Jump to content

Christinaroux

Membres
  • Content Count

    18
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Christinaroux last won the day on March 19 2014

Christinaroux had the most liked content!

3 Followers

About Christinaroux

  • Rank
    Pas pire
  • Birthday 06/11/1982

Profile Information

  • Gender
    Femme
  • Statut
    installé depuis + 5 ans
  • Date d'arrivée
    15-05-2012
  • Profession
    Adjointe juridique
  • Pays d'origine
    france
  • Pays de résidence
    Canada

Recent Profile Visitors

1,143 profile views
  1. Un texte plein de bon sens! Tout le monde généralise sur tout, tout le monde et tout le temps mais nous sommes les premiers responsables de nos échecs et de nos succès. Et d'ailleurs, pourquoi parler d'échec en cas de retour en France? C'est tellement dommage de voir ça comme un échec, c'est simplement une autre étape, une autre courageuse décision de ne pas rester sur ses lauriers et vivre une nouvelle aventure. Alors, je te souhaite plein de bonnes choses dans ta prochaine vie...
  2. Wow, déjà 6 ans. Je capote Que dire sinon que malgré les épreuves de la vie, je n'envisage toujours pas de rentrer en France. C'était un rêve commun, le rêve d'un couple, le rêve d'une vie à deux. Pourtant 18 mois après le décès de mon mari avec qui j'ai passé plus de la moitié de ma vie, je ne reviens pas en arrière. Je ne l'ai d'ailleurs jamais envisagé. Sauf peut-être quand je suis tannée de ne pas avoir mes proches près de moi ou que le -30 vient me brûler les mains ou encore quand je cours entre la garderie et l'école après avoir passé vingt minutes à déneiger l'auto. Mais, pas sérieusement. D'abord parce que lorsque je rentre en France, bizarrement, je ne me sens plus vraiment chez moi. Ensuite, parce que sa mentalité, sa qualité de vie ne me conviennent plus mais surtout parce que lorsque j'arrive au Québec, je me sens à nouveau chez moi. Je me sens bien. J'aime ma maison, mon travail, mes amis. Je sais que l'avenir de nos deux filles y sera meilleur et qu'un jour elles comprendront notre choix. Alors quand le doute s'insinue dans ma tête, je me remémore la joie immense du certificat de sélection, la découverte de ce nouveau "chez nous", l'adaptation, les surprises et tous les bons moments vécus ici et surtout je vois devant, loin devant. Je ne me sens plus vraiment française et je ne me sentirai jamais vraiment québécoise. C'est comme si mon cœur était perdu quelque part dans l'océan. À égale distance entre mon pays de naissance et mon pays d'accueil que j'aime tous les deux profondément. L'un pour m'avoir donné une famille et la possibilité de faire des études et l'autre pour m'avoir accueillie à bras ouverts, pour m'avoir appris qui j'étais et probablement permis de guérir quelques blessures.. Merci de m'avoir lue. Christina
  3. Déjà 4 ans que nous avons réalisé notre rêve..incroyable comme le temps passe vite quand on se sent bien. Que vous dire pour vous expliquer à quel point j'aime le Québec et à quel point je n'ai aucun regrets malgré ce que j'ai vécu récemment? Tout d'abord, nous nous sommes installés en 2012 avec mon mari et notre fille de 2 ans. Différents emplois pour moi car malgré mon master 2 en droit, je ne trouvais pas d'emploi, j'avais donc décidé de repartir à zéro, et c'est ce que j'ai fait. Aujourd'hui, je travaille dans un bureau de notaires, j'apprécie beaucoup les gens avec qui je travaille, ce qui est primordial pour moi. Pas de jalousie, pas de regards en coin, pas de jugement et une confiance réciproque à toutes épreuves. La vie ne m'a pas épargnée récemment mais il est pour moi inconcevable de rentrer en France. J'y ai pensé une fois ou deux quand mon mari, l'homme de ma vie, a commencé à avoir des maux de ventres et que les médecins, les excellents spécialistes qui le soignaient, ne semblaient pas trouver son mal. Puis la situation a très vite empiré. Et s'il est vrai que la bobologie est au Québec difficile à traiter, quand vous avez quelque chose de grave, tout le système se met en place pour vous. En l’occurrence, on nous annonce à la mi-mai, soit après 4 mois de spéculations, 3 spécialistes circonspects et des examens répétitifs, que mon homme a un cancer de l'estomac incurable et qu'on peut espérer 2 ans grand maximum. Notre deuxième fille venait d'avoir 9 mois. Alors après avoir pleuré plusieurs heures dans la chambre à essayer de comprendre ce qui nous arrivait, nous avons pris la décision de profiter au maximum du temps qui allait nous rester et d'être reconnaissants à la vie de nous prévenir avec un peu d'avance de ce qui allait arriver inévitablement. Mais même si mon homme acceptait quand même bien le pronostic de 2 ans, j'ai été longtemps dans le déni et de lui répondre " Impossible, avec tout l'amour que tu vas recevoir, tu vas exploser les statistiques, 2 ans, c'est trop peu, ce n'est pas possible, les filles ont trop besoin de toi et je ne suis pas capable de vivre sans toi". Car même si on me dit toujours que j'ai l'air beaucoup plus jeune que mon jeune, nous formions un couple uni depuis 17 ans, nous avions vécu des deuils, des déceptions, des surprises, une immigration, une maison à nous, une naissance en France puis au Québec et bien d'autres choses. Commence donc la prise en charge du cancer, du maudit cancer avec lequel on avait décidé de se battre. Les rdv de chimio, l'infirmière pivot qui fait le relai avec la nutritionniste, la psy, le médecin de famille, le pharmacien et les spécialistes. Tout ceci sans débourser le moindre dollar, car oui, tout est pris en charge. Puis ne voyant rien évoluer et après une perte de poids de plus de 40 kgs, l'un des spécialistes nous annonce attristé que c'est foudroyant et que la chimio n'a absolument pas l'effet escompté. Vient une période de turbulences émotionnelles intense, entre peur, colère, tristesse et désarroi total. Mais quand le voisin vous propose de tondre la pelouse, que la gardienne ne veut plus être payée et va chercher votre deuxième fille à l'école pour que vous puissiez rester plus tard à l'hôpital, que votre patron vous propose de ne plus travailler mais en étant rémunérée quand même, que vos amis se relaient pour vous préparer des petits plats et s'occupent des réparations de votre auto, et que votre notaire se déplace à l'hôpital en urgence pour que vous ayiez le temps de signer un testament et un mandat en cas d'inaptitude, ça aide beaucoup. J'étais bouleversée de tant de bonnes intentions de gens que je connaissait parfois à peine mais qui voulaient m'aider de leur mieux, Car c'est ça le Québec! de l'entraide, de la compassion, de la confiance et de l'amitié.. Il est donc parti un mois à peine après avoir commencé la chimio. Alors après avoir choisi le cercueil, après que la maison funéraire se soit occupé des demandes de prestations, après avoir pu célébré la cérémonie le jour de mon choix malgré le congé férié, après avoir annoncé à ma fille que les médecins n'avaient pas réussi à soigner son papa, j'ai commencé la paperasse, soit assurance vie sur le prêt hypothécaire, sur son auto, comptes bancaires, abonnements, carte de crédit et autres...mise en vente de la maison, et offre d'achat signée après 3 jours, achat d'une nouvelle maison proches de toutes les commodités, car seule avec 2 enfants, la campagne ne me convenait plus et ce avant même d'avoir signé la vente de la première vente. Six semaines après mon hypothèque était entièrement soldée par l'assureur, ensuite son employeur m'appelle pour me dire qu'il m'envoie des formulaires d'assurance collective à remplir pour les filles et moi, et 2 semaines plus tard, un autre chèque arrive, là, je m'écroule. C'est trop, je n'ai jamais été intéressée par l'argent et j'ai l'impression d'en gagner sur la mort de l'homme de ma vie et c'est insupportable. Et puis, j'ai décidé de voir ça comme une protection que l'on prend lorsqu'on signe un contrat. Si j'étais décédée, les choses auraient été les mêmes. En recevant cet argent, je me dis maintenant que c'est sa manière de faire ce qu'il a fait toute sa vie, soit protéger sa famille. L'argent est placé, j'ai moi-même demandé à ce que je puisse pas le retirer avant plusieurs années, j'ai cependant fait une petite folie en partant 3 jours à New-York, l'une des nombreuses villes que nous avions prévu de visiter ensemble Car si la vie m'a donné une leçon, c'est certainement de ne pas remettre à plus tard ce qui nous tient vraiment à cœur. Le Québec m'a beaucoup donné, beaucoup appris, beaucoup aidé et je sais maintenant que ma place est ici. Merci de m'avoir lue... Christina Dernier bilan de Christina :
  4. Bonjour Laetitia, je suis désolée, je viens seulement de voir ton message. Je n'utilise plus cette boite mail. As-tu déménagé à Drummond finalement??

  5. Je ne sais pas pour Terrbonne mais j'ai inscrit ma fille sur la liste d'attente des CPE en Juillet 2011 et elle y est toujours Bonjour Rudy et Marielle, Pour te répondre, les 3 semaines, c'était juste le temps que le bail du locataire en place se termine. Pour les valises, allez à l'essentiel, vendez au maximum, offrez ce qui ne peut être vendu, vous ferez des heureux. Pour les jouets, c'était le plus dur pour moi. Je voulais que ma fille puisse se recréer son petit univers rapidement. Donc j'y ai consacré une valise entière, mais c'est très peu, on a donc très vite racheté des jouets au même couple qui nous a vendu ses meubles ( c'étaient des français installés depuis 7 ans, ils divorçaient et donc ils ont vendu toutes leurs affaires). Donc, ma fille n'a absolument pas souffert de ça, mais elle n'avait que 2 ans. Pour les affaires d'occasion, tu as kijiji.ca, et pour des jouets sympa et pas chers, tu as les magasins Walmart. Je te déconseille de te faire livrer des jouets par la poste, tu vas te ruiner, mais si tu en as les moyens pourquoi pas. Ensuite, pour la garderie, ne vous obsédez pas avec les CPE, c'est très compliqué d'avoir une place, même pour les québécois. Il y a des tas de garderies au Québec, en milieu familial, ou style CPE mais privées. Ma fille est aujourd'hui dans une grande garderie privée, et je ne la changerais pas pour une cpe. Avec le remboursement du gouvernement, ça revient au même. Va consulter magarderie.com et entre le code postal de ta future résidence...c'est très simple, tu as le nombre de place dispo en temps réel!!! pour l'école, le mieux c'est de leur écrire directement ou même de les appeler, ici, les gens sont très disponibles pour t'informer par téléphone... Dernier conseil, ne vous enflammez pas sur les cartes de crédit, il en faut car ici il faut se faire une côte de crédit pour emprunter mais attention, il en distribuent partout, dans certains magasins, les vendeurs ne lâchent rien et insistent lourdement pour que tu la prennes, alors si tu en as déjà une, un "Non merci!" ferme et courtois est de guise car tu peux t'endetter très rapidement.. voilà, j'espère t'avoir répondu, bonne continuation à vous tous.
  6. Je n'écris pas ce post pour me plaindre, ni pour effrayer quiconque, au contraire. Je veux juste partager ma récente expérience. Licenciée en 5 min après 5 mois d'emploi dans le bureau de notaires qui m'avait engagée (voir bilan après 2 ans par christinaroux). Ce jour-là, j'ai cru être percutée par une voiture, tellement je n'ai rien vu venir. Je n'avais quasiment pas d'ouvrage depuis le mois de novembre et la plupart du temps je devais faire le tour du bureau à la recherche d'un mandat, d'un testament ou d'une vente. Je m'étais interrogée : Vont-ils me garder? Car après restructuration du bureau, je me retrouvais à travailler avec la seule notaire qui n'avait pas de clients et qui, surtout, ne voulait pas s'encombrer d'une adjointe à qui il faut tout apprendre. En tous cas, je continuais d'assimiler au maximum la masse de connaissances que cela demande afin d'être opérationnelle le plus vite possible. Mais mes employeurs m'avaient rassurée dès le premier jour, en me disant qu'il fallait au moins six mois pour être indépendante sur ce poste. Six mois, oui, à condition d'avoir de l'ouvrage tous les jours et de pouvoir se pratiquer correctement!! Toujours est-il qu'on me dit que je travaille très bien, que j'apprends vite et que je suis consciencieuse. Les collègues m'apprécient mais cela ne fait pas oublier l'ambiance électrique qui règne, due, entre autres, à des "guéguerres" de secrétaires, des combats de coqs entres les deux patrons et les complexes de salaire des autres notaires. Je m'étais dit, qu'au pire, on m'attribuerait d'autres tâches ou qu'on me demanderait de faire moins d'heures. Naïve que j'étais! Ce jour-là, quand je suis arrivée, j'ai eus un maudit pressentiment. D'abord, parce que l'ambiance était passée de froide à glaciale et ensuite parce que celles à qui je me suis adressée ce matin-là, m'avaient à peine regardée ou m'avait lancé un regard de malaise intense. L'un de mes employeurs est venu me chercher et m'a faite asseoir dans une salle en commençant par me dire qu'il s'étaient réunis et qu'après discussion, la conclusion était que je n’étais pas à ma place dans ce poste. Il continue en tournant autour de pot, sans vraiment me regarder dans les yeux et sans vraiment croire à ce qu'il s'était engagé à me dire. En tous cas, c'était tellement flou, que j'ai dû poser la question: "Vous me licenciez?". La réponse a été par contre très claire. Quand j'ai voulu comprendre, et que j'ai demandé si c’était « ma notaire » qui s'était plainte de mon travail, il m'a répondu que non et que je m'étais trompée plusieurs fois dans le même document juridique en orthographiant un nom de famille. Je tombais des nues. J’ai rétorqué qu’elle ne me donnait absolument aucun ouvrage et que la seule notaire qui m’en donnait était contente de mon travail, mais ça ne l’a pas convaincu. -" Tu ne maîtrises pas le logiciel". -"Ce n’est pas possible, c’est une erreur, la personne qui me forme m’a dit que je le maîtrise parfaitement, je sais tout faire dans le logiciel! " (Je le connaissais par cœur même, vu que je passais mon temps à l'explorer)… Il hausse les épaules comme pour me signifier qu’il est désolé mais que la décision est prise et termine en me disant qu’ils me paieront deux semaines de salaire et que je peux terminer la journée si je le souhaite! - "Non, merci. Je n’ai aucun ouvrage depuis plus d’une semaine". Je lui ai donc serré la main en le remerciant de m’avoir donné ma chance et je suis partie ranger mes affaires avant de faire le tour du bureau pour annoncer la nouvelle à celles qui ne le savaient pas déjà et remercier celles qui avaient donné de leur temps pour me former. J’ai même réussis à contenir mes larmes jusqu’à mon auto…Fierté ultime pour la sensible que je suis. Je me suis donné une semaine de break pour encaisser cette énorme gifle et je me suis mise à la recherche d’un nouvel emploi, mais de préférence dans une autre branche. Car malgré ma maîtrise en droit français (Master 2 pour être précise), le domaine juridique m’a tout à coup vivement écœurée et cet emploi ne m’a apporté aucune satisfaction sinon celle de travailler dans mon domaine d’études. Je n’ai d’ailleurs pas annoncé la nouvelle à mes proches car je sais qu’en France, le terme « licenciement » est vraiment brutal et péjoratif alors qu’ici c’est beaucoup plus courant, le droit du travail étant beaucoup plus souple. De plus, j’avais droit à l’assurance chômage de Service Canada, ce qui m’a ôté le poids énorme de ne plus gagner ma vie. Mais un mois et deux entretiens plus tard, je suis engagée dans un poste totalement différent mais qui m’attire et qui me donne un second souffle. C’est la directrice d’un centre de répit pour personnes ayant des déficiences physiques ou intellectuelles qui m’engage pour la seconder au niveau de la fondation qui le finance. C’est elle-même et la présidente de la fondation, qui est avocate, qui me font passer une longue entrevue ainsi qu’un test. Je me suis d’ailleurs aperçue pendant l’entretien que ladite présidente connaissait très bien mon ancien employeur. J’ai donc pensé qu’elle l’appellerait et que mes chances étaient anéanties. Car au Québec, les références d’anciens employeurs sont vraiment importantes et on vous les demande pendant les entrevues d’embauche. Mais malgré le grand nombre de candidats et mon licenciement récent(dont je leurs ai fait part lors de l’entrevue), je suis retenue et dois commencer ce nouvel emploi deux semaines plus tard…Ma nouvelle " patronne" me dit même que je suis leur premier choix et qu’elle a hâte de travailler avec moi. Aujourd’hui, j’ai des responsabilités, j’ai de l’ouvrage tous les jours, les journées filent et j’apprécie les gens que je côtoie. (J’aurais le goût d’aller remercier mes anciens employeurs, qui ont cessé leur collaboration juste après mon congédiement, pour l’opportunité qu’ils m’ont donné d’être heureuse dans mon emploi, mais ce serait de mauvais goût). Alors, pour conclure je dirais que cette expérience très négative s’est transformée en expérience très positive. À moi de faire mes preuves et de relever les nouveaux défis que l’on me confie.
  7. Bonjour Minnie, Je te conseille vivement d'obtenir un certificat de résidence permanente, c'est plus long mais ensuite tu es considérée comme une québecoise..(mis à part le droit de vote), je connais une femme qui a passé un diplôme de massothérapeute (coût de 12 000$), et elle ne trouve pas d'emploi car dans cette branche il faut être inscrit à un ordre et pour être inscrit à un ordre, il te faut la résidence permanente, de plus c'est beaucoup plus long à obtenir une fois sur place et cela demande beaucoup de paperasse administrative et pour te parler de mon expérience les employeurs qui m'ont reçue en entrevue (soit 4) m'ont tous demandé si j'avais la résidence permanente.Donc, fais ta demande de certificat de sélection du Québec, et quand tu l'auras obtenue, tu feras la demande de résidence permanente au fédéral. C'est plus long mais ce temps est nécessaire pour bien préparer ton immigration. Ce n'est que mon opinion. Bonne continuation dans tes démarches.
  8. c'est une ville propre, dynamique, ni trop grande ni trop petite, beaucoup d'espaces verts et d'évènements, beaucoup d'entreprise installées car entre Québec et Montréal, mais nous avons acheté à 15 min de Drummond. sinon, il faut compter plus cher pour une maison, n'hésite pas à aller consulter duproprio ou remax, ça te donnera une bonne idée.
  9. c'est à 15 min de Drummondville donc moins cher, et il y avait quelques travaux de rafraîchissement, en ville tu rajoutes 60 000$ et tu n'as pas de terrain..c'est un choix.. on a fait celui du calme et des grands espaces, au plaisir!
  10. idem, je suis nostalgique mais la France ne me convient plus depuis longtemps...
  11. Ce qui me manque depuis mon installation au Québec, c'est de partager mon vécu et mes questionnements avec des gens qui puissent me comprendre. Je ne veux pas créer un club dans le but de n'avoir que des amis français, mais juste de pouvoir régulièrement prendre un verre ou dîner avec des amis qui vivent peut-être les mêmes choses, pour discuter, rire et partager simplement notre nouvelle vie..... Je vis à Drummondville, alors je ne m'adresse qu'à des gens qui vivent dans le centre du Québec ou aux alentours... Merci de ne répondre que si vous êtes sérieux, Pour me situer, J'ai 31 ans, je suis mariée, j'ai une petite fille de 4 ans et beaucoup d'humour ! merci de vos réponses...
  12. Si tu peux faire un détour par Drummondville, ce sera avec plaisir, car on a une petite fille, et on ne va pas souvent à Montréal, en tous cas n'hésite pas!
  13. je vis au Québec depuis deux ans, tu peux lire mon post : Bilan après deux ans, il date de cette semaine, mais si je devais faire une liste : 1. avantages : facilité pour obtenir acheter une maison ,prix de l'immobilier, marché du travail, sourire et décontraction, moins d'impôts, facilité pour créer sont entreprise. 2. inconvénients : système de santé car manque de médecins important, prix du vin et du fromage, politiquement correct, surconsommation (trop de pub partout) et l'hiver (cette année, records de froid, encore -25 à la mi-mars...)
  14. ok, je ne manquerais pas d'en parler dans un prochain post, j'ai récemment testé les urgences d'un hôpital et j'ai vu différents des médecins pour des soucis de santé, donc je vous reviens vite!
  15. non, rien de vraiment négatif, mais cette année l'hiver ne finit plus, on a encore eus -25 cette semaine, on a hâte de mettre le manteau au placard, mais c'est pas pour tout de suite.....Je conseille donc aux frileux et aux amoureux du short et du maillot de bien réfléchir... mais l'avantage c'est qu'on peut skier et faire du skiddo plusieurs mois.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines