Jump to content
Sign in to follow this  
L et L

Entretien d'une infirmière avec Recrutement Santé Québec

Recommended Posts

C'est bon pour nous on se ramène en janvier 2014, on viendra vous chercher à l'aéroport :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut tout le monde !

Déjà félicitations à vous qui avez été recrutés par Santé Québec, et au plaisir de vous retrouver rapidement !

Par rapport à la retraite, l'organisme qui prélève un montant directement par notre employeur est bien le RREGOP, le REER est un investissement personnel pour agrémenter votre retraite par la suite, un service qui vous sera offert par votre banque à l'installation :)

Puis concernant la paye, sachez qu'ici, on est très bien payé contrairement en France ! On commence à 21,27$/h, et on ajoute les diverses primes par la suite (Nuit/Soins Critiques-Urgence/Psychiatrie) et n'oubliez pas d'emmener votre paperasse justifiant vos années d'ancienneté en France, elles sont rachetés par la majeure partie des établissements !

Très bonne journée à vous !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si j'ai un énorme conseil à donner à ceux qui n'ont pas encore débuté leurs démarches, optez pour la RP, car un permis de travail ne vous donne malheureusement, et ceci depuis cette année, aucun droit d'application sur des postes.

Vous serez sous garantie d'emploi certes, mais celà veut dire que l'employeur fera bon ce qui lui semble en autant que vous faisiez votre temps plein ! (10j/2sem de soir, 9j/2sem de nuit) mais aucunes garanties de rester sur un service donné, ou sur un quart de travail convenu !

Et au moins si vous deviez quittez votre employeur vous n'êtes pas obligés de quitter le Canada, contrairement au PTT qui vous lie ongles et becs à vore employer malheureusement ! J'ai fait cette erreur et je le regrette amèrement maintenant :wink:

Edited by Mendhy Lou

Share this post


Link to post
Share on other sites

Malheureusement les délais de résidence permanente étant devenus indécents, la plupart des infirmières n'ont pas le choix et prennent le PTT histoire d’espérer "arriver un jour dans le pays". Par contre le mieux est de démarrer une résidence permanente en même temps à cause des problèmes que tu énonces.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si j'ai un énorme conseil à donner à ceux qui n'ont pas encore débuté leurs démarches, optez pour la RP, car un permis de travail ne vous donne malheureusement, et ceci depuis cette année, aucun droit d'application sur des postes.

Absolument inexact en ce qui concerne l'application sur des postes. Dans mon CHU, dès la validation de mon stage (il y a très peu de temps) j'ai appliqué sur plusieurs postes qui m'intéressaient. Et il n'y a eu aucun problème, j'ai obtenu le poste que je souhaitais. Je précise que j'ai débuté mon PTT fin janvier 2013.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ce que veut dire Mendhy Lou, c'est que le PTT t'engage bien plus envers ton établissement que la RP, et au rendez-vous, tu te rends compte qu'il te "guide" vers ce choix.C'est pas pour rien.

Après, même si l'établissement peut faire t'imposer plus de choses, il peut aussi se comporter de manière juste.

Et par curiosité Mendhy Lou et Stef&Manu, dans quels établissements travaillez vous?

Et comme dit caroline77, ça raccourci considérablement les démarches administratives.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ce que veut dire Mendhy Lou, c'est que le PTT t'engage bien plus envers ton établissement que la RP, et au rendez-vous, tu te rends compte qu'il te "guide" vers ce choix.C'est pas pour rien.

Après, même si l'établissement peut faire t'imposer plus de choses, il peut aussi se comporter de manière juste.

Et par curiosité Mendhy Lou et Stef&Manu, dans quels établissements travaillez vous?

Et comme dit caroline77, ça raccourci considérablement les démarches administratives.

Exactement ! Merci L&L :)

Je suis à l'Institut de Cardiologie de Montréal, en soins intensifs chirurgicaux

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ce que veut dire Mendhy Lou, c'est que le PTT t'engage bien plus envers ton établissement que la RP, et au rendez-vous, tu te rends compte qu'il te "guide" vers ce choix.C'est pas pour rien.

Après, même si l'établissement peut faire t'imposer plus de choses, il peut aussi se comporter de manière juste.

Et par curiosité Mendhy Lou et Stef&Manu, dans quels établissements travaillez vous?

Et comme dit caroline77, ça raccourci considérablement les démarches administratives.

Exactement ! Merci L&L :smile:

Je suis à l'Institut de Cardiologie de Montréal, en soins intensifs chirurgicaux

D'accord ;)

Ma Laura est prise au CHU Ste Justine pour Septembre 2014...C'est loin!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si j'ai un énorme conseil à donner à ceux qui n'ont pas encore débuté leurs démarches, optez pour la RP, car un permis de travail ne vous donne malheureusement, et ceci depuis cette année, aucun droit d'application sur des postes.

Absolument inexact en ce qui concerne l'application sur des postes. Dans mon CHU, dès la validation de mon stage (il y a très peu de temps) j'ai appliqué sur plusieurs postes qui m'intéressaient. Et il n'y a eu aucun problème, j'ai obtenu le poste que je souhaitais. Je précise que j'ai débuté mon PTT fin janvier 2013.

Ça dépend peut-être des hôpitaux ?

Edited by caroline77

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et si j'ai un énorme conseil à donner à ceux qui n'ont pas encore débuté leurs démarches, optez pour la RP, car un permis de travail ne vous donne malheureusement, et ceci depuis cette année, aucun droit d'application sur des postes.

Absolument inexact en ce qui concerne l'application sur des postes. Dans mon CHU, dès la validation de mon stage (il y a très peu de temps) j'ai appliqué sur plusieurs postes qui m'intéressaient. Et il n'y a eu aucun problème, j'ai obtenu le poste que je souhaitais. Je précise que j'ai débuté mon PTT fin janvier 2013.

Ça dépend peut-être des hôpitaux ?

Je pense aussi, c'est la "surprise" en arrivant là-bas j'imagine.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis à Sherbrooke

Share this post


Link to post
Share on other sites

qq petites précisions salariales pour éviter les désillusions :

j'ai été repris à l'ancienneté maximum et je touche, primes comprises entre 1500 et 1600 dollars par quinzaine. donc soit 1100 euros par quinzaine. sur le salaire annoncé après les déductions obligatoires il reste environ 60%.

ici c'est 4 semaines de congés par an, 5 au bout de 25 ans. les congés l'été sont du domaine du fantasme. Une de mes collègues québécoises est dans le service depuis 8 ans, elle n'a eu qu'une semaine en 8 ans de vac avec son mari et ses enfants...ça fait rêver non?

il n'y a pas non plus de RTT.

donc non le salaire n'est pas plus important, il l'est dans ta poche (de façon toute relative, ne croyez pas à l'enrichissement) mais pas en rapport aux heures travaillées. Maintenant pour les célibataires qui sont près à faire 16h par jours, pas de pb...d'ailleurs même pour les non célibataires et non volontaires car il existe le TSO, tps sup obligatoire, super pour s'enrichir, on te force à rester 8h de plus, qu'on te paye 150%, mais tu ne cotises pas pour la retraite....et tu ne peux récupérer....

En qualité de vie c'est mieux que si t'étais à Paris, mais pas si tu étais en province Fr....



qq petites précisions salariales pour éviter les désillusions :

j'ai été repris à l'ancienneté maximum et je touche, primes comprises entre 1500 et 1600 dollars par quinzaine. donc soit 1100 euros par quinzaine. sur le salaire annoncé après les déductions obligatoires il reste environ 60%.

ici c'est 4 semaines de congés par an, 5 au bout de 25 ans. les congés l'été sont du domaine du fantasme. Une de mes collègues québécoises est dans le service depuis 8 ans, elle n'a eu qu'une semaine en 8 ans de vac avec son mari et ses enfants...ça fait rêver non?

il n'y a pas non plus de RTT.

donc non le salaire n'est pas plus important, il l'est dans ta poche (de façon toute relative, ne croyez pas à l'enrichissement) mais pas en rapport aux heures travaillées. Maintenant pour les célibataires qui sont près à faire 16h par jours, pas de pb...d'ailleurs même pour les non célibataires et non volontaires car il existe le TSO, tps sup obligatoire, super pour s'enrichir, on te force à rester 8h de plus, qu'on te paye 150%, mais tu ne cotises pas pour la retraite....et tu ne peux récupérer....

En qualité de vie c'est mieux que si t'étais à Paris, mais pas si tu étais en province Fr....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour les informations! Après, RSQ nous a vendus une idée, à nous de la vérifier!

On ne sera de toute façon fixés qu'une fois sur place.

Merci de nous faire partager ton expérience, ça permet toujours de garder les pieds sur terre ;-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

qq petites précisions salariales pour éviter les désillusions :

j'ai été repris à l'ancienneté maximum et je touche, primes comprises entre 1500 et 1600 dollars par quinzaine. donc soit 1100 euros par quinzaine. sur le salaire annoncé après les déductions obligatoires il reste environ 60%.

ici c'est 4 semaines de congés par an, 5 au bout de 25 ans. les congés l'été sont du domaine du fantasme. Une de mes collègues québécoises est dans le service depuis 8 ans, elle n'a eu qu'une semaine en 8 ans de vac avec son mari et ses enfants...ça fait rêver non?

il n'y a pas non plus de RTT.

donc non le salaire n'est pas plus important, il l'est dans ta poche (de façon toute relative, ne croyez pas à l'enrichissement) mais pas en rapport aux heures travaillées. Maintenant pour les célibataires qui sont près à faire 16h par jours, pas de pb...d'ailleurs même pour les non célibataires et non volontaires car il existe le TSO, tps sup obligatoire, super pour s'enrichir, on te force à rester 8h de plus, qu'on te paye 150%, mais tu ne cotises pas pour la retraite....et tu ne peux récupérer....

En qualité de vie c'est mieux que si t'étais à Paris, mais pas si tu étais en province Fr....

qq petites précisions salariales pour éviter les désillusions :

j'ai été repris à l'ancienneté maximum et je touche, primes comprises entre 1500 et 1600 dollars par quinzaine. donc soit 1100 euros par quinzaine. sur le salaire annoncé après les déductions obligatoires il reste environ 60%.

ici c'est 4 semaines de congés par an, 5 au bout de 25 ans. les congés l'été sont du domaine du fantasme. Une de mes collègues québécoises est dans le service depuis 8 ans, elle n'a eu qu'une semaine en 8 ans de vac avec son mari et ses enfants...ça fait rêver non?

il n'y a pas non plus de RTT.

donc non le salaire n'est pas plus important, il l'est dans ta poche (de façon toute relative, ne croyez pas à l'enrichissement) mais pas en rapport aux heures travaillées. Maintenant pour les célibataires qui sont près à faire 16h par jours, pas de pb...d'ailleurs même pour les non célibataires et non volontaires car il existe le TSO, tps sup obligatoire, super pour s'enrichir, on te force à rester 8h de plus, qu'on te paye 150%, mais tu ne cotises pas pour la retraite....et tu ne peux récupérer....

En qualité de vie c'est mieux que si t'étais à Paris, mais pas si tu étais en province Fr....

quand tu dis pas de vacances en été, une chose m'échappe d'après ce que tu dis personne n'a de vacances l'été , c'est bizarre non ? que tout le monde ne prenne pas l'été je peux comprendre mais personne ?

pour le salaire au québec tu parles de salaire net d'impots ? et en france net avant impôts ? peux tu donner un "super net" annuel pour avoir une bonne comparaison ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour les vacances, le choix se fait par ancienneté, donc si une plus vieille que toi décide de prendre 5 semaines elle les prend. si une prend du 1 juillet au 25 et qu 'une autre prend du 27 au 13 puis du 16 au 29, elle a le droit. Beaucoup d'anciennes ont morflées ici quand elles étaient jeunes et aujourd'hui c'est vengeance....''ça fait 20 ans que j'attendais mais c'est mon tour aujourd'hui...'', mais tes enfants sont grands et ton mari est en retraite...''.oui mais c'est mon tour''....

c'est bien entendu une caricature, mais la dynamique de ''c'est mon tour'' existe. il n'y a pas d'approche de groupe pour régler les choses, c'est le chacun pour soi qui prime ici.

concernant le salaire, je ne peux pas donner de choses plus parlantes. les impôts c'est jamais pareil pour personne. En France je n'en payait quasiment pas, des enfants, du km pour aller bosser donc...au Québec le salaire est net d'impôt, mais tu paieras ton internet cher et je te parle pas du portable, ou tu payes non seulement ce que tu envoies mais aussi ce que tu reçois...

pour les candidats jeunes ça peut être l'fun, Montréal est une ville cosmopolite, mais attention c'est grand habitez près de votre boulot, car beaucoup de circulation, bonjour le trafic et le transport en commun n'est pas top, le métro ne va pas partout et ça peut vite être 1h pour aller au boulot.

pour voyager ça peut être sympa mais c'est vite loin et long, pour un week end en famille l'année dernière on a mis 1h pour sortir de Montréal, le train est loin d'être développé et cher....mais de toute façon vous n'aurez pas le temps, travail, travail, travail.

encore une fois si vous aimez la ville, les by night alors vous pourrez trouver votre bonheur. on voit ici et la des messages sur c'est super, on peut se former, aller à l'université etc etc. oui mais l'université décide si elle vous accepte ou non, peu importe vos diplômes ou la reconnaissance du MICC, peut exiger que vous preniez des cours supplémentaires. c'est bien entendu non gratuit, entre 3 et 4000 dollars par an, temps complet donc à étaler car faut bien bosser pour bouffer. et après...l'ouverture d'esprit est inexistante, ils ne sont pas là pour échanger mais pour vous apprendre....les états unis sont le centre du monde et le Québec n'est pas loin...ne vous fiez pas à leur communication, dans ce domaine effectivement ils sont tres loin devant nous, pour le reste c'est que de la comm. ici vous trouverez plein d'expert, d'ailleurs il n'y a que ça des experts, des experts et des experts.

pour vous donner un petit ex : reportage de tva la semaine dernière pour les inf français. malgré les enregistrements faisant référence à notre manque de reconnaissance(DE d'avant 2009), rien n'a été diffusé la dessus, seulement le bon côté des choses...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah en tous cas, tu portes bien ton pseudonyme. :-D

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour les vacances, le choix se fait par ancienneté, donc si une plus vieille que toi décide de prendre 5 semaines elle les prend. si une prend du 1 juillet au 25 et qu 'une autre prend du 27 au 13 puis du 16 au 29, elle a le droit. Beaucoup d'anciennes ont morflées ici quand elles étaient jeunes et aujourd'hui c'est vengeance....''ça fait 20 ans que j'attendais mais c'est mon tour aujourd'hui...'', mais tes enfants sont grands et ton mari est en retraite...''.oui mais c'est mon tour''....

c'est bien entendu une caricature, mais la dynamique de ''c'est mon tour'' existe. il n'y a pas d'approche de groupe pour régler les choses, c'est le chacun pour soi qui prime ici.

concernant le salaire, je ne peux pas donner de choses plus parlantes. les impôts c'est jamais pareil pour personne. En France je n'en payait quasiment pas, des enfants, du km pour aller bosser donc...au Québec le salaire est net d'impôt, mais tu paieras ton internet cher et je te parle pas du portable, ou tu payes non seulement ce que tu envoies mais aussi ce que tu reçois...

pour les candidats jeunes ça peut être l'fun, Montréal est une ville cosmopolite, mais attention c'est grand habitez près de votre boulot, car beaucoup de circulation, bonjour le trafic et le transport en commun n'est pas top, le métro ne va pas partout et ça peut vite être 1h pour aller au boulot.

pour voyager ça peut être sympa mais c'est vite loin et long, pour un week end en famille l'année dernière on a mis 1h pour sortir de Montréal, le train est loin d'être développé et cher....mais de toute façon vous n'aurez pas le temps, travail, travail, travail.

encore une fois si vous aimez la ville, les by night alors vous pourrez trouver votre bonheur. on voit ici et la des messages sur c'est super, on peut se former, aller à l'université etc etc. oui mais l'université décide si elle vous accepte ou non, peu importe vos diplômes ou la reconnaissance du MICC, peut exiger que vous preniez des cours supplémentaires. c'est bien entendu non gratuit, entre 3 et 4000 dollars par an, temps complet donc à étaler car faut bien bosser pour bouffer. et après...l'ouverture d'esprit est inexistante, ils ne sont pas là pour échanger mais pour vous apprendre....les états unis sont le centre du monde et le Québec n'est pas loin...ne vous fiez pas à leur communication, dans ce domaine effectivement ils sont tres loin devant nous, pour le reste c'est que de la comm. ici vous trouverez plein d'expert, d'ailleurs il n'y a que ça des experts, des experts et des experts.

pour vous donner un petit ex : reportage de tva la semaine dernière pour les inf français. malgré les enregistrements faisant référence à notre manque de reconnaissance(DE d'avant 2009), rien n'a été diffusé la dessus, seulement le bon côté des choses...

trouves tu une différence de traitement entre les diplomées québécoises et les françaises : favoritisme ?

au niveau des cliniciennes et praticiennes, trouves tu là aussi des différences de traitement ou pas ? la hiérarchie entre les 2 est -elle réelle ?

le statut des diplomés france est clinicienne non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

aso tu viens de te réveiller??

C'est vrai que l'oiiq n'est pas trop bavard la dessus, ne parlons pas de l'ONI qui lui fait le mort :

infirmier d'avant 2012 : DEC+1 certificat

infirmier à partir de 2012 : inf clinicienne

le rifq à écrit un article la dessus en octobre 2012 sur infirmier.com ''le Québec un eldorado?'' et un autre va bientôt sortir...bon c'est vrai je suis du RIFQ

Share this post


Link to post
Share on other sites

il n'y a pas de différence de traitement si tu es capable de te vendre....ici les expériences en Fr, si tu leur décris pas vraiment ce que tu faisais, et bien ils ne voient pas à quoi ça correspond....

les praticiennes ce sont des spécialisées, comme un peu chez nous le bloc, les anesth, etc...

la comparaison se fait entre les techniciennes (DEC) et les bachelières(université=cliniciennes)....pour rappel 1 dec = 1 bac fr

le DEC c'est comme un bac pro, ce qu'ils ne comprennent pas ici c'est que nous il faut un BAC fr avant d'entrer à l'ifsi...ici beaucoup tiennent à leur je suis clinicienne...les plus honnêtes te disent qu'elles étaient bien contentes d'avoir des amies DEC pour les faire progresser dans leur pratique...durant leur formation ils ont beaucoup moins de stage que nous,

Share this post


Link to post
Share on other sites

aso tu viens de te réveiller??

C'est vrai que l'oiiq n'est pas trop bavard la dessus, ne parlons pas de l'ONI qui lui fait le mort :

infirmier d'avant 2012 : DEC+1 certificat

infirmier à partir de 2012 : inf clinicienne

le rifq à écrit un article la dessus en octobre 2012 sur infirmier.com ''le Québec un eldorado?'' et un autre va bientôt sortir...bon c'est vrai je suis du RIFQ

Oh bah meme sans le dire, j'aurais deviné que tu étais du RIFQ...Le combat du RIFQ est juste mais quand je lis tes posts, je me dis que tu vas à ton travail en reculant, et que tu regrettes ton immigration sur certains points.

Je souris quand je vois des reportages (TVA/ BFM TV/Arte...J'ai fais le tour lol) parce que ça fait vraiment trop Eldorado ou meme certains témoignages ici mais toi, tout est noir! Enfin tout est gris ;)

Mais c'est bien! Ca peut faire relativiser certaines personnes!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By immigrer.com
      HÉLOÏSE ARCHAMBAULT     Dimanche, 2 février 2020 01:00MISE À JOUR Dimanche, 2 février 2020 01:00 Un projet pilote prometteur implanté à Montréal permet aux infirmières immigrantes d’intégrer plus facilement le réseau de la santé et de combler la pénurie de personnel.    
        « Mon programme a tout changé, jure Julie Dufort, conseillère en soins infirmiers, volet intégration au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Dès qu’on a une diplômée hors pays, les CV me sont transmis. »   
      « On a besoin d’effectifs partout ! » répète-t-elle.  
      En 2018, ce CISSS a pris part au projet intégration-travail-formation, créé par le Bureau d’intégration des nouveaux arrivants à Montréal, et financé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. À noter que le projet s’applique à plusieurs domaines d’emploi (courtier, ingénieur, caissier, etc.).  
      L’objectif ? Mieux intégrer les infirmières immigrantes, accélérer la reconnaissance de leurs compétences et embaucher du personnel.   
      Ainsi, 15 infirmières et infirmiers immigrants ont suivi un stage rémunéré de 40 jours, à l’hôpital Jean-Talon. Cette formation novatrice leur a permis d’éviter de retourner à l’école durant six à dix mois. Tout au long du stage, Julie Dufort les a suivis pas à pas.  
      source et suite: https://www.journaldemontreal.com/2020/02/02/les-immigrants-contre-la-penurie
    • By nicol3a
      Bonjour tout le monde,
       
      je suis infirmière bachelière belge (reconnue clinicienne au québec), quand je vois les infirmières françaises qui ont l'ARM, je me demande pourquoi pas nous les belges ? Nos études sont équivalentes aussi. On doit fournir plus de paperasses, repasser l'examen de l'ordre...
      Bon je suis d'accord de repasser un stage d'équivalence et l'examen de l'ordre (c'est nécessaire, je me demande pourquoi les français ne passe pas l'examen de l'ordre? C'est pas logique par rapport aux Québécois mais tant mieux ça fait moins de stress pour eux !) mais on devrait avoir un ARM pour ce qui est de pratique d'exercice, de vouloir continuer nos études, des formations. Car à chaque fois que je dois passer une petite formation (genre de 2h en ligne pour avoir le droit de prescrire), je dois fournir 10000 papiers (ou pire, refaire une formation de 45 heures de soins de plaies et soins communautaires....bon c'est pas gratuit et ça prend du temps, et j'ai suivi durant mes trois année d'études ces cours, comme les français..) prouvant que j'ai bien suivi au moins 45 heures de formation de soins de plaies ou autre car je n'ai pas un diplôme français donc je ne bénéficie pas d'un ARM. 
      Bref, je créer ce forum, pour mobiliser les infirmiers et infirmières belges qui veulent exercer au Québec ! Sommes-nous assez nombreux pour demander un ARM ? Comment fait-on pour obtenir un ARM ? J'ai besoin de savoir que je ne suis pas seule dans cette situation...

      Précision, je n'ai rien contre les infirmiers et infirmières Français(es). Ils méritent amplement l'ARM avec le Canada, c'est juste que je me demande pourquoi nous, les belges, nous l'avons pas, et qu'est ce qu'on devrait faire pour l'avoir...

      En attente de vos retours les infirmiers et infirmières belges !
    • By kayette917
      ⁉️ hello la communauté,
       
      J'ai été sélectionnée la semaine passée par RSQ recrutement santé Québec et à l'issue de l'entretien j'ai signé un contrat avec un hôpital à Baie-St-Paul.
       
      Pas de précision sur le salaire ou la nature des taches à effectuer, bon je suis infirmière donc je connais mon job.
       
      Mais voilà je me pose des questions, existentielles quand même à savoir si je vais donner suite ou pas.
       
      Le secteur est assez touristique mais isolé tout de même, mon mari va avoir très, très difficile de trouver un job dans son domaine, il est dans l'industriel, et je me demande ce à quoi je dois m'attendre pour éviter de me faire avoir, quelles assurance dois-je prendre ou pas, je sais que je ne peux pas emporter mes voitures, j'essaie de me renseigner sur le coût de la vie, j'ai regardé pour me loger, sachant que nous sommes 2 adultes et nos deux fils, 7 et 14 ans, j'ai également 1 chien (pas très docile) et 3 chats, donc je suis perdue un peu.
      Quelqu'un pour m'éclairer ???

    • By immigrer.com
      La Vérif : Tentant, pour les inrmières françaises, de pratiquer au Québec?
       
      Publié le mardi 1 mai 2018 à 17 h 22
       
      Le réseau de santé québécois se tourne de nouveau (https://ici.radiocanada.ca/nouvelle/1098339/penurie-inrmieres-etablissements-quebecois-recrutefrance) vers la France pour embaucher des infirmières.
       
      Mais pourquoi voudraient-elles pratiquer au Québec? Voici deux arguments d'ordre financier.
       
      Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux
       
      Tout d’abord, le revenu. Les infirmiers français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés. L’OCDE a mené une étude visant, entre autres, à comparer le revenu du personnel infirmier dans les pays occidentaux. Les statisticiens ont calculé le salaire de base, les différentes primes, les avantages sociaux et le revenu tiré des heures supplémentaires.
       
      Résultat : une infirmière en France gagne en moyenne 55 000 $ canadiens. Le même travail au Canada rapporte en moyenne 71 000 $, selon l’étude de l’OCDE. En traversant l’Atlantique, l’infirmière française peut donc espérer gagner environ 23 % de plus. 
       
      Voir le reportage de Radio-Canada
       

       
      source : Radio-Canada
    • By immigrer.com
      Les besoins en infirmières sont criants, là n’est pas la question. Ainsi, même si le Centre hospitalier universitaire de Québec calcule qu’il aura besoin de 350 à 400 infirmières au cours de l’année, il n’embauche plus à l’étranger.
       
      «C’est trop compliqué», laisse tomber Geneviève Dupuis, porte-parole du CHU de Québec et de l’Université Laval, qui comprend tous les hôpitaux de la ville à l’exception de l’hôpital Laval. «Les règles d’immigration et les règles syndicales sont complexes. Et ça coûte cher, au moins 5000 $ par infirmière.»
      On a donc décidé de tirer un trait sur cette option. «Nous ne faisons plus de mission de recrutement à l’étranger depuis quelques années. On a déjà participé, et ça n’a pas toujours été de bonnes expériences.»
      Pour embaucher une infirmière de l’étranger, un hôpital doit d’abord lui offrir un stage rémunéré de 75 jours en soins aigus, une exigence de l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec. Le stage doit être assorti d’une garantie d’emploi. «Même si ça ne fait pas l’affaire, on est obligés de l’engager.»
      On préfère donc fermer la porte à tout le monde. «On aime mieux ne pas faire miroiter d’emplois.»
      Pourtant, de l’autre côté de l’Atlantique, la province cherche activement des infirmières par l’entremise de Recrutement Santé Québec, qui se trouvait justement à Paris à la fin novembre pour convaincre des candidates de venir prêter main-forte aux travailleurs de la santé.
      Ce qui ne semble pas être clair, c’est qu’on n’embauche pas partout.
      Si la filière française est fermée depuis deux ans pour les infirmières, elle reste toutefois ouverte pour d’autres postes à combler. «Ça nous arrive d’embaucher des pathologistes, des ingénieurs.»
      Avec les mêmes règles d’immigration. 
      Des règles jugées trop complexes quand il s’agit des infirmières. «Les stages, c’est extrêmement complexe, a insisté plusieurs fois Geneviève Dupuis. Ça devient très difficile de recruter comme ça.»
       
      Suite et source
    • By aliyah
      Bonjour,

      je suis infirmière bachelière diplômée en Belgique vivant à Montréal. J'attends la réponse de l'OIIQ concernant mon dossier...C'est long d'attendre....
      Je voulais savoir si des infirmières belges étaient ou ont été dans le même cas que moi ?
      Savez-vous quel est notre devenir au Québec ? Stages ? Reprise des études ? Vais-je être reconnue infirmières "technicienne" ou "clinicienne" ?
       
      Merci d'avance.
       
    • By lululatrotteuse
      Bonjour, je suis infirmière française et je travaille depuis trois ans au Québec. Je cherche des infirmières qui auraient fait le choix de partir exercer au Canada anglophone mais plus précisément en Ontario. Avez vous dû passer un examen? L'enregistrement a l'OIIQ est il suffisant? Merci
    • By Wither
      Bonjour ou bonsoir à tous et à toutes, en fonction de l'heure.
       
      Voilà, mon copain et moi nous songeons de plus en plus à nous installer au Québec (nous avons tous les deux 19 ans), mais cela une fois nos études terminées. Cette année je vais passer les concours afin de devenir infirmière en France et, je voulais savoir s'il y avait une équivalence ou si je devais refaire des années d'études une fois là-bas ? Je vous avouerai que j'ai fait plusieurs recherches mais je me suis plus embrouillée qu'autre chose, c'est pour cela que je préfère créer un nouveau sujet. J'en profite aussi pour me renseigner pour mon fiancé : ce dernier entame sa 1ère année de BTS MUC en alternance (Management des Unités Commerciales), est-ce que ce diplôme possède une équivalence au Québec ou bien devra-t-il repasser des études et si oui, à quel prix environ ?
       
      Sinon, le métier d'infirmière praticienne m'attire énormément et j'aimerais savoir quelles études dois-je suivre, leur coût et surtout, si cela est possible.
       
      Deuxième question et pas des moindres, quels papiers devons-nous obtenir pour être considérés comme des immigrés et travailler de façon permanente ? 
       
      Merci d'avance pour vos réponses et je vous souhaite une très bonne journée/soirée !
       
    • By PaulineQ
      Bonjour à toutes et à tous ! 
       
      Petite présentation rapide, je débute actuellementma troisième et dernière année de formation en école d'infirmiere en France. Je souhaite depuis aussi longtemps que je me souvienne venir m'installer au Quebec pour de nombreuses raisons. J'ai quand même fais mes études en France, choisis un métier qui me plaît, sans avoir vraiment fais attention aux conditions d'immigrations liées à mon diplôme. Puis en 2013, l'arrangement France-Quebec, etc, la suite on la connait
       
      Depuis le début de ma formation, je me renseigne régulièrement sur l'évolution des démarches à effectuer et des conditions à respecter pour demander l'immigration. L'année dernière j'ai entendu parlé du Salon Recrutement Santé Quebec, avec tous les témoignages de personnes satisfaites qui en découlaient. Seulement aujourd'hui, plus mon diplôme approche, plus je suis perdue dans les informations. 
       
      Alors faisons comme si je ne connais rien au sujet et reprenons par les bases. 
       
      - Quelles sont les conditions pour immigrer au Quebec lorsque on sera, comme moi en Juillet 2017, jeune diplômée Infirmière ?
      - Combien de temps prennent les démarches ?
      - Quels sont les organismes à contacter ?
      - Combien coute environ la totalité des démarches d'immigration ?
      - Dans quel sens faire : trouver un travail puis poser une candidature d'immigration (et dans ces cas là, par quels biais trouver cet emploi) ou alors déposer une candidature puis chercher du travail ?
       
      Toutes les informations sont bonnes à prendre, et des récits d'expériences tout autant 
       
      C'est vraiment un projet qui me tiens à coeur depuis longtemps pour de nombreuses raisons, dont personnelles et professionnelles, je souhaite profondément le réaliser et toute l'entraide qu'il y a autour de ce rêve partagé est vraiment un moteur pour moi mais aussi pour beaucoup d'autres je pense.
       
      Je remercie ceux qui prendront le temps de me lire, de me répondre ou d'apporter leur petite pierre à l'édifice  Je suis certaine que vous n'aiderez pas que moi héhé
       
      Pauline.
    • By mariedm
      Je ne sais pas trop par où commencer ! Cela fait très longtemps que je n'étais pas venu sur le forum, et je tiens à m'excuser pour les personnes qui m'avaient laissé un message ... Je viens de les découvrir, oups !
      Je sais que quand on est dans la phase d'interrogation sur une éventuelle immigration, ou quand on est dans l'attente des visas, chaque témoignage est comme un trésor, on s'y raccroche, on s'y compare, on s'y projette. Je vais donc tenter de vous faire un petit résumé, même si cela n'est pas si simple car la vie suit son court avec sa routine, et les choses qui nous paraissaient surprenantes au début, nous sont maintenant familières.
       
      Mon mari, mon fils et moi sommes arrivés à Gatineau le 1er juillet 2015 avec des RP, le logement avait été trouvé grâce à l'aide d'une bonne âme sur place, heureusement car à distance ce n'est pas facile. Mais comble du bonheur, la maison est à 8 min à pieds de l'hôpital de Gatineau et à 5 min à pieds de l'école primaire. Un vrai confort apprécié chaque jour car mon fils et moi rentrons manger chez nous le midi, c'est chouette.
       
      J'ai commencé mon stage d'intégration à l'hôpital fin août 2015, qu'on se le dise, ce n'est pas une simple formalité, c'est une épreuve. Pour moi ça s'est bien passé mais ça demande beaucoup d'énergie, on n'a pas le droit à l'erreur et il faut de suite rentrer dans le moule. Mais je dois dire que j'ai vraiment bien été accueillie dans les services, ça a été un grand réconfort.
      Finalement le stage s'est terminé en décembre et j'ai eu mon permis définitif en janvier, une bonne chose de faite ! Après ça, j'ai commencé sur l'équipe volante jour/soir ... ça s'est moins le fun ... souvent pas 2 jours de suite sur le même service, parfois pas placée du tout et obligée d'attendre qu'on te dise où aller, ou qu'on te propose de prendre ta journée si ça te tente. Heureusement, il y a les affectations ! Tu fais alors un remplacement de plus ou moins longue durée, en ce moment je suis en chimiothérapie et j'aime ça ... dommage que cela ne puisse durer, à un moment on me dira qu'on n'a plus besoin de moi et je retournerai sur l'équipe volante ... on verra ! 
      Et puis honnêtement, l'horaire de soir, c'est juste affreux pour la vie de famille, tu pars bosser avant que les enfants ne rentrent de l'école et tu reviens quand il dorment. En général tu ne dors pas avant 1h du mat mais tu dois de lever pareil à 7h le lendemain ... Autre point noir, comme vous le savez surement les postes sont octroyés à l'ancienneté, donc dès qu'il y a un poste un peu sympa, il y a 50 personnes qui postulent et les 15 premiers on au moins 20 ans d'expérience dans l'hôpital ... c'est un peu désespérant. Mais bon, c'est comme ça ... A ce compte là, j'aurai peut-être un post pour ma retraite !  Sinon, j'aime l'ambiance de travail, on se marre bien quand même.
      Du côté de mon fils, aucun problème d'intégration, il s'est vite fait des amis. Il aime le fonctionnement à l'école même si il a du beaucoup travailler. En septembre 2015 il est entré en 4ème année, et on s'est aperçu que beaucoup de choses avaient été déjà vu ici, qu'ils étaient en avance sur les maths mais aussi sur le français ! Il a donc fallu ramer pas mal. De plus, il avait beaucoup de devoirs à faire à la maison, on leur donnait une liste de travail à faire pour la semaine suivante et à eux de s'organiser pour tout faire ... ça s'était vraiment nouveau pour nous !!! Au moins mon fils a appris ce que s'est de travailler, et heureusement il a été récompensé car il est passé en 5ème année (et a eu aussi droit à un beau trampoline  il l'a franchement mérité). Sinon, pour lui la vie est belle, il joue avec ses copains dans la rue ou dans les parcs autour, il peut faire du vélo ou du patin à glace l'hiver (une patinoire est créée l'hiver sur un terrain à côté de l'école, c'est "nice" comme il dit).
      En parlant d'expression, mon fils ne parle plus tout à fait la même langue qu'il y a un an ... AWEIE, tu viens tu ?, C'est dont bien plate ! C'est une joke etc. Bon honnêtement pour moi c'est pareil, un peu moins d'anglicisme peut-être ... encore que moins aussi maintenant avec mes patients je cédule et je cancèle ... ça fait parti du quotidien ! (il faut savoir aussi qu'à Gatineau avec la proximité de l'Ontario, il y a énormément de patients anglophones).
       
      Du côté de mon mari maintenant, ça a été beaucoup plus compliqué, il est plombier et avait fait toutes les démarches depuis la France pour obtenir sa carte de compagnon, il ne lui restait "plus qu'à" passer 3 petites formations complémentaires organisées par la CCQ, il en a passé une en 2015 à Montréal mais les 2 autres on été annulées faute d'avoir suffisamment de participants, or, il a en principe 2 ans pour passer ces formations ... il doit donc se réinscrire cet été. Comme il s'était inscrit au syndicat il a pu travailler quelques jours à 2 reprises quand beaucoup de main d'oeuvre était nécessaire. Voyant que ça  n'avançait pas de ce côté, il a refait ses CV, et a postuler chez Rona, réno dépôt, Canadian tire et bien d'autre. Les entretiens se passaient tous super bien et on devait toujours le rappeler quelque soit la décision .... mouais, quand il finissait par appeler pour savoir où ça en était, le poste était déjà pris .... Bof !
      Et puis enfin, grâce à un ami déjà dans la place, il a pu obtenir un entretien dans un centre commercial et a obtenu un poste de maintenance technique ... ouf un premier vrai poste ! c'était il y a 3 mois, un contrat de 20h (il en fait le double), au salaire minimum donc pas top, mais enfin on lui donnait la chance de faire ses preuves, il s'est donné à fond et on vient déjà de lui proposer d'évoluer sur un autre poste .... ça s'est vraiment l'fun  
      J'avoue qu'à un moment, quand toutes les réponses étaient négatives, j'ai eu un moment de panique et une petite voix dans ma tête commençait à me dire qu'on allait devoir rentrer en France "la queue entre les jambes", amers et délestés d'une bonne grosse partie de nos économie ... Heureusement le vent a tourné en notre faveur !
       
      Finalement après 1 an et 1 mois, on est plutôt bien et on peut partir sur d'autres projets. En ce moment on cherche donc une maison à acheter (et on l'a peut-être trouvé!), on va rester dans le même quartier pour l'école et la proximité de l'hôpital. Le point pénible c'est d'être "pogné" avec notre bail jusqu'au 1er juillet (d’ailleurs on cherchera surement quelqu'un pour reprendre notre location ou pour la sous louer, si ça intéresse quelqu'un, ça vaut le coup !!!!).
       
      Bon là je me rend compte que j'ai écrit un gros pavé qui ne décrit qu'une partie de notre expérience et qui ne peut rendre vraiment compte de ce qu'est la vie ici, mais il faut le vivre pour se faire vraiment une idée. En gros, si on fait la part du "bof" et du "c'est l'fun", et bien le bilan est positif.
       
      Comme je le disais au départ, la routine s'installe à un moment et ça fait un bien fou après 2 ans et demi de démarches en France et 1 an d'installation et d'intégration ici ... ça prend une bonne dose d'énergie quand même !
       
      Ah, j'ai oublié de parler de Gatineau, je dirais que pour les jeunes célibataires qui aiment faire de grosses fiesta ce n'est pas vraiment la bonne place, mais pour les familles, c'est vraiment chouettes. Pour les vrais citadins qui veulent des transports en communs et une vie culturelle débordante c'est pas le top non plus (même s'il y a beaucoup de musées et d’événements organisés), par contre pour les amoureux de natures et de sports en plein air c'est parfait ! Si vous voulez vous passer de voiture c'est possible à condition d'habiter Hull ou sur le parcours du Rapibus, ailleurs c'est galère !
       
      Voilà ! Bonne démarches à tous ! 
       
      Marie
       
       
       
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines