale a fait resurgir dans la sphère publique le débat sur ce vêtement qualifié par Stephen Harper de produit d’une «culture qui est anti-femmes».
      Une bénédiction pour les conservateurs, qui ont semblé surfer sur la division que cette question sème au sein des partis fédéraux et de la population pour prendre la tête des intentions de vote. Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair, qui caracolait dans les sondages il y a peu, a perdu de sa superbe avance auprès de l’opinion publique en prenant position contre l’interdiction du niqab lors de ces cérémonies. Ainsi, la vague orange a heurté un mur au Québec, où plusieurs pancartes électorales du parti ont été vandalisées. Il faut dire que les Québécois, selon un sondage mené par la firme Léger en mars dernier, sont quasi unanimes (93 %) à vouloir interdire le niqab lors des cérémonies d’assermentation.
      La complexe question du niqab est loin d’avoir trouvé son épilogue, y compris en matière de justice, puisque les conservateurs ont porté le jugement en appel à la Cour suprême. Voici quelques clés pour mieux comprendre ce débat.

      Peut-on devenir canadien sans montrer son visage?
      Non. Que l’interdiction de porter le niqab lors des cérémonies de citoyenneté soit définitivement levée ou non ne change rien à l’affaire, puisqu’une personne portant un vêtement couvrant (tout ou une partie de) son visage doit obligatoirement s’identifier avant la cérémonie, comme le spécifie le Guide des politiques de citoyenneté:
      Conformément à ce règlement, Zunera Ishaq, la ressortissante pakistanaise par qui l’affaire s’est retrouvée en cour, avait retiré son niqab à des fins d’identification préalablement à la cérémonie, comme elle l’avait fait au moment de passer l’examen de citoyenneté. Mais ses convictions religieuses l’ont obligé à refuser de retirer son voile lors de la prestation de serment, étape jugée obligatoire (avant son recours) pour obtenir la nationalité canadienne.
      «On doit confirmer l’identité des candidats à la citoyenneté qui se présente [sic] avec un voile couvrant partiellement ou totalement le visage. Cela doit être fait en privé par une agente de citoyenneté qui demandera à la femme de découvrir son visage afin de confirmer son identité à l’aide des documents du dossier.»
      Or, selon le Règlement sur la citoyenneté, le juge qui officie lors d’une cérémonie doit «faire prêter le serment de citoyenneté avec dignité et solennité, tout en accordant la plus grande liberté possible pour ce qui est de la profession de foi religieuse ou l’affirmation solennelle des nouveaux citoyens».
      Dans son arrêté du 6 février 2015, le juge Boswell, de la Cour fédérale, explique qu’«à cause de toute condition exigeant qu’un candidat à la citoyenneté soit réellement vu en train de prêter le serment, il serait impossible, non seulement pour une femme portant le niqab, mais aussi pour une personne muette ou un moine ayant fait vœu de silence, d’obtenir la citoyenneté». De fait, «c’est la signature du candidat sous le texte de ce serment ou de cette affirmation solennelle, plutôt qu’une confirmation visuelle du candidat en train de prêter le serment, qui est la seule preuve requise pour montrer qu’un candidat a prêté le serment de citoyenneté».

      Peut-on voter voilé?
      Oui. Une personne qui se présente au bureau de vote avec le visage voilé va se voir demander de découvrir son visage. Cependant, elle n’est pas dans l’obligation de le faire pour accomplir son devoir de citoyen. Si jamais elle décide tout de même de s’exécuter, Élections Canada précise que «les fonctionnaires électoraux ont reçu la consigne de faire preuve de respect et de sensibilité». Mais si la personne ne souhaite pas se dévoiler, elle pourra quand même présenter deux pièces d’identité, puis prêter serment pour attester sa qualité d’électeur.
      Seul l’électeur qui refuse de découvrir son visage, de présenter deux pièces d’identité et de prêter serment se verra empêché de voter.



      source et suite : http://www.lactualite.com/actualites/politique/peut-on-devenir-canadien-sans-montrer-son-visage-et-autres-questions-sur-le-niqab/
    • By Laurent
      La cour d’appel fédérale du Canada a confirmé mardi l’autorisation du port du niqab (voile intégral) lors des cérémonies de citoyenneté, déboutant le gouvernement qui jugeait que les futurs Canadiens devaient prêter allégeance le visage découvert.

      Le premier ministre Stephen Harper avait qualifié de «pas acceptable» le jugement rendu en février dernier par un tribunal de première instance autorisant Zunera Ishaq, une résidente de Toronto, à devenir Canadienne en portant le niqab.

      «L’appel a été rejeté avec dépens», a indiqué à l’AFP une porte-parole de la cour d’appel, notant que les trois juges avaient mentionné l’urgence à mettre en œuvre cette décision pour permettre à Mme Ishaq de devenir Canadienne avant les élections législatives du 19 octobre, afin qu’elle puisse voter.

      Après Justin Trudeau la semaine dernière, voilà que Thomas Mulcair s'est rangé, mercredi, derrière un jugement de la Cour fédérale autorisant le port du niqab pendant la prestation du serment de citoyenneté canadienne.

      Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) s'est dit en accord avec la décision du tribunal ontarien que le gouvernement conservateur, lui, a décidé de porter en appel.

      S'il fait remarquer qu'il est effectivement dans les prérogatives du gouvernement d'entamer cette démarche, M. Mulcair estime que cette contestation juridique constitue un nouvel affront aux droits et libertés des femmes portant le voile, qui sont selon lui victimes de stigmatisation.

      «Il y a une "vilification" qui s'opère, et sincèrement, ça fait des années que je fais de la politique fédérale, et ça fait des années que je vois que les musulmanes sont souvent les boucs émissaires pour des débats politiques», a-t-il affirmé à l'issue du caucus de son parti.


      Pensez-vous que le Canada a raison de permettre le port du niqab lors des cérémonies de citoyenneté ? Quels serait selon vous la plus sage décision à prendre et pourquoi ?





    • By Cherrybee
      Le gouvernement Harper compte présenter un projet de loi pour obliger toute personne participant à une cérémonie de citoyenneté de le faire à visage découvert. Le ministre d'État au multiculturalisme, Tim Uppal, a indiqué mercredi que le gouvernement appuyait le projet de loi québécois visant à obliger quiconque qui donne ou reçoit un service de l'État de le faire à visage découvert. M. Uppal a soutenu que les Canadiens s'attendaient à ce que les nouveaux citoyens canadiens prêtent serment sans avoir leur visage masqué. En février, la Cour fédérale avait invalidé une règle fédérale obligeant les candidats à la citoyenneté à découvrir leur visage lorsqu'ils prêtaient serment. Le premier ministre Stephen Harper avait alors annoncé son intention de porter la cause en appel. Le ministre Uppal dit que le gouvernement veut transformer cette règle en loi. Un projet de loi en ce sens sera présenté d'ici les prochains jours, a-t-il annoncé. Selon lui, la majorité des Canadiens appuiera le gouvernement dans cette démarche. Mercredi, la ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, a déposé le projet de loi 62 qui stipule que les services publics devront être fournis et reçus à visage découvert, pour des raisons de sécurité et de communication. En clair, cela exclut la possibilité pour les employées de l'État de porter la burqa ou le niqab. Source
    • By Cherrybee
      Le gouvernement Harper portera en appel la décision de la Cour fédérale qui autorise les femmes musulmanes à prêter leur sement de citoyenneté en portant un voile qui leur couvre le visage.
      Le premier ministre Stephen Harper en a fait l'annonce lors de son passage à Victoriaville, jeudi. «Nous comptons déposer un avis d'appel concernant cette décision», a déclaré M. Harper.
      «Franchement, je pense que la plupart des Canadiens et des Canadiennes trouveraient offensant qu'une personne cache son identité au moment même où elle souhaite se joindre à la famille canadienne. Ce n'est pas notre façon de faire et je pense que ce n'est pas acceptable», a-t-il ajouté.
      L'ancien ministre fédéral de l'Immigration, Jason Kenney, a annoncé cette nouvelle politique du gouvernement fédéral en décembre 2011. Il avait qualifié le port du niqab de «tradition culturelle, qui reflète à mon avis une certaine vision de la femme que nous n'acceptons pas au Canada».

      La semaine dernière, la Cour fédérale a donné tort au gouvernement, et gain de cause à Zunera Ishaq, une Torontoise d'origine pakistanaise qui s'est opposée à cette obligation en 2013. Elle a intenté un recours en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés au motif qu'elle contrevient à ses croyances religieuses. Mme Ishaq avait auparavant accepté de se découvrir le visage devant des fonctionnaires, afin qu'ils puissent vérifier son identité.
      http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/201502/12/01-4843689-niqab-aux-ceremonies-de-citoyennete-ottawa-portera-la-decision-en-appel.php

    • By Laurent
      Mise à jour samedi 31 janvier 2015 10:03 : L'imam Chaoui ne pourra pas ouvrir son centre. «Cet individu, c'est un agent de radicalisation», a soutenu le maire de Montréal, Denis Coderre

      L'imam controversé qui souhaite ouvrir un centre communautaire islamique à Montréal tient un discours «dangereux» et devrait être interdit de prêche. La Ville de Montréal ne doit pas offrir une tribune à l'imam intégriste Hamza Chaoui estime Kathleen Weil, ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion.

      En point de presse, jeudi, en marge d'une commission parlementaire, la ministre a soutenu que le religieux d'origine marocaine tenait des propos « dangereux » et inacceptables dans une société de droit comme le Québec.

      Selon Kathleen Weil, l'imam Chaoui prêche l'oppression des femmes, en rupture avec les valeurs d'égalité que prône le Québec.

      « Je ne voudrais pas dire à la ville quoi faire, mais je pense qu'ils doivent regarder cette question-là (au-delà) des questions d'architecture ou d'aménagement urbain. Il y a l'enjeu très profond des valeurs à véhiculer », a-t-elle plaidé lors d'une mêlée de presse jeudi.

      Elle dit avoir confiance en la Ville dans l'analyse du dossier.

      « Évidemment, mon souhait c'est qu'on n'ait pas de (centre communautaire) où on peut véhiculer ces concepts », a affirmé la ministre. Les propos de cet imam sont à ses yeux « totalement inacceptables dans une société démocratique, une société de droit où on prône l'égalité entre les hommes et les femmes ». « C'est dangereux dans le sens où ce qu'on véhicule, c'est ni plus ni moins l'oppression des femmes. C'est une déformation de nos valeurs », a-t-elle ajouté.

      Selon ce que rapporte le quotidien La Presse, l'imam Chaoui considère que l'islam et la démocratie sont « complètement » incompatibles notamment parce que des homosexuels peuvent se faire élire députés. Il croit aussi que les femmes doivent avoir un tuteur et que la musique doit être proscrite.

      Qu'en pensez-vous ?


    • By Sossoo
      Bonjour à tous,

      Je suis étudiante en France pour devenir enseignante.
      Dans le cadre de mes études, je réalise un travail de comparaison entre l'Ecole laïque en France et l'enseignement religieux dans les écoles Québécoises.
      Je recherche des témoignages de parents (Québecois ou Français), d'élèves (Québecois ou Français) ou d'enseignants Québécois.
      J'aimerais savoir:
      - comment se déroulent ces cours en pratique (description d'un cours);
      - quels en sont leurs avantages et inconvénients, selon vous (par rapport au système français laïque, notamment);
      - ce qui vous a étonné, à ce sujet lorsque vous êtes arrivés au Québec;
      - quel est la place de cet enseignement dans le système éducatif québécois (nombre d'heures...) et quel place accorde-t-on à la religion en général au Québec;
      -etc...
      Bref, j'aimerais que vous me fassiez part de votre expérience à ce sujet.

      Merci d'avance!
    • By immigrer.com
      IMMIGRATION
      Les immigrants toujours intéressés à venir sinstaller au Québec

      GENEVIÈVE LAJOIE
      JOURNAL DE QUÉBEC, PUBLIÉ LE: JEUDI 31 OCTOBRE 2013, 23H35 | MISE À JOUR: JEUDI 31 OCTOBRE 2013, 23H45

      La charte des valeurs et le débat identitaire qui fait rage depuis plusieurs semaines ne découragent pas les étrangers à venir sinstaller au Québec, selon la ministre Diane De Courcy.

      Lorsque la charte sera adoptée, les nouveaux arrivants seront informés avant même de venir sétablir au Québec des nouvelles règles en vigueur sur linterdiction des signes religieux apparents, a dailleurs promis jeudi la ministre de lImmigration. Les dispositions de la charte des valeurs québécoises seront inscrites dans le guide offert aux étrangers qui veulent immigrer au Québec. «Cest important que dans le pays dorigine, quand la personne prend sa décision, quelle sache et très bien dans quel univers elle sen va», insiste Mme De Courcy.

      Quant à limpact de la charte sur limmigration, la ministre est catégorique: «Les demandes dimmigration sont maintenues, voire en légère hausse, et ce, de partout dans le monde, pas plus au Maghreb, mais pas moins au Maghreb. Les personnes qui avaient déjà manifesté leur intérêt et qui ont eu un certificat de sélection du Québec continuent darriver. Il ny a pas une diminution des arrivées après avoir eu cette autorisation et il ny a pas de retrait de demandes.»

      Cibles dimmigration

      Diane De Courcy a présenté hier les cibles dimmigration pour lannée qui vient. En 2014, le Québec devrait accueillir entre 49 500 et 52 500 personnes immigrantes. Il sagit dune légère baisse par rapport à 2013, comme lavait prévu le précédent gouvernement libéral dans son plan dimmigration 2012-2015. Parallèlement, le gouvernement Marois injectera 13,5 millions $ dargent neuf pour la francisation des nouveaux arrivants.

      suite et source : http://www.journaldequebec.com/2013/10/31/les-immigrants-toujours-interesses-a-venir-sinstaller-au-quebec

    • By immigrer.com
      TERREBONNE - Alors que Pauline Marois poursuit son offensive pour faire accepter sa charte des valeurs, le ministre fédéral de l'Immigration soulève les dangers qu'elle représente pour l'immigration francophone.

      Devant les gens d'affaires de Terrebonne, il a été impossible pour la première ministre d'éviter le projet de charte des valeurs.

      «Je crois que le débat qui est enclenché peut se faire sereinement et correctement», a-t-elle affirmé.

      Toutefois, ailleurs au Canada, ils sont nombreux à critiquer la charte. Le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander s'inquiète surtout des répercussions que pourrait avoir la charte sur l'immigration francophone.

      «Une des sources importantes de francophones dans ce monde pour le Canada, pour le Québec, c'est le Maghreb, croit le ministre Alexander. Il faut suivre les réactions de près parmi nos immigrants potentiels.»

      Pour Pauline Marois, la charte proposée ne dérangera pas les immigrants francophones potentiels.

      «Tous les citoyens du monde qui veulent venir au Québec, dans la mesure où on peut les accepter, sont les bienvenus parce qu'ici, il y a liberté de parole, liberté de religion et cela continuera, a ajouté la première ministre. Il ne faut surtout pas faire croire que ce que nous faisons empêche la liberté de religion au contraire c'est pour que chacun puisse exprimer son point de vue et sa religion.»

      La France en exemple

      Pour Ottawa, le Canada comme terre d'accueil se vend toujours bien et ça ne doit pas changer.

      «Nous avons cette métropole, Montréal, d'un poids économiquement très important et qui est un chef de file dans plusieurs secteurs dans le monde à cause de vagues successives d'immigration. On veut que ça continue», a poursuivi le ministre.

      Pour Pauline Marois, le projet de charte n'est pas un danger à l'immigration francophone. Elle a cité la France en exemple, un endroit où tout le monde a appris à cohabiter, selon elle.

      «Je ne crois absolument pas que ce soit un danger, a dit Mme Marois. Le plus bel exemple, de mon point de vue, c'est la France qui a un nombre très imposant de personnes d'origine maghrébine et qui justement a trouvé un espace pour bien vivre avec ses représentants d'autres religions. Au contraire, je pense que ça va clarifier les choses.»

      Source : Agence QMI
    • By nath1791
      Telle que présentée ce matin par le gouvernement provincial : http://nosvaleurs.gouv.qc.ca/fr#ministre

      Il est possible de commenter (voir à la fin)
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement