Jump to content

Forcé de payer 51 000$ d'impôt pour un autre


Cherrybee
 Share

Recommended Posts

  • Habitués

Lorsqu'un immeuble est vendu par un non-résident canadien, les lois fiscales sont claires: c'est l'acheteur qui a la responsabilité de s'assurer que le vendeur a bel et bien payé l'impôt sur son gain en
capital.


Alors, pensez-y à deux fois avant d'acheter la maison d'un non-résident! Si le vendeur quitte le Canada sans payer son dû, le fisc se retournera contre vous. Et il ne fera pas dans la dentelle. Le fisc peut réclamer
12% au provincial et 25% au fédéral.

L'histoire est abracadabrante... En 2010, Gisèle et Bernard ont déboursé 425 000$ pour un condo en banlieue de Montréal. Sur l'acte de vente, la notaire a précisé que le vendeur n'était plus résident du
Canada. Marié à une Américaine, il vit maintenant en Floride.


La notaire aurait dû retenir une partie du montant de la vente en attendant que le vendeur produise sa déclaration de revenus. Elle aurait libéré l'argent seulement après avoir reçu un certificat du fisc
démontrant que le vendeur a payé l'impôt sur le gain en capital résultant de la vente du condo.


Mais elle ne l'a pas fait. Grave omission.


En mars dernier, Gisèle et Bernard ont reçu une lettre de Revenu Québec qui veut leur coller une facture d'impôt de 51 000$. Plus une pénalité de 15%. Plus les intérêts courus depuis 2010... même si le couple n'a pas été informé de cette créance avant 2013.


Depuis un mois, le couple ne dort plus la nuit. Il s'attend à recevoir, d'un jour à l'autre, un avis de cotisation d'environ 70 000$.


Loin de les aider, les agents du fisc ont fait preuve «d'une certaine agressivité et d'un manque d'empathie assez marqué», rapporte Gisèle. On lui a expliqué que le vendeur n'avait pas produit les documents requis à Revenu Québec et qu'il n'avait pas payé l'impôt sur son gain en capital. Dans ce cas, ce sont les acheteurs qui ramassent la facture.


Complètement arbitraire! L'impôt demandé à l'acheteur n'a aucun lien avec la véritable facture fiscale du vendeur.


Dans le cas de Gisèle et Bernard, le propriétaire précédent avait déboursé 353 310$ pour acheter le condo en janvier 2008, a découvert Paul Ryan, avocat fiscaliste et auteur du livre Quand le fisc attaque,
qui a fouillé les registres à ma demande.


Comme l'ancien propriétaire a revendu le condo 425 000$, cela signifie que son gain en capital s'élève à 71 690$. De ce montant, seulement 35 845$ sont imposables, puisque les gains en capital ne sont imposables qu'à moitié.


Alors, même si l'ancien propriétaire était imposé au taux le plus élevé (24%), l'impôt provincial sur la vente de son condo ne pouvait pas dépasser 8600$. Pourtant, Revenu Québec brandit une facture de 51 000$
au couple d'acheteurs. C'est absurde, mais la loi est ainsi faite. C'est la loi du moindre effort.


Sachant qu'il est difficile et coûteux de poursuivre des contribuables qui vivent à l'étranger, le fisc met le fardeau sur les acheteurs. Gisèle et Bernard pourraient poursuivre eux-mêmes le vendeur, mais les
frais d'avocat risquent d'être plus élevés que le montant qu'ils pourraient récupérer.


En tout cas, Revenu Québec n'a pas l'intention de faire preuve de clémence. Le fisc ne semble même pas disposé à passer l'éponge sur les pénalités et les intérêts, même s'il peut le faire dans certaines
circonstances.


«Le contrat d'achat indique clairement que le vendeur a déclaré être non-résident canadien [...]. Dans ce contexte, nous comprenons difficilement que [l'acheteur] n'ait pas été informé, d'autant plus
qu'aucun montant n'a été retenu du prix de vente comme le prévoit l'article 1101», m'a répondu le porte-parole de Revenu Québec, Stéphane
Dion.


Autrement dit, le fisc rejette le blâme sur la notaire. Effectivement, elle ne semble pas avoir fait son travail comme il faut.


Quand le vendeur est non-résident, «le devoir du notaire est de conseiller les acheteurs de retenir une partie de l'argent au cas où il y aurait des impôts à payer. Si ce devoir-là n'a pas été exercé, c'est
certain qu'il y a une responsabilité», m'a dit le président de la Chambre des notaires, Me Jean Lambert.


Gisèle et Bernard pourraient donc se faire rembourser leur facture fiscale par le Fonds d'assurance-responsabilité professionnelle de la Chambre des notaires du Québec (FARPCNQ), qui couvre les clients qui
sont victimes d'une erreur de la part d'un notaire.


Tant mieux si le Fonds accepte la demande du couple. Mais cela ne m'empêche pas de penser que le fisc va trop loin.


«Dans le cadre de la lutte contre l'évasion fiscale, le fisc a déployé des filets pour attraper les gros requins. Mais les mailles du filet ramènent des petits poissons qui ne le méritent pas», raconte Me Ryan.

http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/stephanie-grammond/201304/24/01-4643948-force-de-payer-51-000-dimpot-pour-un-autre.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B40_chroniques_379112_accueil_POS2

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Revenu Quebec c'est une bande d'enf.... En plus ils ont embauche des Francais et appliquent les memes methodes inquisitoriales que notre Tresor Public. .on comprend vu la plethore de fonctionnaires et le montant de la depense publique (et de la dette) dans cette province. C'est tout dire..

On a pas fait 7 heures d'avion pour retrouver les memes problemes. Je me suis casse de cette province sous-developpee qui palpe la majeure partie des tranferts federaux, pour de bonnes raisons.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

J'ai eu une et une seule déclaration d'impôts au Québec et j'ai donc pu comparer le comportement de Revenu Québec et de l'ARC (agence des revenus canadienne). D'un côté l'acharnement de Revenu Québec, la difficulté à faire valoir ses droits, les semaines qui s'écoulent avant d'obtenir un remboursement (au départ ils me réclamaient du fric), et d'un autre côté l'ARC qui paye "rubis sur l'ongle" à quelques dollars près selon ce que soi-même on a pu calculer.

"Y a pas photo".

Je voyais ça ainsi que d'autre détails, comme de constater que les seuls canadiens qui me saluaient le faisaient en anglais, c'est-à-dire, étaient des anglophones me prenant pour un d'eux; ou comme les offres d'emploi de livreur de pizza qu'on continuait de m'adresser. En fin de compte j'ai passé sans trop de remords le pont séparant Gatineau QC et Ottawa ON.

Chaque année j'aime de plus en plus les gens de l'ARC, surtout depuis que j'habite dans le Nord.

Je m'en remets à eux et n'ai jamais aucune surprise.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Revenu Quebec c'est une bande d'enf.... En plus ils ont embauche des Francais et appliquent les memes methodes inquisitoriales que notre Tresor Public. .on comprend vu la plethore de fonctionnaires et le montant de la depense publique (et de la dette) dans cette province. C'est tout dire..

On a pas fait 7 heures d'avion pour retrouver les memes problemes. Je me suis casse de cette province sous-developpee qui palpe la majeure partie des tranferts federaux, pour de bonnes raisons.

A part d'embarquer les français dans cette histoire, je suis sur cette longueur d'onde.

Link to comment
Share on other sites

C'est étrange parce que le notaire aurait dû bloquer une partie de l'argent de la vente !

On a vendu notre condo juste avant de quitter le pays et pour que la signature se fasse, le notaire a exigé de notre part une lettre de Revenu Canada ET de Revenu Québec attestant que nous n'avions AUCUNE dette envers eux !

Sans quoi il aurait bloqué un pourcentage de la somme (je me rappelle plus exactement mais 1/4 il me semble, de mémoire) jusqu'à ce que tout soit réglé... donc je confirme le paragraphe qui dit que c'est surtout le notaire qui n'a pas fait sa job correctement !!!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Dans l'histoire c'est le notaire qui a pas fait sa job correctement. Ceci dit, vu comment se comporte les notaires, ça m'étonne pas. Une profession de rois qui font ce qu'ils veulent quand ils veulent puisque toute façon tu as pas le choix que de les utiliser. Service clients ils ne connaissent pas et c'est à toi de t'adapter au notaire, pas l'inverse.

Petit exemple: récemment j'ai acheté un appartement et le notaire a pas été capable de calculé correctement ce que devais payer et ce que le vendeur me devait. Au final, je me suis retrouvé à payer en trop, ce qui fait que le notaire me devait de l'argent. En tout cas, après un mois à appeler 3 fois par semaine pour récupérer mon chèque et eux à me faire passer pour un abruti parce que j'ose appeler et douter que le dossier a vraiment été envoyé et que je leur demandais de refaire le chèque, ce qu'ils refusaient...ben ils ont eu l'enveloppe qui leur est revenue par Postes Canada parce qu'ils avaient oublié de mettre un timbre! Résultat: 1 mois à attendre mon argent (qui représentait quand-même la moitié de la taxe de bienvenue) et aucune excuse de leur part, juste me dire de venir chercher l'enveloppe au bureau.

Clairement, les acheteurs dans ce cas doivent pas lâcher et demander des comptes au notaire!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

ben, ça dépend des notaires. y'en a qui font un beau travail et d'autres non. comme dans tous les domaines.

Link to comment
Share on other sites

Oui malheureusement...

Nous aussi à l'achat on était tombé sur un vieux pouilleux !!! Il tapait encore ses documents à la machine à écrire et manque de bol je lui ai fait remarquer une érreur... pratique hein de corriger sur une machine à écrire !!!!!!!!!! :sleep:

Et le jour de la signature, NOUS devions faire un chèque aux vendeurs pour leur rembourser une partie des taxes municipales et scolaires déjà payées et le notaire qui dit au vendeur de NOUS faire un chèque :ohmy: Je lui dis "euh non Maître c'est l'inverse, c'est moi qui doit rembourser ces messieurs-dames" :innocent:

Le mieux c'est de se renseigner au max sur les procédure et essayer d'y aller au bouche à oreilles mais même là on peut tomber sur un citron !

Link to comment
Share on other sites

Ah là là, l'histoire du Québec qui a rapatrié la loi civile française et les bonnes manières.....

En tout cas, passer au consulat pour mon renouvellement de passeport m'a bien fait rire.

Quand on transpose des fonctionnaires français dans un autre pays, on transpose aussi toutes les (mauvaises) habitudes.

Avec le fédéral, je n'ai jamais eu aucun problème et toujours un bon service.

Avec le provincial, j'ai parfois eu quelques réponses dans le style "Il manque le tampon du bureau B3, sur le formulaire K15 pour le présenter au bureau F5 qui vous remettra le formulaire T12...."

Ça me rappelle quelquechose ça, que je pensais avoir laissé derrière moi ;)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Pourquoi penses tu qu'il y a autant de fonctionnaires et qu'on paye autant d'impots...

Beaucoup aiment s'enfarger dans les fleurs du tapis.

Probablement décourageant pour ceux qui veulent travailler..

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

A chaque fois que je mentionne qu'ici au Yukon, ou à d'autres endroits dans le Nord, on trouve des tas de fonctionnaires inutiles et dont le niveau de compétence prête à discussion, ou plane au ras des pâquerettes (exemple : une dame d'un ministère des ressources humaines à Yellowknife à qui j'avais dit que je suis un permanent resident et qui me demandait "bon ... et où est votre permis de travail ?") ceci passe inaperçu, totalement normal, peut-être parce ça n'offre pas l'occasion de s'en prendre aux français. Si par contre on raconte à peu près la même chose des québécois il se trouvera toujours quelques personnes, le plus souvent françaises, pour insinuer que c'est dû à la ressemblance des québécois et des français.

Link to comment
Share on other sites

Un bon exemple d'un système qui devrait être dégraissé au Québec: les garderies à 7$.

Même si elles rapportent ou rapportaient à la province, le nombre d'organismes qui se sont greffés à la longue sur le système et qui ne servent qu'à produire de la paperasse est affolant.

Dans les hôpitaux, il y a bien des personnes qui ne servent à rien, au niveau de la bureaucratie, entendons nous et qui se baladent de service en service tout au long de leur carrière, non pas par mérite ou par compétences, mais par ancienneté. :blink2:

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Habitués

Ah là là, l'histoire du Québec qui a rapatrié la loi civile française et les bonnes manières.....

En tout cas, passer au consulat pour mon renouvellement de passeport m'a bien fait rire.

Quand on transpose des fonctionnaires français dans un autre pays, on transpose aussi toutes les (mauvaises) habitudes.

Avec le fédéral, je n'ai jamais eu aucun problème et toujours un bon service.

Avec le provincial, j'ai parfois eu quelques réponses dans le style "Il manque le tampon du bureau B3, sur le formulaire K15 pour le présenter au bureau F5 qui vous remettra le formulaire T12...."

Ça me rappelle quelquechose ça, que je pensais avoir laissé derrière moi :wink:

Ma premiere visite au consulat, a l'epoque il y'en avait encore un a Ottawa, fut un choc en retour.. je suis tombe sur une dame bien agressive tres remontee, "et vous etes qui vous? je vous connais pas... he monsieur, c'est quoi ce papier la? "... j'avais perdu l'habitude. J'ai entendu parler d'elle jusqu'a Gatineau (les Francais vivant de l'autre cote de la riviere ne pouvaient beneficier des services du consulat a Ottawa :Crylol: ils devaient aller a Montreal. Elle les jetait dehors sans menagement)

J'ai raconte ma mesaventure a un ami canadien... qui m'a fait cette remarque "Et la qualite du service alors?" Le pauvre il ne pouvait pas se douter :crying:

Je n'ai jamais eu aucun probleme dans les adminsitration federales ou provinciales... Et j'ai toujours droit a de sourires.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Similar Content

    • By KimOl
      Lors de la demande du permis d'études on demande une "preuve" que l'on rentrera chez soi après la fin de nos études.  Quels justificatifs je peux bien mettre pour prouver que je compte rentrer après svp?
    • By jean21
      Bonjour à tous,
       
      ça fait un petit moment maintenant que j'ai ce projet de partir vivre au Québec. Pour le moment je n'ai entamé aucune démarche pour immigrer, j'en suis au stade de la prise de renseignement.
      Et justement j'aurais souhaité savoir si le fait d'être schizophrène peut être rédhibitoire pour être autorisé à séjourner au Québec. je précise que je suis soigné et stabilisé depuis quelques années maintenant, je suis actuellement en formation dans l'informatique pour pouvoir être administrateur système et réseaux.
       
      ma deuxieme question: est ce qu'on peut chercher du travail sur place en ayant le status de visiteur?
       
       
       
       
    • By mimed90
      Bonjour tout le monde
       
      j aimerai savoir si quelqu’un a des nouvelles par rapport aux examens de citoyenneté? Est ce que la reprise des examens a commencé?
      mon examen devait avoir lieu en avril 2020 et pour l’instant je n’ai toujours pas reçu de nouvelle convocation 
       
      merci
    • By benahssaine
      Bonjour,
      J’espère que vous aller tous super bien,
      Je vous demande des informations pour l'immigration au Canada, J'ai 28 ans, marié, sans enfants,
      Je suis ingénieur en réseaux et systèmes informatiques, j'ai 4 ans d'expérience,
      Merci d'avance.
    • By chchbrs
      Bonjour, Si quelqu'un pourrait me donner des conseils, s'il vous plaît, avec une situation d'immigration.

      J’habite à Montréal, j'ai reçu la prolongation de mon permis d'études et mon permis de travail ç’a fait un mois et demi. Tout était parfait, sauf que les permis ont été envoyés avec le Cambodge comme le pays d'origine, mais je suis originaire de la Colombie.

      Alors, J'ai envoyé une demande de modification de permis par courrier recommandé au bureau de modification de l'IRCC, qui selon le système de Post Canada est arrivé parfaitement et a été délivré avec succès.

      Aujourd'hui, le service à la clientèle de l'IRCC me dit qu'il n'a rien reçu, qu'il n'a pas de demande et que je dois envoyer une nouvelle demande de modification. Cela signifie-t-il qu'ils ont jeté mes permis ? Comment puis-je demander que mes permis apparaissent ? Devrai-je alors demander une nouvelle délivrance de mes permis qu'ils ont mal générés et ensuite demander la modification ? Je ne sais vraiment pas quoi faire dans ce cas. Merci beaucoup pour votre aide.

    • By SKYTEK
      Bonjour, je suis titulaire d'un Baccalauréat Maintenance des équipement industriels et du Permis B en France, mais rien a voir j'ai envie de faire un CAP Commerce en alternance c'est a dire 3 semaines par mois en entreprise avec 1 semaines d'école du moins pour le processus normal qu'il y a en France. Mais j'aimerais le faire au Quebec car c’était toujours un endroit où j'ai voulu habiter et travailler car mon amour pour ce pays est bien plus légitime que celui que je porte pour la France.
       
      Bref, est-ce que ça serait possible ou ça serait complètement different là-bas ?
       
      Oui on m'a toujours dit que je n'avais pas de quoi m’inquiétez et que tout mes rêves sont réalisables donc peut être que celui là en fait partie ? 
    • By maxbuton
      Bonjour,
       
      Je vous explique ma situation:
      Je suis avec ma conjointe ( Québécoise) depuis bientôt 6 ans.
      Je suis venu au Québec avec un visa JP depuis maintenant 1 an et 3 mois, il se fini en juin 2021.
      Nous avons envoyé une demande de parrainage en juin dernier.
       
      Cette semaine j'ai eu une offre d'emploi, qui me propose un meilleur salaire, de meilleur condition.
      Ma question est la suivante:
      Comment faire pour changer d'employeur ? 
      En sachant que n'aillant pas eut de retour sur ma demande de parrainage je peux pas faire de demande de permis ouvert, je ne peux pas changer d'employeur en gardant ma JP car je n'ai pas de raison valable aux yeux du gouvernement, je ne peux pas faire deux fois une JP.
       
      Je sais pas si je peux annuler mon visa, partir un mois pour en valider un nouveau et revenir ? et si oui, cela auras-t-il un impact sur ma demande de parrainage ?
    • By GastonLebeurre
      Bonjour à tous,
       
      J'aimerais partager le projet d'immigration sur lequel ma copine et moi travaillons, pour idéalement avoir des retours d'expérience de personnes ayant eu le même cheminement.
      D'abord, le contexte : ma copine est vietnamienne, je suis français, nous sommes ensemble depuis 3 ans et vivons ensemble depuis 2 ans à Hanoi. Nous sommes en train de collecter tous les documents / certificats / tests de langue nécessaires pour postuler en tant que travailleurs qualifiés dans le cadre de l'obtention d'un visa de résidence permanente au Canada.

      L'idée est d'y aller en deux temps :
      1. à court/moyen terme : immigrer au Canada (en mode "couple" puisque nous pouvons prouver notre résidence commune pendant plus d'un an) > nous sommes très intéressés par une ville en particulier dans laquelle nous aimerions prendre nos marques et travailler (et a priori y rester 1-4 ans, le temps également que le niveau de français de ma copine atteigne le niveau B2/C1 via des cours sur place)
      2. à moyen/long terme (et si nos plans n'ont pas changé d'ici là, si nous sommes prêts à quitter la ville dans laquelle nous nous serons installés au Canada) : immigrer au Québec > l'idée serait de s'y rendre une fois que ma copine aurait le niveau de français suffisant permettant son intégration
       
      D'après nos recherches, c'est en théorie possible car il est indiqué qu'un résident permanent du Canada bénéficie des mêmes droits qu'un citoyen et peut donc s'installer au Quebec (à l'exception des migrants étant passés par une "nomination provinciale"). Nous sommes cependant perplexes car il nous semble que cela rend caduque le fait même d'avoir un système d'immigration propre au Quebec (s'il suffit d'immigrer au Canada puis de changer de province une fois que la procédure est terminée).
      Si cela était possible, nous tenterions directement de migrer au Quebec mais le niveau de français de ma copine semble disqualifiant et le processus semble également bien plus long et complexe depuis la dernière réforme. Mais en réalité, si nous tentons le Québec, je risque d'être le seul de nous deux à avoir le nombre de points suffisants alors que dans le système canadien, nous devrions tous deux remplir les critères et augmenter nos chances d'être acceptés ensemble.

      Je précise que l'étape 1 de notre plan n'est pas juste une étape transitoire en prévision de l'étape 2 : nous serions prêts à rester au Canada "hors Quebec" et c'est une option qui nous motive réellement. C'est juste que la perspective d'être au Quebec nous attire encore plus, et nous sommes prêts à décaler l'échéance.

      Voila, j'espère avoir bien décrit notre situation : nous avons fait des recherches et trouvé des vieux messages de gens ayant eu des expériences similaires mais nous craignons que beaucoup de ces informations soient obsolètes avec la nouvelle réforme, et nous apprécierions vraiment d'avoir d'autres informations à ce sujet.

      Merci d'avance et bonne journée.
    • By carter15
      Bonjour;
      J'ai vécu et travailler au Canada pendant 3 ans et j'étais obligé de quitter le pays l'année dernière car mon permis de travail est expiré.
      J'ai dû appliquer pour avoir un nouveau permis à mon pays natal en rentrant et ça fait plusieurs mois que j'attends une réponse d'IRCC.
      Entre -emps, j'ai reçu un petit job en ligne d'un employeur Canadien et je demande si je peux transférer mon chèque vers mon compte bancaire Canadien et si je dois payer des impôts sur le montant que je vais recevoir.
      Merci.
    • By Alienaute
      Bonjour
       
      Je suis actuellement interne de médecine générale en dernier semestre en France. 
      Avec mon époux nous discutons depuis depuis quelques années déjà d'une potentielle immigration permanente au Québec, pays qu'il adore, et je me demandais dans quelle mesure pouvions commencer à engager les démarches.
       
      Le souci étant que même pour les premières démarches comme la Déclaration d'intérêt il faut renseigner les mentions du diplôme, que je n'aurai que dans quelques mois.
       
      Je me demande donc si il serait intéressant de tout de même de commencer les (longues) démarches dès à présent quitte à renseigner les informations manquantes ou ayant évolué par la suite. Ou si la moindre démarche avant l'obtention du diplôme est une perte de temps voire pire, confusant pour le service d'immigration. Je me permet d'ouvrir un topic la dessus car je n'ai trouvé aucune réponse claire à cette question malgré plusieurs heures de recherches.
       
      Merci d'avance !
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement