Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'immigration'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Lounge
    • Bilans et tranches de vie
    • Retour dans son pays
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • Études et stages
    • PVT
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

  • JohnMike0209
  • neneh Blog
  • Je quitte le Québec après 6 années ...
  • dep
  • addi68 Blog
  • equivalence de TS algérien
  • Asian stocks rose
  • Malikaben
  • ISI Institut
  • changement d’études
  • Nanynouchette Blog
  • Immigrer au Canada
  • LOOMY Blog
  • Faycal
  • LOOMY Blog
  • br
  • LOOMY Blog
  • Gigita
  • Stanofo Blog
  • simoo122 Blog
  • ouhadj B
  • medamr Blog
  • Immigration
  • deborah0631 Blog
  • ICAM
  • Marie13005 Blog
  • lyly
  • futurquébecois Blog
  • tom willis
  • VM 10 février 2012
  • +91 9571230151 love problem solution baba ji in pune
  • chantalle Blog
  • serge
  • monley Blog
  • +91-8094945424~~LoVeproblem speCiaList in usa
  • monley Blog
  • Avoir des details
  • Comme une Fleur des Neiges
  • Immigrer au Canada - S'installer au Canada - TEF/TEFAQ
  • lestachesdefraise.com
  • lestachesdefraise.com
  • alya
  • Contrat de travail bien signer mais j'attends de puis un mois l'EMIT et le CAQ
  • Ngoin Njoffa Blog
  • Naima
  • Anneetsesdéboires Blog
  • jaco
  • Johann
  • Giress
  • louisepsy Blog
  • Dodomeya
  • sonia1801 Blog
  • Monregal, Canada
  • MEDIUM ABOUBACCA
  • Soulard angélique, Sophrologue
  • desir Blog
  • Olivier
  • Tribulations Montréalaises
  • du sérieux offre de prêt
  • Dim659
  • saida-mab Blog
  • cacadupon
  • Sayang Blog
  • offre de prêt rapide en heures
  • QUEBEC L EDEN
  • How we can reset pandora password
  • tpiiquebec Blog
  • William
  • Les bonnes Z'adresses de Québec
  • Notre expatriation au Quebec
  • Meilleurs quartiers à Montreal
  • Emmanuel
  • Frabrice Durand Blog
  • Tigresse
  • ana et moi Blog
  • kuizevich
  • HarmOny NoOdle Blog
  • lexpat
  • OFFRE DE PRÊT SANS AUCUN FRAIS A L'AVANCE
  • Blueberry
  • Commencer un projet d'immigration pour le Canada (peu importe la province), preference Francophone
  • Pat au Québec
  • Gislaine
  • Pour economiser à Montreal
  • NZM
  • rachelervane Blog
  • Prepress Softwares text'20
  • Wejdi Blog
  • Away With Your Fairies
  • Rencontre avec l'ours noir du Québec
  • IMMIGRATION: LE QUÉBEC ET LE CANADA RECRUTENT
  • Elle et lui au Québec
  • lacb17
  • Renseignements logement /travail
  • tabet Blog
  • The boo family's trip of life
  • Simo7 Blog
  • Benallal
  • verification de document produit
  • Madimadi
  • Richard.H Blog
  • Demande de Visa Refuser
  • snow white Blog
  • Ielts maroc marrakech
  • lebeaulino Blog
  • Rapport EDE (évaluation de diplômes)
  • ilara Blog
  • Ren0
  • OFFRE DE PRÊT A PARTIR DE 1.000$ JUSQU'A 250.000$
  • DM
  • QUEBEC
  • équivalence diplôme
  • 4baguettes-1poutine Blog
  • RRAMZI
  • Francais bientôt Canadien
  • Demande de visa après avoir reçu la V.E
  • Wikette Blog
  • Sophia11
  • beatricemontreal Blog
  • Bilan apres 10 ans en région éloignée
  • Nouvelle année
  • Massage Therapy For Anxiety And Depression:
  • Cardiotraining à Montréal
  • Polygamie
  • aureletyo Blog
  • des petits bouts de nous
  • Mathias Vitalis Blog
  • SAGESSEDIVINE Blog
  • Dominic80 Blog
  • Crokis Blog
  • Lei Zhou Blog
  • mochlos Blog
  • boris30 Blog
  • boris30 Blog
  • Terrain.ca
  • Un avocat en immigration au Québec
  • malha Blog
  • beabertarelli Blog
  • Etudier à Montréal
  • jadelidou Blog
  • chicharito Blog
  • Blog de 2blancs-becs à Québec
  • Comment bien démarrer son entreprise en restauration ?
  • Les conseils en TI d'Abacus RH
  • mial79 Blog
  • sophie.guincetre Blog
  • Goldenbear Blog
  • J'y vais?!
  • steph18 Blog Le Caribou
  • estrelasnoceu Blog
  • angel86 Blog
  • ass badiane Blog
  • gerbuz Blog
  • popo1421 Blog
  • Malachier Michel Blog
  • diryga Blog
  • _Mathilde_ Blog
  • mustogamb Blog
  • AudreyAlice Blog
  • mustogamb Blog
  • mustogamb Blog
  • mustogamb Blog
  • Block 5 Blog
  • pas pire pantoute
  • My name is Rash
  • celestinelau Blog
  • Les globe-trotteurs à Montréal
  • fabstribu01 Blog
  • isaora87 Blog
  • QUEL FRAIS A PAYER POUR PARRAINER MON EPOUSE AU CANADA?
  • c'est par où?
  • Parado Blog
  • Mon expérience canadienne
  • Petites histoires québécoises...
  • pepettepinson Blog
  • Vivre heureux Blog
  • aurelie47300 Blog
  • Marjo et ses hommes
  • Départ pour des études et plus si tout va bien
  • daya Blog
  • Blog de Fleur
  • Thibère et Oscar à Montréal
  • popo1421 Blog
  • Le Blog de Soulman
  • Les Aventuriers du Fjord
  • Le Blog de Soulman
  • Les Aventuriers du Fjord
  • Les Aventuriers du Fjord
  • Les Aventuriers du Fjord
  • Blog d'Aloane
  • I-bureau.ca Blog
  • Aloane Blog
  • maxilvient Blog
  • sandrine01 Blog
  • sandrine01 Blog
  • sandrine01 Blog
  • Destination Montréal en Famille
  • Grignette Blog
  • Ciboulette
  • Témoignage
  • Social Media Beerlot
  • Sauvez les caribous
  • Sauvez les caribous
  • ould tahar hocine Blog
  • sophie12 Blog
  • Sophie @ Sherbrooke
  • smithggg Blog
  • Denniss Blog
  • Denniss Blog
  • Denniss Blog
  • pitoura Blog
  • Denniss Blog
  • Le journal d'une Québecoise.
  • gaugeunie Blog
  • Denniss Blog
  • parabreizh Blog
  • VINCENT VIDEOTRON Blog
  • VINCENT QUEBEC CITY Blog
  • L'HIVER SELON JOSIE
  • L'hiver selon Josie
  • Le Blog de Daphnay
  • darceywade1992 Blog
  • Kristof-montreal Blog
  • Bientôt 5 ans au Québec
  • Furnished Apartments for Rental in Montreal Quebec
  • olivier26 Blog
  • octavie40 Blog
  • Sandrine BO Blog
  • Les Immigrants
  • zoh Blog
  • zoh Blog
  • Le blog de [email protected]
  • AirMontreal
  • ma vie automobile au Québec
  • aline sanchez Blog
  • aline sanchez Blog
  • franck.s Blog
  • Minh-Anh Blog
  • Grumpy
  • gilles2 Blog
  • Manappalaches Blog
  • VeraQuebec
  • lavaut Blog
  • SAQ Espace piquette.
  • 1 permis de travail, 2 enfants et 4 valises à Sherbrooke
  • MAITRE ATTANDE
  • Schlumper
  • bouadou
  • Mes aventures au Canada : viendez les gens, on va rire (de moi)
  • permis travaille
  • salma
  • AMAL
  • Mes aventures au Canada
  • Interconnexion - Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Mylene12
  • chaumierjerome12
  • Marie Faurgax
  • Chouquette
  • Crikay
  • Marty's bolg
  • BALDACCIONI
  • Rapprochement familial depuis la France
  • serge
  • Grand MAÎTRE Zo A VOTRE SOUTIENS 24 Hrs / 24 HEURS Mes CONTACTE : (+229) 98 16 56 89 Ou (00229) 98 16 56 89.
  • benjaouahdou
  • irmaledon777
  • LOBB
  • garderie au petit Paris j4w3e6
  • jean-noel150
  • En attente d'examen préliminaire
  • masson
  • jULIE
  • hutihuti
  • Retour au bercail
  • GRAND MAITRE MEDIUM LATERRE
  • BUY QUALITY FAKE/REAL PASSPORTS,DRIVER'S LICENSES,VISAS,ID CARD,CERTIFICATE([email protected])
  • Backdraft
  • Jennfa06
  • MARABOUTAGE AFRICAIN TRÈS EFFICACE
  • savoy
  • $100Metro Gift Card Today

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

  1. Apprendre le français : un projet d’immigration trop ambitieux ? Je lis fréquemment le bilan des immigrants francophones, mais je vois rarement les témoignages de ceux ou celles qui arrivent d’ailleurs, notamment, des pays de l’Europe de l’Est où l’on a notre propre langue distincte. Dans cet article, je partage avec vous mes expériences en tant qu’immigrante allophone. Pour commencer, au Canada, un allophone est une personne qui a pour langue maternelle une autre langue que l'anglais ou le français. Le topic est important car au Québec comme d’ailleurs au Canada, les immigrants arrivent des 4 coins du monde sans nécessairement connaître les deux langues officielles du pays. Comme pour n’importe qui, leur but est de s’intégrer le plus rapidement possible dans le nouveau pays d’accueil. De la Hongrie, je suis arrivée à Kirkland au Québec, il y a une dizaine d’années dans l’objectif d’améliorer mon anglais, sans intention d’y immigrer de façon permanente. Néanmoins, suite à quelques aller-retours, j’ai décidé de m’installer. Je savais bien que si je reste au Québec, l’anglais ne suffirait pas, et il faut qu’éventuellement j’apprenne le français aussi. Jeune, ambitieuse et surtout très naïve, j’étais prête pour ce nouveau défi. J’ai trouvé que les cours de français offerts pour les nouveaux arrivants ne me rendaient pas loin. Par conséquent au lieu d’aller étudier en anglais à Concordia ou à McGill qui aurait été plus facile dans mon cas, je me suis inscrite à l’UQAM où j’ai obtenu mon baccalauréat après 7 ans d’études en français. Malgré toutes ces années d’études, je me suis rendue compte que le français est une langue qui ne s’apprend pas !!! Certes, je parlais bien, j’avais des bonnes notes à l’école, mais les fautes de langue seconde typique ne voulaient pas disparaître ! Le genre des mots, les prépositions entre autres restent un défi constant. Cependant, j’ai déjà trop investi dans cette langue et c’était trop tard d’abandonner. Aujourd’hui, (12 ans plus tard) en étant plus intelligente, plus mature et certainement moins naïve, je dirais que le Québec est une belle place pour s’installer pour les gens d’issus des pays francophones (France, Belgique, Maghreb etc…). Mais pour les immigrants allophones comme moi, malheureusement ce n’est pas une place propice pour s’intégrer facilement. Je suis toujours surprise quand j’entends le parcours de mes amis français que dans quelques semaines après leur arrivée, il y avait déjà un emploi. Malheureusement, moi je ne connais pas ça. De mon côté, cela m’a pris plus de 8 ans pour décrocher mon premier travail professionnel en tant qu’intervenante dans un petit centre communautaire au Parc-Extension à Montréal. J’ai lu l’autre jour dans un article qu’un immigrant perd automatiquement 7 ans de sa vie à apprendre une nouvelle langue à parler, à écrire correctement, à faire de petits travaux pour subvenir à ces besoins avant d'avoir un emploi intéressant. Par mon vécu personnel, je confirme les dires de cet article, sauf qu’au Québec le degré de difficulté est doublé, car il est vital d’apprendre les deux langues officielles. Tout cela étant dit, je crois que j’ai réussi mes objectifs et mes efforts seront payants. Cela fait 3 ans que je vis au Nouveau-Brunswick. Je viens d’être diplômée à la Faculté de droit de l’Université de Moncton et bientôt je vais être une avocate. Le chemin pour m’y rendre était long et très demandant. Cela a puisé toutes mes énergies et ma jeunesse. Pendant que mes amis ont une carrière, une maison, des enfants, moi, tout ce que j’ai: c’est « ma propriété intellectuelle ». Quant à la langue de Molière, nous avons une relation d'amour et de haine. Je l’apprends encore et je l’apprendrai probablement pour le reste de mes jours. La différence entre avant et maintenant est que j’ai accepté qui je suis et comme je suis. À ce jour, je me focalise plus sur le fond que sur la forme. D’après moi, une langue bien maitrisée est la clé pour toute immigration réussie. En conséquence, elle peut aussi bien faciliter que ralentir le chemin vers le succès. Monika Kimmel, Moncton, NB Apprendre le français un projet d’immigration trop ambitieux Monika Kimmel.docx
  2. Bonjour à tous, Tout d'abord avant même de me présenter je tiens à remercier les administrateurs et modérateurs du site immigrer.com, qui nous fournissent dans nos interrogations des éléments de réponses très importants et des articles de qualités très pertinents. Je vais commencer par me présenter : Je suis consultant en sécurité informatique, et après une participation aux Journées Québec à Paris, je suis entré en processus de recrutement pour une cabinet canadien. A la suite de ce processus, j'ai très récemment reçu une réponse positive et donc un visa de travail et un contrat de travail permanent. (je suis donc vraiment très très content ). Cependant je suis actuellement en couple avec une jeune femme depuis 2 ans, mais nous n'habitons pas ensemble, de ce fait, elle ne peut bénéficier de mon visa de travail (conjoint de fait : vivant depuis 12 mois ensemble). Son visa de travail ouvert n'est donc pas possible. Ainsi en consultant la définition de "époux" sur le site de l'immigration il est simplement question d'un mariage légal entre deux personnes mais en aucun cas des notions de temps ou de logement en commun sont notifiés. Ma question est donc la suivante : Quelqu'un a-t-il déjà été dans la même situation ? A savoir que même après de multiples recherches, le sujet reste assez flou et rien ne porte à croire qu'elle ne pourrait pas bénéficier de mon visa s'y nous nous marions. Je vous remercie tous déjà de m'avoir lu jusqu'au bout et des éventuelles réponses. Si plus de précisions sont nécessaires n'hésitez pas.
  3. Bonjour à tous et à toutes ! Mon conjoint à été accepté dans une école à Montréal pour une session de 12 mois qui commence en Septembre.En étant sa conjointe de fait je voudrais naturellement pouvoir le suivre en demandant un permis de travail ouvert pour accompagnante d'étudiant. Le gouvernement du Canada demande de prouver pour lui seul une capacité financière à hauteur de 11 000$ CAD pour les 12 mois.Sois 917$/mois en plus des frais de scolarités ( 17 455$ CAD ) lors de sa demande de permis d'étude, ce qui fait un total de 28 455$ CAD. J'ai donc plusieurs questions à vous poser : 1 - Dois-je faire une demande de CAQ moi aussi ou dois-je seulement payer les frais ? 2 - Si je dois payer les frais comment est-ce que je doit faire ? 3 - Puisque mon conjoint justifie déjà de frais de 11 000$ CAD et que nous allons vivre ensemble est-ce que je dois moi aussi justifié de ressources financières ? Sachant que nous avons un compte commun et que je dispose d'environs 8000$ CAD pour mes propres besoins. 4 - Si oui de combien devons nous disposer mon conjoint et moi pour pouvoir être éligible ? Sachant que je vais travaillé une fois sur place et sans compter les frais de scolarités de 17 455$ ? 5 - Est-ce que mon conjoint dois justifier nos capacités financières lors de sa demande de CAQ ou seulement lors de sa demande permis ?Merci d'avance pour vos réponses ?? Dikra.
  4. Bonjour à tous, Avant de lancer la procédure d'immigration pour venir travailler au Canada, je souhaiterais avoir une info que je n'arrive pas à trouver sur le site du gouvernement: je suis français et souhaite venir au Canada dans une province anglophone de préférence; puis-je passer le test linguistique français (TEF) par défaut car c'est ma langue maternelle ou dois-je passer absolument l'IELTS ? merci pour vos réponses.
  5. Allo tout le monde, Je suis étudiante et je dois rentrer en France cet été, j'aimerais savoir de quel bord je dois passer au retour a l'aéroport de montréal ? Et est-ce qu'il y a un papier a prendre (ou a payer au Québec) pour ce voyage (genre pour me permettre de sortir du territoire ou je ne sais pas trop, j'ai des amis qui m'en ont parlé mais je ne sais plus c'était quel papier? Dois-je m'inscrire pour le PARAFE ?
  6. De l'argent contre une offre d'emploi au Canada PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 17 H 21 CBC a enregistré des conversations téléphoniques entre la propriétaire du magasin de tissu Fabricland de Prince Albert, Barb Reid, et le consultant en immigration Bill Sui. Photo : Radio-Canada L'équipe d'enquête de CBC a enregistré des extraits de conversation qui suggèrent qu'une firme de consultants en immigration a offert de l'argent à une entreprise de la Saskatchewan en échange d'une offre d'emploi promise à un ressortissant chinois. Il s'agit d'une procédure illégale, selon un expert en droit de l'immigration. Il y a quelques semaines, la propriétaire du magasin de tissu Fabricland de Prince Albert, Barb Reid, dit avoir reçu une visite inattendue à son commerce, celle d’un consultant en immigration. Selon elle, le consultant Bill Sui lui a indiqué qu’il avait beaucoup de clients chinois qui voulaient immigrer au Canada et lui a demandé si elle était disposée à offrir un emploi à l'un d'entre eux. Barb Reid raconte avoir trouvé l’offre étrange. Elle a donc contacté CBC. L’équipe d’enquête de CBC a alors enregistré deux de ses conversations téléphoniques subséquentes avec le consultant. Lors de l’une d'entre d’elles, Bill Sui dit qu’en échange d'une lettre garantissant une offre d'emploi, son entreprise établie à Vancouver, Vstar International, paierait le salaire et les avantages sociaux d'un travailleur chinois pendant trois mois. Comme incitation supplémentaire, le consultant a offert 15 000 $ à Barb Reid, montant qu’il a qualifié de « frais de formation ». Dans la conversation enregistrée par CBC, Bill Sui a indiqué que Vstar International payait généralement ce montant comptant. « Généralement, nos propriétaires d’entreprises ont un revenu personnel vraiment élevé, alors je leur donne simplement de l'argent pour leur faire économiser de l’impôt », a-t-il dit pout se justifier. À lire aussi : Enquête sur des pratiques douteuses des banques Le gouvernement de la Saskatchewan associé à un homme qui était recherché pour fraude 200 000 $ pour immigrer au Canada CBC a également voulu savoir combien d’argent Vstar International demande aux ressortissants chinois qui veulent immigrer au Canada. L’équipe a donc demandé à une journaliste d’origine chinoise de CBC à Toronto, Sharon Wu, d’appeler l'entreprise et de se faire passer pour une Canadienne voulant aider ses parents chinois à obtenir la résidence permanente au Canada. La propriétaire de Vstar International, Nicole Sun, lui a répondu que l’entreprise dispose d'un bassin d'emplois canadiens. Elle a aussi indiqué que son entreprise facture 200 000 $ pour une demande d'immigration pour travailleur qualifié. « Ces 200 000 $ devraient être suffisants. Il s'agit des frais d'inscription pour l'ensemble du processus de demande d'immigration. C'est l'argent que vous devez payer pour que votre famille obtienne le statut de résident permanent », a expliqué Nicole Sun à Sharon Wu. suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1040582/emplois-immigrants-chinois-argent-saskatchewan
  7. Bonjour à toutes et à tous, Avec ma femme mon fils mais sans mon domaine, avons pour projet de traverser l'océan pour rejoindre cette grande région Un projet mûrement réfléchit, mais un grand inconnu pour nous. Nous souhaitons travailler tous deux en qualité d'infirmier, afin de connaitre une nouvelle facette de notre profession. Par ou commencer ? la est la question. Nous nous sommes renseignés sur de nombreux sites qui sont proposés, et nous avons commencé par demander un permis d'exercice auprès de de l'OIIQ. Puis nous avons commencé à constituer notre ProjetQuebec sur le site immigration Quebec. Programme régulier - Travailleurs qualifié. Nous rencontrons une première difficulté quant au remplissage des multiples critères, notamment celles des compétences linguistiques ou il nous est demandés de fournir des diplômes de connaissance des langues. Car aucune équivalence d'un BAC+3 n'est accessible et selon les lectures malgré cela il faut quand même présenter un examen afin d'avoir un de ces diplômes (TCFQ ou autres). Le passage du TCFQ vaut 230€. Pour l'anglais je peux comprendre. Que devons nous faire ? payer ces 230 € juste pour le français à cela il faut rajouter l'anglais, ou ne pas y répondre et laisser les items et perdre un quantité de points pour l'immigration ? Merci de nous faire part de vos conseils. Je tiens à prendre les points les après les autres sachant que j'aurais de très nombreuses questions. Comme trouver un travail avant de faire toutes les démarches ? Combien de temps cela peut prendre ? Scolarisation d'un enfant au Québec etc.... Merci. Anne-Flore Florian et Marcel
  8. Bonjour à tous, J'ai immigré au Canada de puis 2011 toute seule avec mes enfants et nous avons obtenu la citoyenneté. En 2016 pendant mes vacances au pays, j'ai rencontré mon homme et nous nous entendons bien malgré la distance. Nous ne sommes pas encore mariés mais nous comptons le faire. Il souhaite me rejoindre au Canada. Il a voulu faire sa démarche tout seul avec ses enfants et me rejoindre. Je trouvais la procédure longue surtout avec tous les changements qui sont faits J'ai proposé de le parrainer mais, il y a une situation pour laquelle j'aimerais avoir vos conseils et expériences. Mon homme a un enfant et en a adopté 3 autres de sa sœur qui ne pouvait plus s'en occuper. Au total 4 enfants dont un seul signe son nom. Dites-moi si vous avez déjà entendu parler ou vécu un parrainage avec des enfants adoptés? Est-ce possible et quelles sont les difficultés auxquelles on peut s'attendre. Je ne veux pas nous perdons temps et argent. Merci pour vos contributions. Au plaisir de vous lire. Marbene
  9. Bonjour à tous, avez-vous déjà eu recours à l'association Legit-Québec ? Pour quels services ? Quelle a été votre expérience ? Merci
  10. salut tous le monde .. je me suis inscris dans un site d'immigration au canada et j'ai reçu des documents concernant l'engagement ainsi que les factures a payer ..et la je suis vraiment inquiète si je serait dans une bonne voiequelqu'un peut m'aider
  11. Quand la mort frappe l'immigrant Un ouvrage s'intéresse au processus de deuil des personnes immigrantes. Par Valérie Martin 9 MAI 2017 À 15H39 Le deuil est difficile à vivre pour tous, mais compte tenu des embûches particulières auxquels ils doivent faire face, ce processus peut devenir encore plus douloureux pour les immigrants.Photo: istockphoto.com Comment les immigrants vivent-ils le deuil d'un être cher? Où souhaitent-ils mourir? Et selon quels rituels funéraires? Publié aux éditions des Presses de l'Université de Montréal, l'ouvrage collectif Quand la mort frappe l'immigrant. Défis et adaptations fait suite à une recherche menée par la professeure de l'École de travail social Lilyane Rachédi. «Il existe très peu d'études sur la mort des migrants et pourtant c'est une réalité de plus en plus marquée au Canada et ailleurs dans les sociétés occidentales», remarque la chercheuse, qui codirige l'ouvrage en collaboration avec la diplômée Béatrice Halsouet (Ph.D. sciences des religions, 2016). L'étude, qui s'est déroulée de 2013 à 2016, visait à mieux comprendre le vécu de personnes immigrantes installées à Montréal ayant vécu le deuil d'un être cher survenu en terre d'accueil ou dans le pays du défunt. Afin de mieux documenter ces processus de deuil, la chercheuse et ses collègues ont réalisé des entrevues auprès d'immigrants endeuillés de confession musulmane, hindoue et chrétienne. Le deuil est difficile à vivre pour tous, mais compte tenu des embûches particulières auxquels ils doivent faire face, ce processus peut devenir encore plus douloureux pour les immigrants. Contrairement aux natifs, les immigrants doivent composer avec le contexte culturel et juridique de leur société d'accueil qu'ils ne connaissent pas toujours très bien. «Les lois et les règlements québécois ont été conçus pour une société blanche, francophone et judéo-chrétienne, rappelle Lilyane Rachédi. C'est le contexte de la majorité. On n'a pas pensé que les immigrants allaient vieillir et mourir ici.» La mort d'un être cher peut même remettre en cause le projet migratoire. «Avec la migration, l'immigrant fait le choix de quitter son pays, explique la chercheuse. Certains endeuillés vont se sentir coupables d'avoir laissé leur famille et regretter leur choix, poursuit-elle. Pourtant, où que l'on se trouve, on ne protège pas les gens de la mort…» Voyager à l'étranger pour assister aux funérailles du défunt peut être un projet plus coûteux que prévu, ce qui vient du coup amplifier la douleur de la perte. Il y aussi le manque de temps et de souplesse des conditions de travail. «Les employés endeuillés ne peuvent pas toujours prendre de longs congés pour se déplacer, souligne Lilyane Rachédi. Il peut aussi être difficile pour un réfugié de voyager à l'étranger, puisqu'il n'a pas toujours de documents valides pour le faire.» Nouveaux rituels Heureusement, les nouvelles technologies mettent un baume sur la souffrance. «Grâce à Skype, par exemple, les endeuillés peuvent se sentir plus proches de leur famille, participer à l'organisation des funérailles et y assister en ligne», illustre la professeure. Via les médias sociaux, ils peuvent aussi participer à des groupes de soutien en ligne ou à des plateformes commémoratives telles que blogues ou forums en hommage au défunt. Les pratiques funéraires associées à la mort et au deuil sont flexibles et modulables, en fonction des contextes ou pour mieux respecter les lois en vigueur dans la société d'accueil. Certains endeuillés prendront part à des funérailles au pays d'accueil et au pays du défunt tandis que d'autres organiseront des funérailles différées lorsqu'ils auront accumulé assez d'argent pour se rendre au pays du défunt. Les personnes immigrantes endeuillées réussissent ainsi à bricoler différents arrangements funéraires pour honorer leurs êtres chers. suite et source: http://www.actualites.uqam.ca/2017/quand-la-mort-frappe-l-immigrant
  12. Bonjour a tous, J'ai grand besoin de l'aide de la communaute, car voila des jours que je recherche une solution a ce casse-tete qu'est mon projet d immigration. Je m'appelle Valentin, 21 ans et recemment diplome universitaire. Je suis francais et resident des etats unis avec green card. Ma conjointe francaise (non-mariee/sans vie commune) et moi souhaitons nous installer a Montreal. Elle a deja un dossier pour rejoindre UQAM et etudier, donc elle sera en possession d'un permis d etude. Mais moi je n'ai pas encore trouve mon pass pour immigrer. J'ai deja une entreprise dispose a m'engage a Montreal, mais le poste ne qualifie pas pour que je vienne en tant que travailleur qualifie. A ma comprehension, tout travail necessitant l'études d’impact sur le marché du travail (EIMT) me discalifie directement, car l entreprise ne peux pas prouver que la position propose est suffisament qualifie (la main-d oeuvre locale est innexistante et l'entreprise doit faire appel a la main d oeuvre etrangere.) Alors me voila sans reelle solution, et je m embourbe entre les visas quebecois, canadiens, les pvt et autres. J'ai deja soumis un permis travail-vacance, mais il semble que cela se joue a la chance, et apres un mois d attente toujours rien. Si nous pouvions en discuter et trouver une solution a cette impasse, je vous en serais tous infiniment reconnaissant. N'hesitez pas a me poser des questions si ma situation n'est pas clair. Valentin
  13. Une histoire de l’immigration française PHOTO COURTOISIETransposer la France — L’immigration française au Canada (1870-1914) Paul-André Linteau, Yves Frenette, Françoise Le Jeune Éditions du Boréal JACQUES LANCTÔT Samedi, 29 avril 2017 18:03MISE à JOUR Samedi, 29 avril 2017 18:03 L’immigration a toujours été au cœur des préoccupations du Québec. Après la défaite de 1760, le Québec se retrouvera orphelin. Nombreux seront ceux, parmi les plus cultivés, à retourner en France, abandonnant le petit peuple à son triste sort. Suivra une période de repli qui s’étalera sur une centaine d’années. Entre 1765 et 1865, à peine 1487 immigrants français s’établiront ici, «soit une moyenne d’une quinzaine par année», dont plus du quart proviendra des communautés religieuses. Il s’agit surtout de religieux qui fuient la Révolution française. Ils propageront leurs idées contre-révolutionnaires, lors des insurrections patriotiques de 1837-1838, en luttant contre le laïcisme et le républicanisme des patriotes. Pour mieux contrôler corps et esprits, ils investiront dans l’assistance aux pauvres, les ­hôpitaux et l’éducation. Leur influence ­perdurera jusqu’à la Révolution tranquille. Selon les auteurs, il faut distinguer trois vagues importantes d’immigration française. On connaît bien la première, qui commence avec la Nouvelle-France et se termine en 1760, mais la seconde, qui ­débute une centaine d’années après la ­défaite, soit en 1870, et s’étendra jusqu’à la Première Guerre mondiale, est moins connue. C’est à cette époque, soit après l’imposition de la constitution canadienne de 1867, que le Québec perdra ses principales prérogatives en matière d’immigration. «Dans les faits, les provinces perdent tout droit de regard dans le recrutement et la sélection et doivent se contenter de jouer un rôle d’accueil, en ­aidant les immigrants à s’installer.» Attirer les français Le gouvernement canadien n’est pas très empressé de promouvoir l’immigration française, préférant celle des colonies britanniques. D’ailleurs, en Europe, le bureau d’immigration française sera basé à... Londres! Cependant, on multipliera les ­efforts pour inciter les Français de tous les horizons à venir s’installer ici. Même le curé Labelle, «le roi du Nord», ira vanter en France les mérites de la colonisation. Malheureusement, tous ne prennent pas souche ici et ils sont nombreux à retourner dans leur patrie, à la suite d’échecs professionnels, ou en raison de difficultés à s’adapter au climat. Cela vaut encore pour aujourd’hui: on estime qu’au moins le quart des immigrants français quittent le Québec quelques années à peine après leur arrivée. L’immigration française aura un impact direct sur la société québécoise. Elle contribuera à l’épanouissement de la langue ­française, toujours menacée, mais aussi au resserrement des liens culturels, à travers les livres, le théâtre, les arts visuels, le ­cinéma, le journalisme, entre autres. suite et source: http://www.journaldemontreal.com/2017/04/29/une-histoire-de-limmigration-francaise
  14. Vivre a l'etranger avec des enfants nous a amene a redefinir nos relations familiales. Fini les grands repas de famille le dimanche. Fini de deposer les enfants chez leurs grands-parents pour la fin de semaine. Fini les tartes de bonne maman. Fini les histoires de grand-pere les soirs d'hiver. Avec la distance, il a fallu reinventer le role des grands-parents. Base arriere ? Aussitot que nous avions projette de partir vivre au Canada, nous avons commence a trier et vendre. Nous avions aussi decide qu'apres notre voyage exploratoire, nous retournerions vivre quelques mois chez nos parents. L'opportunite de : faire des economies; etre prets a repartir au Canada rapidement et le plus leger possible; partager un maximum de temps ensemble; nous menager un endroit ou rebondir en cas de retour. Les enfants ont beaucoup apprecie. Leurs grands-parents aussi. Relation a distance ? Dans notre panoplie d'immigrants nous avions : des telephones intelligents, des tablettes connectees en permanence, des webcams, etc. Les premiers mois nous passions beaucoup de temps sur skype. Mais avec le temps, les communications longue distances se sont faites plus irregulieres et souvent plus courtes. Coup de main ponctuel ? Comment font les nouveaux arrivants avec plusieurs jeunes enfants ? Une garderie pour ma cadette: 45$/jour. L'ecole publique pour mon plus vieux, mais avec des cours qui s'achevent a 14h30 : 7.3$/jour pour rester au service de garde. Et chaque mois il faut prendre une gardienne pour les journees pedagogiques et les absences pour maladie. Sans oublier de trouver des camps de jour pour les conges scolaires... Avec un droit a seulement 15 jours de conge payes et aucune aide financiere en tant que travailleurs temporaires, l'eloignement devient vite tres pesant. Heureusement, des nos premiers mois au Canada, nous avons pu compter sur la visite de nos proches. A tour de role, nos parents venaient passer quelques semaines/mois avec nous. Une presence tres appreciable dans notre aventure au bout du monde. Par exemple : avec leur soutien et quelques meubles trouves sur kijiji, nous avions cree un coin ecole dans notre salon. Les grands parents ont parfaitement joue leur role de professeurs invites dans notre ecole a la maison en organisant des activites scolaires en matinee et des sorties culturelles/sportives en apres-midi. Les enfants ont ainsi pu trouver leurs marques tout en douceur dans notre nouvel environnement. Pendant ce temps nous pouvions nous concentrer pleinement sur d'autres facteurs d'integration : benevolat, reseautage, travail... Bonus : nous avons epargne plus de 1000$/mois ! Supervisa et residence permanente ? Il est possible de parrainer ses parents. En attendant, deja en beneficiant d'un super visa, les parents de ma conjointe peuvent aller et venir a leur guise; rester quelques jours avec nous ou plus d'un an. Et c'est toujours un plaisir de les accueillir au Canada. Leur montrer l'avancee de nos projets et partager du bon temps ensemble. Un bilan personnel Quand nous avions annonce a notre entourage notre volonte de partir vivre au Canada, certaines reactions avaient etes tres reservees. Pourtant, aujourd'hui, le resultat est positif : notre aventure au Canada nous a permis d'ameliorer notre relation avec nos enfants. Et - curieusement - avec nos parents aussi; nos enfants partagent beaucoup de temps avec leurs grands-parents. Sans doute meme davantage que certains de leurs amis canadiens; recemment le gouvernement federal a double le nombre de super visas pour parents/grands-parents. Pourquoi ne pas en profiter ?
  15. Bonjour, Je suis Canadien et souhaite entamer une procédure de parrainage pour que ma copine (qui vit en France) puisse s'installer au Québec et y vivre avec moi. J'ai lu tous les guides disponibles (incluant le guide complet : http://www.cic.gc.ca/francais/information/demandes/guides/5289FTOC.asp) mais il y a un point sur lequel je n'arrive pas à obtenir de réponse et je ne voudrais pas me lancer sur une fausse piste. On peut parrainer dans les cas suivants: A) Si nous sommes des "époux" B) Si nous sommes "conjoints de fait" C) Si nous sommes "partenaires conjugaux" Les cas A et B ne nous concernent pas. Reste le C, qui semble parfait à première vue pour nous, mais il contient le critère suivant: Notre relation est authentique et dure depuis au moins 12 mois (nous pouvons le prouver), mais techniquement, nous pourrions nous marier (aucune loi ne nous en empêche). Nous pourrions aussi vivre ensemble si je partais habiter en France pendant un an ou deux. Mais cela ne fait pas partie de nos plans pour le moment. Alors, notre question est : est-ce que la catégorie des "partenaires conjugaux" peut s'appliquer à nous? J'ai appelé le CIC, qui n'a pas répondu à ma question. L'agent m'a dit d'envoyer ma demande et d'attendre qu'une décision soit rendue. Merci à toutes et tous.
  16. bonsoir je suis une technicienne supérieure en biologie de la Tunisie et je veux bien immigrer au canada svp est qu'il existe quelqu'un qui peux m'aider et me dire comment je peux faire
  17. Bonjour à tous! Je suis venue ici parce que j'ai un petit soucis avec le permis d'études et le CAQ: J'ai été acceptée dans le cegep de mon choix (Hourra!) , et je dois obtenir un CAQ et un permis d'études pour venir à Montréal. Je comprend donc tous les papiers à fournir, jusque là aucun problème, puis viens le moment du " Capacité/Preuve financière "et boum, je suis perdue. Sachant que ce sont mes parents qui vont s'occuper de tout ce qui est finances (je suis mineure) et que je vais être hébergée chez des amis de longue date de mes parents ( ce qui fait que je n'ai pas de loyer à payer, mais ça c'est à titre perso vu que l'administration ne s'occupe pas de ce genre de détails) , j'aimerais comprendre si je dois : -prouver les 10 000$ demandés en faisant faire à mes parents un prêt à la banque (ça me semble exagéré) OU -si un de mes parents doit simplement se porter garant si j'ai des frais à faire une fois sur place OU - autre chose? Merci à vous!
  18. Bonjour tout le monde, Je suis salarié temporaire en France depuis 2012,J'ai obtenu ma carte de RP en 2013 je voulais partir vivre au canada mais j'ai eu des contrainte familiale, et je me suis marié donc j'ai été obligé de rester en France. Le souci c'est que sur une durée de 5 ans je n'ai pas pu accumulé 2 ans de présence . Afin de vivre au Canada est ce qu'il faut que je refasse une nouvelle demande CSQ depuis le début ou bien comment faire? Et faut il annulé mon ancien status de RP? Combien prend le traitement d'une demande du début jusqu’à la fin en France ? Est ce que le faite de résider en France qui est un pays francophone ajoute des jours de présence? Cordialement,
  19. Bonjour les gens, Je suis en cours de processus, j'ai recu mon CSQ mais je voulais savoir si je pouvais m'installer directement dans une autre province, hors Quebec. Suis-je obligé de passer une période au Quebec pour pouvoir passer chez les Anglophones? Si oui, combien de temps devrais-je attendre avant de pouvoir me déplacer? Merci
  20. Bonjour Je souhaite venir m'installer au Québec. J'avais entamé des démarches en ligne en vue d'obtenir mon CSQ (dossier pas encore finalisé). Lorsque j'avais fait le test d'évaluation sur le site d'immigration, celui-ci me répondait que je serais recevable. Aujourd'hui je suis désespéré par les nouvelles règles car le test me classe comme non recevable. Ma copine est québécoise et vit au Québec. Nous ne sommes pas conjoints de fait et elle n'est pas très favorable à un parrainage ou un mariage juste pour favoriser mon acceptation. Je suis sincèrement désespéré et je ne sais pas par quel bout prendre les choses désormais. J'envisage de venir pour la rencontre des EMPLOYEURS DU QUÉBEC À MONTRÉAL LES 5 ET 6 AVRIL en me disant que si je peux trouver une entreprise qui veuille me faire travailler et fasse la demande d'immigration pour moi ce serait possible. Qu'en pensez-vous ?
  21. François Fillon affirme que le Canada applique des quotas d'immigration et que cela fonctionne. Le Canada fixe chaque année des quotas d’immigration, c’est vrai ou c’est faux ? C’est vrai, et ces quotas sont particulièrement sélectifs. En 2017, selon la loi votée par le gouvernement Canadien, le pays accueillera 300.000 immigrants, selon des critères stricts. 60% de travailleurs seront sélectionnés sur leurs compétences, le regroupement familial pèsera au maximum 30% du total et le nombre de réfugiés est fixé à l’avance : 40.000, pas plus. La majorité devront trouver un sponsor, famille ou association, qui financeront leur logement et leur vie sur place. Certaines provinces, comme le Québec, imposent en plus des critères géographiques ou linguistiques, pas plus de 30% de travailleurs Africains par exemple et 60% de francophones. Les exigences peuvent aller très loin et la part réservée à l’humanitaire, aux cas exceptionnels, est réduite de 3.000 personnes l’an prochain, pour tout le Canada. C’est 10 fois moins qu’en France où les travailleurs, représentent 15% seulement de l’immigration légale. C’est l’un des points clés de son programme sur l’immigration : François Fillon veut fixer un quota annuel d’entrées sur le territoire, quota qui serait fixé par le parlement. François Fillon : "Je propose que chaque année, le parlement vote un nombre maximum de personnes qu’on pourra accueillir sur le territoire. C’est ce qui se pratique au Canada. (…) Avec les quotas, la question du regroupement familial ne se pose plus". quotas-immigration-france-canada-europe-1.mp3 LE VRAI-FAUX DE L'INFO EST UNE CHRONIQUE DE L'ÉMISSION LA MATINALE D'EUROPE 1 - DIFFUSÉE LE MARDI 14 MARS 2017 Source : Europe 1
  22. Bonjour à tous, je me permet de vous rapporter un article complet et super intéressant trouvé sur le net (que j'ai légèrement modifié) afin que vous ayez une idée précise de notre future magnifique ville Bonne lecture! Tout ce qu'il faut savoir sur Winnipeg Introduction Comme toutes les choses : qu’on adore ou qu’on déteste, Winnipeg a plein de petits surnoms : The Peg, Winterpeg, Murderpeg, Mosquitopeg… ça fait rêver, hein ? Winnipeg est située en plein centre géographique de l’Amérique du Nord et c’est aussi la capitale du Manitoba. C’est une capitale à dimension humaine, plutôt à la cool, avec une ambiance familiale et des gens très chalereux qui t'abordent la à la première occasion. La ville est chargée d’histoire et connaître celle-ci aide à comprendre ce qu’est Winnipeg aujourd’hui, les habitants et la mentalité. Si l’histoire et la culture locale vous intéressent, plus d’infos par ici : Louis Riel - L'Encyclopedie canadienne Et par ici : le jeu Manitoba Voyageurs pour en apprendre plus sur la Province et son histoire : Manitoba Voyageurs Winnipeg, c’est… - un peu plus de 740 000 habitants - 464 km2 de superficie - anglophone à 95% - la ville canadienne avec la plus forte population autochtone - la plus importante communauté francophone de l’Ouest canadien - un écart de plus de 60°c entre les températures d’été qui montent au-delà de 30°c et les minimales d’hiver qui descendent en dessous de -30°c avec le windshield (le vent bien froid qui vient du Nord) - la capitale canadienne de la culture en 2010, grâce à ses théâtres, son corps de ballet et ses musées Les habitants La population augmente énormément d’année en année, avec les nombreux migrants. On en a compté plus de 15 000 l’année dernière. Cela donne à la ville un caractère cosmopolite et international particulièrement marqué, où les communautés des pays de l’Europe de l’Est (Polonais, Ukrainiens) côtoient celles de l’Amérique du Sud (Colombiens), de l’Asie (Philippins), de l’Afrique francophone (Nord et Côte Ouest), de la vieille Europe (Irlandais, Allemands, Français) et des autochtones. Les autochtones En 2006, le Manitoba et la Saskatchewan affichaient les plus fortes proportions d’Autochtones des 10 provinces canadiennes, et la région de Winnipeg présentait la plus importante population autochtone de toutes les villes canadiennes. A Winnipeg, la population autochtone se répartit à peu près ainsi : - les Métis (60%) : issus de canadiens-français et d’indiens - les Premières Nations (38%) - les Inuits (2%) Les langues La langue officielle est l’anglais, même si dans le quartier de Saint Boniface spécifiquement, ce sont l’anglais ET le français qui sont parlés. Le français La langue majoritairement parlée est bien entendu l’anglais. Mais compte tenu de l’histoire de la province, on retrouve des villages entiers de Franco-Manitobains dans le sud (autour de Winnipeg), qui portent des noms bien français de type Saint Quelquechose, et où on ne parle qu’en français (le français du Manitoba). Les Franco-Manitobains sont très souvent bilingues anglais mais pas toujours. Leur français ressemblerait un peu au Québécois par moments, mais il reste vraiment différent, avec son identité propre. Pas évident de comprendre, au début, quand on vient de France. Les langues autochtones Les trois langues autochtones les plus parlées au Manitoba sont le cri, l'objibway et le sioux. Plusieurs aménagements ont été effectués à Winnipeg pour intégrer ces langues dans les lieux touristiques. Au zoo de Winnipeg, par exemple, les panneaux d’information sur les animaux sont traduits en Anglais, Français, Cri et Objibway. La Manitoba compte une langue unique au Canada: le mitchif. Le mitchif est propre à la nation métisse et c’est une langue mixte issue du cri et du français, mais qui contient aussi des mots objibwés et anglais. Cette langue est aujourd'hui menacée par l'utilisation grandissante de l'anglais, du français et d'autres langues autochtones (comme le cri). L’ambiance de la ville Winnipeg n’est vraiment pas une ville de fêtards comme Montréal ou de businessmen comme Toronto. Ici, on ne mise pas non plus sur les décors enchanteurs des alentours de Vancouver ou de Calgary. Alors quoi ? C’est quoi LE truc de Winnipeg ? En premier lieu, la ville recherche des francophones et fait tout pour qu’ils aient envie d’y venir et d’y rester. Pour les Français qui espèrent immigrer au Canada, Winnipeg a donc quand même de gros points forts : - de très fortes possibilités de progression dans le domaine professionnel - des aides considérables pour les démarches de résidence permanente (suivi personnalisé et conseils gratuits, temps de traitement plus court) - des frais de dossiers pour la résidence permanente bien moins élevés que dans les autres provinces; l’étape provinciale étant gratuite Mais avant tout, tous les gens qui aiment y vivre vous diront la même chose : LE truc, ici, ce sont les gens. Les gens et le patrimoine historique et culturel très fort. L’ambiance est détendue, amicale, accueillante. On se sent bien, sans stress, un pied à la campagne. Et puis la ville est vraiment cosmopolite et c’est génial. Tout le monde est plus ou moins un immigré ou issu d’immigrés alors on sait ce que c’est de tout recommencer ou de galérer et on vous aide avec plaisir. Il y a une grosse solidarité et beaucoup de gens impliqués dans des activités bénévoles pour faire vivre la ville. Il y a le système des communautés, en fonction des origines. Il y a la communauté polonaise, la communauté francophone, la communauté ukrainienne, la communauté métisse, etc. Les quartiers de la ville sont très marqués par ces regroupements et on se retrouve avec des quartiers polonais, ukrainien, francophone, etc. Tout est assez délimité géographiquement parlant. Il est très facile et très rapide de se faire des contacts au sein de sa communauté, ça donne un certain confort et ça permet de ne pas se sentir perdu les premiers temps. Ceci dit, les autres communautés restent tout à fait ouvertes et accessibles du moment que l’on est soi-même ouvert et curieux, et il n’y a aucune nécessité de vivre dans le quartier de sa communauté. D’ailleurs, si le quartier francophone est Saint Boniface, beaucoup de français vivent de l’autre côté du Downtown, à Wolseley (côté anglophone). Et puis ici, on aime bien les Français DE FRANCE. Si vous ne précisez pas « de France », on pensera que vous êtes un Franco-Manitobain ou un Québécois et là, c’est une autre histoire. La criminalité Winnipeg doit l’un de ses surnoms, Murderpeg, à son taux élevé de criminalité : le plus haut du Canada. Elle est considérée par beaucoup de Canadiens (qui n’y sont, en général, jamais allés) comme la Chicago du Canada. Alors Winnipeg est-elle réellement dangereuse ? Très franchement, ça dépend de votre référentiel. Quand on vient d’une grande ville française, Winnipeg passe pour une ville hyper tranquille. La criminalité ici, ce sont surtout des règlements de compte entre bandes rivales dans la zone North End de la ville, quelques vols et des violences domestiques (surtout chez les autochtones). Entre janvier et octobre 2011, on a comptabilité 34 meurtres à Winnipeg (le record de 2004)… contre une quarantaine à Edmonton (AB). Quand on évite les parties à risque de la ville, on ne risque pas grand chose, même tard le soir. Les premiers pas L’arrivée à l’aéroport Winnipeg a la chance d’avoir un nouveau terminal flambant neuf dans son aéroport international depuis fin 2011. Les infos sur l’aéroport, c’est ici : Winnipeg James Armstrong Richardson International Airport L’aéroport se trouve du côté ouest de la ville. Pour rejoindre le centre, deux moyens : le taxi et le bus. Les bus 15 et 20 permettent de rejoindre Downtown. Pour plus d’infos, prévoir vos trajets, regarder les horaires, consultez le site Winnipeg Transit : Winnipeg Transit Le service de taxi à l’aéroport est assuré par Unicity Taxi (tel : +1 204 925 3131). Les tarifs pour rejoindre le centre ville sont de 15,50$-18$. Compter jusqu’à 32$ pour rejoindre le Sud Est de la ville. Démarches nécessaires à l'arrivée Il est assez rare que les PVT arrivent direct à Winnipeg depuis la France donc en général, ils ont déjà fait les démarches avant, dans une autre province (le plus souvent au Québec). Mais bon, sait-on jamais, Winnipeg pourrait devenir une destination prisée… L’argent Pas de panique, on peut toujours changer ses euros en dollars canadiens ou retirer avec sa CB française dès l’arrivée à l’aéroport (au moins pour payer son taxi/ son bus/ son premier burger). Si vous retirez de l’argent à une borne, cherchez une HSBC, vous n’aurez pas de frais supplémentaires. Ensuite, si ça peut attendre un peu, vous pouvez vous rendre Downtown, il y a des bureaux de change. Pour le choix de la banque, rendez-vous sur les conversations du forum PVT à ce sujet. Le NAS Pour pouvoir commencer à travailler au Canada, il faut prouver à l’employeur qu’on est bien là en toute légalité et qu’on est autorisé à travailler. On vous demandera tout le temps votre numéro NAS (Numéro d’Assuré Social). Pour l’obtenir, rendez-vous au bureau Service Canada le plus proche avec votre passeport et votre visa temporaire. Pour localiser le bureau le plus proche, c’est sur ce site : Trouver un bureau de Service Canada Le consulat Dans ce cas là c’est un peu difficile... A Winnipeg, pour le Consulat de France, on dépend de… Toronto. Alors comment vous dire… Toronto, c’est à 2000km de Winnipeg, soient 24h en voiture (non stop, hein ?!) et 2h en avion. Autant dire que ça n’est pas vraiment à côté et qu’il vaut mieux ne pas perdre son passeport ! Pour les démarches d’état civil et les visa, nous avons tout de même un Consul Honoraire sur place : M. Bruno BURNICHON. Il est très accessible et reçoit chez lui pour les rendez-vous. Pour plus d’infos, c’est par ici : La France en Ontario et au Manitoba Rencontres PVT Hum… niveau PVT, ça va peut être changer, mais pour l’instant il n’y a pas vraiment de rencontres organisées… pour la simple et bonne raison que des PVT, il n’y en a pas énormément, ici. Et en général, ceux qui viennent à Winnipeg, c’est pour réussir à obtenir un visa permanent, donc ils sont plus sur un mode «installation» que dans une optique « sorties-visites ». Et puis la communauté francophone, c’est un peu un village, très rapidement on finit par connaître tous les nouveaux arrivants. Alors pour rencontrer des gens, orientez vous plutôt vers : - Couchsurfing pour trouver d’autres voyageurs (mais le réseau est moyennement actif là encore) - les réseaux francophones (j’en parlerai plus loin) pour trouver d’autres français, peut être PVT aussi, du coup - le bénévolat pour rencontrer toutes sortes de gens Le transport Transports publics Pas de métro à Winnipeg… par contre, il y a un super réseau de bus qui marche vraiment bien, une fois qu’on a compris comment il fonctionne (il faut quand même un temps pour comprendre la logique). Leur site est super bien fait : Winnipeg Transit Il existe des abonnements à la semaine : jours de semaine uniquement (19$) ou semaine + weekend (21$50), et aussi des abonnements au mois (77$). Si vous voulez un abonnement à la semaine, pensez à l’acheter avant le mercredi car ils ne sont en vente que jusqu’au mardi. Si vous ne voulez pas d’abonnement, vous pouvez aussi acheter des tickets dans un Safeway (21$50 le carnet de 10) ou payer directement dans le bus (2$45 cash). Dans le dernier cas, faites l’appoint, on ne rend pas la monnaie ! Ticket ou cash, vous aurez droit à un transfert (si vous le demandez au chauffeur), avec dessus l’heure jusqu’à laquelle vous pouvez voyager. Normalement, vous avez droit à 1h15 de transports, dans toutes les directions, avec autant de changements que vous voulez, à partir du moment où vous avez pris le premier bus. Tickets et abonnements peuvent s’acheter au QG de Winnipeg Transit, Downtown, ou dans un supermarché Safeway ou Shoppers Drug Mart (vous demandez direct à la caisse ou au service client). La ville a également mis en place un service de bus gratuit qui dessert tout le centre ville : le Downtown Spirit (bus 1, 2 et 3). Les chauffeurs sont super sympa, ils laissent monter les gens à un feu rouge, les attendent à l’arrêt de bus quand on leur fait signe, klaxonnent votre bus de correspondance pour qu’il attende… vraiment cool ! A pied Winnipeg c’est super, mais alors SUPER SUPER étendu. Si vous voulez bouger à pied, il vaut mieux que ce soit avec de bonnes chaussures et dans un même quartier (et c’est déjà pas mal). Pour vous aider, en cas de grosse fatigue, vous pouvez toujours prendre le Downtown Spirit. Ici, il n’y a pas le Skytrain comme dans d’autres villes canadiennes, mais il y a le Skywalk ! Les bâtiments du Downtown sont reliés entre eux par des souterrains et des passerelles aériennes (avec une super vue sur la ville) qui permettent de balader au centre ville sans mettre le nez dehors. Evitez quand même d’y aller trop tard après les heures de bureau, l’ambiance est un peu glauque avec ses longs corridors déserts au milieu de bureaux et magasins fermés. A vélo 6 mois de l’année, soit printemps, été et automne, le vélo c’est le top ! On est dans les Prairies, c’est TOUT PLAT et pour le vélo, c’est l’idéal. On peut assez facilement acheter un vieux vélo sur kijiji ou usedwinnipeg. Les 6 autres mois (l’hiver), c’est moins évident, mais si vous n’avez pas peur des plaques de verglas, rien ne vous empêche de continuer. Sinon, au gros de l’hiver (janvier-février), il y a aussi l’option «je vais au boulot en patin à glace sur la rivière gelée» ! La voiture Il est assez facile de trouver une voiture pas chère sur kijiji et la ville est très étendue donc il n’y a pas trop d’embouteillages (maximum 20 minutes et seulement les soirs de matchs des Jets !) Cependant, comme les bus vont vraiment partout, la voiture n’est pas indispensable si on n’est pas trop excentré, sauf pour sortir de la ville ou parce que l’on soufre vraiment du froid. Le permis de conduire Il y a des ententes France-Manitoba alors le permis français est valable 6 mois à compter du moment où vous avez passé la frontière canadienne pour la dernière fois (en fonction de votre pays d’origine, ça peut être 3 mois seulement). Ensuite, vous pouvez l’échanger contre un permis manitobain si vous comptez rester un bon moment au Manitoba (sinon, ça vaut peut être pas vraiment le coup). Pas d’examen à passer (là encore, ça n’est valable que si vous venez de France). Il faut juste payer la somme de 50$. Pensez à faire photocopier votre permis français avant car on ne vous le rendra pas ! En rentrant en France, vous apportez votre photocopie, vous faites une déclaration de perte et vous avez un permis français tout neuf. Le réseau routier Les routes ici, on peut dire qu’elles sont bien droites. Difficile de se perdre, il n’y a que des parallèles et des perpendiculaires. En ville, il y a assez souvent des 2 fois 3 voies voire même 4 ou 5 voies de front. C’est l’Amérique ! La location de voiture Il est très facile de louer une voiture et pas cher du tout. Prix d’appel : 10$ par jour la petite voiture citadine en kilométrage illimité. Attention, il faut TOUJOURS la rendre à l’endroit où vous l’avez prise, sinon ça peut coûter très très cher en frais d’abandon. Regardez les conditions de l’assurance de votre CB française, ça peut vous éviter d’avoir à prendre une assurance quand vous louez la voiture. Par contre, pensez à payer avec la CB en question. Vous n’êtes couverts que si vous avez effectué la location avec. C’est logique, mais on ne sait jamais… Arriver ou partir de Winnipeg en transport en commun Deux possibilités : le train avec Viarail ou le bus avec Greyhound. Comme Winnipeg reste quand même un peu loin de tout, le mieux, c’est la voiture ou l’avion. Les quartiers Il y a vraiment énormément de quartiers à Winnipeg, c’est une ville très étendue. Inutile d’en faire la liste, il vous suffit de prendre une carte de la ville pour tous les voir. Concentrons nous plutôt sur les quartiers principaux. La Fourche/ The Forks Le centre ville est situé autour du cœur historique de Winnipeg dans le quartier de La Fourche. Le quartier tient son nom des rivières Rouge et Assiniboine qui se rejoignent à cet endroit en une fourche. Plus ancien que le Canada, ce lieu de rencontre permettait aux membres des Premières nations de se réunir, et plus tard, de faire du commerce de fourrures avec les pionniers dont le poste de traite se trouvait à Fort Garry, à quelques kilomètres de là. Ainsi, les Amérindiens, les trappeurs et coureurs des bois français, les Canadiens- français, les Métis puis les Anglo-Saxons se sont établis tour à tour à cet endroit. Aujourd’hui, c’est l’un des coins les plus vivants de la ville, avec : - un marché couvert qui fait un peu penser à celui de Granville Island, à Vancouver (BC), avec plein de petites boutiques, des spécialités de plusieurs pays, des fringues et des souvenirs - un skatepark - un parc pour balader au milieu des herbes hautes des Prairies quand il fait chaud et qui se transforme en Arctic Glacier Winter Park l’hiver avec 1.2km de trail pour le patin à glace (voir la partie Pratique du sport de ce dossier) - des scènes pour les concerts en extérieur, avec des animations tous les weekends de juin à septembre… qui deviennent elles-aussi des patinoires l’hiver Plus d’infos sur la Fourche, les boutiques et le calendrier des manifestations, c’est par ici : One of the loveliest public spaces in Winnipeg and a must-see for any visitor. | The Forks Saint-Boniface La Fourche est reliée au quartier francophone de Saint-Boniface par le pont Esplanade Riel du nom du personnage historique canadien Louis Riel, le plus célèbre des Métis canadiens. Le Quartier de Saint Boniface, c’est LE quartier francophone. On y trouve des commerces où on peut être servi en français (même si tous les serveurs ne parlent pas toujours français), un hôtel de ville où on peut nous renseigner en français, une banque avec du personnel bilingue, une université francophone (l’Université de Saint Boniface), des musées autour de l’histoire de la communauté francophone, un centre culturel francophone (le CCFM), un théâtre francophone (le théâtre Molière), des écoles, des garderies, des collèges et lycées francophones et des noms de rues en français. Bref, c’est un peu un Chinatown à la française. Plus d’infos par ici : Provencher BIZ Downtown avec Portage avenue et Main street En prolongement de la Fourche, mais à l’ouest, cette fois, on retrouve les deux grandes rues principales du centre ville : Main Street et Portage Avenue, perpendiculaires l’une à l’autre. Main Street conduit au Nord de la ville et Portage à l’Ouest. Pour plus d’infos sur le Downtown, la programmation des évènements, les plans de quartiers, les boutiques, restaus, etc. c’est par ici : Downtown Winnipeg Biz - Home L’Exchange District Si l’on reste sur la Main, à 15-20 minutes à pieds de la Fourche, on arrive dans l’Exchange District (quartier de la bourse, en français). Encore un quartier historique, plutôt typé industriel (il fait un peu penser à Dublin, avec ses bâtiments en briques rouges). C’est le quartier branché où les hipsters vont boire des coups dans des café anarchistes, manger un bout dans un restau végétalien ou colombien, s’acheter des fringues dans une petite boutique vintage, voir une expo ou écouter de la musique live. Les restaus sont tous hyper bons et l’ambiance est vraiment sympa, mais le quartier est assez petit, on en a vite fait le tour. On y vient pour se caller quelque part, pas pour balader dans les rues. Plus d’infos sur l’Exchange District, les visites guidées, le programme des évènements, etc., c’est par ici : Winnipeg Exchange District BIZ West End avec Wolseley et Osborne/Corydon village En revenant en arrière sur la Main, on se retrouve sur Portage avenue _la rue la plus froide de la ville en hiver à cause du vent qui s’y engouffre_ pleine de grosses enseignes. Descendre Portage conduit aux quartiers Ouest de la ville. A l’ouest se trouvent les quartiers résidentiels les plus anciens, et donc les plus typés. Dans le quartier de Wolseley, les maisons sont en bois, toutes différentes les unes des autres, l’ambiance est chaleureuse. Il y a plein de petits commerces très sympa et très tendance aussi. Un peu comme dans l’Exchange District, on retrouve des restaus et cafés végétaliens, végétariens, gluten-free, etc. Corydon avenue, c’est l’ancien quartier italien, devenu depuis très international. On y trouve toutes sortes de restaurants, dont plusieurs de cuisine française (Saint Boniface n’a pas le monopole). Dans le même coin, il y a le village Osborne. C’est l’endroit où l’on sort. On y trouve des boutiques de vêtements sympas, des cafés, des restaus de tous les pays, quelques boîtes de nuit. Plus d’infos par ici : Osborne Village - Welcome to Osborne Village Quand on continue à l’Ouest de Wolseley, on arrive dans l’un des plus beaux parcs de Winnipeg, l’Assiniboine park. Il y a un zoo (qui doit coûter dans les 4$ l’entrée), de grandes pelouses avec des installations pour jouer au baseball, un jardin botanique, un jardin aromatique, un musée, des chemins pour faire du vélo le long de la rivière, etc. Plus d’infos sur le parc et sa programmation par ici : Assiniboine Park Conservancy Des quartiers à éviter ? Vous l’aurez compris, il faut éviter North End. C’est dommage, parce qu’à Winnipeg, c’est un peu la crise du logement et à North End, il y a des apparts et des maisons en location pour 300$ par mois. Mais bon… y a peut être aussi un rapport avec le fait qu’il ne faut pas y aller... Le logement Les locations A Winnipeg, on trouve toutes sortes de logements, depuis la maison standard jusqu’au basement (sous-sol aménagé), en passant par la colocation ou l’appart classique. Ce qui est bien, c’est que même dans un appart indiqué «non aménagé», il y a toujours la cuisine équipée avec four, plaques, réfrigérateur et congélateur (sauf si vous n’avez vraiment pas de chance). Le véritable problème, c’est le manque cruel de logements disponibles à la location par rapport à la demande. Résultat : les agences demandent des tonnes de garanties (références des 3 précédents bayeurs, NAS, emploi, salaire, pas d’animaux, etc.) et les prix sont quand même assez élevés pour une ville comme Winnipeg. - Un appart de type 2 (1 chambre) tourne autour de 650-800$/mois - Une colocation, dans les 400-550$/mois, - Un basement flat, dans les 500-650$/mois - Une maison, dans les 1300$ Bien-sûr, les prix varient beaucoup suivant les quartiers et les propriétaires et on peut vraiment faire de bonnes affaires si on connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui quitte son super appart et qui nous prévient avant que l’annonce ne soit publiée. Ceci dit, quand on arrive en PVT (donc avec un NAS temporaire), pas d’historique de location au Canada et pas d’emploi fixe, on a peu de possibilités pour trouver rapidement quelque chose : la coloc, les basements ou les aubaines « proprio qui veut louer super rapidement et qui accepte le premier qui passe visiter ». Comme il faut éviter les agences au maximum et il reste donc la mine d’or kijiji (les Winnipegois n’utilisent que très peu Craigslist). Les auberges de jeunesse En attendant de trouver un logement, il y a toujours la solution auberge de jeunesse. Il y en a très peu à Winnipeg, mais on peut mentionner : - la Guest House International : Backpackers Winnipeg - Guest House International - le Hi-Winnipeg Downtowner : HI Hostels Canada - Manitoba > HI-Winnipeg Downtowner Les deux sont très bien situées et il faut compter à peu près 30$ la nuit. Les services aux nouveaux arrivants La Province du Manitoba a un système d’aide aux nouveaux arrivants assez fantastique. Les nouveaux arrivants sont très bien pris en charge, ils sont aidés et formés. Tout est fait pour que l’on réussisse son intégration et que l’on décide de rester au Manitoba. Ce qui fait le charme de la province, ce sont vraiment les gens ! La Province du Manitoba met à disposition des nouveaux arrivants des services gratuits avec Manitoba Start : Manitoba START | Home Alors il faut savoir que la grande majorité des services proposés sont pour les nouveaux arrivants avec la résidence permanente (obtenue ou en cours d’acceptation) MAIS il y a aussi des services pour les résidents temporaires. Un lien utile en plus, le guide pour les nouveaux arrivants : http://www2.immigratemanitoba.com/as...ller-guide.pdf Les services aux francophones Niveau services en français, il y a l’Accueil Francophone, Pluri-elles et l’ANIM. L’accueil Francophone : c’est plus pour faire ses premiers pas dans la ville, trouver un logement, apprendre l’anglais, etc. Plus d’infos : http://www.accueilfrancophonemb.com/ Pluri-elles : c’est un service gratuit d’accompagnement pour l’emploi des francophones. Il y a des ateliers CV et entretiens, des conseillers qui nous accompagnent, etc. Contrairement à ce que son nom indique, ça n’est pas un service réservé aux femmes. Plus d’infos : Pluri-elles - Employabilité, Entraide et counselling, Alphabétisation L’ANIM : c’est un service gratuit d’aide et d’accompagnement pour faire votre demande de résidence permanente. On vous conseille sur le type de demande qui correspond le mieux à votre situation, on vous aide à monter votre dossier, on vous accompagne pour le suivi, il y a toujours une personne disponible pour répondre à vos questions… bref, on vous aide au maximum. Plus d’infos : Services pour le programme d’immigration | anim Cours d’anglais Manitoba Start permet de prendre des cours d’anglais gratuitement avec l’Entry Program. C’est un service du gouvernement pour les nouveaux arrivants. On prend rendez-vous pour passer un test de niveau, puis selon ses résultats, on a accès à des cours à notre niveau, qui ciblent nos lacunes/ points faibles (ça peut être pour améliorer la grammaire, l’accent, la rédaction, etc). Si vous êtes en cours de demande pour la résidence permanente, vous êtes éligibles au programme. Plus d’infos : Entry Program | Home Si vous n’êtes pas éligibles, vous pouvez prendre gratuitement des cours d’anglais débutant (2h de conversation) à l’Accueil Francophone. Il y a aussi certaines paroisses qui proposent des séances d’initiation à l’anglais avec des discussions autour de la bible, si cela vous intéresse. Travailler à Winnipeg Les agences de placement et agences d’intérim ne marchent pas vraiment ici. Ce qui marche, c’est le bouche à oreille et avoir des références MANITOBAINES, même si c’est pas dans la même branche. Quand on vient d’arriver, il faut se tourner vers le bénévolat et les petits boulots faciles d’accès pour vite se faire des références canadiennes. La mine d’or comme premier job pour un Français qui se débrouille en anglais, ce sont les call centers (centres d’appel) qui recherchent tous des agents bilingues français/anglais. Si vous avez un peu d’expérience en vente et/ou restauration, il y a aussi les boulangeries et restaus français qui recherchent du personnel francophone. Si vous ne vous sentez pas suffisamment à l’aise en anglais, les garderies francophones recherchent des éducateurs, les écoles francophones recherchent des auxiliaires de vie et des profs remplaçants. Les offres d’emploi sont sur le site de la Division Scolaire Franco-Manitobaine (https://www.dsfm.mb.ca/). Il paraît que seuls 10% des emplois disponibles sont publiés sous forme d’annonce. Pour le reste, le réseautage est votre ami. Si vous ne connaissez encore personne et que vous ne parlez vraiment pas anglais ou souhaitez juste rester en francophonie, le mieux est d’entrer en contact avec la communauté Franco-Manitobaine (Qui nous sommes | Société franco-manitobaine). Sur leur site web, on trouve tous les services en français, donc une bonne liste d’employeurs potentiels pour des candidatures spontanées, des annonces pour des emplois ou du bénévolat, etc. Et pour commencer quelque part, les 10% d’offres publiées sont sur Guichet emplois et Workopolis Le bénévolat/Le volontariat Il est très important ici pour se faire une expérience, mais aussi un réseau et donc des connaissances professionnelles et des amis. On peut trouver des offres sur : - les annonces communautaires de la SFM (Annonces communautaire | Société franco-manitobaine) pour les francophones - le site Volunteer Manitoba (Home - Volunteer Manitoba - Volunteer Referral Site) pour tout le monde Les achats Les meubles et accessoires En France, il y a les vide-greniers, à Winnipeg ce sont les yard sales. Il y en a beaucoup, dès l’arrivée des beaux jours. Ils sont parfois annoncés dans kijiji, mais en grande majorité, il y a pour seule indication des panneaux sur les bords des routes principales des quartiers résidentiels, indiquant l’adresse et la date. Encore une fois, tout se trouve sur kijiji pour les aubaines. Beaucoup de gens donnent ou vendent à petit prix des meubles et accessoires, si on se débrouille pour venir les chercher. La nourriture Si on convertit tout en euros, le prix du chariot est le même qu’en France. Par contre, vous allez avoir un salaire canadien en dollars, pas en euros. Du coup, comparativement au coût de la vie en général, les dépenses pour la nourriture prennent plus de place qu’en France sur le budget mensuel, même si vous ne cherchez pas à manger « français ». Le moins cher, ce sont les produits déjà cuisinés. Par exemple, un blanc de poulet cru du rayon frais coûte plus cher qu’un blanc de poulet surgelé préparé « à la méditerranéenne ». Manger frais a un réel coût ici, à vous de voir quelles sont vos exigences. Regardez bien les prix aussi : ils changent tout le temps, d’un jour sur l’autre et d’une semaine à l’autre. Il est parfois moins cher d’acheter deux sachets de 500g de pâtes qu’un seul sachet de 1kg de ces mêmes pâtes. Idem avec les bagels qui peuvent revenir moins cher au détail qu’en packs de 6. Autre chose : les prix sont souvent plus élevés les week-ends. Il vaut mieux faire ses courses le soir tard peu avant la fermeture (promotions sur les produits à consommer très rapidement), et en semaine. En contrepartie, on peut vraiment trouver de la nourriture internationale (Afrique du Nord, France, Asie, etc). Niveau tarifs, le moins cher est le Walmart, loin devant les autres. Le Canadian Real Superstore vient en seconde position. Les vêtements Il y a plusieurs bons plans pour des fringues pas chères : Winners : chaîne de magasins qui revend des fins de séries ou des lots de fringues de marques à prix cassés Les évènements spéciaux comme la Boxing week, la semaine qui suit le jour de Noel, avec des super promos dans tous les magasins allant de 50% à 80% de réduction Les magasins de l’Armée du Salut (Thrift Stores) ou les Value VIllage, avec des fringues et chaussures d’occasion Les sorties Restaurants Il y a plein de très bons restaurants à Winnipeg et à l’image de la population très cosmopolite, on peut trouver de la cuisine de toutes origines. On peut manger la cuisine des caraibes, de France, du Mexique, d’Argentine, d’Inde, de Grèce, du Japon, de Chine, d’Ethiopie,… Dans plusieurs endroits du Canada, on peut venir au restau avec sa propre bouteille de vin. Ici, à Winnipeg, pour l’instant, ça n’est pas autorisé, mais il paraît que ça devrait changer. A suivre, donc. C’est dans les quartiers d’Osborne village et Corydon, et Exchange District que l’on trouve le plus de restaurants. En moyenne, il faut compter dans les 15$ pour un plat plus les taxes (environ 10% du prix en plus) et le tips (le pourboire). Ça peut paraître cher, mais ici, on ne prend pas (ou très rarement) entrée-plat-dessert car les plats principaux sont vraiment très copieux… sauf dans les restaus français de France (à ne pas confondre avec les restaus de cuisine québécoise qui sont aussi appelés restaus français ici) qui ont vraiment gardé le modèle « à la française ». Un petit aperçu non exhaustif des endroits les plus populaires en fonction de ce qu’on veut manger : - Italien : Buccacinos dans l’Osborne village. Type restau familial-classe (compter dans les 15-20$). - Français : Chez Sophie dans Saint Boniface. Type tartines-salades (compter dans les 13-18$) pour les nostalgiques de fromage raclette ; Frenchway sur Corydon (The Frenchway, café + bakery, restaurant + lounge | Winnipeg, Manitoba, Canada). Type restau familial-classe (compter au moins 25-30$) - Thai : Siam Thai Cuisine sur Ste Anne (dans Saint Vital, près de Saint Boniface) - Libanais : Baraka, au nord de la Main (oui, c’est vers North End, mais ça ne craint pas dans ce coin là). Ressemblerait à un kébab, comme ça, mais c’est le meilleur Libanais de la ville - Gluten-free et végétarien : Boon burger cafe, sur West End (Wolseley), pour des burgers sans viande avec du pain bio, etc. ; Mondragon, dans l’Exchange District, pour manger sur le pouce des soupes bio, des tartines végé et boire des thés et des jus de fruits maison - Fish & Chips : le Fergies Fish and Chips, à la Fourche, avec son poisson frais (le Fergies est aussi une poissonnerie) et ses délicieuses frites maison. Compter entre 5$ pour un snack et 12$ pour une triple ration. La Pancake House, elle-aussi à la Fourche, pour de fantastiques et gargantuesques petits déjeuners et bruchs à toute heure. Compter entre 8$ et 15$ et penser à réserver avant, surtout le weekend ! Le pourboire Pour le pourboire, au Manitoba, on laisse ce qu’on veut. A la différence d’autres provinces, les serveurs sont payés au taux horaire minimum (10$50/heure au Manitoba) et reçoivent les tips en complément. Alors on laisse un pourboire généreux quand on est content et non parce qu’on se sent obligé (et 95% du temps, on est très content du service). Boîtes, bars et Pubs Il y a plusieurs pubs Irlandais dans la ville, des tonnes de bars et quelques boîtes de nuit. Encore une fois, pour sortir, il faut viser l’Exchange District et Osborne/Corydon village. On y trouve aussi beaucoup de bars avec de la musique live (surtout folk ou jazz). La plupart des endroits pour danser sont dans des hôtels, au milieu des machines à sous. C’est un peu bizarre au début, mais on s’y fait. Compter dans les 5$ l’entrée. Il y a aussi quelques nightclubs; l’un des plus connus étant sans doute le Alive dans l’Exchange District. Prenez TOUJOURS une pièce d’identité avec vous (pas une photocopie) si vous voulez entrer, même si vous avez la trentaine bien passée. Ils vérifient les papiers de tout le monde et si vous n’avez pas les vôtres, vous n’entrez pas. Le sport Les différentes manifestations sportives Winnipeg est une ville de hockey. Le cœur de la ville bât pour les Jets, l’équipe professionelle locale, qui est enfin de retour en 2011 après 15 ans d’absence. Pour voir un match pro, c’est au MTS Center. Compter autour de 80$-150$ la place… si vous réussissez à vous en procurer ! On ne peut pas en acheter en billetterie, elles sont déjà toutes réservées depuis bien longtemps pour toute la saison. Si on ne connaît pas quelqu’un qui a des places par son boulot ou qui ne peut pas se rendre au match en dernière minute, il ne reste plus qu’à scruter kijiji. En dehors du hockey, nous avons aussi le curling (c’est le moment d’apprendre !), le football américain (avec les Blue Bombers) et le baseball (avec les Goldeyes). La pratique du sport Ici, on pratique le sport saisonnier. Printemps été, on intègre une équipe de rugby, de baseball ou de football américain… et l’hiver, on passe au curling, au hockey, aux sports en salle. A la belle saison Sports nautiques L’aviron et le canoé-kayak sur la rivière ! On peut faire de la compet’ ou juste acheter ou louer du matériel. Renseignez-vous auprès des clubs de la ville ! Le club d’aviron de Winnipeg : Winnipeg Rowing Club | Tradition since 1881 Le club de canoé-kayak de Winnipeg : Manitoba Paddling Association - Home Le vélo Il y a de nombreux parcs à Winnipeg, mais le plus sympa pour le vélo est l’Assiniboine park. Le golf La ville propose des cours pour les débutants sur le 9 trous de Crescent Drive. Il y a également deux parcours 18 trous dans les golfs du Kildonan Park et du Windsor Park, qui se trouvent tous deux côté Est de la ville. Kildonan Park Golf course : City of Winnipeg : Winnipeg Golf Services Windsor Park Golf course : City of Winnipeg : Winnipeg Golf Services En hiver Le ski de fond (cross country) L’hiver, on trouve des trails de ski de fond à divers endroits de la ville, dès le moment où la neige est suffisante. Tous les trails et infos sur ceux-ci sont référencés là : Winnipeg.ca - UD - Public Works Department Le patin à glace On peut faire du patin sur des patinoires extérieures (ou rinks). Il y en a partout dans la ville et elles sont accessibles à tous, gratuitement. Un peu comme les terrains de foot en France. C’est là que se retrouvent les joueurs de hockey ou de spongy (hockey sans patins) pour des rencontres amicales ou des matchs plus sérieux. Pas besoin d’appartenir à un club pour jouer au hockey ! Le plus grand rink, le Duck Pond, se trouve à l’Assiniboine Park. Il cible surtout les enfants, avec ses toboggans autour, mais est accessible à tous. Pour en savoir plus : Other Attractions at Assiniboine Park Si on n’est pas un joueur de hockey ou qu’on n’aime pas tourner en rond, on peut aussi bien faire de longues balades en patins à glace, sur les trails dédiés. Là encore, l’accès est entièrement gratuit. Et si vous n’avez pas de patins, vous pouvez en louer à la Fourche pour 4$50 (prix adultes). L’Arctic Glacier Winter Park: ce trail pour patin à glace, avec ses 1.2km de long en plein cœur de la Fourche et ses bars et restaurants, est parfait pour une petite balade digestive. Plus d’infos : Arctic Glacier Winter Park | The Forks L’Assiniboine River Trail: ce trail là ouvre un peu plus tard dans l’année pour la simple et bonne raison qu’il faut attendre que la rivière soit suffisamment gelée. Mais l’attente vaut vraiment le coup : c’est le plus long trail pour le patin à glace AU MONDE (Guiness record)! Il est bien sûr gratuit, lui aussi, et des animations sont disposées tout le long, comme de petites cabanes avec des foyers pour se réchauffer ou des toboggans pour glisser jusqu’à la rivière. Toutes les infos ici : Home at River Trail La vie culturelle Les Musées La ville regorge de musées de toutes tailles et de tous sujets. Les principaux musées de la ville sont les suivants : - Le Manitoba Museum pour le côté scientifique, avec son planétarium et ses collections sur l’histoire de l’Homme et sur les sciences. Plus d’infos ici : The Manitoba Museum - Le Children’s Museum, un musée pour faire découvrir et apprendre aux enfants tout en s’amusant. Plus d’infos ici : Children's Museum (Winnipeg, MB) - La Winnipeg Art Gallery (WAG), le musée d’art contemporain super design. Plus d’infos ici : Welcome to the Winnipeg Art Gallery | Winnipeg Art Gallery - Le Musée de Saint Boniface, qui retrace l’histoire et la culture des Canadiens francophones et des Métis du Manitoba. Plus d’info ici : Le Musée de St. Boniface Museum - Le Musée des Droits de la Personne, situé à la Fourche et dont la construction sera achevée fin 2012, sera le premier musée national canadien situé en dehors d’Ottawa. Plus d’infos ici : Accueil | Le Musée canadien pour les droits de la personne Trouver des livres en français Il existe une bibliothèque publique francophone située à l’entrée du quartier de Saint Boniface. Plus d’infos ici : St. Boniface Library Hours, Location, Mandate, Collections, Services Toujours dans Saint Boniface, il est possible d’acheter des livres en français dans la librairie francophone A La Page, sur le boulevard Provencher. Le théâtre Pour les anglophiles, rendez-vous au Royal manitoba Theatre Centre : Home Et pour les anglophobes, il y a le Cercle Molière, le théâtre le plus ancien du Canada : Le Cercle Molière 2011 L’opéra et le corps de ballet Winnipeg n’a pas été élue capitale canadienne de la culture pour rien ! Si vous aimez la grande musique, rendez-vous au Manitoba Opera (Manitoba Opera), ou allez voir Casse-Noisettes au Canada’s Royal Winnipeg Ballet (Canada's Royal Winnipeg Ballet). Festivals et concerts Winnipeg, c’est LA ville de la musique et des festivals ! L’été, il y en a chaque semaine, c’est de la folie. Les festivals incontournables sont : - Le Festival du Voyageur, organisé par la communauté francophone de Winnipeg, pour célébrer son héritage culturel. Il a lieu en février (par -30°c) et dure 10 jours. C’est le plus important festival d’hiver de tout l’Ouest Canadien. Vous y trouverez des concerts, des statues de glace géantes, des shots dans des verres de glace, des toboggans géants en glace, un mûr de glace pour les grimpeurs, des animations historiques en costumes d’époque, des traineaux tirés par des chevaux, etc. Les tarifs adultes sont de 13$ la journée ou 22$ pour le pass de 10 jours. - Le Winnipeg Folk Festival qui a lieu sur 4 jours début juillet. Il se tient dans le parc de Birds Hill, à une demi-heure de Winnipeg. On peut y planter sa tente pendant les 4 jours et des bus spéciaux desservent le parc pour l’occasion. C’est un festival à la roots, style Woodstock en plus soft, avec de la musique folk non stop. Le site web : Winnipeg Folk Festival | Bringing music to your community year round. - Le Folklorama qui célèbre les différentes communautés de Winnipeg. Pendant 2 semaines, des pavillons, un pavillon pour un pays, sont dispersés aux quatre coins de la ville. On y mange, on y boit et on assiste à un spectacle typique. Chaque pavillon est tenu par des bénévoles originaires du pays représenté. On peut ainsi voyager au Mexique, en Thailande, au Japon, en Irlande… soit une quarantaine de pays en tout. Seule limite : on doit payer une entrée pour chaque pavillon. Si on veut tous les faire, c’est quand même un budget. Mais certains valent vraiment VRAIMENT le coup. Le site web : Folklorama - L’Arboriginal Day Live Festival qui célèbre la culture métis, autochtone et inuit le temps d’une journée avec des co+ncerts, des stands de nourriture à base de bison et autres, de l’artisanat. Site web : Aboriginal Day Live & Festival - Le Manitoba Icelandic Festival ("Islendingadagurinn") est organisé chaque année dans la ville de Gimli, à une heure de Winnipeg. Gimli est aussi appelée la nouvelle Islande en raison de sa population islandaise très importante. Pendant 4 jours entre fin juillet et début août, de nombreuses manifestations vikings sont organisées dans la ville. Dépaysement garanti ! Le site du festival : Icelandic Festival of Manitoba 2011 Faire du tourisme Les monuments et lieux historiques de Winnipeg - Lower Fort Garry, lieu historique national C´est à cet endroit que les Ojibwa et les Moskégons du Manitoba d'une part, et la Couronne d'autre part, ont signé le traité no 1. Lieu : St. Andrews (Manitoba) À 15 minutes au nord de Winnipeg par la rue Main et la route 9 Reculez dans le temps pour vous retrouver au XIXe siècle, à l'époque de la traite des fourrures, dans le plus vieux fort d’Amérique du Nord. Des comédiens en costumes d’époque font revivre les débuts de ce poste de la Compagnie de la baie d'Hudson et de la traite des fourrures au Canada, dans les années 1800. Toutes les infos : Parcs Canada - Lieu historique national de Lower Fort Garry - Lieu historique national du Canada de Lower Fort Garry - La Fourche, lieu historique national Contrairement à la plupart des autres lieux historiques nationaux, à la Fourche on ne commémore pas une période spécifique de l'histoire. Son importance tient plutôt à son rôle de témoin des nombreux événements qui ont faconné l'Ouest canadien. C’est là que les premiers occupants ont campé, au confluent de deux grandes rivières, et leur présence en a attiré d'autres au fil des siècles. Aujourd'hui, La Fourche est le « lieu de rencontres » de Winnipeg. Le site web : One of the loveliest public spaces in Winnipeg and a must-see for any visitor. | The Forks - Fort Gibraltar, dans le quartier de Saint Boniface A l’origine, le Fort Gibraltar était un poste de traite de fourrure et un poste pour contrôler l’échange de pemmican de la Compagnie du Nord-Ouest, situé à la fourche de la rivière Assiniboine et de la rivière Rouge en 1810. On a reconstruit le Fort actuel à Saint-Boniface sur la rive est de la rivière Rouge en 1978, avec le Festival du Voyageur inc. En été, c’est un site historique touristique. En février, le Fort est au cœur des célébrations du Festival du Voyageur. Plus d’infos : Fort Gibraltar - Manitoba Legislative Building Des tours de 1h sont organisés de juillet à septembre Les infos ici : Visite du Palais législatif | Infrastructure et Transports | Province du Manitoba - Le quartier de Saint Boniface, son musée et la tombe de Louis Riel Le Musée de Saint Boniface, en partenariat avec d’autres structures, organise l’été différents tours et animations autour de l’héritage culturel des Franco-Manitobains. On peut ainsi avoir droit à une visite de nuit du musée aux bougies, ou à un voyage dans le temps de Louis Riel, avec une pièce de théâtre jouée en costumes d’époque dans le cimetière de la cathédrale. Plus d’infos ici : Théâtre dans le cimetière 2011 Les parcs provinciaux et nationaux autour de Winnipeg La province du Manitoba pourrait contenir à elle seule l'Espagne et le Portugal, ou le Dakota du Nord, l'Illinois, l'Iowa et le Wisconsin. Il s’agit d’un vaste territoire dont la forêt occupe à peu près 40 % et qui compte environ une cinquantaine de réserves naturelles et de parcs de loisirs où l’on peut randonner à pieds, en ski ou en raquettes, camper, louer un chalet, pêcher, faire de la moto-neige, etc. Le Parc national du Mont-Riding (Riding Mountain) : c’est l’un des parcs les plus fréquentés au Canada et c’est aussi là où se trouve l'un des derniers troupeaux de bisons d'Amérique du Nord. Il se trouve à 5h de voiture au Nord Ouest de Winnipeg Le parc provincial Whiteshell : c’est le plus grand parc provincial du Manitoba et il se trouve à 1h30 à l’Est de Winnipeg. Le parc de Nopiming : situé à 200 kilomètres de Winnipeg, au nord de Whiteshell, il regorge de lacs et de rivières et sa faune est particulièrement abondante. Le parc provincial Grand Beach : à 1h30 de Winnipeg, c’est là que se trouvent les plus belles plages de la province, avec leurs immenses étendues de sable fin, vestiges du lac Agassiz qui remonte à l'époque glaciaire Le parc provincial Duck Mountain : c’est au sud-est de ce parc que l’on atteint le point culminant du Manitoba, le Mount Baldy (831 mètres). Le parc provincial Spruce Woods : à 3h de Winnipeg, on sort de la forêt et pouf, on se retrouve au beau milieu d’un désert. Le parc provincial de Turtle Mountain : il se trouve à environ 80 kilomètres au sud de Brandon, et présente de nombreux lacs, cours d'eau et autres formations pélagiques. Le parc Birds Hill : à une demi-heure de Winnipeg, il a été créé en 1967 pour répondre aux besoins récréatifs croissants de la capitale provinciale. C’est là qu’est organisé le Winnipeg Folk Festival chaque année, en juillet. Plus d’infos : Parks and Natural Areas | Conservation | Province of Manitoba Le nord du Manitoba Churchill Au Nord de la Province, Churchill est la capitale de l’ours polaire. Selon la période de l’année, on peut y admirer les aurores boréales, observer les ours polaires, aller à la rencontre des baleines. La ville est minuscule et assez difficile d’accès : on ne peut pas y aller par la route, donc on oublie la voiture et le bus. Deux possibilités : l’avion ou le train (compter 2 jours aller) Toutes les infos ici : Destination Churchill : Touch the Arctic Parc provincial des Chutes Pisew A 7h au Nord de Winnipeg, du côté de Thompson, on peut voir les 2e chutes les plus hautes du Manitoba, avec 13 mètres de hauteur. Elles n'ont qu'un mètre de moins que les chutes Kwastichewan, les plus hautes de la Province. Les infos ici : Parks and Natural Areas | Conservation | Province of Manitoba Parc national Wapusk Le parc Wapusk, qui signifie "ours blanc" en langue crie, protège l'un des plus vastes sites au monde de mise bas des ours polaires. Il se trouve tout près de Churchill, dans la région naturelle des basses-terres d'Hudson et de James, qui borde la baie d'Hudson, à la limite de la forêt boréale et de la toundra arctique. Pour se rendre à Wapusk, il faut passer par des voyagistes autorisés de Churchill. Le parc national Wapusk ne peut accueillir qu'un nombre limité de visiteurs et il n'est pas recommandé de le visiter sans guide. Pour obtenir une liste à jour des voyagistes autorisés, il faut contacter le bureau du parc par téléphone au 1-888-773-8888 ou 1-204-675-8863. Les infos ici : Parcs Canada - Parc national Wapusk Une visite aux Etats-Unis La frontière américaine ne se trouve qu’à 1h30 de Winnipeg en voiture. Beaucoup de Winnipegois font des weekends shopping aux USA, pour profiter des prix bien plus bas. L’Etat le plus proche est le Minnesota. La capitale, Minneapolis, se trouve à 7h de voiture de Winnipeg. Pas très loin, à l’Est du Minnesota, on peut également se rendre au Dakota du Nord. Il n’y a pas tellement de possibilités pour aller aux USA en bus. Le mieux reste la voiture, même pour rejoindre Minneapolis. L’avion coûte assez cher depuis Winnipeg et les vols ne sont pas directs. Si vous préférez quand même vous déplacer en avion, vous avez le choix entre Air Canada et WestJet, les deux compagnies canadiennes. Air Canada : Air Canada - Site Officiel: vols, billets d'avion, bas tarifs ariens, location de voiture, htels, forfaits WestJet : Airline Tickets, Airfare Deals, Seat Sales, Canada Flights - WestJet Source [ monpvt.com/ ] Et pour finir je vous laisse avec cette magnifique vidéo
  23. Bonjour à tous, et je tiens déjà à vous remercier pour les réponses éclairées que vous m'apporterez, j'ai beaucoup cherché l'information, mais je n'arrive pas à trouver l'information précise. Mon amie et moi même sommes entrain de commencer notre demande de CSQ pour le programme travailleurs qualifiés, nous sommes actuellement en PVT, il nous reste encore un peu plus d'un an sur place, nous ne pouvons pas passer par le PEQ pour différentes raisons. Mon interrogation est à propos de l'expérience professionnelle prise en compte dans la grille de synthèse. Lors des dernières années en France avant d'arriver au Canada, j'ai été pendant 3 ans gérant d'une société dans l'immobilier, j'étais travailleur autonome et la société m'appartenait. Cette expérience professionnelle est-elle comptabilisée pour me rapporter des points dans le cadre de mon projet d'immigration ? Ou bien sont pris en compte que les emplois salariés? Merci d'avance pour vos réponses. Bon week-end à tous. Lucas
  24. Hello amigos!C'est quoi le rôle du Bureau IRCC d’Ottawa pour les dossier fédéral?Et combien de temps le dossier reste la bas avant d’être affecté au bureau des visa correspondants de Paris pour les Tunisiens et les Algériens?Mon dossier est a Ottawa ce que l'agent m'a dit en appelant sachant que je suis résidant en Allemagne et j'ai fais ma demande fédéral depuis l'Allemagne aussi.Merci.
  25. bonjour, j'ai un diplôme prive bac+5 du maroc je veux juste savoir si mon diplôme "prive" est reconnu au Québec , est ce que je peux commencer les procédures normalement avec Niveau de scolarité Universitaire 1er cycle 3 ans ou + , et merci .
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com

Advertisement