Jump to content
Sign in to follow this  
melusine54

Retour en Belgique après 1 an de vie au Québec

Recommended Posts

Bonjour à tous

Je suis "immigrer.com" depuis quelque temps déjà et n'avais jamais pris la peine d'écrire sur mon expérience en pensant que ce n'était pas pour moi. Aujourd'hui, j'ai décidé de me lancer...

Mon mari et moi sommes belges et avons décidé d'immigrer au Québec. Le processus fut long et difficile. Peut-être trop lent d'ailleurs, mais cela c'est autre chose. Nous avons vécu au Québec pendant presque un an. Nous sommes de retour dans notre pays d'origine depuis quelques mois.

Je parlerai essentiellement de deux choses ici: la vie et l'aventure là-bas et notre retour ensuite. Il y aurait bien d'autres choses à développer mais je pense que si je veux être lue, je dois me limiter !

La vie là-bas: nous avons quitté la Belgique dans des conditions un peu différentes mon mari et moi. Lui avait donné sa démission, moi j'avais demandé un crédit-temps d'un an. Nous n'étions pas complètement dans l'inconnu car nous avions fait déjà plusieurs séjours avant le grand jour et nous avions des amis qui y habitaient. Nous n'avons pas trouvé de travail stable dans nos domaines respectifs. Après avoir suivi plusieurs ateliers au Québec, j'ai constaté plusieurs choses: les régions sont à prendre en considération avant de choisir où s'installer. Habiter à Montréal, à Québec ou à Sherbrooke ne veut pas dire que l'expérience sera la même, ce qui n'est pas du tout expliqué quand on est en Europe. Certaines régions sont plus ouvertes que d'autres en fonction des secteurs d'activités. Et s'il y a de la demande dans un métier, cela ne veut pas dire pour cela que vous trouverez un emploi car malgré tout ce qu'on dit, il y a du protectionnisme. Je vais peut-être fâcher certains mais il faut le savoir. Les Québécois passent souvent avant les étrangers... Bref, pendant tous ces mois, nous avons dû chercher du boulot sans succès et aussi gérer l'hiver. Encore une fois, l'hiver peut être perçu différemment si on habite en ville ou à la campagne... Il ne sert à rien de faire des généralités !! Je dirais que l'essentiel est de rester humble, de pouvoir s'adapter et de prendre les choses comme elles viennent.

La décision du retour a été très très difficile à prendre car malgré le fait que nous étions sans travail, mon mari et moi nous plaisions énormément mais comme pour tout, il y avait des points positifs et des points négatifs. Dès le début de notre installation, je sentais que cette aventure d'immigration n'allait pas être simple. Prendre la décision de revenir si vite, alors que je savais que le processus d'immigration pouvait être très long (est-ce qu'il s'arrête d'ailleurs ?) était lié à plein de choses: mon crédit-temps qui allait se terminer, une maison en vente en Belgique et qui ne se vendait pas, la famille qui nous manquait etc. Il s'en est fallu de peu pour que mon mari reste là-bas et que je revienne seule. Mais nous avons communiqué énormément (beaucoup pleuré aussi) et finalement, nous sommes revenus à deux, plus proches que jamais.

Le retour: nous sommes en Belgique depuis quelques mois et avons dû nous réadapter dans notre propre pays. Pourtant, nous étions partis depuis un peu moins d'un an... Notre retour a été très très chahuté. Allions-nous revivre au même endroit ? Reprendre nos anciennes habitudes ? Finalement, j'ai été licenciée et mon mari a retrouvé du travail très rapidement. Je suis toujours en recherche d'emploi mais au moins, je n'ai pas donné ma démission... Notre entourage a pris les choses bizarrement. Certains nient complètement le fait que nous soyons partis, n'en parlent jamais, d'autres en parlent avec gêne (sans doute pour ne pas nous blesser car ils considèrent que c'est un échec). Nous n'avons pas encore réussi à nous restabiliser complètement dans notre vie de tous les jours et le Québec revient sans cesse dans nos conversations. Parfois avec du regret dans la voix, parfois avec de la fierté d'avoir été au bout de notre rêve.

Nous sommes revenus dans l'idée que nous avons vécu une aventure extraordinaire qui suscite parfois de la fierté autour de nous car nous avons osé. Nous n'avons pas du tout le sentiment d'un échec car les décisions (difficiles à prendre) sont assumées... C'est notre choix pour l'instant. Point.

La question qui va se poser est va-t-on y retourner un jour ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Retour d'expérience très intéressant et réaliste.

Vous cherchiez du travail dans quels domaines?

Aviez vous obtenu la RP, si c'est le cas, ce n'est peut être que partie remise :wink:

Bonne continuation en Belgique ou au Québec.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour votre récit!

Un échec oui et non. Car il en faut du courage pour aller jusqu'au bout de cette aventure.

Je vous souhaite de pouvoir y retourner mais, qui sait, avec une offre d'emploi validée avant de partir?

Ou alors, vous allez peut-être vous rendre compte que la vie ici (je suis belge aussi) ne correspond plus à ce que vous attendez...

Peut-on en savoir plus? Dans quelle ville avez-vous vécu? Dans quel secteur recherchiez vous du travail?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, nous avons obtenu la RP... et nous habitions dans la région de Québec. Avant de partir, je travaillais en Belgique dans les médias et les maisons d'édition. J'ai donc tenté de retrouver dans ce domaine... Après plusieurs entretiens, je pense que je n'étais pas très loin du but. J'y ai aussi pensé: retrouver du boulot au Québec à partir de la Belgique, mais est-ce vraiment réaliste ? Pour l'instant, nous essayons de nous réadapter et pour certains aspects, nous pensons qu'en Belgique, nous ne sommes pas si mal... Je pense que de toute façon, à partir du moment où on franchit l'étape du départ, on est en quelque sorte entre les deux pour pas mal de temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour votre récit. Il y a toujours des choses intéressantes à en retirer pour tout le monde.
Les expériences d'immigration permettent d'apprendre beaucoup de choses, surtout sur soi-même. Donc, je pense qu'il ne faut jamais considérer un retour comme un échec.
Pour être franc avec vous, je ne peux pas m'empêcher de me faire une réflexion suite à la lecture de votre parcours qui en rejoint un certain nombre d'autres y compris celui d'un couple d'amis : j'ai l'impression que "les immigrants qui ne sont pas vraiment partis", comme je les appelle c'est à dire ceux qui ont choisi de se mettre en dispo ou de prendre une année sabbatique, se tirent une balle dans le pied en voulant trop jouer la sécurité au sens où cela risque de rajouter une pression supplémentaire à une aventure qui est déjà suffisamment compliquée pour les raisons nous connaissons tous.
Vous dites vous même que cela a pesé dans votre décision de rentrer et c'est même la première raison que vous avez cité.
Donc voilà. Ce point de vue n'engage que moi. Je vous le livre tel quel. Que chacun se fasse sa propre opinion sur le sujet.
Je vous souhaite avant tout de trouver votre place, où que ce soit. :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas qu'au Québec qu'il y a du protectionnisme mais bien partout au Canada : http://www.thestar.com/news/canada/2013/09/11/national_household_survey_immigrants_minorities_struggle_in_canada.html

D'après cet article, il faut 10 ans pour qu'un immigré soit au même niveau qu'un canadien. Cela s'explique aussi par les études, la langue etc etc.

Votre bilan est logique. Par contre, je pense qu'il est impossible de savourer à 100% une expérience si le facteur boulot est à 00. Ce qui était votre cas. Je m'étais toujours dit que je quitterai le Canada si je ne trouvais rien d'intéressant. Au final c'est un bon job en France qui me fait rentrer. (Et une fin de contrat au Canada qui m'aurait amené à recherche un job etc etc. Et je l'ai un peu trop fait en 3 ans à mon goût !)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour votre récit. Il y a toujours des choses intéressantes à en retirer pour tout le monde.
Les expériences d'immigration permettent d'apprendre beaucoup de choses, surtout sur soi-même. Donc, je pense qu'il ne faut jamais considérer un retour comme un échec.
Pour être franc avec vous, je ne peux pas m'empêcher de me faire une réflexion suite à la lecture de votre parcours qui en rejoint un certain nombre d'autres y compris celui d'un couple d'amis : j'ai l'impression que "les immigrants qui ne sont pas vraiment partis", comme je les appelle c'est à dire ceux qui ont choisi de se mettre en dispo ou de prendre une année sabbatique, se tirent une balle dans le pied en voulant trop jouer la sécurité au sens où cela risque de rajouter une pression supplémentaire à une aventure qui est déjà suffisamment compliquée pour les raisons nous connaissons tous.
Vous dites vous même que cela a pesé dans votre décision de rentrer et c'est même la première raison que vous avez cité.
Donc voilà. Ce point de vue n'engage que moi. Je vous le livre tel quel. Que chacun se fasse sa propre opinion sur le sujet.
Je vous souhaite avant tout de trouver votre place, où que ce soit. :flowers:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon retour en Belgique

Bonne continuation

Bon courage

Merci pour votre récit. Il y a toujours des choses intéressantes à en retirer pour tout le monde.
Les expériences d'immigration permettent d'apprendre beaucoup de choses, surtout sur soi-même. Donc, je pense qu'il ne faut jamais considérer un retour comme un échec.
Pour être franc avec vous, je ne peux pas m'empêcher de me faire une réflexion suite à la lecture de votre parcours qui en rejoint un certain nombre d'autres y compris celui d'un couple d'amis : j'ai l'impression que "les immigrants qui ne sont pas vraiment partis", comme je les appelle c'est à dire ceux qui ont choisi de se mettre en dispo ou de prendre une année sabbatique, se tirent une balle dans le pied en voulant trop jouer la sécurité au sens où cela risque de rajouter une pression supplémentaire à une aventure qui est déjà suffisamment compliquée pour les raisons nous connaissons tous.
Vous dites vous même que cela a pesé dans votre décision de rentrer et c'est même la première raison que vous avez cité.
Donc voilà. Ce point de vue n'engage que moi. Je vous le livre tel quel. Que chacun se fasse sa propre opinion sur le sujet.
Je vous souhaite avant tout de trouver votre place, où que ce soit. :flowers:

C'est la raison pour laquelle je n'ai pas voulu prendre un congé ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas qu'au Québec qu'il y a du protectionnisme mais bien partout au Canada : http://www.thestar.com/news/canada/2013/09/11/national_household_survey_immigrants_minorities_struggle_in_canada.html

D'après cet article, il faut 10 ans pour qu'un immigré soit au même niveau qu'un canadien. Cela s'explique aussi par les études, la langue etc etc.

Votre bilan est logique. Par contre, je pense qu'il est impossible de savourer à 100% une expérience si le facteur boulot est à 00. Ce qui était votre cas. Je m'étais toujours dit que je quitterai le Canada si je ne trouvais rien d'intéressant. Au final c'est un bon job en France qui me fait rentrer. (Et une fin de contrat au Canada qui m'aurait amené à recherche un job etc etc. Et je l'ai un peu trop fait en 3 ans à mon goût !)

Il faudra nous tenir au courant de la suite et si votre bon job compensera l'atmosphère pesante et négative que l'on resent en France. Quoiqu'il arrive je pense qu'il y a du pour et du contre de chaque côté. Votre Blog est très intéressant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas qu'au Québec qu'il y a du protectionnisme mais bien partout au Canada : http://www.thestar.com/news/canada/2013/09/11/national_household_survey_immigrants_minorities_struggle_in_canada.html

D'après cet article, il faut 10 ans pour qu'un immigré soit au même niveau qu'un canadien. Cela s'explique aussi par les études, la langue etc etc.

Votre bilan est logique. Par contre, je pense qu'il est impossible de savourer à 100% une expérience si le facteur boulot est à 00. Ce qui était votre cas. Je m'étais toujours dit que je quitterai le Canada si je ne trouvais rien d'intéressant. Au final c'est un bon job en France qui me fait rentrer. (Et une fin de contrat au Canada qui m'aurait amené à recherche un job etc etc. Et je l'ai un peu trop fait en 3 ans à mon goût !)

10 ans, c'est long! Mais j'ai pu constater effectivement qu'il faut passer souvent par des boulots qui ne correspondent pas nécessairement aux objectifs initiaux pour arriver à ce qu'on veut. Le facteur "âge" pour immigrer doit aussi être pris en compte... On n'a pas la même énergie à 20 ans et à 40!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon retour en Belgique

Bonne continuation

Bon courage

Merci pour votre récit. Il y a toujours des choses intéressantes à en retirer pour tout le monde.
Les expériences d'immigration permettent d'apprendre beaucoup de choses, surtout sur soi-même. Donc, je pense qu'il ne faut jamais considérer un retour comme un échec.
Pour être franc avec vous, je ne peux pas m'empêcher de me faire une réflexion suite à la lecture de votre parcours qui en rejoint un certain nombre d'autres y compris celui d'un couple d'amis : j'ai l'impression que "les immigrants qui ne sont pas vraiment partis", comme je les appelle c'est à dire ceux qui ont choisi de se mettre en dispo ou de prendre une année sabbatique, se tirent une balle dans le pied en voulant trop jouer la sécurité au sens où cela risque de rajouter une pression supplémentaire à une aventure qui est déjà suffisamment compliquée pour les raisons nous connaissons tous.
Vous dites vous même que cela a pesé dans votre décision de rentrer et c'est même la première raison que vous avez cité.
Donc voilà. Ce point de vue n'engage que moi. Je vous le livre tel quel. Que chacun se fasse sa propre opinion sur le sujet.
Je vous souhaite avant tout de trouver votre place, où que ce soit. :flowers:

C'est la raison pour laquelle je n'ai pas voulu prendre un congé ...

Merci pour ce message! En effet, on m'avait déconseillé de prendre ce crédit-temps avant de partir car tout ce qui reste derrière soi peut être un frein pour la réussite. Mais à l'époque, je devais sans doute savoir au fond de moi que je n'étais pas sûre de pouvoir réussir justement. Le processus d'immigration permet cela aussi: apprendre à mieux se connaître.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Ce n'est pas qu'au Québec qu'il y a du protectionnisme mais bien partout au Canada : http://www.thestar.com/news/canada/2013/09/11/national_household_survey_immigrants_minorities_struggle_in_canada.html

D'après cet article, il faut 10 ans pour qu'un immigré soit au même niveau qu'un canadien. Cela s'explique aussi par les études, la langue etc etc.

Votre bilan est logique. Par contre, je pense qu'il est impossible de savourer à 100% une expérience si le facteur boulot est à 00. Ce qui était votre cas. Je m'étais toujours dit que je quitterai le Canada si je ne trouvais rien d'intéressant. Au final c'est un bon job en France qui me fait rentrer. (Et une fin de contrat au Canada qui m'aurait amené à recherche un job etc etc. Et je l'ai un peu trop fait en 3 ans à mon goût !)

10 ans, c'est long! Mais j'ai pu constater effectivement qu'il faut passer souvent par des boulots qui ne correspondent pas nécessairement aux objectifs initiaux pour arriver à ce qu'on veut. Le facteur "âge" pour immigrer doit aussi être pris en compte... On n'a pas la même énergie à 20 ans et à 40!

Merci pour ce retour d'expérience qui fait réfléchir.J'ai lu pas mal de témoignage et pas mal de personnes se sont retrouvés sur la paille.Car ils ne sont pas rentrés quand il le fallait.

Pas évident d''avoir fait le choix de rentrer mais d'un oeil extérieur vous avez fait le bon choix.

Edited by Alexandre2013

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas qu'au Québec qu'il y a du protectionnisme mais bien partout au Canada : http://www.thestar.com/news/canada/2013/09/11/national_household_survey_immigrants_minorities_struggle_in_canada.html

D'après cet article, il faut 10 ans pour qu'un immigré soit au même niveau qu'un canadien. Cela s'explique aussi par les études, la langue etc etc.

Votre bilan est logique. Par contre, je pense qu'il est impossible de savourer à 100% une expérience si le facteur boulot est à 00. Ce qui était votre cas. Je m'étais toujours dit que je quitterai le Canada si je ne trouvais rien d'intéressant. Au final c'est un bon job en France qui me fait rentrer. (Et une fin de contrat au Canada qui m'aurait amené à recherche un job etc etc. Et je l'ai un peu trop fait en 3 ans à mon goût !)

Il faudra nous tenir au courant de la suite et si votre bon job compensera l'atmosphère pesante et négative que l'on resent en France. Quoiqu'il arrive je pense qu'il y a du pour et du contre de chaque côté. Votre Blog est très intéressant.

Oui je le ferai bien évidemment :) Je ne sais pas trop à quoi m'attendre en rentrant pour être honnête... Le seul avantage c'est que je vais être ma famille en permanence et ça c'est un luxe que je ne pouvais pas avoir depuis 3 ans.

L'atmosphère négative va être une nouveauté pour moi ! Il y a 3 ans, il y avait déjà la crise mais je ne me souviens pas m'être plainte de cette négativité ambiante... On verra :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui tu verras Puda, c'est vraiment devenu "particulier" depuis quelques années. Après, il suffit de savoir faire abstraction, mais je t'avoue que ça ne me manque pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas qu'au Québec qu'il y a du protectionnisme mais bien partout au Canada : http://www.thestar.com/news/canada/2013/09/11/national_household_survey_immigrants_minorities_struggle_in_canada.html

D'après cet article, il faut 10 ans pour qu'un immigré soit au même niveau qu'un canadien. Cela s'explique aussi par les études, la langue etc etc.

Votre bilan est logique. Par contre, je pense qu'il est impossible de savourer à 100% une expérience si le facteur boulot est à 00. Ce qui était votre cas. Je m'étais toujours dit que je quitterai le Canada si je ne trouvais rien d'intéressant. Au final c'est un bon job en France qui me fait rentrer. (Et une fin de contrat au Canada qui m'aurait amené à recherche un job etc etc. Et je l'ai un peu trop fait en 3 ans à mon goût !)

Il faudra nous tenir au courant de la suite et si votre bon job compensera l'atmosphère pesante et négative que l'on resent en France. Quoiqu'il arrive je pense qu'il y a du pour et du contre de chaque côté. Votre Blog est très intéressant.

Oui je le ferai bien évidemment :smile: Je ne sais pas trop à quoi m'attendre en rentrant pour être honnête... Le seul avantage c'est que je vais être ma famille en permanence et ça c'est un luxe que je ne pouvais pas avoir depuis 3 ans.

L'atmosphère négative va être une nouveauté pour moi ! Il y a 3 ans, il y avait déjà la crise mais je ne me souviens pas m'être plainte de cette négativité ambiante... On verra :smile:

Puda, j'aime bien tes interventions ici et sur ton blog. Et j'ai confiance dans la véracité de ton expérience. Tu nous raconteras comme ça se passe VRAIMENT lors de ton retour?

Nous, il faut avouer que maintenant, quand on rentre, c'est surtout en mode touristes, et qu'on est pris en charge par la famille. Même si elle râle de ce qu'elle vit, je pense qu'on ne peut objectivement se faire une idée. tout comme des touristes qui visitent le Québec dans le but de s'y installer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ah oui Cherrybee, tu peux compter sur moi ! Ai-je déjà été bisounours sur le Canada ? :)

J'ai effectivement prévu d'orienter le blog vers un spécial retour même s'il semble que nous allons retenter l'expatriation dans très peu de temps. (L'entreprise voudrait m'envoyer aux USA dans 12 mois) Je t'avoue que nous allons d'abord voir comment ça se passe en France car mon mari compte bien trouver un bon job et c'est plus difficile pour lui de trouver dans sa branche à l'étranger. (On repart en France un peu pour ça aussi) Me concernant, je peux trouver partout donc ça n'a pas d'importance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By chekamba
      je suis française de 53 ans heheh pa
       
    • By Joseph-y
      Bonjour, 
       
      J'ai 25ans et je souhaite partir vivre au Québec.
      J'ai effectué une demande d'AVE  qui a était acceptée. Et je voulais savoir, j'ai lu la catégorie "condition général" du forum, si il était possible de travailler avec ça ? Sur le forum j'en es pas vue mention, faut t'il un visa obligatoirement comme vous le stipuler dans cette catégorie ? 
       
      J'ai également vue sur le site Officiel du Canada que pour l'AVE c'était à une durée de vacances de 3mois, et quand j'ai effectué la demande ils m'ont demandé combien de temps je souhaite rester là-bas et j'ai mis +6mois. J'ai vue aussi que l'AVE était valide pour une durée de 5ans. 
      Du coup la question que je me pose.. Es que je devrais faire des démarches tout les 3 mois pour repousser mon départ du pays ou autres ?  
       
      Pour vous en dire un peu plus ; je souhaite m'installer au Canada, j'ai 7k€ d'économie ( j'ai vue aussi qu'il fallais une certaine ressources mais juste pour avoir le visa (?) ) j'ai travaillé pendant 6ans dont 5ans dans un métier qualifié, que je ne souhaite pas forcément reprendre là-bas et je doute que la qualification sois pareil.. J'aurais pour envie de partir, trouver directement un logement sur place et du travail par la suite, peu importe le type de travail qui ne requiert pas de qualification particulière pour coup. J'ai également un équivalent en hôtellerie et actuellement je suis dans le privé en sécurité. 
       
      Je ne peu pas dire que je suis un adepte de l'anglais mais j'arrive à me débrouiller, et je souhaite le développer et aussi développer une nouvelle avenir professionnel.
       
      Je vous remercie par avance de votre aide. 
       
    • By Lonewolf78
      Bonjour !
       
        Je m'appelle  Séb et tout est dans le titre !
       
        J'ai un parcours scolaire et professionnel un peu particulier : sur le papier (CV) je n'ai qu'un pauvre petit CAP de vente. Dans la vraie vie, j'ai toujours aimé m'instruire et apprendre de nouvelles choses. J'ai donc acquis au fil du temps pas mal de connaissances touchant aussi bien le management, la gestion financière que le web design ou la photo.
       
        Niveau professionnel, j'ai été tour à tour vendeur, responsable logistique pour des magasins et auto-entrepreneur (formateur sur les logiciels Excel, Word, Powerpoint ou Photoshop, j'enseignais aussi la photo. Je fus aussi coach sur la création de tableaux de bord, la rédaction ou la présentation de projets et j'ai aussi créé quelques sites web). L'anglais n'est pas un gros problème. A l'oral je le comprends pas trop mal, et à l'écrit je le lis très bien. D'ailleurs, les logiciels que j'ai cités plus haut, je les connais aussi bien dans la langue de Molière que celle de Shakespeare.  Je viens de vivre mon deuxième licenciement économique en six ans, d'où l'idée de littéralement "changer de vie". 
       
         Ma sœur vit au Québec. A Saint-Jérôme plus exactement. J'aurais donc dans un premier temps un pied-à-terre près de Montréal. 
       
        Je sais que je ne pars pas avec des avantages, loin de là. De part vos expériences, est-il possible pour un autodidacte de trouver un job, si possible dans l'administratif ou le design/photo? Regarde-t-on plus les compétences que les diplômes ? Est-ce une tare d'avoir un parcours diversifié ?
       
        Petite précision : je n'ai pas d'attache familiale en France.
       
        Merci d'avance.
    • By PaolineRDlny
      Bonjour à tous 😊
       
      Avec mon mari, nous aimerions partir vivre au Canada, à Montréal. 
       
      Je suis journaliste de formation. On nous a conseillé de partir en contrat jeunes professionnels car nous avons un enfant. Avez-vous des conseils à me donner pour pouvoir postuler là-bas dans les meilleures conditions ? 
       
      Merci beaucoup pour vos réponses. 
       
      Paoline
       
    • By MarieA
      bonjour
      je souhaite vivement pouvoir m expatrier a Quebec.je pars seule avec mes 2 enfants (10 et 11 ans cette année).
      je cherche des contacts avec des familles qui seraient déjà installées à Quebec pour connaitre leur expérience. Partir seule avec 2 enfants met une pression supplémentaire et je m interroge sur la manière de procéder?
      Y a t il réellement des possibilités de travail?je n ai pas de diplôme mais une expérience de 15 ans en tant que secrétaire/aide comptable.
      Vers quelle région de québec me conseillez vous,en prenant compte de l education de mes enfants, du coût des loyers...
      Je viens de belgique,je ne sais pas si cela a une influence...
      Merci pour vos conseils
    • By delt
      bonjour,
      j'ai le traitement de ma résidence permanente qui s'achève bientôt et et un CSQ encore valide.
       
      j'ai eu un permis de travail postdiplome  qui expirait en décembre 2019
      avant son expiration jai pas demandé une "prorogation" ou un nouveau permis.
       
                   POURQUOI?:
      car avant sont expiration l'agent d'immigration m'avait dit au téléphone d'envoyer mon passeport pour la confirmation de ma RP .
       
      3 semaine apres avoir envoyé le passeport  jai reçu un courriel  de l'immigration où je devait fournir encore de documents supplémentaires (information sur la famille ) avant d'avoir ma RP. ce qui a ete fait. et le monsieur ma dit ça devait encore prendre quelques temps avant d'avoir la réponse finale. pourtant 3 semaines plutôt je savait déjà jetait résident permanent. 
       
      jetait dont obliger d'arrêter le travail et faire le rétablissement de statut pour rester légalement en attendant le nouveau permis ou la RP
      1) il me manque l'offre d'emploi pour le rétablissement.  mon employeur (une agence de placement santé ) veut pas le faire (...car dit mon permis est expiré )
       
      2) faut-il l'offre avec EIMT?
       
      2) comment  vivre pendant plus (3 mois) le temp de traitement du rétablissement?  car ne peut sortir du Canada . ni travailler .
       
      merci pour vos élément de réponses 😗
    • By StephanieAtkin
      Bonjour à tous, 
       
      Dans le cadre de mon projet doctoral en Sociologie de la Jeunesse à l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), je souhaite rencontrer des jeunes adultes immigrants récents (18 à 35 ans) établis au Québec depuis moins de 3 mois. L’objectif de ma thèse vise à comprendre comment les transitions vers la vie adulte et les mobilités géographiques modifient mutuellement les relations avec l'entourage, et inversement.
       
      Cette étude implique trois entretiens individuels (2 entretiens de deux heures et un entretien de quarante minutes), échelonnée sur 18 mois. En guise de remerciement pour le temps offert par votre participation, vous recevrez une compensation financière de 50$ (20$ lors du premier et troisième entretien et 10$ lors du deuxième entretien).
       
      Votre participation est confidentielle; l'entretien sera enregistré, mais les données collectées seront protégées. Aucun nom ou détail permettant d'identifier les participants ou les individus nommés par les participant.e.s ne sera divulgué.
       
      Pour plus d'informations, vous pouvez me contacter par message personnel
       
      Au plaisir de discuter avec vous,
       
      Stéphanie
    • By Tokug
      Bonjour à tous, j'espère que vous allez bien ! 
       
      Je suis installé au québec depuis 2018, en AEC d'animation 3D à Québec. Je souhaite m'installer au Canada sur le long terme, et décrocher un emploi dans le secteur du Jeu vidéo/cinéma, et me spécialiser en modélisation 3D. 
       
      J'ai raté deux matières au cours de la session d'hiver 2019, et mon premier permis d'étude ayant expiré en Août 2019, je suis retourné en France, et j'ai refait un nouveau permis d'étude pour rattraper les  deux matières en hiver 2020.
       
      Je viens d'arriver, et j'ai reçu aujourd'hui donc mon second permis d'étude à la douane. 
       
      Mon visa actuel est valide jusqu'au 30 Août 2020, et je recevrais mes résultats totaux en début Août 2020.
       
      De Septembre 2018 à Août 2019, j'étais étudiant à temps plein. 
       
      De Janvier 2020 à Août 2020 je suis étudiant à temps partiel (pour valider les deux matières qui me manquent), sachant que normalement je reçois mon AEC en Août. 
       
      J'ai plusieurs questions à poser : 
       
      - Est-il possible de cumuler deux permis ? Un permis d'étude et de travail ? 
      - Quelles sont les conditions pour être admissible à un permis de travail ouvert, voir un permis de travail post diplôme ? 
      - Est-il possible de faire les démarches à l'intérieur du territoire canadien, sachant que les données biométriques sont valables pour 10 ans, avant que mon permis d'étude 
      actuel n'expire, pour obtenir un permis de travail (ouvert de préférence) ? 
       
      Dans l'attente de vos réponse, je suis ravi de faire votre connaissance à tous. 
       
       
       
    • By SandraOh
      Bonjour,
      Je suis une élève de Terminale S en France qui souhaite poursuivre ses études en architecture afin d'obtenir le DEA, seulement le marché de l'architecture en France n'avance pas, et les salaires sont dérisoires.
      Je souhaite donc après peut-être 2 ans de stage en France me tourner vers un autre pays. Je me suis renseignée sur internet et il se trouve qu'au Québec et au Canada, le marché existe encore !
       
      Voilà, je voudrais donc chercher quelques renseignements. 
      Combien gagne un architecte débutant en moyenne au Québec ? En allant là-bas, vais-je directement trouver du travail ou cela sera-t-il compliqué ? Le DEA me permettra-t-il d'exercer mon métier là-bas ? Faut-il que je passe un autre concours ? Si je fais un cursus ingénieur-architecte, serais-je plus favorisée pour un emploi ?
       
      Bien à vous
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines