Jump to content
Sign in to follow this  
Laurent

Les pires erreurs à éviter pour immigrer au Québec

Recommended Posts

Croire au cliché des Québécois "cousins français" et penser que le Québec serait un bout de France en Amérique du Nord. Non, c'est un bout d'Amérique du Nord où on parle français !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour tout le monde,

J'interviens juste pour dire, voilà exactement la situation que nous les africains, subissons en France, ce pays qui nous ferme tout accès à l'emploi même quand nous avons obtenu nos diplômes dans des universités françaises.

Donc continuez à vous battre, inutile de vous lamenter.

Quel est le rapport de cette intervention avec le titre du post ???

Share this post


Link to post
Share on other sites

Éviter de choisir une ville définitive dès le départ si notre but est de chercher du boulot. Laisser ouvertes toutes les possibilités qui s'offrent en région.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour tout le monde,

J'interviens juste pour dire, voilà exactement la situation que nous les africains, subissons en France, ce pays qui nous ferme tout accès à l'emploi même quand nous avons obtenu nos diplômes dans des universités françaises.

Donc continuez à vous battre, inutile de vous lamenter.

Quel est le rapport de cette intervention avec le titre du post ???

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour tout le monde,

J'interviens juste pour dire, voilà exactement la situation que nous les africains, subissons en France, ce pays qui nous ferme tout accès à l'emploi même quand nous avons obtenu nos diplômes dans des universités françaises.

Donc continuez à vous battre, inutile de vous lamenter.

Quel est le rapport de cette intervention avec le titre du post ???

Il réagissait probablement à la situation de green.

Edited by J-MI

Share this post


Link to post
Share on other sites

La vie à Montréal est chère, et trouver un (bon) job n'est pas évident.

Je suis venu avec ma famille fin février 2012.

J'ai un statut de travailleur temporaire, j'ai décroché un job lors des journées Québec.

Mon seul conseil pour pas prendre un bouillon : arrivez ici avec un job, surtout si vous arrivez en famille.

Si vous êtes jeunes et seul ou sans enfants, prévoyez un bon pécule vous permettant de tenir quelques mois, le temps de trouver un job.

Inscrivez vous le plus tôt possible à la ramq, l'assurance maladie. Prévoir de demander à la sécu française le formulaire permettant d'éviter les 3 mois de carence.

Si vous avez des enfants, il vous faudra attendre 18 mois avant de prétendre au 'soutient pour enfants' (dans mon cas, estimé à 340$ / mois pour 3 enfants... Pas négligeable).

Il faut garder une preuve (visa de travail) de votre date d'arrivée au Québec pour remplir le dossier auprès de la rrq.

Dans mon cas, mon premier visa de travail était valable 12 mois. Lors du renouvellement, les services d'immigration ont gardé mon 1er visa.... Galère pour en obtenir une copie (pas impossible, mais attente et paperasses). Si vous pouvez faire faire une copie conforme de l'ancien lors du renouvellement.... Pas essayé mais ça peut valoir la peine de le demander.

Je le redis : ma principale recommandation est d'arriver ici avec un job en poche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Éviter de choisir une ville définitive dès le départ si notre but est de chercher du boulot. Laisser ouvertes toutes les possibilités qui s'offrent en région.

Et surtout apprenez l'anglais, ça vous ouvrira tout le marché du travail canadien et non pas seulement celui du Québec.

+1 ... surtout pour Montréal. L'anglais c'est vitale ! Cela ne vous garantie pas le job mais cela nous ouvre pas mal de porte quand même.

Bonjour tout le monde,

J'interviens juste pour dire, voilà exactement la situation que nous les africains, subissons en France, ce pays qui nous ferme tout accès à l'emploi même quand nous avons obtenu nos diplômes dans des universités françaises.

Donc continuez à vous battre, inutile de vous lamenter.

Quel est le rapport de cette intervention avec le titre du post ???

Il réagissait probablement à la situation de green.

Disons que j'ai, pour ce qui me concerne, du mal à faire le lien entre un sujet qui à pour titre "Les pires erreurs à éviter pour immigrer au Québec" et la situation des africains en France telle que dénoncée par pmousng et le sens de son propos que j'interprète ainsi : "ne te plains pas le Français parce-que nous les Africains il nous arrive la même chose dans ton pays".

En effet, mais être français au Québec, ce n'est pas comme être Belge au Québec. Après cela dépend sur qui on tombe mais souvent il vaut mieux dire que l'on est d'1 autre nationalité que Français. 1 constat différent du côté anglophone. Le français est juste 1 étranger parmi tout les autres, point barre. Enfin, si vous vous voulez ne pas vous dépayser en tant que français, installez-vous sur le plateau !

Selon, mes amis "africains", le Québec semble loin d'être mieux que la France pour eux. Bien au contraire. C'est leur expérience, alors je ne peux pas détailler pour eux. Cependant, j'en ai 1 qui veut partir du côté anglophone parce que il en a marre du Québec.

Pour en revenir au difficulté d'1 étranger de trouver 1 travail dans 1 autre pays, par expérience, c'est difficile partout. Tout pays est 1 peu "nationaliste" quelque part et le Québec ne fait pas exception au même titre que la France. Pour moi, cela fait partie de l'immigration qu'elle soit choisie ou subie.

Si je n'avais qu'un seul conseil à donner, en + de l'anglais, d'éviter les conflits et les comparatifs inutiles, c'est de ne pas vous limiter à Montréal. Si vous le pouvez, si votre job n'est pas soumis à 1 ordre entre autre, allez en région. Cela implique aussi que vous aimiez le côté "calme" de la région par opposition à l'hyperactivité de Montréal. Si c'était à re-faire, je m'installerais directement en région ! J'aurais été beaucoup moins stressé. La concurrence est rude à Montréal et la vie y est cher !

En conclusion je dirais que le Québec n'est pas mieux ou pire que la France, puisque tout dépend de nos aspirations.

Edited by Ladyoceane

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne pas prendre les conseils des forums au pied de la lettre.

Je les ai surtout utilisés pour mes dossiers de visa. Concrètement si j'avais suivi tout ce que j'avais lu, je serai jamais parti.

On recherche beaucoup d'informations, de témoignages pour se faire une idée de ce qui nous attend mais il n'y a pas de procédures à la réussite.

Les expériences des uns et des autres sont toutes très personnelles et on ne sait jamais trop pourquoi ou comment un tel a réussi alors qu'il aurait du se planter ou un tel à échouer alors qu'il a un CV de deux kilomètres de long et qu'il a tout lu dans le manuel du parfait québécois.

Edited by Jérémy Allemand

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nelila de quelle étude comparative parles-tu ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ce pays se fiche de nos origines tant que l'on a l'envie je juste faire quelque chose de notre vie; En toute simplicité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

de ne pas vous limiter à Montréal. Si vous le pouvez, si votre job n'est pas soumis à 1 ordre entre autre, allez en région. Cela implique aussi que vous aimiez le côté "calme" de la région par opposition à l'hyperactivité de Montréal. Si c'était à re-faire, je m'installerais directement en région ! J'aurais été beaucoup moins stressé. La concurrence est rude à Montréal et la vie y est cher !

Je plussoie.

Je me suis installée à Montréal les deux premières années et c'est probablement la pire erreur de mon immigration.

Pour les minorités visibles, Montréal a la beauté d'une sirène. Elle vous fait croire qu'une ville qui a autant de gens qui vous ressemblent plus ou moins, vous ne pouvez pas ne pas trouver votre place. Plus tard, vous vous rendez compte que la plupart de ces gens qui vous ressemblent vivotent en alignant des boulots de m... et sont exactement au même niveau qu'à leur arrivée il y a dix ou quinze ans.

Si vous pensez sérieusement à prendre un ascenseur social, allez ailleurs et tentez une immersion parmi les gens qui ne vous ressemblent pas du tout. Vos enfants vous remercieront dans 20 ans.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Disons que ce n'est pas une erreur mais pour ma part je dirais que si c'était à refaire, j'enverrai ma demande d'immigration plutôt car il est claire que partir au Canada par exemple à l'age de 28 ans n'est pas le même qu'à l'age de 37 ans, surtout pour reprendre les études et refaire sa vie à zéro.

Je pense la meme chose que toi. :thumbsup:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Outremont c'est considéré comme plutôt francophone ou anglophone ? J'ai l'impression que c'est assez anglophone, mais on trouve aussi des francophones. (on a atterri ici en raison du meilleur rapport qualité-prix-taille de l'appart-proximité du travail-des transports et non pas parce que c'était voulu)

Edited by caroline77

Share this post


Link to post
Share on other sites

La vie à Montréal est chère, et trouver un (bon) job n'est pas évident.

Je suis venu avec ma famille fin février 2012.

J'ai un statut de travailleur temporaire, j'ai décroché un job lors des journées Québec.

Mon seul conseil pour pas prendre un bouillon : arrivez ici avec un job, surtout si vous arrivez en famille.

Si vous êtes jeunes et seul ou sans enfants, prévoyez un bon pécule vous permettant de tenir quelques mois, le temps de trouver un job.

Inscrivez vous le plus tôt possible à la ramq, l'assurance maladie. Prévoir de demander à la sécu française le formulaire permettant d'éviter les 3 mois de carence.

Si vous avez des enfants, il vous faudra attendre 18 mois avant de prétendre au 'soutient pour enfants' (dans mon cas, estimé à 340$ / mois pour 3 enfants... Pas négligeable).

Il faut garder une preuve (visa de travail) de votre date d'arrivée au Québec pour remplir le dossier auprès de la rrq.

Dans mon cas, mon premier visa de travail était valable 12 mois. Lors du renouvellement, les services d'immigration ont gardé mon 1er visa.... Galère pour en obtenir une copie (pas impossible, mais attente et paperasses). Si vous pouvez faire faire une copie conforme de l'ancien lors du renouvellement.... Pas essayé mais ça peut valoir la peine de le demander.

Je le redis : ma principale recommandation est d'arriver ici avec un job en poche.

Qui peut se permettre d'arriver avec une job en poche ? Pas tout le monde en tout cas ! Je ne vois pas une personne travaillant dans l'administration (commis bureau, réceptionniste, secrétaire...) faire une recherche à distancle et trouver un employeur qui voudra la prendre ELLE en particulier !!!

Y a t-il une formule magique dans ce cas ? Il me semble que seuls ceux qui ont un domaine de travail bien particulier et en demande peuvent (peut-être) arriver avec une offre d'emploi.

Je ne suis pas sûr qu'une assistante-maternelle trouve un employeur qui va l'attendre avec impatiente !

Ce conseil ne s'adresse pas à tous, heureusement !

Crd

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Le Doc,

J'ai un profil assez atypique et assez large, c'est pourquoi l'intitulé est vague.

Pour résumer, j'ai un doctorat en astrophysique, j'ai travaillé quelques années à la NASA sur des modélisations d'atmophères planétaires (sciences atmosphériques, thermochimie, spectroscopie infrarouge) avec donc une forte composante dans la modélisation numérique, mais vraiment orientée sur les phénomènes physiques et sur l'analyse plus que sur de l'optimisation purement numérique du genre parallélisation, etc.

En France, j'ai 8 ans d'expérience dans le domaine de l'industrie aérospatiale où je suis intervenu chez EADS, MBDA, SAGEM sur des projets de défense principalement (tactique, géostratégique). Mes tâches se concentraient essentiellement sur la définition, intégration et validation d'algorithmes en C, C++, MatLab sur des problématiques telles que la navigation inertielle, l'imagerie spatiale, ou bien sur l'analyse physique des signatures thermiques de missiles géostratégiques étrangers (vais pas en dire plus sur le sujet ... :smile: ).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avec un profil comme le tien on se demande vraiment ce que tu viens foutre au Québec, excuse-moi le langage familier. La NASA ne te veut plus? Quid du CEA en France? ... À part Bombardier je ne vois pas quelle boite pourrait t'intéresser ici (le CN à la rigueur?)

Faut garder les pieds sur terre et être conscient que le Canada est un 'petit' (en terme de population, marché, maturité, etc.) pays ... avec certainement un gros potentiel que sera peut-être exploité une fois qu'il y autre chose que des zéros sans aucune vision (ou une vision d'il y a un siècle) comme Harper ou Marois au pouvoir.

Les supers stars feraient bien mieux d aller aux USA pour briller.

Par contre si tu veux la tranquillité (limite 'boring' parfois) les grands espaces et le côté soft des canadiens tu seras bien ici ... mais laisse ta mégalomanie et tes supers ambitions en France ;-)

Certes c'est triste de voir qu'un pays qui prétend avoir tant besoin de gens qualifiés ne sachent pas leur trouver des opportunités une fois sur place ... à ce jeu les USA ont 10 longueurs d'avance.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Bonjour Le Doc,

J'ai un profil assez atypique et assez large, c'est pourquoi l'intitulé est vague.

Pour résumer, j'ai un doctorat en astrophysique, j'ai travaillé quelques années à la NASA sur des modélisations d'atmophères planétaires (sciences atmosphériques, thermochimie, spectroscopie infrarouge) avec donc une forte composante dans la modélisation numérique, mais vraiment orientée sur les phénomènes physiques et sur l'analyse plus que sur de l'optimisation purement numérique du genre parallélisation, etc.

En France, j'ai 8 ans d'expérience dans le domaine de l'industrie aérospatiale où je suis intervenu chez EADS, MBDA, SAGEM sur des projets de défense principalement (tactique, géostratégique). Mes tâches se concentraient essentiellement sur la définition, intégration et validation d'algorithmes en C, C++, MatLab sur des problématiques telles que la navigation inertielle, l'imagerie spatiale, ou bien sur l'analyse physique des signatures thermiques de missiles géostratégiques étrangers (vais pas en dire plus sur le sujet ... :smile: ).

Bon c'est plutot impressionant... vous etes a la pointe de la pointe quoi. dans quelques annees vous aurez votre nationalite canadienne et vous pourrez meme aller travailler dans l'industrie aeronatutique ou spatiale aux USA.

C'était le plan initial, en effet. Mais quand je vois qu'il me reste à peine sur mon compte pour rentrer en Europe dans les deux mois qui suivent, je crois que c'est compromis.

Je presume que votre profil de chercheur a un peu effraye Bombardier, CAE, ... des boites comme ca? Quid du NRC?

Et vous n'etes pas un debutant a qui on donne sa chance, vous avez 8 ans d'industrie c'est pas rien.

Je pense aussi, ou pour quelqu'autre raison que je ne saurai jamais. Bombardier n'a jamais daigné répondre à mes candidatures, vu qu'ils veulent des ingénieurs affiliés à l'Ordre en priorité. CAE, après 4h d'entretien cumulées, je n'ai jamais su non plus pourquoi je n'avais pas été retenu et ils n'ont jamais donné suite à d'autres candidatures. MDA, des promesses qui n'ont jamais abouti ... J'ai essayé à l'Agence Spatiale Canadienne en tapant même les hauts responsables: coupure de budget, pas de contrat (au moins, ça, c'est clair). La NRC, c'est aussi sur des deniers publics.

J'ai vu passer des postes interessants dans une autre industrie pour de la modelisation, avec des vibrations. De la modelisation pour du traitement du signal (Matlab, C) pour du controle non destructif aussi, ... ils demandent des PhDs de temps a autre .. Vous pourriez briller la-dedans?

Mes connaissances en mécanique sont assez minces et je n'ai pas d'expérience dans les phénomènes vibratoires mécaniques (seulement en mécanique ondulatoire/spectroscopie mais ell date). J'avais postulé à Opal-RT pour du traitement de signal, jamais eu de réponse non plus de leur part ...

Avec votre background vous pouvez briller partout en fait.

C'est gentil de votre part. Mais je ne prétends pas savoir tout sur tout, loin de là. D'autant que la sanction du chômage longue durée (outre la perte financière) est que les compétences s'étiolent très vite. Et même si j'essaie tant bien que mal d'entretenir mes connaissances ou me former à d'autres langages, ce n'est pas comme le vélo et cela demande un réapprentissage d'autant plus douloureux que l'âge avance.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ne rentres-tu pas en France ? Qu'est-ce qui t'en empêches ou qu'est-ce qui te retient là-bas ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Pourquoi ne rentres-tu pas en France ? Qu'est-ce qui t'en empêches ou qu'est-ce qui te retient là-bas ?

Je pense que je ne vais pas avoir le choix, puisque financièrement, je suis au bout du bout. J'étais parti de France parce que je végétais professionnellement et j'avais de plus en plus de difficulté à trouver des missions. Ce qui se reproduira à mon retour. Précarité donc, mais au moins j'aurai la consolation d'avoir un toit temporaire que je n'aurai pas à payer.

Sinon, rien ne me retient ici. J'attendais des nouvelles des US, ce qui m'aurait permis de déménager de Montréal aux US à moindre frais (par rapport à un démenagement outre-atlantique).

Edited by Muriel89

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ne rentres-tu pas en France ? Qu'est-ce qui t'en empêches ou qu'est-ce qui te retient là-bas ?

Je pense que je ne vais pas avoir le choix, puisque financièrement, je suis au bout du bout. J'étais parti de France parce que je végétais professionnellement et j'avais de plus en plus de difficulté à trouver des missions. Ce qui se reproduira à mon retour. Précarité donc, mais au moins j'aurai la consolation d'avoir un toit temporaire que je n'aurai pas à payer.

Sinon, rien ne me retient ici. J'attendais des nouvelles des US, ce qui m'aurait permis de déménager de Montréal aux US à moindre frais (par rapport à un démenagement outre-atlantique).

je pense que ton domaine d'emploi est assez 'restreint' et qu'il y a pas beaucoup d'entreprises pour faire ce que tu fais..

peut être suivre une formation dans quelque chose de plus général où tu pourrais trouver un métier en pénurie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By immigrer.com
      L’entreprise sociale torontoise YouhtfulCities a dévoilé son classement des 13  villes les plus attrayantes pour les 15 à 29 ans du pays sur les plans personnels et professionnels. Montréal tient la troisième position tandis que Québec occupe le septième rang au palmarès.
      Cet indice se base sur 121 indicateurs rassemblés et divisés en trois catégories, soit la «vie», le «travail» et les «loisirs», elles-mêmes déployées en 20 attributs. Chaque ville est ensuite notée selon ces attributs sur un maximum de 1634 points.
      Montréal : moins plaisante pour les entrepreneurs
      En effet, la métropole se situe bien bas dans la section «travail». Elle se positionne septième en ce qui a trait aux services financiers, à l’éducation et l’entrepreneuriat.
      D’ailleurs, l’étude souligne que le prix d’une licence commerciale est «de loin» le plus cher des villes présentes dans l’indice. Étonnamment, la ville aux cent clochers compte le plus grand nombre d’incubateurs d’entreprises dans la liste.
      Autre fait intéressant : l’accessibilité aux sports est la plus dispendieuse des villes du palmarès. À titre comparatif, les frais d’inscription à une saison de soccer dans une ligue récréative sont dix fois plus élevés qu’à Calgary!
      Au moins, Montréal peut se targuer d’être la reine des «loisirs» puisqu’elle règne sur cette section. Elle compte notamment le plus grand nombre de divertissements musicaux et de festivals gastronomiques annuels des colistiers.
      Québec : où il fait bon travailler
      Jeunes professionnels, la capitale nationale devrait être à considérer pour vous épanouir dans votre milieu de travail.
      La ville de Régis Labeaume trône au sommet de la liste pour l’indicateur «emploi». Celui-ci «mesure les outils et mécanismes proactifs mis en place pour lutter contre le chômage des jeunes.» Selon le sondage, Québec affichait le taux de chômage le plus bas de l’indice, avec 4,5% en 2017.
      CLASSEMENT GÉNÉRAL (SUR 1634 POINTS)
      1. Toronto, 1033.64 
      2. Vancouver, 1006
      3. Montréal, 974.76
      4. Ottawa, 760.91
      5. Edmonton, 757.39
      6. Calgary, 721.25
      7. Québec, 717.89
      8. Winnipeg, 715.01
      9. Moncton, 684. 28
      10. Saskatoon, 660.19
      11. Halifax, 654.01
      12. Hamilton, 604.51
      13. St John's, 581.42
       
      source et suite
    • By Laurent
      Le Canada figure encore parmi les 10 pays les moins corrompus du monde, révèle le plus récent rapport de l'organisation anticorruption Transparency International.
      Le Canada obtient 82 points sur une possibilité de 100, ce qui le place en 8e position, derrière la Suède et Singapour, et devant le Luxembourg et les Pays-Bas.
      La palme du pays le moins corrompu revient à la Nouvelle-Zélande, qui obtient une note de 89, en baisse d’un point par rapport à l’année précédente. Le Danemark suit de près avec une note de 88.
      La Finlande, la Norvège et la Suisse obtiennent également de meilleurs scores que le Canada dans ce palmarès qui mesure chaque année le degré de corruption dans le secteur public.
      Le Canada figure encore parmi les 10 pays les moins corrompus du monde, révèle le plus récent rapport de l'organisation anticorruption Transparency International.
      Le Canada obtient 82 points sur une possibilité de 100, ce qui le place en 8e position, derrière la Suède et Singapour, et devant le Luxembourg et les Pays-Bas.
      La palme du pays le moins corrompu revient à la Nouvelle-Zélande, qui obtient une note de 89, en baisse d’un point par rapport à l’année précédente. Le Danemark suit de près avec une note de 88.
      La Finlande, la Norvège et la Suisse obtiennent également de meilleurs scores que le Canada dans ce palmarès qui mesure chaque année le degré de corruption dans le secteur public.
       

       
       
      Lire la suite
    • By Laurent
      Selon ce classement mondial de Freedom House qui mesure la démocratie et la liberté des pays selon plusieurs facteurs, le Canada se positionne en 4ème place alors que la France est en 41ème position, je vous laisse regarder les détails et la méthodologie employée.
       
       

       
       

       
      Source :  Freedom House
       
    • By immigrer.com
      Le Palmarès des écoles secondaires  POPULAIRE
      Le top 5 des écoles de chaque région
       
      Voici la liste des 5 meilleures écoles publiques et des 5 meilleures écoles privées de chaque région, en fonction de la cote (sur 10) que l’Institut Fraser leur a accordée.
      À LIRE ÉGALEMENT: 
      57 écoles en forte progression
      Montréal
      Écoles publiques
         
      •9,9: Collège Saint-Louis
      Montréal
      •9,3: Vincent Massey
      Montréal
      •8,9: Royal West
      Montréal-Ouest
      •8,9: Académie de Roberval
      Montréal
      •8,5: École internationale de Montréal
      Westmount
       
      Écoles privées
        •10,0: Jean-de-Brébeuf
      Montréal
      •10,0: Jean-Eudes
      Montréal
      •10,0: Sainte-Anne de Lachine
      Montréal
      •10,0: Collège Pasteur
      Montréal
      •10,0: Sainte-Marcelline
      Montréal
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/11/10/le-top-5-des-ecoles-de-chaque-region
    • By Laurent
      On adore les Québecois. On les aime tellement qu’on finit par les envier un tout petit peu. Beaucoup même. Alors oui, on ne veut pas trop se l’avouer mais il y a dans chaque Français, un Québécois qui s’ignore. Comment ça cette phrase ne veut rien dire ? Quoi qu’il en soit, voici 10 bonnes raisons d’effectivement jalouser nos cousins d’outre-Atlantique…
        1. Leurs expressions
      Quelques petits exemples ? « Il pleut à boire debout » (Il pleut comme vache qui pisse), « Tire-toi une bûche » (prends une chaise et assieds-toi), « Avoir des bibittes » (avoir des soucis)… C’est tout de même rigolo non ?
      2. Leur accent
      Car on a beau se moquer, l’accent québecois c’est quand même quelque chose. Grâce à lui, les Québecois sont reconnaissables, ils possèdent une vraie particularité. Accent québecois = meilleur accent du monde.

       
      3. Leur humour
      Stéphane Rousseau ça vous dit quelque chose ? Bon ok c’est pour rire. Enfin non justement ce n’est pas très drôle. Mauvais exemple. Cela dit, à part deux ou trois exceptions, la scène comique Québecoise est très vive, tout comme le cinéma. Et puis il en faut de l’humour pour encaisser les vannes sur l’accent à longueur de temps !

      4. Justin Trudeau
      On ne va pas rentrer dans les discours politiques mais il a l’air sympa non ce Justin ? Plus que le Bieber en tout cas, qui est lui aussi canadien, mais pas québecois. Ouf !

       
      5. Le Québec
      Ben oui tout simplement. Parce que le Québec c’est génial. Montréal bien sûr, l’une des plus belles et des plus accueillantes grandes villes du monde, mais aussi tout le reste. La nature sauvage, les paysages, le climat, les baleines, les écureuils, la proximité avec les États-Unis…
            6. La poutine
      Petit rappel : la poutine se compose de frites, de cheddar et de sauce brune. C’est sale et c’est bon. Certes, pas besoin d’être Québecois pour en manger ni même d’aller au Québec, mais force est de reconnaître qu’un peuple qui a inventé un truc pareil est forcément exceptionnel.
      7. Leur réputation
      Les Québécois sont aimables, ils sont serviables, hospitaliers et en plus ils sont beaux et sentent bons. Doit-on vraiment rappeler la réputation des Français à l’étranger ?
      8. Leur taux de chômage
      6,1% en août 2017 contre 9,6% pour la France. Ce n’est pas encore le plein emploi mais ils en sont moins loin que nous… Pas étonnant qu’il y ait entre 3000 et 4000 Frenchies qui décident de s’y établir de façon permanente tous les ans.
      9. ?
      10. ?
      source : Topito
      Lire et suite
    • By Laurent
      Nous vous avons parlé récemment que le Canada était le deuxième meilleur pays au monde selon un classement du magazine américainU.S. News & World Report, tout juste derrière la Suisse. Le Canada a obtenu une note de 9.7 sur 10, bon pour la seconde place derrière la Suisse qui a obtenu un résultat parfait de 10 sur 10.
      Mais, dans ce même palmarès, le Canada a obtenu la meilleure note en ce qui attrait à la qualité de vie. En effet, le pays arrive au 1er rang dans la catégorie de la «qualité de vie», qui mesure la stabilité économique, politique et la qualité des systèmes de santé et d’éducation.
      Le Canada a obtenu une note parfaite grâce à son système d’éducation et de santé hors pair, une économie et une démocratie stable, un sentiment de sécurité et de bons emplois, selon 21 000 répondants.
      Aussi le sentiment de sécurité, la stabilité économique, l’environnement favorable aux familles et le système de santé publique ont pesé lourd dans les réponses de ce sondage comparant plus de 80 pays. La France quant à elle se classe à la 16ème position pour sa qualité de vie, loin devant la plupart des pays développés.
      Voici une capture d’écran du U.S. News & World.
      US News Ranking  
      classement mondial France : 16ème position Classement US News Ranking
      Archives
       


    • By UBRANE
      Selon la 22e enquête annuelle de Mercer sur le coût de la vie tout juste publiée aujourd'hui, Vancouver (142e rang dans le classement mondial) reste la ville la plus chère au Canada, suivie de très près par Toronto (143e) puis Montréal (155e), Calgary (162e) et Ottawa (171e).
       
      "Enquête internationale Mercer 2016 sur le coût de la vie", ou le classement des villes les plus chères au monde pour les expatriés
       

       
      Comment ça marche ?
      Tout d'abord, il faut savoir que Mercer établit ce classement dans le but d'aider les gouvernements mais aussi les entreprises multinationales à rémunérer convenablement leur personnel lorsqu'il est affecté à l'international: ce qui nous intéresse en tant qu' "expatriés".
      Ensuite, l'enquête a été faite sur 200 villes réparties entre cinq continents et compare les prix de plus de 200 produits et services dans chaque ville tels que le logement (qui reste le critère le plus important), mais aussi les transports, la nourriture, l'habillement, les produits ménagers ainsi que les divertissements.
      Comme d'habitude chez Mercer, la ville de New York est utilisée comme référence et la fluctuation des monnaies a été mesurée par rapport au dollar américain.
       
      Selon l'enquête sur le coût de la vie, Hong Kong est la ville la plus chère au monde pour les expatriés et a délogé Luanda en Angola, désormais en deuxième position. 
      À l'opposé, la ville la moins chère du monde est Windhoek en Namibie.
       
      Dans le classement 2016, les villes canadiennes reculent de plusieurs rangs en raison de la faiblesse du dollar canadien. Vancouver (142e rang dans le classement mondial) reste la ville la plus chère au Canada, suivie de très près par Toronto (143e), puis Montréal (155e), Calgary (162e) et Ottawa (171e).
       
      Top 5 des villes canadiennes les plus chères en 2016 :
      1. Vancouver (142e)
      2. Toronto (143e)
      3. Montréal (155e)
      4. Calgary (162e)
      5. Ottawa (171e)
       
      Détails de cette 22e enquête annuelle de Mercer sur le coût de la vie 2016 :
      http://www.mercer.ca/fr/salle-de-nouvelles/2016-cout-de-la-vie.html
       
      Classement complet :
      https://www.imercer.com/content/mobility/rankings/col2016-rankings.html
       
      Bien que le classement ait comme chaque année de quoi surprendre, comprenez bien que ces résultats regardent les expatriés et les multinationales qui les emploient en poste à l'étranger.
       
       
    • By UBRANE
      Le cabinet d’études sur la jeunesse YouthfulCities vient de publier pour la deuxième année consécutive son palmarès des villes les plus accueillantes et adaptées aux jeunes de 15 à 29 ans. Elle a sélectionné 55 grandes villes et les a classées selon 101 indicateurs et les réponses de 10 000 jeunes pour une note finale sur 1 630 points.
       
      Les indicateurs couvrent aussi bien le travail, les loisirs que la vie quotidienne. Ainsi, le cabinet a observé le développement de la musique, du cinéma, de la mode, du sport ou de la vie nocturne, mais aussi l’emploi, l’accessibilité au logement, l’éducation, l’environnement, la vie civique, la santé, la sécurité, etc. Les cinquante-cinq grandes villes sont les plus peuplées de six régions du monde, l’Amérique du nord, l’Amérique latine, l’Europe, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie-Océanie.
       
      Voici le Top 10 des villes où il fait bon vivre quand on est jeune :
       
      1. New York
      2. Londres
      3. Berlin
      4. San Francisco
      5. Paris
      6. Toronto
      7. Chicago
      8. Los Angeles
      9. Mexico
      10. Amsterdam
       
      Article à lire en détails : http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/753/reader/reader.html?t=1464019923402#!preferred/1/package/753/pub/754/page/5
       

    • By UBRANE
      Même palmarès que l'année dernière : selon le tout récent classement annuel 2016 des meilleures villes au monde de Mercer, la ville canadienne de Vancouver offre la meilleure qualité de vie en Amérique du Nord et elle arrive même 5e au niveau mondial.
       
      À lire en détail :
      "Enquête internationale Mercer 2016 sur la qualité de la vie" ou le classement des meilleures villes du monde (en anglais).
       
      Cette année, 230 villes sont concernées dans cette enquête qui englobe les principales capitales internationales mais aussi un certain nombre de villes plus modestes, à travers le monde, accueillant également des expatriés.
      Au palmarès du classement on retrouve Vienne (Autriche) en haut du panier : la première ville à offrir la meilleure qualité de vie au monde. 
      Zurich (Suisse) arrive en deuxième position, suivie d’Auckland en Nouvelle-Zélande, et de Munich en Allemagne.
      Le même podium que l'année passée.
       
      Dans l’ensemble, les villes de l'Amérique du Nord, particulièrement celles du Canada, offrent selon Mercer, un niveau de qualité de vie élevé et constituent des destinations de travail intéressantes pour les travailleurs expatriés et les entreprises qui les emploient.
       
      Le Palmarès des villes d'Amérique du Nord en 2016  :
      1 Vancouver, Canada (#5 mondial)
      2 Toronto, Canada (#15 mondial)
      3 Ottawa, Canada (#17 mondial)
      4 Montréal, Canada (#23 mondial)
      5 San Francisco, USA (#28 mondial)
       
      Quant à la France, pour info, Paris ne se classe qu'à la 71e place.
       
      Et la dernière ville de ce classement mondial est... Bagdad (#230).
       
      À quoi sert ce classement ?
      Mercer établit ce classement dans le but d'aider les gouvernements mais aussi les entreprises multinationales à rémunérer convenablement leur personnel lorsqu'il est affecté à l'international: ce qui nous intéresse en tant qu'expatriés.
      A noter que pour élaborer le classement, Mercer a utilisée New York comme référence (c'est aussi le siège de la firme). New York est associée à l’indice de référence de 100 points.
       

    • By UBRANE
      Selon un tout récent classement du New York Times, le Canada fait partie des 52 endroits à visiter en 2016 avec Toronto à la 7e place, suivi plus loin des Îles du Golfe du côté de Vancouver à la 50e place.

       
      Palmarès à lire au complet, avec de belles images en passant, ici :
      http://www.nytimes.com/interactive/2016/01/07/travel/places-to-visit.html
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines