Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'travail'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 150 results

  1. Bonjour à toutes et à tous, Ma conjointe et moi venons d'obtenir notre CSQ dans le cadre du PEQ, c'est en partie grâce à l'aide précieuse de @kuroczyd et @PhilMP dans ce fil de discussion : merci beaucoup! Voici en très bref notre situation : Nous sommes un couple travaillant et vivant au Québec dont le PVT finit dans moins de 3 mois. Nous venons d'obtenir un CSQ par le PEQ et allons présenter notre demande de RP au fédéral. Nous sommes couverts jusqu'à la date de fin du PVT par une assurance privée. Nous comprenons bien comment déposer la demande de RP mais sommes perdus pour ce qui est de la prolongation du visa travail : Est-ce qu'il existe un guide déjà tout fait pour une situation comme celle-là? En recherchant je ne trouve pas grand-chose qui corresponde à notre situation présente. Je suis tellement paumé que je suis pas sûr d'avoir trouvé les bons formulaires! Est-ce que c'est bien ça : Demande de modification des conditions de séjour ou de prorogation du séjour au Canada à titre de travailleur ? Ou est-ce qu'il y a une trousse de demande spécifique à ceux ayant un CSQ? Si c'est la bonne trousse de demande, dans l'IMM5556 (la liste de contrôle) il est écrit : "Si votre employeur est dispensé de l'obligation d'obtenir une EIMT (Étude d'impact sur le marché du travail) auprès D'EDSC , il doit vous fournir le numéro de l'offre d'emploi pour que vous l'inscriviez dans votre formulaire de demande de permis de travail". Avoir un CSQ nous dispense d'avoir à fournir l'EIMT, correct? C'est quoi ce numéro d'offre d'emploi? Si on travaille déjà et qu'il n'y a pas forcément eu d'offre publiée pour le poste qu,est ce qu'on est supposés faire SVP? "Si vous travaillez dans la province du Québec, veuillez fournir un Certificat d'acceptation du Québec (CAQ)..." Mes recherches en ligne me disent que le CAQ c'est pour les étudiants / permis d'étude. Est-ce qu'il faut comprendre CSQ? "Si vous êtes un participant au Programme Expérience Internationale Canada (EIC), fournir une preuve d'assurance santé couvrant la prolongation de la durée de votre séjour au Canada" OK donc la RAMQ me dit qu'ils peuvent me couvrir mais il me faut le visa. Pour avoir le visa il me faut une assurance. Le chien qui se mord la queue. Pitié dites-moi qu'il y a une solution ici, et que je suis pas coincé à prolonger une assurance privée hors de prix? "SI VOUS ÊTES CANDIDAT D'UNE PROVINCE, VOUS DEVEZ FOURNIR" Si je comprends bien ils font ici référence au Programme des candidats des provinces, et le Québec n'en fait pas partie puisqu'ils ont leur programme à part c'est ça? "SI VOUS ÊTES L'ÉPOUX OU CONJOINT DE FAIT D'UN DÉTENTEUR DE PERMIS DE TRAVAIL OUVERT" Pas sûr de comprendre si la situation s'applique ici. L'idée est d'avoir ma conjointe qui fera la demande, et je viens me rattacher en conjoint de fait. Je pensais donc ne pas avoir de dossier à remplir et obtenir automatiquement un visa travail d'une durée identique au sien. Mais cette partie-ci laisse penser que chacun doit transmettre sa demande de de prolongation de visa: qu,est ce qui est correct SVP? D'avance un grand merci pour votre aide! Si j'ai manqué de clarté n'hésitez pas à me le dire! Bonne journée.
  2. Bonjour, Je rentre en France début mai après un peu plus de 3 ans au Québec. J'envisage de re-créer ma petite auto-entreprise en France (que j'avais avant le départ) pour faire quelques contrats et je sais que mon employeur québécois serait intéressé à me donner quelques mandats. Pensez-vous que cela soit possible et légal ? Je crois que oui car j'ai lu qu'on pouvait travailler pour des clients étrangers comme auto-entrepreneur. Mais je me questionne si c'est intéressant financièrement, sachant que je ne suis pas non plus dans un domaine où mon travail horaire a une valeur de fou... je vaux peut-être genre 70 ou 80$/h en indépendant... cela va-t-il vraiment être réaliste pour un québécois de payer en freelance sachant qu'il va y avoir la conversion $/€ qui va peut-être leur coûter un peu...? Bref si vous avez des infos là dessus ça m'intéresse et je vous remercie.
  3. Bonjour Mon futur employeur a envoyé ma demande de CAQ au service de l'immigration le 17 janvier (PTT avec une description de poste qui devrait être identifié par un CNP à processus simplifié). Le 31 janvier ils ont reçu l'accusé de réception du Provincial. Le 13 février ils ont reçu celui du Fédéral. A partir de maintenant combien de temps pour recevoir le CAQ ? Ai-je une chance de l'avoir avant fin février pour lancer mon préavis de 3 mois ? Bonne journée
  4. Bonjour, Ma femme, mon fils de 2 ans et demi et ma futur fille (naissance prévu pour mi-septembre) venons nous installer au Québec à partir d'octobre. Ma femme ne travaillera pas au moins pendant un an, mon fils ira sans doute à l’école vision de Québec, mon salaire sera de 64K annuel, environ 3160$ / mois REER et impôt déduit (dites moi si mes estimations sont fausses) J'aurai voulut avoir des conseils, déjà si toute fois avec ce salaire et une famille de 4 personnes, nous pourrons nous en sortir. Ensuite niveau, loyer actuellement nous cherchons un appartement en centre ville pour un loyer d'environ 850$, sommes nous dans le vrai ? Savoir si vous avez des avis sur l’École vision qui nous semble top, mais peut-être nous trompons nous ... De plus niveau nourriture à Quebec combien budgétiserez vous / mois ? (nous avons comptés environ 500$ par mois). En attendant de vous lire, bonne journée !! Camille et Andréa
  5. Bonjour à tous Je me présente, je m'appelle Cynthia. Je suis étudiante en échange international au Saguenay, pour normalement 5 mois. De ce fait, je n'ai aucun titre de séjour à l'exception d'un AVE, autorisation de voyage électronique, qui ne me permet pas de travailler ni de rester plus longtemps; Or j'aimerais travailler, et voyager, prolonger mon séjour. Je ne sais pas par où commencer ni comment m'y prendre. J'ai entrepris une demande de PVT il y a une semaine mais je ne mise pas beaucoup d'espoir là-dessus... J'envisage de demander un permis de travail ouvert et de postuler partout où je le pourrai... Est-ce que vous verriez d'autres solutions plus efficaces ? Est-ce que le permis de travail ouvert est compliqué et long à obtenir ? Ne vaut-il pas mieux que j'attende de trouver une offre et un employeur pour postuler à un permis de travail ? Qu'en dites vous ? Je vous remercie par avance de votre aide et vous souhaite à tous une belle soirée/journée !
  6. Bonjour a tous et a toutes, Je suis un étudiant étranger au Quebec depuis août 2016, ma formation finit dans quelques mois, mais j aimerais résider au Canada après la fin de mes études. La fin de mes études est le 24 Mars 2018, et l'expiration de mon permis d’études et mon visa c'est le 31 mars 2018 (7 jours seulement après la fin des études!!!) Que dois-je faire pour avoir la résidence permanente sans être oblige de retourner au pays.. C'est vraiment difficile a comprendre la procédure car il y a beaucoup de facteurs (Permis de travail Post-Diplôme, PEQ, CSQ, Visa..) Veuillez s'il vous plait m'expliquer ce qu'il faut faire je trouve de l'aide nul part.. Merci.
  7. Bonjour à tous Julien, 26 ans, Français, travailler 8 ans dans l'armée Française. Ça fais quelques années que ça me trotte, et j'ai donc pris la décision de partir vivre au Canada pour la suite de mon aventure. Je viens à vous car j'ai quelques questions en tête. Je vous explique mon cas ... J'ai un ami qui sait marié avec une Québecoise. Cela fais maintenant 5 ans qu'il vie à Montréal. Je souhaite le rejoindre, et travailler, dans la même entreprise de sécurité que lui. Il a déjà le statut de responsable. Je souhaites venir au Canada cette année, je peut avoir ce job, mais que si je passe la formation de 2 semaines qui est interne au Québec. Cette formation ce passe en interne directement au Canada. Une fois cette formation passé, l'entreprise serais prête à me prendre. De ce fait, que je n'ai pas de promesse d'embauche de ce job. 1. Es ce que je peut faire une demande de Permis ou de Visa sans avoir un job concret et trouver la-bas ? 2. Je ne sais pas quoi faire ( Visa, Permis ) ou autre ... Pour ensuite allais passer ma formation puis ensuite faire ma demande de Visa Permanent. ( une fois sur place ). Bonne journée à vous Je vous en remercie d'avance. Cordialement.
  8. Bonjour, J'ai actuellement 17 ans et je réside en France. Cet été je serais au Canada pendant la période juillet-août et j'aimerais savoir si il m'est possible de travailler la bas, en sachant que je possède la nationalité canadienne. Si oui quelles démarches dois je faire ? Et comment trouver ce travail tant que je ne suis pas sur place (tout type de travail me convient). Merci d'avance
  9. Bonjour a tous et a toutes, Je finirai mon DEP 1800h en telecom le 24 mars 2018, avec un visa et permis d’études encore valable pour quelques jours. L'agent de CIC m'a expliqué la procédure pour avoir le Permis de Travail Post-Diplôme (demander en ligne et payer les frais, cela peut prendre 1mois ou plus) Mais d’après plusieurs témoignages sur le forum, il y a la possibilité de faire un petit Tour de Poteau a Lacolle, payer les frais et avoir le Permis de Travail en moins d'une heure! Est-ce-que cette procédure est encore valable? est-ce-que ça inclus les personne de nationalité Algérienne? est-ce-que l'obtention du permis de travail post-diplôme va m'autoriser de demeurer au Canada? PS: mon visa(et permis d'etudes et CAQ) actuel a titre d’étudiant est valide du 27 Aout 2016 au 31 Mars 2018 J'ai hâte de lire vos réponses, merci infiniment!
  10. Bonjour, je suis actuellement tailleur de pierre sur Nantes (France 44) ,j'ai 28 ans et j'aimerai exercer mon métier au canada. Est-il possible d’être mis en contact avec des casses cailloux? Je suis preneur de bons plans et conseils. Bonne soirée à vous Robin
  11. Bonjour, Peut-être pourrez-vous m'aider : ma fille et moi sommes arrivées à Montréal il y a 2 mois avec des visas étudiants. Pour ma part, j'ai le droit de travailler jusqu'à 20h00 par semaine. Mais ma fille qui a 15 ans souhaite faire de la figuration, des photos publicitaires, en passant par une agence; le problème c'est que son permis d'étude ne l'autorise pas à travailler. Dois-je faire une demande de permis de travail pour elle, tout en sachant qu'elle est mineure ? Si d'autres personnes se sont retrouvées dans ce cas, merci de m'aider.
  12. Bonjour, Je suis résidente permanente au Nouveau-Brunswick depuis 5 mois. Juste AVANT notre mariage en Octobre dernier, mon époux a eu un rejet pour sa demande de visa touristique pour les raisons mentionnées dans l'image jointe. C'est vrai que sa situation financière et d'emploi n'est pas stable dans notre pays (par contre, il n'a jamais fait un voyage nul-part sur la planète Terre ! ). Maintenant après le mariage, on ne veut pas faire une autre demande de visa puisque sa situation d'emploi et financière n'a pas changé. On veut savoir si il pourrait faire une demande de travail ouvert pour me rejoindre en indiquant qu'il a une épouse avec le statut de RP (le temps que la procédure de parrainage se termine) et qu'il n'aura pas un rejet pour les mêmes raisons que le visa touristique ? Merci d'avance pour votre aide et vos conseils.
  13. Bonjour tout le monde, juste une question sur les agences de placement: est-ce que les candidats doivent payer pour leurs services? ou bien en cas de placement est-ce qu'une partie du salaire des candidats placés est prélevée pour les rémunérer pendant un certain nombre de mois? J'en entends de toute sorte, je voudrais savoir légalement comment les choses devraient se passer pour nous autres candidats et qu'est-ce qu'on devrait savoir en tant que candidat avant de signer avec une agence de placement? Merci!
  14. Une expérience positive et une intégration réussie au Québec sont avant tout question d’attitude adéquate et de modération de son niveau d’attentes, d’autant plus que la Belle Province fait rêver. La carte postale est belle : avec ses contrées immenses et sauvages, sa qualité et son niveau de vie, son assez faible taux de chômage (en juin 2015 : 6,8% au global, 8% au Québec), le Canada, et plus spécifiquement le Québec, n'en finit pas d'attirer les Français. C'est même de rêve qu'il s'agit, avec son cortège d'attentes... et de déceptions potentielles. Sandrine Théard, fondatrice de La Source Humaine, cabinet de conseil en recrutement, s'étonne de voir des Français « débarquer sans jamais être venus au pays, avec une espèce de pensée magique qui fera que tout se passera bien et se déroulera comme ils l'ont imaginé ». Pour cette Rennaise qui a immigré il y a vingt ans au Québec, une expérience canadienne réussie est avant tout question d'attitude adéquate et de modération de son niveau d'attentes. Compter deux ans pour retrouver un équilibre Le parcours des personnes qui s'y installent provisoirement dans le cadre d'une mobilité internationale au sein d'un grand groupe est généralement bien balisé ; nos conseils s'adressent plus aux autres catégories de personnes qui veulent vivre et travailler dans la Belle Province. Le jeune qui part dans le cadre d'un job étudiant ou d'un PVT (Programme Vacances Travail) et décide de rester ou la personne qui suit son conjoint sont des exemples parmi d'autres. Le premier tente, de visa en visa, de faire son chemin vers un statut plus définitif et doit être prêt à vivre la précarité. « Il lui faut bien connaître les délais de chaque visa, le nombre de fois maximal qu'on peut candidater et savoir quel critère favorisera l'acceptation de la prochaine étape : l'expérience par exemple », conseille Caroline Coulombe, professeure à l'ESG-UQAM. La seconde est parrainée pendant trois ans par son conjoint, que le couple fonctionne ou non. Comptez deux ans pour retrouver un équilibre après avoir fait les ajustements nécessaires entre vos attentes et la réalité d'un pays à deux saisons où l'hiver - et quel hiver ! - dure six mois. Le piège de la francophonie Les Français tendent à penser que la francophonie fait tomber les barrières. Elle fait plutôt tomber dans le piège d'une pseudo-proximité avec de soi-disant cousins. On croit arriver en terrain conquis or, l'Histoire ayant laissé des traces, les rapports franco-québécois sont ambigus. Pour les faciliter, soyez simple, respectueux et renoncez à affirmer votre opinion, de ce côté-ci de l'Atlantique, on privilégie le compromis. On est par ailleurs en pays nord-américain et bilingue, un bon niveau d'Anglais est requis. Il vient de passer un an au Canada. Directs, les Québécois n'en sont pas moins accessibles et affables. Gare à vous !, le tutoiement facile n'est pas une incitation à la familiarité et si par amour du folklore vous vous mettez à « sacrer » (jurer), ça ne passera pas aussi bien que vous le croyez : « C'est insultant et ce n'est pas drôle », prévient Caroline Coulombe. Le Québécois mérite sa réputation de personne très accueillante, mais sa courtoisie joue des tours en entretien de recrutement : Beaucoup de cadre dans le travail mais une notion plus libre du travail Pas de place pour l'improvisation dans les relations d'affaire et le quotidien de travail, cadré, formalisé, avec cependant plus de souplesse relationnelle et moins de compétition qu'aux États-Unis. Les retards en réunion ne sont pas tolérés, les journées commencent à 8h00 et finissent généralement à 17h00, la pause déjeuner d'une heure n'est pas totalement utilisée, on n'hésite pas à prévoir un rendez-vous à 13h00. Ce formalisme ne s'embarrasse pourtant pas de contrat de travail à la française : on parle de lettre d'embauche, on peut même s'en passer et c'est alors le bulletin de salaire qui fait foi. Venez donc sans Code du Travail, cela allègera vos bagages, votre état d'esprit et simplifiera vos relations professionnelles. L'époque de la préférence française est révolue Mais l'Eldorado de l'emploi n'existe pas plus au Canada qu'ailleurs. Le pays, et plus particulièrement le Québec, est ouvert aux forces vives étrangères mais les Français n'en sont que parmi d'autres. Il faut aussi différencier le Français qu'on va chercher pour pallier une pénurie de profils (principalement informaticiens et soudeurs) et celui qui vient chercher un job parfois la fleur au fusil et sans parler un mot d'Anglais. Par ailleurs, la reconnaissance des diplômes est un obstacle pour certains profils, du fait de l'existence d'ordres des métiers pour de nombreuses professions (infirmier, chimiste, ingénieur, enseignant, électricien, conseil RH...). Quand on a un statut social en France, il faut aussi avoir conscience qu'on ne retrouvera pas immédiatement le même au Québec. « L'humilité n'est pas la qualité première des Français, il faut pourtant accepter l'idée d'un petit pas en arrière pour vite grimper ensuite », recommande-t-elle. Enfin, les sièges sociaux des plus grandes entreprises sont généralement implantés à Toronto (Ontario), le marché québécois est donc un marché étroit pour les postes à responsabilité dans les fonctions stratégiques et les fonctions supports (Finance, Marketing...) Source
  15. Bonjour, je cherche à partager des témoignages et expériences avec des immigrants TQSQ résidents permanents arrivés récemment il y a moins de 6 mois disons... c'est à propos du travail, quel job avez-vous trouvé en premier, comment et au bout de combien de temps et surtout les difficultés à trouver une job dans son domaine moi je suis encore en attente des résultats de mon équivalence, et le centre qui me suit pour mon intégration n'arrête pas de me pousser vers les call centers en me débrouillant seule, j'ai pour l'instant trouvé une job en tant que vendeuse dans un magasin j'ai hâte de lire vos différents parcours, comment vous vous en sortez au niveau professionnel je précise récemment arrivé pour pouvoir m'identifier car c'est souvent les débuts qui sont difficiles, et c'est ce profil de nouvel arrivant qui m'intéresse l'évolution de ceux arrivés depuis un peu plus longtemps m'intéresse aussi bien entendu, surtout si elles donnent de l'espoir pour la suite ...
  16. Bonjour. Voici ma situation: je suis venu étudier au Québec en 2012 et diplômé d'un DEC en technologie minérale depuis 2015. J'ai ensuite poursuivi par des études en génie mais la formation ne me plaît franchement pas et j'aimerai arrêter mes études pour travailler. Est-ce possible selon vous de faire une demande de permis de travail post-diplôme alors que ça fait 1 ans et demi que je suis diplômé ? Je compte faire le tour de poteau à Lacolle et voir si c'est possible avec les agents d'immigration et si ça n'est pas possible quelles sont mes options pour rester travailler ?
  17. Bonjour, Je suis un jeune français de 18 ans qui rêve depuis quelques années de déménager de ma petite ville du Sud pour le grand Québec. Après des années de recherches assidues, je me rends compte que ce n'est pas si simple que ça. En effet, l'immigration demande de l'argent, des études et/ou un travail. Les banques françaises dû à mon jeune âge, me refusent catégoriquement le moindre petit prêt. De plus, mon idée première était d'aller au Québec pour la beauté du pays (enfin de la région) mais aussi pour les études. Or la phobie scolaire est passée par la, ce qui supprime l'option des longues et fastidieuses études. Je possède un niveau terminale littéraire (que je n'ai pas pu finir, de fait). Le Québec m'intéresse beaucoup, je suis très très motivé, c'est un vrai objectif de vie. Je suis prêt à accepter un travail qui ne correspond pas à mon domaine (c'est à dire le domaine littéraire) comme le service à la clientèle ou être commis de bibliothèque mais qui me permettrait de venir. Je maîtrise évidemment le français écrit et oral, ainsi qu'un anglais écrit et oral très correct. Mon objectif est de devenir canadien. Ce projet est-il viable ?
  18. Bonjour, Cela va faire 3 ans que je suis au Quebec en tant qu'étudiant français avec un permis d'étude et CAQ qui expirera d'ici la fin du mois d'août. Je suis donc dans l'obligation de faire renouveler mon visa, cependant on m'a offert l'opportunité de signer un contrat de travail pour une durée de 1 an dans une entreprise. Je souhaiterai arrêter les études (pour la simple raison que je considère que cela n'est pas fait pour moi), prendre cette offre d'emploi et ensuite peut être quitter le pays définitivement à la fin de ce contrat qui prendra fin d'ici Août 2019. J'aimerai donc savoir quelle type de demande de visa et quelles étapes dois je faire pour pouvoir rester encore 1 an ici, à Montreal en tant que travailleur. Merci !
  19. salut tous le monde .. je me suis inscris dans un site d'immigration au canada et j'ai reçu des documents concernant l'engagement ainsi que les factures a payer ..et la je suis vraiment inquiète si je serait dans une bonne voiequelqu'un peut m'aider
  20. Bonjour à tous Me voici au Québec depuis juillet de l'année dernière comme travailleur qualifié avec un permis jeune professionnel. Pour 24 mois soit la durée maximale, expiration en Juillet 2018. Un an à l'avance je vais demander la résidence permanente (CSQ+demande de résidence permanente au niveau fédéral). Dans le cas où ça prends plus d'un an pour l'avoir, il me faudra prolonger mon permis temporaire en attendant. Cependant le permis Jeune professionnel, ils disent qu'il ne peut être prolonger après 2 ans. Mon employeur voulant me garder, comment puis-je rester travailleur temporaire en prolongeant avec un permis temporaire, le temps de recevoir la résidence permanente? De plus j'ai ma blonde Québécoise ici et j'aimerais éviter de devoir rentrer pendant quelques mois si je n'ai pas reçu la résidence permanente... Merci à ceux et celles qui pourraient m'aiguiller
  21. Bonjour a tous, J'ai grand besoin de l'aide de la communaute, car voila des jours que je recherche une solution a ce casse-tete qu'est mon projet d immigration. Je m'appelle Valentin, 21 ans et recemment diplome universitaire. Je suis francais et resident des etats unis avec green card. Ma conjointe francaise (non-mariee/sans vie commune) et moi souhaitons nous installer a Montreal. Elle a deja un dossier pour rejoindre UQAM et etudier, donc elle sera en possession d'un permis d etude. Mais moi je n'ai pas encore trouve mon pass pour immigrer. J'ai deja une entreprise dispose a m'engage a Montreal, mais le poste ne qualifie pas pour que je vienne en tant que travailleur qualifie. A ma comprehension, tout travail necessitant l'études d’impact sur le marché du travail (EIMT) me discalifie directement, car l entreprise ne peux pas prouver que la position propose est suffisament qualifie (la main-d oeuvre locale est innexistante et l'entreprise doit faire appel a la main d oeuvre etrangere.) Alors me voila sans reelle solution, et je m embourbe entre les visas quebecois, canadiens, les pvt et autres. J'ai deja soumis un permis travail-vacance, mais il semble que cela se joue a la chance, et apres un mois d attente toujours rien. Si nous pouvions en discuter et trouver une solution a cette impasse, je vous en serais tous infiniment reconnaissant. N'hesitez pas a me poser des questions si ma situation n'est pas clair. Valentin
  22. bonjour, je suis débutant dans les démarches, je viens donc de m'inscrire dans ce forum pour apprendre, découvrir et comprendre comment immigrer au canada. beaucoup de choses m'interpelle, comme des appellations ou cigles (midi, pvt, 5000 premiers , etc) je vais donc commencer par le début, sur le questionnaire à remplir(pour avoir des points), je passe actuellement une formation BPJEPS qui n'est pas issu du format scolaire, mais format professionnel (réorientation).Je ne sais donc quoi mettre, (quelle équivalence, formation professionnelle, etc) ps : suis je au bonne endroit pour poster ce genre de sujet?
  23. Bonjour, J'avais posé quelques questions en 2016 sur le processus d'immigration. Pour me re-présenter rapidement, je vis en France et possède aussi la nationalité canadienne (ayant vécu 8 ans là-bas avec mes parents entre 1991 et 1999). Je vais me marier et on hésite encore entre le départ et la France, on est à l'âge du choix entre tenter une aventure et s'installer, et étant donné qu'on a pas croulé sous le confort pendant quelques années, le choix est d'autant plus difficile. J'ai pas mal lu sur le marché du travail canadien et ses particularités. Dans la théorie je saisis la démarche à suivre, en revanche j'ai des interrogations sur les possibilités. J'ai une Licence professionnelle en urbanisme/cartographie et ma compagne un Master 2 en développement durable. Je suis salarié et elle est fonctionnaire. Pour nous, s'installer au Canada c'est aussi l'occasion de changer de vie. On prend 30 ans cette année, on a pas encore d'enfant, donc on peut viser une autre direction. Nos reconversions porteraient sur : - Pour moi : la traduction En/Fr. J'ai déjà un blog bilingue et je me suis pris d'un sérieux intérêt pour le maniement des langues. - Pour elle : les entreprises, le commerce équitable, les fondations d'entreprises. Elle a un peu d'expérience dans le domaine et aspire à plus de mobilité et de dynamisme que la fonction publique qui n'a pas été un choix d'enfance, ça s'est fait par hasard. Je lis beaucoup de témoignages d'expatriés qui sont partis dans le cadre de leur entreprise ou avec une qualification désirée par le Canada. J'aimerais avoir des témoignages de gens venus s'installer sans cette facilité. Comment a été votre parcours ? C'est quoi le quotidien d'une jobine + formation pour être reconnu au Canada ? 15 000€ une fois sur place, est-ce suffisant pour se payer une reconversion, vivre, tout en ne touchant au départ qu'un salaire de jobine ? C'est un point que j'ai du mal à visualiser, donc je vous remercie à l'avance pour votre aide
  24. Bonsoir, Je suis actuellement doctorante en droit en Tunisie, et je voudrais savoir si mon doctorat sera reconnu au Canada et si je pourrais avoir le statut de juriste-docteur et éventuellement travailler là-bas sans refaire des études ou est-ce que je dois faire un test d’équivalence ou une autre procédure? ou bien suis-je face à une non-reconnaissance totale de mon parcours universitaire? et quels sont les domaines dans lesquels je pourrais travailler? Merci beaucoup pour vos réponses
  25. Bonjour,moi et mon mari (tous deux Suisses de 26 ans, sans enfants) sommes actuellement sous visa E2 en Floride depuis 2 ans, ou nous avons ouvert notre garage spécialisé dans les voitures anciennes (Seb's auto repair, google it!). Nous aimerions maintenant vendre notre affaire et partir pour le Québec afin de nous y poser, pour de bon cette fois. Je ne suis pas certaine de bien comprendre les démarches pour y parvenir, elles varient d'un forum à l'autre . Faut-il l'aide d'un conseiller en immigration ? (nous en avons pris un pour venir aux USA), quelle est le délais pour obtenir d'aller vivre et travailler au Québec ? Nous avons bien compris qu'il fallait remplir le Certificat de sélection du Québec pour obtenir un permis de résident permanent et que c'était long. Mais si mon mari (mécanicien et chauffeur poids lourd) trouve un emploi. Est-il possible de passer du visa de travail temporaire à un visa permanent depuis le Canada? Ici aux USA c'est très difficile voir impossible, à moins d'être riche ! Merci de votre aide, belle journée à vous Emilie & Seb
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines