Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'famille'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Calendars

  • Calendrier général
  • Sorties / Rencontres

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 64 results

  1. Ici, dans les Cantons de l’Est, l'automne c'est une explosion de couleurs, d'activités et de saveurs. Je vous partage quelques moments forts de mon calendrier... 1. Journée des parcs nationaux La journée des parcs nationaux marque la fin de l'été. Après seulement quelques jours d'école, la gratuité des parcs est une bonne excuse pour s’aventurer un peu plus loin que d’habitude. Découvrir de nouvelles places. S'essayer au rabaska. Faire un parcours de géocaching avec les enfants. Et simplement profiter de la nature. 2. La flambée des couleurs Le spectacle est magnifique depuis le sommet du Mont-Orford. A perte de vue, on observe les paysages de la région se teinter de jaune, orange et rouge. Juste que cette année, nous voulions éviter de monter trop tôt. Le truc c’est de surveiller régulièrement les indices de couleurs pour planifier sa sortie. 3. Les pommes ! En septembre nous avons fait le tour d'une demi-douzaine de vergers. Et comme si ça ne suffisait pas, les enfants sont retournés aux pommes avec leur classe. On s'est retrouvé à faire une vingtaine de kilos de compote, gosettes, confitures et tartes. Mmmhhh… J'aime cette période de l'année où dès le réveil on profite de cette bonne odeur de tartes aux pommes cannelle partout dans la maison... 4. Les citrouilles ! Fin septembre, il faut déjà faire de la place pour les citrouilles. On s’amuse à les cueillir à la ferme. Des petites. Des immenses. Soupe, papillotes tartes… on est rendu pas mal bons pour Thanksgiving. Et pour le côté récréatif, les enfants se pratiquent pour les sculptures d'Halloween. A noter : le festival des citrouilles géantes à Lennoxville. La première fois que j'avais entendu parler de ça, c'était dans un dessin animé de Franklin. 5. Les vendanges Nous avons la chance d'avoir plusieurs vignobles en Estrie. Le vin n'est peut-être pas exceptionnel, mais le cadre et l'ambiance des vendanges valent largement le détour. Encore une expérience incroyable. 6. Les comptonales Une découverte pour nous cette année : la virée gourmande de Compton. Monter dans un bus scolaire jaune et se balader de ferme en ferme, découvrir des producteurs locaux et passer la journée à déguster de bonnes petites choses. Oh que c’est bon. On a pris plein de bonnes idées pour nos repas de fêtes. Et clairement, la prochaine fois que des proches viennent au Québec, visite, on arrêtera de leur servir de la poutine ou du sirop d'érable. On a maintenant plein de saveurs régionales à leur faire découvrir. 7. La rivière des lanternes Une dernière activité coup de cœur pour cette chronique : fabriquer des lanternes et puis de déambuler en cortège dans la nuit de Sherbrooke. J’adore surtout le principe du théâtre ambulant. Avec nos lanternes, on suit les acteurs qui évoluent d’un bout à l’autre d’un parc. Quand ils se déplacent, la foule se déplace avec eux, en éclairant la forêt avec toutes ces lanternes artisanales. Magique. On pourrait ajouter à cette liste : les fêtes de parcs, les fêtes de la bière, les fêtes des récoltes, les portes ouvertes, la Color Run de Sherbrooke, Thanksgiving ou encore toutes les activités extra-scolaires des enfants. C’est fou le nombre d'activités (familiales) que l’on peut faire. Je n’ai d’ailleurs pas le souvenir de m'être autant amusé en automne avant de venir au Québec. Mais curieusement, la majorité des activités que nous avons ici, on pourrait les vivre aussi en France, en Belgique ou ailleurs. On pourrait. On aurait pu. L'automne n'est pas une exclusivité du Canada. Pourquoi avoir attendu d’immigrer pour profiter autant de cette saison ?
  2. Petite confidence : avant 35 ans je n'avais jamais envisagé de vivre au Canada. Pourtant, en couple, avec 2 enfants, ma routine quotidienne c'était : quitter la maison trop tôt - avant le réveil des enfants - pour éviter les embouteillages vers Bruxelles; faire de longues journées de travail. Et presque devoir me justifier pour partir avant 18h; rentrer à la maison trop tard. Souvent après le souper des enfants. Parfois même après leur heure de coucher. Je me disais que les choses allaient changer. Mais elles ne changeaient pas. Alors au final, je garde l'impression d'avoir manqué l'essentiel avec mes enfants. Ce n’était pas le plan. Voyage initiatique En 2012, ma conjointe et moi avons décidé une pause professionnelle. Prendre une respiration de six mois pour faire le tour des Annapurnas ou vivre un "Rendez-vous en terre inconnue". Du team building familial. Quelque part loin de notre zone de confort. Tiens, au Canada par exemple. Nous avons parcouru différentes provinces : le Nouveau Brunswick, l'Ontario, la Colombie Britannique et le Québec. Ça n'a pas toujours été simple. Mais nos enfants de 3 et 5 ans ont beaucoup aimé partager cette aventure familiale. Au fil des mois, nous nous sommes interrogés : "bon, qu'est-ce que ça prendrait pour vivre ici? Est-ce que c'est réaliste?" Tranquillement nous avons commencé à faire des todo list, étudier les opportunités d'emploi, réseauter, imaginer différents scénarios, identifier les risques, calculer des budgets, dresser des plans d'action... Projet de vie 2.0 Avec une préparation adéquate et un bon plan de match, il suffit juste de dérouler les étapes pour atteindre ses objectifs. Démonstration... De retour en Belgique, il ne nous aura ainsi fallu que très peu de temps pour négocier un contrat d'embauche aux Journées Québec, assurer la reconversion professionnelle de ma compagne, mettre de l'ordre dans nos affaires puis remonter dans un avion. Toujours suivant le plan, nous sommes arrivés à Sherbrooke avec deux emplois dans nos valises. Nos enfants se sont parfaitement intégrés dans leur école bilingue anglais/québécois. Six mois après notre arrivée, nous construisions notre maison. Notre cabane au Canada, blottie au fond des bois, avec des écureuils et tout le tralala de la chanson. Que dire de plus? Le matin, c'est devenu un plaisir de prendre le petit-déjeuner. En famille. Et les enfants sont priés d'oublier le bus : c'est moi qui les dépose à l’école. J'ai découvert que j'aime ça. Dix minutes après, je suis déjà à mon bureau. Aucun embouteillage. Ça aussi, j'aime. Ma fille fait un spectacle à l’école? Mon boss trouve normal que je prenne une heure pour aller l'encourager. La famille avant tout. Je capote. Les fins de semaine, ce ne sont pas les lacs qui manquent dans la région pour aller nager ou pêcher. Fréquemment nous partons cueillir des fruits de saison, camper, skier, patiner, faire des partys avec nos voisins ou amis, etc. Nous voulions augmenter notre qualité de vie. Objectif atteint ! Évidemment, tout n'est pas rose. Immigrer n'est pas sans risques. Surtout en couple. Avec des enfants. Avec un statut temporaire. En région. Etc. Plutôt que de devoir réfléchir aux problèmes une fois au pied du mur, c'est beaucoup plus rassurant d'anticiper des solutions suffisamment en amont. En tout cas, pour ce soir, cela me donne l'occasion de profiter des couleurs automnales, confortablement installé sur mon patio, face au lac, un verre de vin en main et citant Hannibal - grand philosophe du XXe siècle : "J'adore quand un plan se déroule sans accroc". Bonne planification dans vos projets !
  3. Bonjour à tous, Ma petite famille et moi-même souhaiterions émigrer au Canada (pourquoi pas au Canada anglophone) mais j'avoue ne pas trop comprendre comment m'y prendre.... Je vous explique : je suis sage femme de formation (mais c'est très compliqué d'exercer en tant que tel au Canada, si j'ai bien compris) mais comment faire pour éventuellement passer une reconnaissance infirmière mon conjoint est chauffeur poids lourds mais j'ignore si les permis français sont reconnus au Canada ou pas, ou doit-il tous les repasser,... et nous avons 3 filles de 9,7 et 1 an! On souhaitai faire appel à un avocat mais vu leur prix et surtout vu les commentaires sur le forum , on va s’abstenir! A quel profil d'immigration correspond on? Par ou commencer? ou n'importe quels conseils.... Merci d'avance!
  4. Bonsoir, Je vais procéder à la demande en ligne pour le Caq et le permis d'étude (pour moi) et le permis de travail temporaire (pour mon mari). J'aurais souhaité savoir s'il est possible de se rendre au Québec en ayant le caq et de récupérér les différents visas et permis directement sur place ? Si oui quelle est la procédure ? Merci pour vos réponses. Bonne soirée
  5. Bonjour, Je voudrai demander si quelqu'un d'entre vous a déjà demander le visa Court Séjour pour le canada (Montréal) afin de rendre visite à des membres de la famille? sachez que j'ai mon mari, sa tante et son mari. Dossier de parrainage en cours de préparation mais mon mari me manque et il ne peut venir à cause de son travail, Je compte lui faire une surprise, alors sa tante va me faire une lettre d'invitation. SVP dites moi comment cette procédure se passe t elle? donnez moi toutes les informations concernant cette démarche. Je vous remercie à l'avance.
  6. Bonjour, Je vous explique ma situation; je suis une Québécoise de 25 ans qui est en couple avec un gars de France de 26 ans et ce, depuis bientôt 4 ans. Cela fait longtemps que nous regardons pour les différentes démarches pour qu'il puisse venir vivre ici. Il est inscrit dans le bassin pour un PVT depuis plusieurs mois, mais toujours pas de nouvelle. Nous nous voyons environ 3-4 fois par année mais nous sommes arrivés à un point où ça venue est urgente. Nous allons bien vite devenir époux/épouse et nous avons appris il y a quelques jours que nous attendons un enfant. J'aimerais votre aide pour m'informer des démarches les plus rapides car je dois avouer, plus je cherche et plus je suis mélangée dans toutes les démarches. Nous voulons regarder pour une demande d'immigration mais je ne trouve pas les formulaires pour. Je trouve seulement des formulaires de demandes qu'il lui faut des promesses d'embauches, d'entrée express etc.. Pour le parrainage, est-ce qu'il faut réellement que j'ai un salaire X depuis tant d'année? Car je viens tout juste de finir mes études et je commence à peine mon emploi.. Merci d'avance
  7. Bonjour je suis nouvelle sur ce site donc je ne sais pas si j'écris au bon endroit. Je vous explique ma situation; je suis une Québécoise de 25 ans qui est en couple avec un gars de France de 26 ans et ce, depuis bientôt 4 ans. Cela fait longtemps que nous regardons pour les différentes démarches pour qu'il puisse venir vivre ici. Il est inscrit dans le bassin pour un PVT depuis plusieurs mois, mais toujours pas de nouvelle. Nous nous voyons environ 3-4 fois par année mais nous sommes arrivés à un point où ça venue est urgente. Nous allons bien vite devenir époux/épouse et nous avons appris il y a quelques jours que nous attendons un enfant. J'aimerais votre aide pour m'informer des démarches les plus rapides car je dois avouer, plus je cherche et plus je suis mélangée dans toutes les démarches. Nous voulons regarder pour une demande d'immigration mais je ne trouve pas le formulaire pour. Je trouve seulement des formulaires de demandes qu'il lui faut des promesses d'embauches, d'entrée express etc. Merci d'avance
  8. Bonjour, j'ai un fils adopté au Maroc sous Kafala. J'ai un grand problème à régler sa situation. Y en a t-il sur ce forum qui ont ce problème. Merci.
  9. Salut, Nous sommes une famille originaire du sud de la France. Ma femme 31 ans, ma fille 4 ans et moi même 30 ans. Nous sommes arrivés sur Montreal il y a un mois et nous cherchons à rencontrer du monde pour discuter, boire un verre etc... Se faire des amis quoi !! Nous nous sentons un peu seul dans cette nouvelle vie ... Merci !
  10. Je me souviens encore du jour où j'ai décidé de m'expatrier en famille : "Quel beau projet, excitant, courageux... mais tellement stressant !" À l'approche du grand départ, la pression se faisait de plus en plus oppressante et les questions s'enchaînaient dans ma tête : "Mes enfants vont-ils s'intégrer ?", "Comment vont-ils vivre l'éloignement du reste de la famille", "Que va-t-il se passer si notre vie ne nous plaît pas là-bas ?". À juste titre selon moi, car il ne s'agissait pas d'une mince affaire (dans le style "À quoi inscrit-on Junior cette année : babyfoot ou cerf-volant ?"). Non, c'était du sérieux et cela impliquait que chacun des membres de la famille allait devoir (et surtout vouloir) s'adapter : nouvelle vie, nouveau pays, nouvelle culture, nouveaux amis et parfois nouvelle langue. Pour mener ce projet à bien et en faire une réussite, des discussions furent nécessaires bien sûr, ainsi qu'une bonne préparation administrative, matérielle et psychologique. Bien sûr, certains rabats-joie n'ont pas manqué de juger cette décision d'inconsciente, égoïste, irréfléchie, et de me faire part de leur incompréhension. Régulièrement culpabilité et doutes vinrent ainsi freiner (et même gâcher) mon excitation, ma joie et mon impatience, durant les mois précédant le grand départ. Sans parler de quelques nuits blanches et de tablettes de chocolat englouties... Pourtant... c'est certainement l'une des meilleures décisions que mon conjoint et moi ayons prise de notre vie, autant pour nous que pour les enfants. Car une merveilleuse aventure nous attendait (ce qui ne l'empêcha pas d'être parsemée d'embûches). Et si (comme je l'étais au début) vous êtes persuadés que s'expatrier en solo ou à deux est plus simple et plus pratique qu'avec ma tribu : vous vous trompez ! Hormis lors de la préparation : alors oui, en effet (moins de paperasse, pas de recherche d'école ou de garderie, vaccins, budget, etc), mais une fois sur place : que nenni !!!! Voici selon moi 5 arguments de poids prouvant que partir vivre à l'étranger en famille présente de nombreux avantages. Partir vivre à l'étranger avec ma famille m'a notamment permis de : 1- RESSERRER LES LIENS FAMILIAUX Face aux difficultés et à l'inconnu, l'humain a tendance à chercher refuge auprès de ses proches et ça tombe bien, on est de cette race ! Le dicton "L'union fait la force" s'est avéré particulièrement vrai durant notre expatriation : bravant les épreuves de la vie à l'étranger, les uns comme les autres avons fait preuve de plus de solidarité et de confiance entre nous que dans notre pays natal. Rien de tel que l'expatriation pour souder une famille : on se fait plus de confidences, on partage plein de beaux moments rien qu'à nous, et on se forge des souvenirs en famille inoubliables. 2- S'INTÉGRER PLUS VITE ET PLUS FACILEMENT Vive l'école ! Grâce à elle, nos chers bambins se sont rapidement fait de nouveaux amis et ont découvert avec joie que l'amitié dépassait les frontières. Mais bonne nouvelle, elle a également été profitable à nous, les parents. Personnellement, étant d'une nature plutôt timide, toujours à cours de sujets de conversation et peur d'ennuyer les autres avec des platitudes, l'école s'est avérée être en effet un magnifique vivier de connaissances et d'amis. Les parents qui amenaient leurs enfants à cette école ayant plein de points communs avec nous (les enfants bien sûr, le quartier, les préoccupations et les activités extra-scolaires), l'approche s'est avérée plus facile, ainsi que les discussions, plus ou moins sérieuses selon les journées : devoirs, profs, poux, ... Et la cerise sur le sunday, comme ils disent au Québec : les entraînements et les matchs de nos progénitures ! Rien ne vaut d'attendre (désespérément) des heures sur un banc pour entamer une conversation avec un autre "commis d'office" : le temps passe plus vite, je vous le garantis ! 3- APPRENDRE UNE LANGUE BIEN PLUS RAPIDEMENT* Ayant choisi l'Espagne comme pays d'adoption pour notre petite famille et ayant fait Allemand (oui, je sais... en langue vivante 1, en plus ! Pour ma défense "Mutti" était prof d'allemand, alors j'ai pas eu le choix...) et Anglais à l'école, je redoutais l'apprentissage de cette nouvelle langue. Et je ne m'étais pas préparée mentalement à me faire couper l'herbe sous le pied par mes enfants de 3 et 5 ans : la fréquentation de l'école locale et des petits voisins, sans oublier leur cerveau moins "ridé" et plus spongieux que le mien, ont eu raison de ma méthode Assimil. Oui, bon, voilà : mes enfants ont appris l'Espagnol ET le Valencien à une vitesse fulgurante, et moi, à une vitesse d'escargot (j'ai remis à plus tard l'apprentissage du valencien pour ma part !). Valorisant pour eux ("Je parle mieux que Maman", "Papa, avec ton accent pourri, on comprend rien", "Maman elle arrive pas à prononcer le double R", "Papa, constipado, ça veut pas dire qu'on arrive pas à faire caca, ça veut dire enrhumé), challengeant et attendrissant pour moi : tout le monde y trouve son compte et j'ai appris l'espagnol bien plus rapidement que si je m'étais installée en Espagne sans enfants. * Je suis arrivée au Canada avec mon conjoint en 2004, et nous y sommes restés durant 10 ans et où nous nous sommes même "reproduits" . Puis nous avons décidé de nous lancer dans une nouvelle aventure : ma famille et moi sommes actuellement en Espagne. 4- POSITIVER En m'expatriant, j'ai réalisé que contrairement aux idées reçues, la vie à l'étranger n'était pas toujours idyllique : elle est régulièrement ponctuée et ternie par des moments de doutes et/ou de blues. Ayant testé l'expatriation également à deux (avant de nous "reproduire"), je vous confirme qu'avoir des enfants avec soi m'ont empêchée de me morfondre et à "pleurer sur mon sort", même lorsque mon moral n'était pas au top. Car notre "devoir" de parent consiste à faire figure haute devant eux, adopter une "positive attitude" et passer outre notre propre mal du pays. Face aux crises de mes enfants les premières semaines de notre arrivée (ils ne voulaient pas aller à l'école, car ils n'arrivaient pas à communiquer), leur papa et moi avons dû redoubler d'efforts et de patience pour les rassurer et leur prouver au quotidien le bien-fondé et les bienfaits de l'expatriation. Pour cela, on s'attachait quotidiennement à insister sur les bons côtés de leur nouvelle vie, et à les féliciter et à les encourager pour leur rapidité et facilité d'adaptation. Mine de rien, en agissant ainsi, je vous garantis que je n'ai jamais eu le temps de m'apitoyer sur mon sort. Et cela m'a d'autant plus fait apprécier les bons côtés de cette belle aventure familiale. 5- DÉCOUVRIR, DÉCOUVRIR, DÉCOUVRIR Suite logique du point précédent, pour que nos enfants (et nous bien sûr) apprécient leur vie à l'étranger, on a fait en sorte (bon, surtout au début) de rendre extraordinaire chaque journée libre : en visitant un nouvel endroit, en participant à une activité locale, en assistant à une fête traditionnelle, en allant à la rencontre de gens du coin, etc. Bref pas question de rester cloîtrés à la maison : même encore maintenant, on sort dès qu'on peut et on essaie de faire de chaque sortie une aventure... (alors que seule, je vous avoue que je cèderais régulièrement à la tentation de rester à la maison, de passer des heures sur Internet ou devant la télé avec une belle boîte de Ferreros ou un paquet de chips... mais de passer à côté de beaucoup de choses ! ) En résumé, partir vivre à l'étranger avec ma tribu ne m'a pas épargnée de son lot de peurs, d'efforts et d'écueils, mais si je devais le refaire, je le referais : vivre cette belle aventure familiale en vaut la chandelle ! Et 1 image valant 1000 mots : "Si vous voulez aller vite, allez-y seul. Si vous voulez aller loin, allez-y à plusieurs." Alors vous, votre expatriation en famille, vous l'avez vécu (ou vous l'imaginez) comment ? PS : N'hésitez pas à aller faire un tour sur mon blog EXPATRIATION, TOURISME ET COMPAGNIE et à vous abonner pour ne rater aucun billet , et sur ma page Facebook Expatriation, Tourisme & Cie.
  11. -Tu rentres pour les Fêtes ? - Nan... Voilà quelle a été ma réaction, à la veille de mon premier Noël au Canada. Cela faisait seulement 3 mois que nous nous étions installés à Montréal avec mon conjoint, et les seules personnes avec qui nous avions commencé à tisser des liens (la voisine et 2 ou 3 bénévoles européens durant des festivalsn) ne passaient pas les fêtes en ville. J'étais encore dans emploi (et donc le moral un peu dans les chaussettes) et je n’arrivais pas à me faire à l’idée quasi-cauchemardesque qu’on allait passer les 24 décembre au soir à deux : arghhhhh. Petite précision : je l’aime mon chéri, MAIS il aurait assurément sa place dans le Guinness des Records, si la catégorie « le mec le plus anti-romantique du monde »existait… : pour lui Noël, c’est purement commercial, comme la Saint-Valentin (jamais eu de cadeau à cette occasion… ah si, un bouquet de roses à moitié fanées que lui avait donné la voisine, enveloppé dans du papier journal ! ). Bref… fallait pas que je compte sur mon conjoint pour me remonter le moral pour ce premier Noël sans famille. Mais soudain la chance a tourné : le 23 décembre j'ai obtenu l'emploi de mes rêves ET une connaissance de mon conjoint (qui est devenu un ami depuis) nous a proposé de venir fêter Noël avec lui dans sa famille. Je lui aurais sauté au cou si j’avais été là, au moment de cette proposition. Cela a été un Noël chaleureux, joyeux, convivial, EXTRAORDINAIRE: exactement à l’image des Québécois. On a été accueillis comme si l'on faisait partie de la famille depuis des siècles, on a mangé des mets québécois de fête (comment oublier ce délicieux ketchup maison, qui n'a rien à voir avec le ketchup vendu dans le commerce, aussi bien au niveau goût, que texture et apparence d'ailleurs), on a passé une soirée INOUBLIABLE. Durant la soirée, j'ai pris conscience de la chance immense que j'avais de vivre cette fabuleuse expérience. J'ai également réalisé que c'était le premier Noël MAGIQUE depuis mon âge adulte : décor extérieur de rêve, avec de la neige partout, musique de Noël omniprésente (ah ça, ils l'aiment les chants traditionnels de Noël, les Québécois ), feu dans la cheminée, etc... D'ailleurs, après avoir voté à l'unanimité (avec moi-même ), j'affirme solennellement que ce Noël fait partie du Top 3 « Noël » de ma vie d'adulte. Et VOUS, comment avez-vous passé votre premier Noël au Canada, ou comment comptez-vous le passer si c'est votre "première fois" ? J'ai bien hâte de lire vos différentes témoignages. Sur ce, je vous souhaite un Joyeux Noël ! NB : Si vous avez encore la crainte de passer les Fêtes loin de votre famille, ou si vous en êtes tout simplement triste à cette idée, je vous conseille vivement de découvrir 5 avantages de fêter Noël à l'étranger (je connais personnellement l'auteur : je l'adoooooore ! ) : cela devrait vous aider à moins redouter ce moment.
  12. nicolas_59

    auto-entreprenur

    Bonjour, Nous sommes Français avec deux enfants. Nous faisons actuellement les démarches pour obtenir un visa travail/Vacances. Je suis actuellement salarié dans le domaine de l'imprimerie et également webmaster auto-entrepreneur ( activité secondaire ). Je souhaite devenir webmaster freelance à plein temps. Nous souhaitons donc tenter notre chance au Québec, ma femme y voit également l'opportunité de se forger une solide expérience en tant qu'éducatrice jeunes enfants. Je voulais donc savoir s'il était possible et facile de réussir en tant que webmaster auto-entrepreneur, continuer ce que j'ai commencé en France. Ou alors trouver un emploi à plein temps dans l'informatique, ou en profiter pour faire un stage pour acquérir de l'expérience.... Comment cela se passe-t-il également pour les enfants ( l'un à 2 mois, l'autre 5 ans) ? Merci d'avance pour toutes les réponses qui me seront apportées? Cordialement
  13. Je ne suis pas terroriste, je ne veux que la Paix, j'aime la vie, j'aime les gens (sauf les méchants), et pourtant JE ME SENS COUPABLE... Et c'est en me demandant "POURQUOI ?", et si j'étais la seule à ressentir cela, que j'ai réalisé qu'il existe un syndrome de culpabilité chez tout "expatrié". J'ai essayé de récapituler toutes les situations où je suis confrontée à cette maudite sensation de culpabilité, ainsi que les "parades" pour remédier à ce sentiment, et je me demandais si vous aussi vous ressentiez la même chose, à savoir : 1- Vous sentir coupable de ne pas pouvoir RENDRE HOMMAGE en personne. C'est l'une de mes principales frustrations : depuis que j'ai quitté la France, j'ai perdu une grand-mère, une tante, un ancien voisin, ... mais aussi des inconnus auxquels j'aurais voulu rendre hommage, tels que ces 120 personnes qui ont perdu la vie au nom de cet horrible, monstrueux, inhumain fanatisme. Quel sentiment d'impuissance, de ne pas pouvoir honorer "physiquement" un proche (ou à sa famille), lorsqu'il décède : se recueillir sur sa tombe, y déposer des fleurs, un message, une bougie, ... (lire la suite en cliquant sur ce lien : https://lcomet.wordpress.com/2015/11/16/expat-maudit-syndrome-de-culpabilite/ )
  14. Cher futur expatrié, es-tu prêt à être jugé, adulé, méprisé, envié, détesté, admiré, incompris, valorisé, jalousé, mis sur un piedestal... EN MÊME TEMPS et AVANT MÊME D'ÊTRE PARTI ? Bizarre, tu dis ? C'est pourtant ce qui t'attend vraiment et ce, quelle que soit ta destination. Imagine-toi être victime d'une avalanche, sauf que ce n'est pas sous la neige que tu crouleras, mais sous ces "jugements". Bon, rassure-toi, ces sentiments ne viendront pas de la même personne (à moins d'avoir à faire à un bipolaire coké avec une préparation de Walter White*). Et le plus bizarre, c'est que ces regards ne viendront pas de personnes inconnues, mais de ton entourage. Et le plus bizarre du plus bizarre, c'est que tu pourras mettre chacun de tes proches dans l'une des 5 catégories suivantes, sans exception : j'en mets ma main mon ventre à couper (ben oui, autant faire utile... 2 grossesses, ça pardonne pas... ). Voici donc en primeur cette liste (du pire au meilleur). 1- Les rabat-joie C'est la pire idée que j'aie jamais entendue... J'ai failli appeler cette catégorie "les pochettes (mauvaises) surprises". Car les personnes qui s'y retrouvent pourraient te surprendre. Naïvement (c'est mon côté bisounours), je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un de mon entourage ait sa place ici. Et ben si, et c'est d'ailleurs l'un des bons côtés de l'expatriation, à savoir : faire le tri dans tes amis et connaissances (la famille, c'est plus difficile... Comme dit le proverbe : On choisit ses amis, mais pas sa famille ! ) : moins de cartes de voeux à envoyer à Noël, c'est toujours ça de pris. Rassure-toi, même si toi aussi tu vis au pays des Bisounours, tu vas rapidement repérer ces personnes car elles ne tardent généralement pas à dévoiler leur "vraie" personnalité : ce sont celles qui vont essayer subrepticement de "casser ton rêve", d'immiscer des doutes, et de diminuer ton capital "détermination" avec des réflexions anodines dans la série Je m'improvise prof de... : ... géo : "Tu sais qu'il y a souvent des ouragans là-bas ? (avec des variantes bien sûr : tremblements de terre, éruptions, inondations)" ... éco : "C'est la crise là-bas", "Leur système social est nul", ... philo : "Déjà que c'est pas facile la vie ici, alors là-bas..." ... sociologie : "Les Espagnols/Anglais/... n'aiment pas les Français." ... médecine : "Vaccine-toi bien, parce que l'hygiène là-bas..." ... droit : "T'as intérêt à assurer tes arrières parce que le préavis de licenciement n'est que de 2 semaines là-bas ..." Face à ces cours magistraux dégoulinant de pessimisme et d'ondes négatives, j'ai personnellement pris le réflexe de dire "Oui, je sais.", d'enchaîner avec une arme de "fuite massive" (la meilleure option étant à mon goût : "Ah mince, j'avais oublié : j'ai piscine, désolée, je dois y aller !") et faire en sorte d'éviter ces personnes à tout prix jusqu'au jour J. Pas de temps ni d'énergie à consacrer à ces "pompeux d'énergie" (dont je parlais dernièrement ici ). Ces rabat-joies sont des jaloux, des aigris, des sadiques (oui, oui), des frustrés. Ils sont tout simplement dépourvus d'intelligence émotionnelle et bien sûr d'empathie... Fuis-les comme la peste, sous peine de perdre ta confiance en toi et ta motivation pour franchir le pas de l'expatriation... 2- Les égoïstes Très facile à repérer : ce sont les personnes qui vont très mal réagir à l'annonce de ton projet (et je te raconte même pas à l'annonce de LA DATE de ton départ...). "Stupeur et tremblement" serait un bon titre pour cette scène. Ces personnes te feront certainement la tête, t'ignoreront, voire te dédaigneront pendant un certain temps, pour manifester leur désaccord, pour te "punir" de cette idée folle, et pour te faire comprendre que tu n'as PAS LE DROIT DE LEUR FAIRE ÇA. Attention, dans la série "reproches + je-te-donne-mon-avis-même-si-tu-ne-me-le-demandes-pas", prépare-toi à des : "Tu es inconscient " "Tu n'as pas réfléchi " "C'est vraiment n'importe quoi " "Mais qu'est-ce que c'est encore ce projet à la con ?" "Pourquoi ???? " Oups, j'ai failli oublier le "Mais t'es fou ou quoi ?" qui est assez puissant, merci... NB : Moi j'ai eu même droit à un "Je t'interdis d'y aller"... alors que j'avais 30 ans ! (Allez Maman, y a prescription maintenant : je ne t'en veux plus ! ). "Tu ne penses qu'à toi" mérite toutefois la Palme. Ce reproche n'est pas anodin car il a pour but de te faire culpabiliser à mort... et c'est là que le bas blesse (ah ben voilà, je viens de vous dévoiler mon talon d'Achille ! ). Pourquoi ? Tout simplement parce que ce reproche est totalement justifié : oui, c'est vrai, toi aussi, tu es égoïste. L'expatriation est un geste ULTRA-égoïste, il faut bien se l'avouer... mais elle DOIT l'être. Car si tu te mets à penser à tes parents qui commencent à vieillir, à tes enfants que tu vas déraciner, à ton boss qui jure que ton départ compromet l'avenir de sa boîte, à ton meilleur ami qui a besoin de toi surtout en ce moment, à ton vieux chat qui ne supportera pas le déménagement, à ta gentille voisine qui ne peut plus se déplacer, ... alors là, c'est certain : tu ne feras JAMAIS le Grand Saut... et tu vivras de regrets toute ta vie, sans oublier la rancune que tu garderas envers ces "égoïstes" que tu jugeras responsables (mais pas coupables) de l'avortement de ton projet d'expatriation. Bien sûr, dans cette belle aventure "vers l'inconnu", tu aurais rêvé d'avoir le consentement et l'appui de ces personnes, car elles te sont précieuses, mais dans cette guerre "Égoïste contre égoïste", cela ne mène à rien de chercher l'affrontement puisque chacun campe sur ses positions... Alors autant que chacun reste dans sa tranchée. Attention (c'est la minute sentimentale de ce billet : sortez les mouchoirs), cette catégorie n'a rien à voir avec la précédente. Car contrairement aux "profs de", les "égoïstes" t'aiment profondément : ton départ les attriste, les chagrine, les inquiète parce qu'ILS T'AIMENT. Alors à toi de faire en sorte de les rassurer une fois sur place, prendre de leurs nouvelles régulièrement, et leur dire que tu les aimes toi aussi. (C'est bon, c'est la fin du slow : mouche-toi un bon coup et on enchaîne... ;) ) 3- Les extra-terrestres Pour lire la suite, cliquez ici
  15. Bonjour a tous ! Je me pose une question : j'ai vu que pour visiter le Canada il fallait de l'argent pour y subsister ( normal ) , et que la durée du visa en dépend. Les parents de ma copine m'ont proposé de m'héberger gracieusement durant mon séjour, j'aurais donc théoriquement très peu d'argent a dépensé sur place, combien me faut-il pour rester au Québec durant deux mois et demi ? À vrai dire, j'ai peur d'avoir une surprise lorsque le douanier connaîtra la quantité d'argent que j'emmène , je veux vraiment éviter les surprises voire de ne pas avoir le droit d'entrer sur le territoire canadien une fois sur place. Merci d'avance à tous pour votre aide
  16. Bonjour J'ai été recrutée par l'IUGM de Montréal en tant qu'infirmière et dois commencer en septembre. Je partirai de la France avec mon époux et mes deux enfants, déjà inscrits pour poursuivre leurs études là bas. Ma question concernent les CAQ car nous sommes en train de faire nos demandes de permis pour tous les quatre en ligne. Sur mon CAQ il est précisé que les membres de ma famille compris dans ma demande doivent avoir les autorisations. Mon mari, qui n'a pas encore d'employeur demande un permis de travail ouvert. Sur notre demande en ligne dans les documents à fournir pour lui, le CAQ est demandé. Comment faire? J'ai appelé le ministère de l'immigration pour leur poser la question et on m'a juste répondu de demander son PTO . Est-ce que dans la case CAQ pour lui, je peux mettre le mien? Car si je ne mets rien la demande ne sera pas prise en compte... Concernant mes enfants, je sais que je dois obtenir un CAQ pour chacun. Est-ce que quelqu'un connaît les tarifs et les délais d'obtention du CAQ études (niveau lycée)? Merci de me répondre...
  17. La meilleure ville pour s'établir en famille ou pour en former une! intéressant! Palmarès du top 10 http://blog.publimaison.ca/fr/les-meilleures-villes-du-quebec-pour-les-familles/ J'habiterai Boucherville sous peu! Joanna
  18. Bonjour ou Bonsoir, c'est selon l'endroit d'où vous me lirez. Nous sommes une famille de 4 personnes, dont deux enfants de 5 et 10 ans, vivant en Belgique. Il y a peu de temps, nous nous sommes mis à réfléchir sur l'idée de partir vivre au Canada, une famille de notre région y ayant immigré cet été et n'en disant que du bien. Pour notre part, nous n'y sommes jamais allé. Fin novembre nous nous rendrons au salon Destination Canada qui se tiendra à Bruxelles pour une première approche et pour pouvoir une idée un peu plus concrète de ce projet un peu fou (mais non irréalisable puisque vous êtes tous là pour en témoigner ) Des questions il y en a plein... La 1e étant: avez-vous tous fait un voyage de repérage avant de partir ou y en a-t-il parmi vous qui sont partis vire au Canada sans jamais y avoir mis les pieds avant? Nous avons jeté notre dévolu sur MONCTON au NB. Je me suis dit que pour une "première approche" du pays ça devrait le faire Qu'en pensez-vous? J'ai lu des horreurs sur les soins de santé, notamment sur le délai d'attente aux urgences et/ou pour avoir un médecin de famille. Ayant deux jeunes enfants, c'est un point qui m'inquiète un peu... Ensuite j'aimerais savoir comment se déroulent les journées à l'école. Les loisirs pour les enfants? Y a-t-il beaucoup d'activités ou de rencontres organisées entre familles? Les enfants vont-ils comme chez nous jouer les uns chez les autres? Comment se passent les soirées et les week-ends? Plutôt chacun chez soi ou repas et sorties entre amis? Quels sont les "pièges" ns lesquels ne pas tomber en tant que nouveau arrivants? Quelles ont été vos désillusions par rapport aux attentes que vous nourrissiez en immigrant? Et au contraire quelles bonnes surprises avez vous eu? L'initiative de partir vivre au Canada vient de moi. Et même si pour l'instant ma petite famille adhère à l'idée, j'ai un peu peur qu'ils risquent de ne pas s'y plaire pur X raison. C'est pourquoi j'aimerais que vous me décriviez un peu l'ambiance là-bas, dans votre nouvelle patrie. Merci à ceux qui se prendront le temps de me répondre. Mo from Belgium
  19. Bonjour à toutes et à tous, Aujourd'hui notre dossier envoyé le 8 Août dernier est revenu.... snif ! Je l'avais rempli consciencieusement pour mes 3 enfants, mon épouse et moi. Seulement j'ai oublié d'indiquer la date de la signature uniquement pour ma demande, alors que j'avais renseigné cette même date pour les 4 autres membres de la famille. Les 4 dossiers complets portent la mention suivante : "Votre demande est considérée complète. Cependant, étant donné que vous avez soumis votre demande pour un traitement simultané avec un membre de la famille dont la demande est incomplète, votre demande vous est retournée. Veuillez resoumettre votre demande et vos documents avec les demandes complètes des membres de votre famille." Est-ce que vous pensez que je peux renvoyer les 4 dossiers complets tels quels ou je dois les mettre à jour et les réimprimer ? Merci de vos réponses et bon courage aux attendeux !
  20. Bonjour, Parmi ceux qui sont déjà installés, j'aimerais votre avis. Est-ce qu'un salaire de 38000 $ est suffisant pour faire vivre ma famille de 4 personnes (mon épouse, mes 2 filles de 2 et 4 ans) dans la ville de Québec? Est-ce-que l'on va se 'serrer la ceinture' ou est-ce raisonnable? Ma femme ne pense pas travailler dans un premier temps et s'occupera de nos 2 filles. nous n'avons pas le statut de RP (le dossier est en cours de préparation). Merci pour vos conseils.
  21. Bonjour et merci de m'accorder votre temps. Alors, tout d'abord, mon nom est Sara et je voudrais faire une demande de parrainage pour mon époux qui vit en Algerie. Je suis d'origine Algérienne et j'ai 19 ans, mais j'ai grandis au Québec. Ma question est de savoir si c'est possible qu'une autre personne que mon père soit le demandeur pour ma demande puisque mon père veut que je me débrouille sans son aide. Aussi, dans une demande de parrainage, il faut prouver que je suis capable financièrement de m'occuper de mon époux, soit avoir une grande somme d'argent dans son compte bancaire et être propriétaire de sa maison ou d'un appartement. Cependant, je vis avec mes parents et je suis encore aux études collégiales. Merci encore, cordialement Sara.
  22. Bonsoir, J'aurai une question à propos du DCSQ et de l'évaluation comparative: Dans la partie concernant les études, faut-il également mettre les études non complétées? Car j'ai fait une seule année d'un cursus il y a plusieurs années et j'avais arrêté. Si oui, faut-il fournir des documents certifiés? D'autre part dans le DCSQ à la page 5 ils demandent d'inscrire les membres de la famille. Est-ce pour ceux qui ont fondé une famille ou bien dois-je inscrire le nom et prénom de mes frères et de mes parents? Enfin à la page 10 ils demandent dans quelle ville on désire s'établir. Est-ce juste à titre informatif ou bien tiennent-ils compte de ce que l'on inscrit? Car je n'ai qu'une vague idée sur le choix de la ville, mon choix n'est pas encore définitif. Merci.
  23. On a enfin recu quelques nouvelles du programme de parrainage pour 2014. C'est encore assez flou mais voici les grandes lignes: 2014 s'annonce comme une année importante pour le parrainage de la famille. CIC anticipe que 68 000 membres de la famille de citoyens canadiens ou résidents permanents immigreront au Canada dans la prochaine année civile, ce qui représente 26,1% de l'immigration totale. De ce nombre, environ 48 000 nouveaux immigrants seront les conjoints, les partenaires ou les enfants, tandis que les 20 000 seront des parents ou grands-parents. Mais attention, pour ces derniers, il s'agit seulement de 5.000 nouveaux dossiers. Parrainage de conjoint Les deux changements majeurs entrés en vigueur au cours des 12 derniers mois resteront en place pour 2014 . Il s'agit de : Interdiction de parrainage de cinq ans - Une personne qui a été parrainé en tant que conjoint est interdit de parrainer un autre conjoint, à son tour pendant 5 ans après avoir reçu la résidence permanente canadienne; Deux années légitimes de relation - Les conjoints ou partenaires qui ont été dans une relation de moins de deux ans, et qui n'ont pas d'enfants ensemble, recevront la résidence permanente conditionnelle . Ils doivent prouver qu'ils continuent à vivre avec leur conjoint ou partenaire au Canada, dans une relation légitime, pendant deux ans avant de recevoir la résidence inconditionnelle. Parce que le nombre d'applications dans ce flux sont susceptibles de varier, il n'y a à l'heure actuelle pas de limite sur le nombre d'applications qui sont ou seront acceptés. Parent et grand-parent / parrainage Le programme de parrainage des parents et grands-parents s'ouvrira et commencera à accepter les demandes le 2 Janvier 2014. Il y aura un plafond de 5 000 demandes acceptées pour la prochaine fenêtre de temps. En 2014 , CIC s'attend à ce que les parents et les grands-parents devront attendre 2 à 2,5 ans pour obtenir un visa de résident permanent . Bien que seulement 5.000 nouvelles demandes seront acceptées, un total de 20 000 parents et grands-parents auront des visasa car CIC continue à traiter les dossiers dans son arriéré . Parent et grand-parent / super visa Le Canada a mis en place une autre option pour les familles qui souhaitent apporter leurs parents et grands-parents au Canada . Le super visa donne aux parents et grands-parents de citoyens canadiens et résidents permanents avec un visa de visiteur qui peut être renouvelé pour deux ans à la fois, pour une période allant jusqu'à 10 ans. Ce programme est déjà ouvert et jouit d'une grande popularité, devrait se poursuivre en 2014 . Avec un taux de 87 % d'acceptation, le programme est l'un des plus accueillants pour les demandeurs. CIC a annoncé qu'il émet actuellement plus de 1000 nouveau super visa chaque mois . Parrainage d'enfants à charge Le Canada accueille les enfants de citoyens canadiens et de résidents permanents toute l'année . Il n'ya pas de limite sur le parrainage d'enfants, et les enfants biologiques et adoptés peuvent venir au Canada grâce à ce programme . Environ 2000 adoptés à l'étranger deviennent résidents permanents du Canada.
  24. Bonjour à tous, je suis une maman de 43 ans, j'ai une fille de 14 ans et j'aimerai m'installer au Québec mais j'ai peur de ne pas être accepté pour certaines choses : - mon âge -mon métier ( je suis aide à domicile, je m'occupe des personnes âgées,c'est pas avocat hélas ) -j'ai que le bac et pas de diplôme -je suis actuellement au chômage mais il y a quelque points positif, j'ai pas de casier judiciaire,j'ai 6 ans d'expérience en tant qu'aide à domicile, et je compte faire un voyage au Québec pour avoir un avant-goût ! -je me débrouille bien en anglais, en espagnol aussi et je parle le français couramment . J'ai fais le test sur le site de l'immigration du Québec et ils m'ont refusé, mais je crois que j'ai pas bien répondu à la question sur les études secondaires et les diplômes enfin bref, merci d'avance à ceux qui me répondront ! Bisou ! (excusez-moi pour les fautes,c'est ma fille qui a tout écrit )
  25. hello...! mon nom est gaël, 35 ans, technicien sav et lyonnais (enfin proche de lyon). j'ai beaucoup voyagé (professionnellement et personnellement) et j'ai adoré (et j'adore toujours) çà! (rencontrer des gens, découvrir une culture, visiter, visiter, visiter...) alors aujourd'hui je souhaiterais (et même "on" souhaiterais car c'est un projet familial), franchir le pas et tenter l'aventure canada et s'installer au québec.... ... avec ma petite famille, donc. parce que c'est aussi pour nos 2 filles (2 et 4 ans) que nous souhaitons aussi immigrer. nous sommes persuadés (mais peut être c'est une erreur) que pour elles, l'avenir est plus prometteur au canada. je penses trouver ici les bons conseils pour un bon départ dans une nouvelle vie...! a plus sur les forums...
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines