Jump to content

des immigrantes qui s'ennuient à Quebec?


Recommended Posts

Je n'ai pas connu ce manque d'amitié Québécoise. Lorsque j'étais au Québec, j'ai eu très vite des amis et des vrais puisqu'on se contacte encore et ça fait 17 ans que ça dure. Je n'ai vraiment pas eu de difficultés, je ne me suis jamais sentie seule. Et je ne voulais surtout pas rencontrer des Français...Pourquoi? parce que tous ceux ( sauf un couple que j'adore) que j'ai rencontrés là bas se plaignait souvent, trop souvent à mon goût et j'en ai eu vite assez, je les fuyais.

Et j'ai été invité à des soupers sans connaitre vraiment les personnes ( Québécoises) qui m'invitaient. Soit on se plait ça clique ou soit ça fonctionne pas et on ne se ressemble pas. "Y a pas" de mal à ça.

Et je rejoins le discours d'Automne. C'est vrai que les Français ont cette "chiante" attitude du : " je t'ai invité, c’est à ton tour " et si on ne les invite pas de nouveau, on ne les voit plus ...en tout cas, ça se passe comme ça avec mes relations à la Française ....c'est pour ça d'ailleurs que je ne me suis pas refait d'autres amies...zut, je dois être trop cool ;°)) je déteste les obligations, tout ce qui n'est pas naturel et spontané.

Je te rejoins à 100% sur ce que tu viens de dire, notre vécu est quasiement similaire.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 74
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Je suis d'accord avec toi, FannyMelo, effectivement je peux comprendre que tu puisses trouver tannant le fait que tout le monde veuille t'expliquer comment se faire des amis alors que ce n'était pas t

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper.. moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser.. mai

Je trouve que ce que tu dis sur lamitié est faux . Mais si tu attend a ce que se soit le quebecois qui fasse tout pour créer une vrai amitié sans que tu ne fasse rien , alors il va rien se passée , u

  • Habitués

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

Link to post
Share on other sites

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

Est ce que les immigrants dans ton pays , par exemple boliviens et paraguéens, se font souvent inviter par des argentins ?

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

j'ai fais la remarque parce que j'ai vu beaucoup ce commentaire là des immigrants sur le forum.. mais c'était surtout les frustrés qui sont partis qui le disaient.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

Est ce que les immigrants dans ton pays , par exemple boliviens et paraguéens, se font souvent inviter par des argentins ?

Non, presque jamais, puis je pense souvent à ca.

Quand j'étais là-bas, j'ignorais complètement la vie des immigrants, parce qu'eux et moi vivions dans des univers parallèles.

Il y a quelques différences importantes entre l'immigration au Canada et en Argentine.

Au Canada il y a des programmes d'immigration où les gens sont selectionnés par qualifications, âge, langues, métier, etc.

En Argentine, les frontières ont été et sont toujours ouvertes à tout le monde.

95% ou plus des immigrants qui arrivent dans mon pays sont des gens qui viennent des endroits bien pires : la Bolivie

et le Paraguay, deux pays qui ont toutes sortes de problèmes de santé, analphabétisme, répression, etc.

Pratiquement personne d'un pays développé penserait à immigrer en Argentine (sauf quelques riches excentriques

Européens ou Nord-Américains qui adorent l'ambiance festive, le climat ensoleillé et doux, le BBQ, etc... et qui

des fois profitent un peu du bordel du gouvernement local).

En grande majorité, ce sont des paysans qui viennent travailler dans les récoltes, dans les mines, dans la construction,

puis une bonne partie ne parle même pas l'espagnol (ils parlent des langues autochtones).

Il y a 70 langues en Bolivie, puis juste la classe éduquée (5%) parle bien l'espagnol plus l'allemand ou l'anglais.

La classe haute Bolivienne immigre dans les pays qui parlent anglais ou allemand, pas en Argentine...

Même chose au Paraguay.

Les immigrants se frappent à deux murs dans mon pays : l'analphabétisme et la discrimination envers les Autochtones.

La plupart terminent par vivre au milieu de la campagne, des fois en dormant à la belle étoile, ou dans des bidonvilles.

C'est rare qu'ils arrivent à la classe moyenne, la plupart d'entre eux viennent avec des maladies tropicales sévères

puis meurent avant les 40 ou 50 ans, en plus de toute une vie de famine et sans soins médicaux.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

C'est vrai que les Français ont cette "chiante" attitude du : " je t'ai invité, c’est à ton tour " et si on ne les invite pas de nouveau, on ne les voit plus ...en tout cas, ça se passe comme ça avec mes relations à la Française ...

Ouais mais ... Pas tous, quand même :biggrin2:

Link to post
Share on other sites

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

Est ce que les immigrants dans ton pays , par exemple boliviens et paraguéens, se font souvent inviter par des argentins ?

Non, presque jamais, puis je pense souvent à ca.

Quand j'étais là-bas, j'ignorais complètement la vie des immigrants, parce qu'eux et moi vivions dans des univers parallèles.

Il y a quelques différences importantes entre l'immigration au Canada et en Argentine.

Au Canada il y a des programmes d'immigration où les gens sont selectionnés par qualifications, âge, langues, métier, etc.

En Argentine, les frontières ont été et sont toujours ouvertes à tout le monde.

95% ou plus des immigrants qui arrivent dans mon pays sont des gens qui viennent des endroits bien pires : la Bolivie

et le Paraguay, deux pays qui ont toutes sortes de problèmes de santé, analphabétisme, répression, etc.

Pratiquement personne d'un pays développé penserait à immigrer en Argentine (sauf quelques riches excentriques

Européens ou Nord-Américains qui adorent l'ambiance festive, le climat ensoleillé et doux, le BBQ, etc... et qui

des fois profitent un peu du bordel du gouvernement local).

En grande majorité, ce sont des paysans qui viennent travailler dans les récoltes, dans les mines, dans la construction,

puis une bonne partie ne parle même pas l'espagnol (ils parlent des langues autochtones).

Il y a 70 langues en Bolivie, puis juste la classe éduquée (5%) parle bien l'espagnol plus l'allemand ou l'anglais.

La classe haute Bolivienne immigre dans les pays qui parlent anglais ou allemand, pas en Argentine...

Même chose au Paraguay.

Les immigrants se frappent à deux murs dans mon pays : l'analphabétisme et la discrimination envers les Autochtones.

La plupart terminent par vivre au milieu de la campagne, des fois en dormant à la belle étoile, ou dans des bidonvilles.

C'est rare qu'ils arrivent à la classe moyenne, la plupart d'entre eux viennent avec des maladies tropicales sévères

puis meurent avant les 40 ou 50 ans, en plus de toute une vie de famine et sans soins médicaux.

Est ce que ca vient aussi du fait que la plupart des boliviens sont les descendants d'amérindiens alors que la plupart des argentins sont les descendants d'européens ?

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

J'en connais un qui a immigré en Argentine: il vient d'Ukraine.

J'ai de la famille au Paraguay, à Asuncion, et ils semblent adorer le pays...

Edited by Mark-Beaubien
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

J'en connais un qui a immigré en Argentine: il vient d'Ukraine.

J'ai de la famille au Paraguay, à Asuncion, et ils semblent adorer le pays...

Le Paraguay est un beau pays, les gens sont très sympa et cool, c'est juste que la grande majorité vit d`une facon très modeste,

puis leur gouvernement n'a pas les moyens de fournir des services adéquats en éducation, santé, autouroutes, etc.

J'ai connu quelques familles d'origine Ukrainienne en Argentine, mais ils étaient là depuis la I Guerre Mondiale, je ne savais

pas qu'il y avait des immigrants récents d'Ukraine là-bas.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

Est ce que les immigrants dans ton pays , par exemple boliviens et paraguéens, se font souvent inviter par des argentins ?

Non, presque jamais, puis je pense souvent à ca.

Quand j'étais là-bas, j'ignorais complètement la vie des immigrants, parce qu'eux et moi vivions dans des univers parallèles.

Il y a quelques différences importantes entre l'immigration au Canada et en Argentine.

Au Canada il y a des programmes d'immigration où les gens sont selectionnés par qualifications, âge, langues, métier, etc.

En Argentine, les frontières ont été et sont toujours ouvertes à tout le monde.

95% ou plus des immigrants qui arrivent dans mon pays sont des gens qui viennent des endroits bien pires : la Bolivie

et le Paraguay, deux pays qui ont toutes sortes de problèmes de santé, analphabétisme, répression, etc.

Pratiquement personne d'un pays développé penserait à immigrer en Argentine (sauf quelques riches excentriques

Européens ou Nord-Américains qui adorent l'ambiance festive, le climat ensoleillé et doux, le BBQ, etc... et qui

des fois profitent un peu du bordel du gouvernement local).

En grande majorité, ce sont des paysans qui viennent travailler dans les récoltes, dans les mines, dans la construction,

puis une bonne partie ne parle même pas l'espagnol (ils parlent des langues autochtones).

Il y a 70 langues en Bolivie, puis juste la classe éduquée (5%) parle bien l'espagnol plus l'allemand ou l'anglais.

La classe haute Bolivienne immigre dans les pays qui parlent anglais ou allemand, pas en Argentine...

Même chose au Paraguay.

Les immigrants se frappent à deux murs dans mon pays : l'analphabétisme et la discrimination envers les Autochtones.

La plupart terminent par vivre au milieu de la campagne, des fois en dormant à la belle étoile, ou dans des bidonvilles.

C'est rare qu'ils arrivent à la classe moyenne, la plupart d'entre eux viennent avec des maladies tropicales sévères

puis meurent avant les 40 ou 50 ans, en plus de toute une vie de famine et sans soins médicaux.

Est ce que ca vient aussi du fait que la plupart des boliviens sont les descendants d'amérindiens alors que la plupart des argentins sont les descendants d'européens ?

90% et + des Boliviens et des Paraguayéens sont d'origine Autochtone, puis en général ce sont les gens les plus pauvres.

Même chose au Pérou, en Équateur, au Guatemala, au Méxique, etc.

La discrimination contre les Autochtones est une réalité partout en Amérique.

Par exemple, il y a quelques années, la Bolivie a eu son premier président Autochtone (Evo Morales) depuis son indépendance,

le seul en 200 ans dans un pays où 95% sont comme lui.

Même cas au Pérou, avec l'ex-président Toledo au début des années 2000.

Les récensements Autochtones en Argentine montrent beaucoup d'écart selon à qui tu comptes comme un Autochtone.

Si tu comptes ceux qui ont un ancêtre Indien à quelque part, ils sont environ 20 ou 30% de la population, puis sont

largement défavorisés dans le milieu de travail donc une bonne partie vivent dans la misère.

Si tu comptes juste les Autochtones "pure laine" (pas de métissage avec d'autres peuples), ils sont environ 2-3%.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

C'est vrai que les Français ont cette "chiante" attitude du : " je t'ai invité, c’est à ton tour " et si on ne les invite pas de nouveau, on ne les voit plus ...en tout cas, ça se passe comme ça avec mes relations à la Française ...

Ouais mais ... Pas tous, quand même :biggrin2:

tu as raison de corriger, pas tous, mais n'empêche que je ne suis tombée que sur des gens comme ça...j'espère en rencontrer des "comme je les aime" c'est à dire simples et pas compliqués.

Link to post
Share on other sites

Je ne suis pas d'avis non plus qu'il est possible de classer la notion d'amitié selon les nationalités. J'entends par la que des gens superficiels et hypocrites on en a aussi plein en France. Personnellement des compatriotes "weird" j'en ai rencontre un paquet. Surtout ceux un PVT qui débarquent ici comme un cheveu sur la soupe et qui ne réagissent qu'aux bon plans "squat" mais qui s'en foutent du reste du monde. Ou encore les "beaufs" qui débarquent ici et qui trouve tout hors de prix parcequ'ils comparent le coût de la vie d'une ville comme MTL avec des coins comme la Creuse ! Aussi combien de fois j'ai entendu des compatriotes dire qu'il n'y a pas de culture ici, excusez mais sortez un peu de chez vous et intéressez vous a autres choses que ce que vous avez l'habitude de voir. Il n'y a pas que le Louvre, ou le château de Versailles dans la vie !

Bref des compatriotes j'en ai croise pas mal, et je ne suis vraiment pas sur qu'ils font de meilleurs amis ou qu'on ai forcemment davantage d'affinités.

Mais bon je comprends aussi que de temps à autres ça fait du bien de croiser des gens qui ont subit les même parcours ou expériences et se vautrer un peu dans la nostalgie mais bon c'est pas forcemment une garantie amicale non plus.

Après c'est vrai aussi que la solitude est un mal qui est très présent ici comme partout dans le monde occidental ou on a avant tout développe l'individualisme au détriment de la notion de famille, la solidarité etc... C'est vrai qu'il existe de plus en plus de divorce, de famille monoparentale, recompose, aventure d'une nuit etc.... Mais la encore est ce que l'on peut vraiment dire que cela est spécifique aux Québécois ?

Pour moi la réalité est toujours la même depuis la nuit des temps. Les véritables amis sont tellement rares qu'ils se comptent rarement sur les doigts des deux mains. Raison pour laquelle, on devrait essayer de chérir ceux que nous possédons déjà autant que nous pouvons.

PS: j'en connais aussi qui ont intégré des communautés très porte sur le "prosélytisme" genre secte en tous genre, témoin de Jéhovah, etc... Et du coup, ils se retrouvent jamais à cour "d'amis" même au 4 coins du monde.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Voilà en 3 lignes Tonohu a bien résumé. Je ne crois pas une seconde à la vrai amitié ici (pas la peine de m'incendier). Cela fait des lustres que je vis ici et en général j'ai un bon discernement. La vrai amitié c'est débarqué chez ton ami(e) sans protocole parce que tu as besoin de le/la voir, c'est après le travail ou le cours traîné un peu et aller prendre un café (j'ai jamais réussi à entraîner une personne après le boulot parce que j'avais envie de prolonger la discussion commencée dans l'ascenseur). Minute, j'avais 2 enfants en bas âge, ce n'était pas un prétexte pour moi de me débiner quand je sentais qu'une ou un collègue avait envie de discuter. Les collègues ne restent pas. Jamais, "le monde file chez eux" mais le lendemain au boulot on est les meilleures amies du monde !!! Je parle du boulot car c'est là qu'on passe les 3/4 de sa journée.

Ma fille a travaillé dans un grand journal où ils recevaient souvent des stagiaires de tous horizons et aussi de France. Un jour qu'on parlait elle m'a dit : j'ai remarqué que quand il y avait un 5 à 7 ou une rencontre au resto, nous-autres (les québécois, ma fille est totalement intégrée elle est arrivée à 3 ans et toute sa vie s'est faite ici, elle connaît les 2 cultures et très bien, mais se considère d'abord québécoise). Elle remarque donc que les stagiaires étaient oubliés. On ne les invitait tout simplement pas et en discutant avec eux ils lui ont révélé qu'ils ne comprenaient pas cette attitude même si la journée tout était super sympa !

Ma fille m'a dit : les québécois ont d'abord leur famille et après leurs amis d'enfance, les amis de leur chum. C'est leur cercle et il est très difficile d'y entrer. C'est comme ça, y a pas d'explication. Depuis cette constatation ma fille s'est toujours appliquée à intégrer tous les nouveaux lors des sorties. Voilà une des différences. Les gens en recherchent d'amitié québécoise font toutes les démarches qu'il faut pour aller chercher cette "amitié" mais c'est à sens unique. Je l'ai tellement pratiquée croyez-moi. J'ai des connaissances mais des vrais amitiés ! Nada ! Tiens comme c'est bizarre ! les plus longues amitiés que j'ai gardées (après 24 ans) ?....des français. Je jure que je ne l'ai pas fais exprès ! Elles ont durées toutes seules. Sans aucune critique de ma part heureusement qu'il y a d'autre attraits au pays mais "purée" que ce sujet sur l'amitié est délicat. SEULS les immigrants comprennent. J'ai très bien compris Fannymelo. Elle n'osait pas le dire clairement. Il faut savoir parfois lire entre les lignes. Et c'est vrai que chaque fois qu'un immigrant aborde ce sujet et ose dire qu'il n'arrive pas à se lier avec les québécois malgré qu'ils sont les plus gentils et les plus charmants de la planète. A chaque fois on lui tombe dessus pour lui donner les clés et solutions pour se faire des amis. La façon de faire ils l'a connaissent parce qu'ils l'ont appliqué déjà dans leur pays et ça a marché ! C'est pas pour rien que ce sujet est souvent évoqué.

J'espère que vous m'avez bien lu surtout entre les lignes ?

Cordialement.

Ton recit décrit à la perfection mon vécu (10 ans) ici.

Je me suis fait des amis Roumains, Argentins, Colombiens, Algériens, Tunisiens, Russes et Cambodgiens.

Mais des locaux? Zéro jusqu'à présent.

Toi qui vis a Montréal , as tu essayé de fréquenter des anglos ? Il parait que les anglos sont plus abordables que les québécois framcophones.

Peut-être que c'est vrai, je ne sais pas.

J'ai pas eu la chance de partager du temps avec des anglos dans une rélation autre que le travail (p.ex. l'école,

la garderie ou les voisins).

Justement , peut etre tu as de la misere a trouver des amis parce que tu cherches que dans le milieu du travail, alors que peut etre tes collegues de travail évitent de se faire inviter parce qu'ils veulent pas mélanger vie personelle avec vie professionelle.

Essaye de sortir avec des groupes de personnes qui ont les memes interets ou activités( sport, randonnées etc ..), il y a ce site web:

www.meetup.com/

Sinon tu peux renconter des gens qui apprennent l'espagnol et cherchent a pratiquer leur espagnol avec quelqu'un.

Merci pour les suggérences

Link to post
Share on other sites

j'ai souvent lu que les Québécois n'invitaient pas les amis à la maison à leur tour, pour souper..

moi même et les Québécois que je connais, invitent à leur tour... donc faut pas généraliser..

mais quand on invite quelqu'un à souper, pourquoi il faut toujours penser à 'la prochaine fois, ça sera son tour'.. pourquoi il faut tout de suite 'exiger' un truc en retour.. peut être que la fois d'après, ça sera pas l'autre qui va vous inviter à souper chez eux, mais il va faire autre chose.. genre vous donner une 'lift' quelque part, ou il va payer votre bière un soir..

pourquoi il faut 'calculer' l'amitié. style, elle m'a appelé cette fois ci, la prochaine fois ça devrait être elle...

n'importe quoi à mon avis.

en amitié, il n'y a pas d'égalité. chacun donne une partie de soi, chacun à sa façon.

Je comprends ce scénario mais c'est pas mon cas.

Plusieurs d'entre nous (les immigrants) ne cherchons pas à bâtir une amitié "karmique" où on donne quelque

chose pour recevoir une autre plus tard.

Est ce que les immigrants dans ton pays , par exemple boliviens et paraguéens, se font souvent inviter par des argentins ?

Non, presque jamais, puis je pense souvent à ca.

Quand j'étais là-bas, j'ignorais complètement la vie des immigrants, parce qu'eux et moi vivions dans des univers parallèles.

Il y a quelques différences importantes entre l'immigration au Canada et en Argentine.

Au Canada il y a des programmes d'immigration où les gens sont selectionnés par qualifications, âge, langues, métier, etc.

En Argentine, les frontières ont été et sont toujours ouvertes à tout le monde.

95% ou plus des immigrants qui arrivent dans mon pays sont des gens qui viennent des endroits bien pires : la Bolivie

et le Paraguay, deux pays qui ont toutes sortes de problèmes de santé, analphabétisme, répression, etc.

Pratiquement personne d'un pays développé penserait à immigrer en Argentine (sauf quelques riches excentriques

Européens ou Nord-Américains qui adorent l'ambiance festive, le climat ensoleillé et doux, le BBQ, etc... et qui

des fois profitent un peu du bordel du gouvernement local).

En grande majorité, ce sont des paysans qui viennent travailler dans les récoltes, dans les mines, dans la construction,

puis une bonne partie ne parle même pas l'espagnol (ils parlent des langues autochtones).

Il y a 70 langues en Bolivie, puis juste la classe éduquée (5%) parle bien l'espagnol plus l'allemand ou l'anglais.

La classe haute Bolivienne immigre dans les pays qui parlent anglais ou allemand, pas en Argentine...

Même chose au Paraguay.

Les immigrants se frappent à deux murs dans mon pays : l'analphabétisme et la discrimination envers les Autochtones.

La plupart terminent par vivre au milieu de la campagne, des fois en dormant à la belle étoile, ou dans des bidonvilles.

C'est rare qu'ils arrivent à la classe moyenne, la plupart d'entre eux viennent avec des maladies tropicales sévères

puis meurent avant les 40 ou 50 ans, en plus de toute une vie de famine et sans soins médicaux.

Est ce que ca vient aussi du fait que la plupart des boliviens sont les descendants d'amérindiens alors que la plupart des argentins sont les descendants d'européens ?

90% et + des Boliviens et des Paraguayéens sont d'origine Autochtone, puis en général ce sont les gens les plus pauvres.

Même chose au Pérou, en Équateur, au Guatemala, au Méxique, etc.

La discrimination contre les Autochtones est une réalité partout en Amérique.

Par exemple, il y a quelques années, la Bolivie a eu son premier président Autochtone (Evo Morales) depuis son indépendance,

le seul en 200 ans dans un pays où 95% sont comme lui.

Même cas au Pérou, avec l'ex-président Toledo au début des années 2000.

Les récensements Autochtones en Argentine montrent beaucoup d'écart selon à qui tu comptes comme un Autochtone.

Si tu comptes ceux qui ont un ancêtre Indien à quelque part, ils sont environ 20 ou 30% de la population, puis sont

largement défavorisés dans le milieu de travail donc une bonne partie vivent dans la misère.

Si tu comptes juste les Autochtones "pure laine" (pas de métissage avec d'autres peuples), ils sont environ 2-3%.

Donc si je comprend bien la situation de la Bolivie et du Paraguay ressemble a celle de l'Afrique du sud pendant l'Apartheid: une minorité de descendants d'européens qui gouvernent le pays et une majorité d'autochtones discriminés ?

En fait ces 90% d'autochtones auraient pu absorber ces 10% , . Est ce que ca vient du fait que dans ce pays , le mariage mixte n'est pas accepté socialement ?

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

J'ai une connaissance très vague de l'apartheid, pour moi c'est difficile de te donner une comparaison valide.

En Bolivie, les mariages mixtes sont rares, mais au Paraguay sont plus fréquents.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.




×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines