Aller au contenu
  1. Amirouche de belcourt

    Amirouche de belcourt

  • Contenu similaire

    • Par marielrq
      Bonjour à tou.te.s
       
      Je viens de passer un an au Canada et j'ai très envie de revenir m'y installer plus longtemps. J'essaye donc de me renseigner sur les possibilités d'exercer mon travail au Canada. 
       
      Je suis française et actuellement étudiante en doctorat (PhD, études hispanophones) : j'écris une thèse et j'enseigne à l'université en parallèle. Je me destine donc à des métiers d'enseignement (dans mon cas, de l'espagnol), dans le supérieur. Je suis également titulaire de l'agrégation (études hispanophones), d'un master recherche (études hispanophones) et d'un master professionnel (études hispanophones). 
       
      Est-il possible d'enseigner dans des établissements d'enseignement supérieur (universités) au Québec/Canada avec des diplômes français ? Quels diplômes sont demandés ?
      (Je sais qu'une formation à l'enseignement est obligatoire pour enseigner dans le primaire et le secondaire, mais je ne trouve pas d'informations concernant le supérieur). 
       
      Et si les diplômes français sont valables au Canada : ai-je réellement une chance de trouver un poste ? 
       
      Deuxième question : avec un master professionnel de FLE (Français Langue Étrangère), est-il possible de trouver des postes d'enseignant du FLE au Québec/Canada ?
       
      Merci beaucoup d'avance, 
       
      Marie 
    • Par laurianebeffa
      Bonjour à tous,
       
      Mon chum (québécois) et moi souhaiterions étudier en Suisse. Il voudrait faire un diplôme d'enseignement au secondaire (baccalauréat similaire à celui de l'UQAM), concentration Univers social.
       
      Nous avons essayé de nous renseigner auprès du Ministère de l'éducation, du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, auprès d'orienteur-euse-s, etc. mais n'avons obtenu pour réponse uniquement les procédures, mais pas les statistiques concernant le nombre de reconnaissances de diplôme, si cela était monnaie courante, si au contraire il fallait recommencer les études au complet, etc.
       
      Nous voudrions savoir si vous avez connaissance du parcours qui attend un québécois pour faire reconnaitre son diplôme étranger (suisse, dans l'idée), si la reconnaissance a été ardue à faire faire, ou s'il fallait tout bonnement tout recommencer. 
       
      Est-ce commun qu'une personne ayant un diplôme étranger (suisse p.ex) enseigne au secondaire au Québec? Est-ce qu'un québécois a des chances de pouvoir enseigner au Québec en ayant fait son diplôme à l'étranger?
       
      Merci infiniment d'avance pour vos réponses, nous sommes vraiment à court de personnes à contacter...
       
      Hadrien et Lauriane
    • Par Mandy78955
      Bonjour je suis enseignante primaire en région parisienne.
      J'aimerais venir habiter à Québec et dans l'idée continuer d'y exercer mon métier, pour le moment je sais que c'est impossible car je suis enseignante depuis 1an or il me faut 3ans d'ancienneté.
      Cependant, je voulais avoir des informations là-dessus, en effet je sais que les enseignants sont recrutés par les écoles voir les parents en eux-mêmes au Canada.
      Qu'en est-il vraiment ? Existe-il une équivalence de diplôme ? On m'a parlé de me mettre en suppléante car c'est le plus simple au départ mais j'ai cru comprendre que c'était contraignant car il faut appeler toutes les écoles susceptibles d'avoir besoin d'un remplaçant le matin même ?
      Merci de m'éclairer sur tout cela et n'hésitez pas à me parler de l'école primaire à Québec en tant que telle, je prends toutes les informations possibles !
       
      On m'a aussi conseillé de travaillé en école française donc sous contrat français mais cela m'intéresse peu car bien que ce soit plus simple et plus rapide, ce contrat ne dure que 6ans après quoi je devrais revenir en France pour au minimum 3ans avant de pouvoir repartir.
       
      Merci beaucoup!
    • Par immigrer.com
      L’entreprise sociale torontoise YouhtfulCities a dévoilé son classement des 13  villes les plus attrayantes pour les 15 à 29 ans du pays sur les plans personnels et professionnels. Montréal tient la troisième position tandis que Québec occupe le septième rang au palmarès.
      Cet indice se base sur 121 indicateurs rassemblés et divisés en trois catégories, soit la «vie», le «travail» et les «loisirs», elles-mêmes déployées en 20 attributs. Chaque ville est ensuite notée selon ces attributs sur un maximum de 1634 points.
      Montréal : moins plaisante pour les entrepreneurs
      En effet, la métropole se situe bien bas dans la section «travail». Elle se positionne septième en ce qui a trait aux services financiers, à l’éducation et l’entrepreneuriat.
      D’ailleurs, l’étude souligne que le prix d’une licence commerciale est «de loin» le plus cher des villes présentes dans l’indice. Étonnamment, la ville aux cent clochers compte le plus grand nombre d’incubateurs d’entreprises dans la liste.
      Autre fait intéressant : l’accessibilité aux sports est la plus dispendieuse des villes du palmarès. À titre comparatif, les frais d’inscription à une saison de soccer dans une ligue récréative sont dix fois plus élevés qu’à Calgary!
      Au moins, Montréal peut se targuer d’être la reine des «loisirs» puisqu’elle règne sur cette section. Elle compte notamment le plus grand nombre de divertissements musicaux et de festivals gastronomiques annuels des colistiers.
      Québec : où il fait bon travailler
      Jeunes professionnels, la capitale nationale devrait être à considérer pour vous épanouir dans votre milieu de travail.
      La ville de Régis Labeaume trône au sommet de la liste pour l’indicateur «emploi». Celui-ci «mesure les outils et mécanismes proactifs mis en place pour lutter contre le chômage des jeunes.» Selon le sondage, Québec affichait le taux de chômage le plus bas de l’indice, avec 4,5% en 2017.
      CLASSEMENT GÉNÉRAL (SUR 1634 POINTS)
      1. Toronto, 1033.64 
      2. Vancouver, 1006
      3. Montréal, 974.76
      4. Ottawa, 760.91
      5. Edmonton, 757.39
      6. Calgary, 721.25
      7. Québec, 717.89
      8. Winnipeg, 715.01
      9. Moncton, 684. 28
      10. Saskatoon, 660.19
      11. Halifax, 654.01
      12. Hamilton, 604.51
      13. St John's, 581.42
       
      source et suite
    • Par Laurent
      Le Canada figure encore parmi les 10 pays les moins corrompus du monde, révèle le plus récent rapport de l'organisation anticorruption Transparency International.
      Le Canada obtient 82 points sur une possibilité de 100, ce qui le place en 8e position, derrière la Suède et Singapour, et devant le Luxembourg et les Pays-Bas.
      La palme du pays le moins corrompu revient à la Nouvelle-Zélande, qui obtient une note de 89, en baisse d’un point par rapport à l’année précédente. Le Danemark suit de près avec une note de 88.
      La Finlande, la Norvège et la Suisse obtiennent également de meilleurs scores que le Canada dans ce palmarès qui mesure chaque année le degré de corruption dans le secteur public.
      Le Canada figure encore parmi les 10 pays les moins corrompus du monde, révèle le plus récent rapport de l'organisation anticorruption Transparency International.
      Le Canada obtient 82 points sur une possibilité de 100, ce qui le place en 8e position, derrière la Suède et Singapour, et devant le Luxembourg et les Pays-Bas.
      La palme du pays le moins corrompu revient à la Nouvelle-Zélande, qui obtient une note de 89, en baisse d’un point par rapport à l’année précédente. Le Danemark suit de près avec une note de 88.
      La Finlande, la Norvège et la Suisse obtiennent également de meilleurs scores que le Canada dans ce palmarès qui mesure chaque année le degré de corruption dans le secteur public.
       

       
       
      Lire la suite
    • Par Laurent
      Que faire quand un enfant crie dans un avion pendant 8 heures ? C'est la question qu'on dû se poser ces voyageurs pris dans ce vol avec ces bruits. Seulement voilà qu'un des passagers se met à filmer ça, apparemment en cachette et publie le fruit de son labeur sur Youtube, en prenant la peine d'activer les publicités. Et voilà que quelqu'un (anonyme de RTL) a la grande inspiration d'écrire un article de fond (de caniveau) sur cet événement.
      Cette situation peut nous arriver à tous et croyez que c'est aussi pénible pour les passagers, le personnel navigant, les parents et l'enfant. Les longs courriers sont toujours source d'irritants, on est coincés pendant des heures dans un espace restreint où certains développent des psychoses. Alors il faut prendre son mal en patience, et si l'on a le budget, emmener ses écouteurs à suppression de bruit, c'est extrêmement efficace, je ne voyage jamais sans eux. Bon vol
       
       
       
    • Par Laurent
      Selon ce classement mondial de Freedom House qui mesure la démocratie et la liberté des pays selon plusieurs facteurs, le Canada se positionne en 4ème place alors que la France est en 41ème position, je vous laisse regarder les détails et la méthodologie employée.
       
       

       
       

       
      Source :  Freedom House
       
    • Par immigrer.com
      Le Palmarès des écoles secondaires  POPULAIRE
      Le top 5 des écoles de chaque région
       
      Voici la liste des 5 meilleures écoles publiques et des 5 meilleures écoles privées de chaque région, en fonction de la cote (sur 10) que l’Institut Fraser leur a accordée.
      À LIRE ÉGALEMENT: 
      57 écoles en forte progression
      Montréal
      Écoles publiques
         
      •9,9: Collège Saint-Louis
      Montréal
      •9,3: Vincent Massey
      Montréal
      •8,9: Royal West
      Montréal-Ouest
      •8,9: Académie de Roberval
      Montréal
      •8,5: École internationale de Montréal
      Westmount
       
      Écoles privées
        •10,0: Jean-de-Brébeuf
      Montréal
      •10,0: Jean-Eudes
      Montréal
      •10,0: Sainte-Anne de Lachine
      Montréal
      •10,0: Collège Pasteur
      Montréal
      •10,0: Sainte-Marcelline
      Montréal
       
      suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/11/10/le-top-5-des-ecoles-de-chaque-region
    • Par Laurent
      On adore les Québecois. On les aime tellement qu’on finit par les envier un tout petit peu. Beaucoup même. Alors oui, on ne veut pas trop se l’avouer mais il y a dans chaque Français, un Québécois qui s’ignore. Comment ça cette phrase ne veut rien dire ? Quoi qu’il en soit, voici 10 bonnes raisons d’effectivement jalouser nos cousins d’outre-Atlantique…
        1. Leurs expressions
      Quelques petits exemples ? « Il pleut à boire debout » (Il pleut comme vache qui pisse), « Tire-toi une bûche » (prends une chaise et assieds-toi), « Avoir des bibittes » (avoir des soucis)… C’est tout de même rigolo non ?
      2. Leur accent
      Car on a beau se moquer, l’accent québecois c’est quand même quelque chose. Grâce à lui, les Québecois sont reconnaissables, ils possèdent une vraie particularité. Accent québecois = meilleur accent du monde.

       
      3. Leur humour
      Stéphane Rousseau ça vous dit quelque chose ? Bon ok c’est pour rire. Enfin non justement ce n’est pas très drôle. Mauvais exemple. Cela dit, à part deux ou trois exceptions, la scène comique Québecoise est très vive, tout comme le cinéma. Et puis il en faut de l’humour pour encaisser les vannes sur l’accent à longueur de temps !

      4. Justin Trudeau
      On ne va pas rentrer dans les discours politiques mais il a l’air sympa non ce Justin ? Plus que le Bieber en tout cas, qui est lui aussi canadien, mais pas québecois. Ouf !

       
      5. Le Québec
      Ben oui tout simplement. Parce que le Québec c’est génial. Montréal bien sûr, l’une des plus belles et des plus accueillantes grandes villes du monde, mais aussi tout le reste. La nature sauvage, les paysages, le climat, les baleines, les écureuils, la proximité avec les États-Unis…
            6. La poutine
      Petit rappel : la poutine se compose de frites, de cheddar et de sauce brune. C’est sale et c’est bon. Certes, pas besoin d’être Québecois pour en manger ni même d’aller au Québec, mais force est de reconnaître qu’un peuple qui a inventé un truc pareil est forcément exceptionnel.
      7. Leur réputation
      Les Québécois sont aimables, ils sont serviables, hospitaliers et en plus ils sont beaux et sentent bons. Doit-on vraiment rappeler la réputation des Français à l’étranger ?
      8. Leur taux de chômage
      6,1% en août 2017 contre 9,6% pour la France. Ce n’est pas encore le plein emploi mais ils en sont moins loin que nous… Pas étonnant qu’il y ait entre 3000 et 4000 Frenchies qui décident de s’y établir de façon permanente tous les ans.
      9. ?
      10. ?
      source : Topito
      Lire et suite
    • Par VinceNC
      Bonjour,
       
      Nous envisageons une immigration au Quebec en famille. Toutefois, ma femme tient à continuer d'enseigner.
      Elle est professeur des écoles et à 9 ans d'ancienneté.
       
      J'ai 3 questions à poser à ceux qui ont un profil similaire :
       
      1. J'ai lu plusieurs posts qui illustrent les difficultés à obtenir l'autorisation d'enseigner puis à trouver un poste. Je me demande toutefois si ces retours reflètent des situations particulières où si c'est l'image d'une situation globale. Pour celles et ceux qui ont trouvé un poste, pouvez-vous rapidement me décrire votre parcours ? Pour les autres, vos difficultés ?
       
      2. Pour avoir l'autorisation d'enseigner, il faut justifier des 450h d'enseignement en psychopédagogie (de mémoire). Sachant que ma femme a eu la chance d'avoir le concours en candidat libre et qu'elle n'a donc pas fait la PE1, la PE2 permet-elle à elle seule de justifier de ce volume horaire ? (pas facile d'avoir les programmes de formation... mais ça vous le savez déjà !)
       
      3. Est-ce que le fait d'avoir des "qualifications" particulières est un atout pris en compte (maîtresse d'accueil, CAFIPEMF) ?
       
      Merci d'avance pour vos retour.
      Bonne journée
      Vincent
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles