Jump to content

vero68

Habitués
  • Content Count

    695
  • Joined

  • Last visited


Reputation Activity

  1. Thanks
    vero68 reacted to kuroczyd in Projet de s installer au Canada couple Français   
    C est rigolo : ce sont ceux qui trollent la vie ici dans pleins de posts, qui découragent d autres de rêver d une vie meilleure. Ces trolls pourtant vivent ici et comme ils aiment bien le rappeler gagnent bien leur vie ici. Comme c est dit plus haut : l herbe n est pas plus verte ici mais même si ce n est pas le cas, on peut être trouver que la vie ici peut nous rendre plus heureux que dans un pays sclérosé ou tout est dit, ou tout est toujours compliqué et ou la violence et l insécurité est incessante. Non?
  2. Like
    vero68 got a reaction from kuroczyd in Projet de s installer au Canada couple Français   
    Je me souviens tout d'un coup pourquoi j'avais arrêté d'aller sur le site d'Immigrer.com......
  3. Like
    vero68 got a reaction from Shelby24 in Projet de s installer au Canada couple Français   
    Je me souviens tout d'un coup pourquoi j'avais arrêté d'aller sur le site d'Immigrer.com......
  4. Thanks
    vero68 got a reaction from Shelby24 in Projet de s installer au Canada couple Français   
    On a besoin de positif pour élaborer un projet, l'inconscient fermant les portes au contact du négatif.
    Je suis venue ici en considérant que le Canada était un pays en construction, un pays neuf, et c'est encore vrai.
    Je suis venue pour donner un avenir à mes enfants et ils en ont un.
    À l'époque, mon entourage m'a trouvée naïve et influençable, et mon retour en catastrophe était presque programmé. Mais je suis tombée en amour avec le Québec, peut-être même avec le Canada tout entier. Tomber en amour ne veut pas dire devenir aveugle, mais découvrir tous les aspects, les beaux, les merveilleux, les corrompus, les dangereux et les haïssables, et  choisir de rester quand même parce qu'on se sent chez soi....
    Je pense que malgré toutes les mises en garde, il n'est pas insensé de suivre son cœur.
  5. Like
    vero68 got a reaction from ju74 in Projet de s installer au Canada couple Français   
    On a besoin de positif pour élaborer un projet, l'inconscient fermant les portes au contact du négatif.
    Je suis venue ici en considérant que le Canada était un pays en construction, un pays neuf, et c'est encore vrai.
    Je suis venue pour donner un avenir à mes enfants et ils en ont un.
    À l'époque, mon entourage m'a trouvée naïve et influençable, et mon retour en catastrophe était presque programmé. Mais je suis tombée en amour avec le Québec, peut-être même avec le Canada tout entier. Tomber en amour ne veut pas dire devenir aveugle, mais découvrir tous les aspects, les beaux, les merveilleux, les corrompus, les dangereux et les haïssables, et  choisir de rester quand même parce qu'on se sent chez soi....
    Je pense que malgré toutes les mises en garde, il n'est pas insensé de suivre son cœur.
  6. Thanks
    vero68 reacted to Shelby24 in Projet de s installer au Canada couple Français   
    Justement c'est ce que je m'emploi à faire actuellement me remettre à l'anglais et sérieusement.
    Je sais parfaitement que tout ne me tombera pas tout cru dans le bec.
    J ai la sensation que vous avez beaucoup de personnes étrangères venant s installer et vite dégoûtés blazees ou nourris de faux espoirs.
    Si je me renseigne ici et un peu partout justement je veux éviter toute déception.
    Notre démarche est réfléchie sérieuse sûrement pas le rêve américain l'Eldorado non.
    C'est du concret pour nous et j'ai la sensation que beaucoup cherchent à dégoûter direct.
    C'est un pays fondé sur la migration certes il y as les échecs les déçus ...
    Mais aussi ceux qui ont bâti ce pays et qui l'aiment... Non?
  7. Thanks
    vero68 reacted to Wonderchoup in Projet de s installer au Canada couple Français   
    Je peux réagir sur le Nouveau Brunswick qui est la seule province bilingue du pays. Je pense que c'est une fausse bonne idée, si on ne pqrle pas l'anglais ... Je m'explique = quand on considère que l'on trouve ici beaucoup de francophones qui parlent l'anglais couramment, du coup l'atout du français se perd si l' on n'est pas soit même bilingue.
    Ici l'anglais c'est la base. Si on parle français en plus c'est un atout. Si on en parle pas l'anglais c'est la galère.
     
    Les provinces très anglophones sont  à la recherche de francophones dans certains postes, notamment dans les garderies et les écoles francophones; Dans certains endroits on peut dire que "si t'es francophone et que tu respires, t'as du travail"
    Mes amis français qui ne perlent pas l'anglais sont embauchés dans les garderies ici, mais la compétition est forcément plus féroce quand 40% de la population est francophone.
    Pour le Quebec, il est vrai que les délais sont devenus presque délirants et que si le profil n'est pas exactement dans leurs critères, ça n'est même pas envisageable.. La rançon du succès du Québec qui reste la province numéro 1 pour toutes les populations francophone désirant s'installer au Canada. Dommage y en a pleins d'autres très sympa !!
  8. Thanks
    vero68 got a reaction from Shelby24 in Projet de s installer au Canada couple Français   
    un DEP se fait sur 1 an temps plein. Mais les étudiants travaillent souvent les fins de semaine.
  9. Like
    vero68 got a reaction from jimmy in Projet de s installer au Canada couple Français   
    Je vis à Québec et je ne parle anglais qu'aux touristes perdus.
  10. Thanks
    vero68 reacted to crazy_marty in Comment faire pour rester au quebec ??   
    Heu ... tu as 24 ans tsé quand même. Un moment faut prendre son envol et plus être couvee par papa maman. Repartir en France seule, à ton âge, ça va, c'est pas non plus le plus gros drame mondial tsé. 
     
    Disons que entre tenter tout et n'importe quoi pour rester (comme ton idée du mariage qui est totalement illégale, et stupide) ou faire les choses comme il faut en rentrant et revenant par la bonne voie, soit en PVT si tu es sélectionnée, soit un permis d'études pour un programme DEP ... le choix me paraît simple. Le pire étant de chercher à fourrer le système et te faire expulser + interdire de territoire.
  11. Thanks
    vero68 reacted to bencoudonc in Aide médico psychologique   
    Il pourrait regarder du côté des DEC en éducation spécialisée :
    https://www.inforoutefpt.org/progColDet.aspx?prog=366&sanction=1
  12. Like
    vero68 got a reaction from namroud in Ecole publique, privée ou française ? Vos avis...   
    C'est fou ce que les fils de discussions peuvent ramasser comme pollution.......
  13. Like
    vero68 reacted to Nelly42 in Ecole publique, privée ou française ? Vos avis...   
    Bonjour,
    Mon époux et nos trois enfants allons bientôt arriver à Quebec city. Il va alors se poser la question des inscriptions à l'école. Je ne sais pas ce qui est le mieux et j'aimerais bien que ceux qui ont des enfants en âge d'aller au primaire me donne les pour et les contre de l'enseignement québecois qu'il soit privé ou publique.
    J'ai vu des articles assez contradictoire qui peuvent vanter la pédagogie mais qu'à contrario le "niveau" des écoles serait plus bas qu'en France. Quel choix avez-vous faits pour vos enfants et pourquoi ?
    Merci d'avance !
  14. Like
    vero68 got a reaction from Tsou in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Une famille qui choisit le cursus scolaire québécois doit-elle choisir un quartier plutôt qu'un autre ?
    A-t-on déjà fait un fil comparant les cursus scolaires ? Je trouve ce sujet un peu plus intéressant que les prises de sang..........
  15. Like
    vero68 reacted to Cherrybee in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    C'est pas mieux, c'est différent. Il faut voir ce qui convient le mieux au profil de l'enfant. 
    Ma fille ainée aurait été trés bien dans le cursus français, et mes deux suivants auraient été très heureux dans le cursus québécois. 
  16. Like
    vero68 reacted to geraldineduvalais in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Quand j'ai lu le début du sujet, je me suis fait quelques remarques que je voudrais tout de même partager : 
    - les boites à lunch, je n'ai pas d'enfants donc juste celle de mon époux à préparer. par contre, je connais des familles qui s'organisent (même des cœliaques) pour préparer plusieurs repas pour la semaine le dimanche soir, ces familles ne roulent pas sur l'or et s'en sortent donc en cuisinant de bons petits plats chez eux
     
    - les prix et le choix dans les magasins, il y a des enseignes reconnues pour avoir des prix plus abordables et la lecture des circulaires est fortement recommandée. on s'y habitue. (en Suisse c'était déjà ma règle de survie!). il y a de surcroît des sites de compilation d'aubaines et si on décide d'y accorder du temps, on peut aussi profiter des coupons qui permettent de sauver plein d'argent sur des produits de base comme lessive, dentifrice et quantité d'autres. et oui, il y a des commerces qui livrent à domicile, des pâtes à tartes réfrigérées ou surgelées, des bonne tomates (faut juste que ce soit la saison) et... aussi des commerces qui égalent le prix des autres!
     
    - ouiiiii le coup du fer à repasser! je compatis! nous ça nous était arrivé pour une machine à café! on a été réclamer et on a obtenu la différence!  (depuis en cas de gros achat, je m'efforce de trouver la circulaire à venir. en général on peut les consulter 3 jours avant le changement.)

    - le courrier, je compatis. pas marrant et pas correct. ça coupe des heures aux facteurs. pareil dans les banques, ils encouragent internet et suppriment des caissiers...
     
    - les impôts, comme disent les autres, les logiciels doivent être bons. nous on fait appel à un comptable qui demande 70$ par personne. rien de plus, rien de moins.
     
    - question médecin , on commence à en connaitre un bout sur les usages... donc il existe la ligne téléphonique 811 d'abord. ensuite, clinique urgence, oui il faut y aller tôt, parfois toute la journée est comblée depuis 7h15 du matin!!!  si la personne nécessite un réel suivi, elle sera aiguillée plus vite vers un médecin de famille (bien entendu si disponible). il y a les applis pour tél. intelligent doctr et check-in pour gestion des rdv. il y a aussi un système en clinique qui te prévient quand ton tour approche, donc on peut rester bien au chaud chez soi une fois l'enregistrement fait au guichet. prises de sang au CLSC : s'y présenter à l'ouverture permet en général d'en avoir fini en moins d'une heure.

    - garage. mécanique je ne me prononcerais pas, les pneus on les change nous-même. 
     
    - payements, le plus facile à part le débit direct est de payer à réception de la facture, pas d'oubli pas de souci.
     
    - gazon, déneigement et compagnie : ou en famille ou fait par une compagnie! 

    - travail et temps libre : je peux me faire lancer des pierres, mais les 35 heures françaises... hem... ici il y a des avantages avec les heures sup, les jours maladie etc... bien entendu on a pas ça tout cuit en arrivant, il faut laisser du temps passer!
     
    Je comprends que les différences entre les pays peuvent sembler des montagnes. Comme je dis quand on me demande : c'est à la fois si différent et si semblable! avec mon époux cela permet des heures de discussions enrichissantes!  En conclusion, il faut se laisser le temps, ne pas craindre le changement. En venant ici j'ai quitté la Suisse, ce n'est pas pour essayer de la re-créer ici. Mon but est de m'intégrer et je pense que c'est pas mal réussi, à part mon accent bien sur!
  17. Like
    vero68 reacted to simonin in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Petit conseil à tout le monde évitez de chauffer de la nourriture au micro onde dans un récipient en plastique . Des études récentes ont montré que c'est tres néfaste pour la santé surtout pour les enfants. 
  18. Like
    vero68 reacted to Mark-Beaubien in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Je comprends tout à fait votre inquiétude, mais ce n'est pas plus difficile au Québec qu'ailleurs. Il faudra vous y habituer, même si vous avez, avec la personne qui a initié ce fil, un exemple de quelqu'un qui manifestement vit sa période noire du Québec. 
     
    Dites-vous surtout que si vous avez des enfants, si vous avez leur avenir à coeur plus que votre petit confort acquis par simple et unique habitude de la France, vous adorerez le Québec. 
     
     
  19. Like
    vero68 reacted to Mark-Beaubien in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Et la bière, et les succulentes crevettes grises, et les moules... Mais bon, je m'accommode très bien de ce que je trouve ici.  Ma vie et mon bonheur ne se résume pas à cela. Puis, quand j'y retourne, c'est un vrai voyage gastronomique !
     
    @MarieAuQuéBec
     
    Le bio et la fainéantise en ce qui concerne l'entretien du terrain... 
     
    J'ai l'impression que beaucoup de Français insistent beaucoup sur les aspects négatifs de leur expérience. Ou peut-être est-ce ceux dont on parle plus. 
     
    Je ne sais pas, je mange très bien, sans jamais recourir au bio, en allant occasionnellement au Marché du Vieux-Port ou chez un producteur (belge) de l'île d'Orléans. Pas d'obèse à la maison ou de personne en mauvaise santé à la maison pour autant. Je trouve que la bouffe prend beaucoup trop de place dans l'esprit des Français, comme si seule la malbouffe existait en-dehors de l'Hexagone.
     
    L'entretien du terrain. Mais ne me dites pas que vous ne ramassez pas vos feuilles en France, que vous tondez à l'occasion et que si la neige tombe vous attendez qu'elle fonde. J'ai l'impression de voir le pire stéréotype du Wallon... On dit en Belgique que le Wallon, quand il reçoit du monde, il regarde à ce que l'alcool et la bouffe ne manquent pas ; le Flamand lui regarde à ce que le gazon soit tondu et le ménage soit fait. Finalement, le Français et le Wallon se ressemblent, le Flamand ressemble au Québécois par contre... pas pour tout quand même évidemment.
     
    Je suis quand même sidéré du manque d'adaptabilité et de flexibilité de nos amis français (je vous taquine et vous critique mais je vous adore)...

     
  20. Like
    vero68 got a reaction from Cariboufamily in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    J'ai moi aussi traversé l'Atlantique avec 4 enfants, il y a 10 ans. J'étais, en France, fonctionnaire, avec 5 semaines de vacances par an et du temps pour lire.
    Je me souviens avoir pris cette décision pour offrir un avenir à mes enfants, après le NON à l'Europe de 2005 et le départ de mes neveux et nièces plus âgés pour l'étranger, pour les études ou un emploi....
    Les quatre premières années ont été difficiles, le temps de trouver un équilibre (surtout un équilibre budgétaire), de comprendre la mentalité et le fonctionnement de cette société. Mes enfants ont tous trouvé leur place, grâce aux études, aux possibilités, aux conjonctures de l'Amérique du Nord. Mon objectif est atteint.
    Quant à moi, après 4 ans de boulots "de bouche", je suis revenue dans le domaine de la santé en évoluant dans mes compétences. Je ne peux pas comparer mon emploi actuel avec mon poste d'infirmière hospitalière, car il n'y a rien de comparable. Je ne peux pas comparer ma vie d'avant avec ma vie actuelle car les bases ne sont plus les mêmes.
    En France, j'avais un salaire fixe, j'achetais les repas chez Picard, mes enfants mangeaient à midi chez leur grand-mère. Ici, j'ai un salaire variable, on cuisine frais et chaque repas est une surprise. (mes enfants adorent cuisiner). En France, nous passions nos vacances dans les Alpes ou dans les VVF de France, ici, l'Infini du territoire canadien est notre terrain de découverte.
    Je suis restée française dans mon humour, dans ma façon de travailler, de cuisiner, de choisir mes vêtements  . Je suis devenue canadienne dans ma façon d'argumenter, de voir le monde, la nature et les gens. Le Canada est devenu mon pays. Je ne l'ai pas voulu, cela c'est fait tout naturellement.
  21. Like
    vero68 got a reaction from Rourouille in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    J'ai moi aussi traversé l'Atlantique avec 4 enfants, il y a 10 ans. J'étais, en France, fonctionnaire, avec 5 semaines de vacances par an et du temps pour lire.
    Je me souviens avoir pris cette décision pour offrir un avenir à mes enfants, après le NON à l'Europe de 2005 et le départ de mes neveux et nièces plus âgés pour l'étranger, pour les études ou un emploi....
    Les quatre premières années ont été difficiles, le temps de trouver un équilibre (surtout un équilibre budgétaire), de comprendre la mentalité et le fonctionnement de cette société. Mes enfants ont tous trouvé leur place, grâce aux études, aux possibilités, aux conjonctures de l'Amérique du Nord. Mon objectif est atteint.
    Quant à moi, après 4 ans de boulots "de bouche", je suis revenue dans le domaine de la santé en évoluant dans mes compétences. Je ne peux pas comparer mon emploi actuel avec mon poste d'infirmière hospitalière, car il n'y a rien de comparable. Je ne peux pas comparer ma vie d'avant avec ma vie actuelle car les bases ne sont plus les mêmes.
    En France, j'avais un salaire fixe, j'achetais les repas chez Picard, mes enfants mangeaient à midi chez leur grand-mère. Ici, j'ai un salaire variable, on cuisine frais et chaque repas est une surprise. (mes enfants adorent cuisiner). En France, nous passions nos vacances dans les Alpes ou dans les VVF de France, ici, l'Infini du territoire canadien est notre terrain de découverte.
    Je suis restée française dans mon humour, dans ma façon de travailler, de cuisiner, de choisir mes vêtements  . Je suis devenue canadienne dans ma façon d'argumenter, de voir le monde, la nature et les gens. Le Canada est devenu mon pays. Je ne l'ai pas voulu, cela c'est fait tout naturellement.
  22. Like
    vero68 reacted to MarieAuQuéBec in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Bonjour,
     
    Eh bien moi je ne vais vous critiquer ou vous blâmer parce que ce que vous dites est vrai.  Je me suis reconnue dans votre récit et cela m’a fait parfois rire. Je vis au Québec depuis bientôt 5 ans et j’ai 3 enfants. Je sais ce que c’est de jongler entre la vie professionnelle et la vie de famille. Cela avait déjà commencé en France. Je ne vais pas vous dire « si vous n’êtes pas contente, vous n’avez qu’à rentrer », mais juste vous donner 1 ou 2 conseils sur la façon dont je moi je gère cette situation.
    1-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À PRÉPARER 4 BOÎTES À LUNCH, 5 SOIRS PAR SEMAINE, POUR MES ENFANTS
    La corvée des boites à lunch, je connais. Mais, je la vivais déjà en France car mes enfants fréquentaient une petite école où il n’y avait pas de cantine. L’avantage c’est qu’on sait ce que les enfants mangent, mais cela prend effectivement du temps à préparer. Ici, il y a bien un service traiteur, mais il est cher et les repas proposés ne sont pas toujours très santé. Quelques conseils : s’inspirer des menus proposés dans des cantines en France (publiés sur le site des écoles), préparer plusieurs repas à l’avance qui n’auront qu’à être réchauffés et mis en thermos le matin, faire 2 repas froids dans la semaine (sandwich/salade de carotte/yop) qui peuvent être préparés la veille.
    2-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À HABILLER MES ENFANTS COMME DES OIGNONS
    Habillement : vos enfants doivent être encore petits. Apprenez-leur à s’habiller seuls pour vous soulager. Accrocher une feuille sur laquelle sont dessinés les vêtements qu’ils doivent mettre selon la saison. En France, j’ai refusé pendant plusieurs années d’aller faire du ski avec les enfants car je ne souhaitais pas avoir à gérer ces couches d’oignon.
    3-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À CUISINER, TOUT CE QUI EST « CUISINABLE », À CULTIVER TOUT CE QUI EST « CULTIVABLE »
    Je suis d’accord, je cuisine beaucoup plus ici qu’en France. Je me console en me disant que ce n’est pas plus mal. Il n’y a comme cela pas de plats industriels à la maison. Lorsque je fais un plat, je double ou triple les quantités afin de préparer pour 2 ou 3 repas qui seront congelés et servis les semaines d’après. J’aimerais bien avoir un potager comme vous, ce n’est pas encore le cas. Alors j’achète le plus possible de produits bio.
    4-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À « MAGASINER » POUR ESSAYER DE NE PAS ME FAIRE ENTUBER CONSTAMMENT
    Je consomme très peu de produits autres qu’alimentaires donc je n’ai pas à magasiner. Quand je le fais, je préfère comparer les prix en ligne plutôt que de courir les magasins.
    5-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS (ET MON ESSENCE) À ALLER CHERCHER MON COURRIER
    J’ai encore la chance de vivre dans une zone ou le courrier est déposé chez moi.
    6-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À FAIRE 4 DÉCLARATIONS FISCALES POUR MON FOYER
    Moi aussi j’étais un peu surprise au début par cette pratique. Après avoir 2 fois utilisé les services de HR Block et dépensé à chaque fois 150$ * 2 ( Mr et Mme), j’ai décidé de m’y mettre moi-même.  J’ai acheté le logiciel Impôt Expert (19$) et rempli les mêmes cases que celles des années précédentes (revenus, frais de garde…). Un peu long, mais assez facile. La rédaction se fait une seule fois et permet la production à la fois de la déclaration Québec et Fédéral de Mr et Mme. On sait en plus tout de suite à quels remboursements on a droit et j’ai reçu un remboursement déposé sur mon compte la semaine suivant ma déclaration.
    Pendant la période de déclaration des impôts, il y a plus d’agents CRA disponibles pour répondre aux questions. Les horaires sont prolongés jusqu’à 21H et on peut même appeler le samedi. Je n’ai jamais attendu très longtemps avant de pouvoir parler à l’un d’eux.
    7-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À TROUVER UN MÉDECIN POUR MA FAMILLE ET JE PERDS MON TEMPS À ATTENDRE DANS SON CABINET
    Vous avez la chance d’avoir un médecin de famille vous diront certains. En France j’ai vécu en région parisienne et je n’ai jamais eu de problème pour voir notre médecin. Je sais cependant que c’est très compliqué ailleurs comme par exemple Orléans, qui n’est pourtant pas un village.
    Ici, nous avons opté pour un médecin privé qu’on essaie de voir le moins possible en faisant de l’automédication. Il sait heureusement se rendre disponible en cas d’urgence. 
    8-    AU QUÉBEC, JE PERDS MON TEMPS À ENTRETENIR MA VOITURE (JE VOIS PLUS MON GARAGISTE QUE MON TOUBIB)
    Je suis d'accord. C'est pour cela que nous n'avons qu'une seule voiture et que j'essaie le plus possible de prendre les transports en commun.
    9-    AU QUÉBEC, JE PERDS DU TEMPS À ME CONFORMER AUX RÈGLES ET RÈGLEMENTS PARFOIS UBUESQUES MAIS QUE TOUT LE MONDE FAIT APPLIQUER À LA LETTRE (MÊME QUAND C’EST CON)
    Pour l’inscription à l’école : C’est bizarre parce que moi j’ai toujours eu à montrer le bail et cela suffisait… Avez-vous essayé de plaider votre cause auprès de la commission scolaire ?
    Pour la carte de crédit : oui, je trouve cela pénible de faire moi-même le paiement mensuel. Pour éviter de le faire, il m’est arrivé de créditer à l’avance ma carte de crédit. Ainsi, au moment du paiement, il n’y a pas de crédit, le montant total est débité, comme avec une carte de débit.
    10-    AU QUÉBEC, ON PERD AUSSI DU TEMPS DE VIE À DÉNEIGER/RAMASSER LES FEUILLES QUI TOMBENT EN MASSE/TONDRE
    C’est vrai. Ce sont les contraintes de la vie dans une maison. C’est pourquoi on fait le strict minimum : nous ne ramassons plus les feuilles, mais passons la tondeuse à gazon qui se charge de les déchiqueter. C’est plus rapide et cela fait du compost pour le gazon.
    Pour la neige, nous n’enlevons que le strict minimum, pas toute la neige au point de voir le goudron.
    Marie
  23. Like
    vero68 got a reaction from La Féline in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    J'ai moi aussi traversé l'Atlantique avec 4 enfants, il y a 10 ans. J'étais, en France, fonctionnaire, avec 5 semaines de vacances par an et du temps pour lire.
    Je me souviens avoir pris cette décision pour offrir un avenir à mes enfants, après le NON à l'Europe de 2005 et le départ de mes neveux et nièces plus âgés pour l'étranger, pour les études ou un emploi....
    Les quatre premières années ont été difficiles, le temps de trouver un équilibre (surtout un équilibre budgétaire), de comprendre la mentalité et le fonctionnement de cette société. Mes enfants ont tous trouvé leur place, grâce aux études, aux possibilités, aux conjonctures de l'Amérique du Nord. Mon objectif est atteint.
    Quant à moi, après 4 ans de boulots "de bouche", je suis revenue dans le domaine de la santé en évoluant dans mes compétences. Je ne peux pas comparer mon emploi actuel avec mon poste d'infirmière hospitalière, car il n'y a rien de comparable. Je ne peux pas comparer ma vie d'avant avec ma vie actuelle car les bases ne sont plus les mêmes.
    En France, j'avais un salaire fixe, j'achetais les repas chez Picard, mes enfants mangeaient à midi chez leur grand-mère. Ici, j'ai un salaire variable, on cuisine frais et chaque repas est une surprise. (mes enfants adorent cuisiner). En France, nous passions nos vacances dans les Alpes ou dans les VVF de France, ici, l'Infini du territoire canadien est notre terrain de découverte.
    Je suis restée française dans mon humour, dans ma façon de travailler, de cuisiner, de choisir mes vêtements  . Je suis devenue canadienne dans ma façon d'argumenter, de voir le monde, la nature et les gens. Le Canada est devenu mon pays. Je ne l'ai pas voulu, cela c'est fait tout naturellement.
  24. Like
    vero68 reacted to Demina47 in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    Oui sans doute mais à mon avis le salaire n'est pas du tout le même que dans le public. C'est sûr qu'aujourd'hui tu as un bon poste, mais obtenir la reconnaissance à l'époque t'aurait évité bien des galères pendant des années, et tu aurais eu bien plus de choix de débouchés. 
  25. Like
    vero68 got a reaction from Mark-Beaubien in Au Québec il manque la Dolce Vita Française   
    J'ai moi aussi traversé l'Atlantique avec 4 enfants, il y a 10 ans. J'étais, en France, fonctionnaire, avec 5 semaines de vacances par an et du temps pour lire.
    Je me souviens avoir pris cette décision pour offrir un avenir à mes enfants, après le NON à l'Europe de 2005 et le départ de mes neveux et nièces plus âgés pour l'étranger, pour les études ou un emploi....
    Les quatre premières années ont été difficiles, le temps de trouver un équilibre (surtout un équilibre budgétaire), de comprendre la mentalité et le fonctionnement de cette société. Mes enfants ont tous trouvé leur place, grâce aux études, aux possibilités, aux conjonctures de l'Amérique du Nord. Mon objectif est atteint.
    Quant à moi, après 4 ans de boulots "de bouche", je suis revenue dans le domaine de la santé en évoluant dans mes compétences. Je ne peux pas comparer mon emploi actuel avec mon poste d'infirmière hospitalière, car il n'y a rien de comparable. Je ne peux pas comparer ma vie d'avant avec ma vie actuelle car les bases ne sont plus les mêmes.
    En France, j'avais un salaire fixe, j'achetais les repas chez Picard, mes enfants mangeaient à midi chez leur grand-mère. Ici, j'ai un salaire variable, on cuisine frais et chaque repas est une surprise. (mes enfants adorent cuisiner). En France, nous passions nos vacances dans les Alpes ou dans les VVF de France, ici, l'Infini du territoire canadien est notre terrain de découverte.
    Je suis restée française dans mon humour, dans ma façon de travailler, de cuisiner, de choisir mes vêtements  . Je suis devenue canadienne dans ma façon d'argumenter, de voir le monde, la nature et les gens. Le Canada est devenu mon pays. Je ne l'ai pas voulu, cela c'est fait tout naturellement.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines