Jump to content

RobinDesBois

Habitués
  • Content Count

    424
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by RobinDesBois

  1. Si on s'informe du côté des anglophones, on entend dire qu'au départ les habitants du Labrador recevaient de l'énergie québécoise mais qu'ils se sont aperçus qu'ils s'étaient fait gravement rouler lors de leur contrat de livraison, auquel ils ne pouvaient plus échapper, de sorte qu'ils se sont décidés à produire leur propre électricité. Par la suite, ayant constaté un excédent, il leur a semblé bon de faire un pied de nez aux québécois en allant vendre directement aux américains cette énergie. Et bien entendu il fallait que ce soit sans passer par le Québec car ça leur aurait à nouveau coûté la peau des fesses. On dirait que tu n'as pas la même vision du conflit israélo-palestinien que Mark-Beaubien.
  2. J'en reviens à mon point, qu'il est remarquable de voir les québécois cultiver à ce point leur conservatisme pro-britannique alors qu'ils aiment s'adonner à leur blabla politique sur la fierté d'être québécois, versus les méchants anglophones etc. Le fait que ce conservatisme soit appuyé par l'influence américaine pourrait être invoqué comme circonstance atténuante mais je n'en suis pas sûr. C'est nécessairement une idée européenne de voir les étatsuniens comme archaïques et moyenâgeux, alors que pour les québécois ils sont suprêmement modernes. La modernité se trouve-t-elle dans les normes internationales, reconnues par les scientifiques (y compris ceux canadiens), ou se trouve-t-elle dans le genre de baratin anglo-saxon "pragmatique", qui consiste en compliquer inutilement la vie des gens ? C'est de ce choix là qu'il s'agit.
  3. L'essence à 1,45 dollars le litre est relativement chère mais les dépenses au supermarché ne le sont pas spécialement. Là où on paye notablement plus cher qu'ailleurs, c'est pour le loyer et les garderies, ce que selon moi on peut mettre en relation avec les politiques profondément discriminatoires et pro-indigènes, qui visent à éloigner les gens, en particulier ceux qui viendraient ici pour s'y multiplier. Ceci dit quelques bémols à ce sujet : les canadiens qui viennent par ici ont, sur ce genre de question, les mêmes intérêts que les immigrants. Au niveau de la ville de Yellowknife, une réelle volonté en faveur du développement se manifeste. Une jobine par ici, ça débute à du 12 dollars de l'heure dans des entreprises gérées par des requins, comme le Shoppers, mais le plus souvent c'est plutôt à 15 dollars de l'heure. Si t'obtiens un bon horaire, avec des heures supplémentaires, tu peux ainsi atteindre 3.000 dollars net par mois. Au gouvernement et dans certaines entreprises, par exemple pour les services environnementaux, la proportion de canadiens est proche de 100%. On observe alors des salaires nettement plus intéressants, au moins 4.000 dollars par mois. Bien souvent ce sont des planques, en particulier parmi les administrations, qui sont remarquablement pléthoriques. On y alterne réunions et lecture assidue des journaux. Les métiers techniques sont bien payés eux aussi. Exemple : en moyenne 25 dollars de l'heure pour un menuisier. Côté loisir ... une salle de cinéma, des salles de fitness, quelques pubs et restos, pas mal d'endroits touristiques ... en hiver, skidoo, pêche (à travers une couche de glace de plus d'un mètre) ... en été, canoé, randonnées, picnic ... Ne pas venir ici pour les festivals ... on en voit pendant l'été mais c'est sûrement moins intense qu'à Toronto. Ah oui j'oubliais, il y a quand même une librairie hein. Puis bien sûr on a une rue (la 50ème) remplie de bars style Far-West où on peut croiser dans toute sa splendeur la faune locale, parmi laquelle on discerne quelques touristes japonais apeurés. Ceux-ci viennent essentiellement pour les aurores boréales, qui constituent aussi une possible distraction. L'observation de la faune sauvage, aussi. A consommer avec modération. Un jour j'ai traversé un lac à pied et j'ai rencontré sur mon chemin un énorme lynx, qui semblait plus intéressé qu'effrayé par ma présence.
  4. Le marché locatif est peu accueillant, c'est un fait. Les TNO ont tendance à développer des politiques sociales, du moment qu'elles peuvent favoriser les indigènes. C'est taillé sur mesure. De sorte qu'on peut trouver des logements sociaux, mais avec certaines conditions, du genre avoir résidé déjà un an par ici, et avec un tel environnement social, qu'en réalité c'est presque uniquement pour les indigènes et ceux qui au niveau de leur comportement s'y assimilent (ivrognerie notamment). Certains bâtiments comme le Parry House ou le Northern United Place offrent des logements meilleur marché. Forcément, ils ont du succès et cela donne une liste d'attente pas mal décourageante. Le NUP est géré par la United Church. Si on appartient à cette église on est favorisé. On passe avant aussi si on a un ou des enfants. Car c'est notoirement la peau des fesses ici d'avoir des enfants en bas âge, étant donné ("tout se tient") les politiques profondément xénophobiques qui limitent les subventions faites concernant l'accès aux garderies. A ce niveau l'Alberta est bien plus "social" : c'est tout dire. Il est tout à fait légal de demander une caution. Bien sûr que ce l'est. Attention, ne pas s'imaginer que les locataires sont ici protégés comme ils le sont en Europe. Tu payes sinon Bye, outre les conséquences sur l'état de crédit. Et attention, certaines agences immobilières (les plus sélectes) y jètent un coup d'oeil, à l'état de crédit, avant de rédiger un contrat de location. De plus, elles demandent des références.
  5. Mon diagnostic : obscurantisme, nourri d'un esprit moyenâgeux. C'est ces gens là qui viennent nous les casser quand nous arrivons en Amérique du Nord, pleins d'énergie, désireux de se refaire une vie, bref, l'esprit pionnier en plein, exposés de plein fouet à ce ridicule conservatisme, total à rebrousse-poil par rapport à nos aspirations.
  6. non aucune loi, mais ton raccourci est bien trop simpliste... comment fera un médecin, architecte, techno de labo, comptable... (des professions qui demandent l'adhesion a un ordre, une reconnaissance officielle des diplomes pour exercer) bref tu n'as pas toujours la possibilité de créer ton entreprise, de plus il te faut des moyens financiers pour cela, une connaissance du marché local et de comment faire tourner ton entreprise ici... En effet. Le choix ou obligation de travailler comme indépendant ne diminuent en rien la nécessité de recourir à un ordre professionnel. Ce serait bien trop facile. L'obtention de moyens financiers pour créer une entreprise dépend de l'état de crédit qu'on a et du plan d'affaires (business plan) qu'on présente. Reste aussi à être convainquant ...
  7. C'est toi-même RobinDesBois qui disait dans un autre message que l'immigration faisait baisser les salaires au Canada... Et les immigrants au Canada ont un taux de chômage plus élevé que les natifs et ont des revenus plus bas que les natifs... donc ton argumentation est mensongère et inepte. Je me demande ce que signifie "argumentation" pour toi. J'imagine que ça veut dire juste que c'est désagréable vu que pour toi, comme pour les gens de culture anglaise, "argument" signifie quelque chose de désagréable, d'inutile, une discussion qui ne mène nulle part etc. La tendance de l'immigration à certains endroits à faire baisser les salaires n'a pas besoin d'être documentée. La tendance des immigrants à se trouver relégués à ces endroits là vers les jobines, ou carrément à se trouver sans emploi, est elle aussi évidente. De ta part, en qualité de Troll, c'est normal de tirer certains propos de leur contexte et de les déformer pour aboutir à de prétendues incohérences qui n'existent que dans ton microscopique esprit de (...). En tant qu'immigrant, ici au Canada, on sait très bien qu'on se trouve préférentiellement invité à s'adonner à des jobines et qu'il faut s'attendre à un véritable slalom administratif pour y échapper. On sait aussi que si on se fourre dans une zone difficile, comme à Lethbridge où j'ai passé presque un an avant de réussir à m'en extirper, on peut se trouver ni plus ni moins sans emploi. J'y ai échappé de justesse quand j'étais là et bien entendu j'ai eu tout mon lot de jobines plus ridicules l'une que l'autre. Il est vrai qu'à certains endroits comme celui-là, on peut voir même des canadiens (!!!!!) occupés à des jobines absolument minables. Encore plus surprenant : j'ai pu voir des indigènes, eux aussi travaillant comme des fous (ceci dépasse l'entendement) et cela à une douzaine de dollars l'heure, ce qui semble tout à fait grotesque quand c'est vu du nord comme de là où je suis à présent.
  8. On sait que les expériences des immigrants, tu t'en fous. On le sait. Ok. N'insiste pas, on le sait déjà assez. Les mots clé "Tylénol" et "it's Ok" sont largement présents dans les bouches des docteurs canadiens, c'est évident pour quiconque a l'occasion de les fréquenter. A vrai dire, pour ce motif, je ne vais plus guère en voir et je me fais spécialiste en auto-médication, comme "plusieurs" canadiens d'ailleurs.
  9. Je célèbre en tout cas la tendance spectaculaire des chinois, et autres nationalités asiatiques, à supplanter les gens dans ton genre et à les reléguer dans les livres d'histoire. S'il y en a bien qui ont tendance à insister sur l'incapacité des canadiens à travailler correctement, ce sont eux. looooooooooool ! Et comment explques-tu alors que le Canada a un des niveau de vie les plus élevés au monde et que le Canada a un niveau de vie supérieur à beaucoup de pays européens ? Une des plus grosses richesses du Canada est précisément de savoir exploiter sa main d'oeuvre "immigrante". Lorsqu'on a compris cela on est déjà bien avancé, notamment pour comprendre l'existence de dispositifs protectionnistes comme les ordres professionnels. Le Canada est un pays plus faiblement industrialisé que les états-unis ou que les pays d'Europe du Nord. Sa richesse, ce sont fondamentalement ses immigrants.
  10. Arrête ton char. Tu sais que les canadiens et en particulier les québécois peuvent raconter cela aussi d'un belge ou de n'importe quel immigrant, qui veut "argumenter", c'est-à-dire, qui oublie de fermer sa gueule. Ta défense acharnée des israéliens est profondément débile. Leur situation géopolitique est scandaleuse. Ils n'ont rien à faire là-bas. Si on appliquait à l'échelle de la Terre leur théorie débile, que si on a des ancêtres qui vivaient quelque part on a le droit d'y retourner et de s'y imposer par tous les moyens, l'humanité serait à feu et à sang. Et c'est d'autant plus débile que les palestiniens ont probablement davantage d'ancêtres parmi les anciens hébreux que les juifs contemporains. Je trouve de toute façon pathétiques les gens qui défendent le droit des israéliens à s'installer chez les arabes et qui d'un autre côté contestent le droit des arabes à s'installer ailleurs que chez eux.
  11. Baratin politique, en effet. Le problème de base est la réticence des forces de l'ordre à s'intéresser à ce genre de cas. Réticence due d'un côté aux fortes résistances auxquelles elles peuvent s'opposer et d'autre part à la totale mollesse de l'appareil judiciaire. Mollesse liée elle-même à la confondante insipidité "politiquement correcte" des politiciens, de véritables andouilles opportunistes, baignés de stupides idées mollassonnes du genre nord-américain.
  12. Je célèbre en tout cas la tendance spectaculaire des chinois, et autres nationalités asiatiques, à supplanter les gens dans ton genre et à les reléguer dans les livres d'histoire. S'il y en a bien qui ont tendance à insister sur l'incapacité des canadiens à travailler correctement, ce sont eux.
  13. RobinDesBois, en tant que troll multirécidiviste, tu as zéro crédibilité alors c'est inutile d'inventer de toute pièce des histoires trollesques. Je remarque ta manie de truquer les balises quote dans les messages, probablement en vue d'éviter que je sois averti des "réponses" que tu me donnes. Un signe de plus que tu es décidément une (...) professionnelle. Ceci dit ne pense pas que j'épargne mes efforts pour repérer tes messages car il me plaît trop de m'en occuper. Concernant ces derniers messages ... Répétons-le une nouvelle fois, que s'il te manque une case et que tu ne réussis pas à comprendre que c'est ici un forum dédié aux immigrants et non aux menteurs professionels dans ton genre, c'est ton problème. Le Troll c'est manifestement toi. Ta crédibilité est moins que nulle. N'imagine même pas que tu vas me fermer la gueule. Mes histoires "trollesques" sont pure réalité. On sait tous ici, en tant qu'immigrants, que le service médical est pitoyable. Et toi aussi tu le sais mais comme tu viens ici, probablement salarié, en vue de répandre tes mensonges ridicules, tu ne sembles pas disposé à admettre la réalité. Tu sembles plutôt disposé à nous intoxiquer avec tes bobards rose-bonbon.
  14. "L'intégration économique", avec tes lunettes de fonctionnaire de l'immigration, ça équivaut à cirer les bottines des canadiens pour pas cher. Bon ceci dit Ok, on va reviser ton profil : tu es un(e) fonctionnaire canadien(ne) d'origine chinoise. Ceci aide notamment à comprendre pourquoi tu détestes les nord-africains.
  15. Ben, pour compter même les grains de sel, on va aller à 6 chiffres après la virgule : 1300 livres = 1300 livres X 0.453597 Kg / livre = 589 kg et 678 grammes Plus pratique que de multiplier par 0,453597 : diviser par 2;2. "Nota béné" : les kilogrammes sont cependant reconnus depuis belle lurette par les autorités scientifiques canadiennes (centre national de recherche) comme l'unité de masse. Beaucoup de gens continuent cependant de se comporter à ce sujet là comme de véritables anglais.
  16. Ici aux territoires nord-ouest l'hiver commence lorsque la température est constamment négative, ce qui se produit vers mi Octobre. Suit une phase neigeuse et humide puis la plongée dans le vrai hiver, lorsque la norme est à moins 30. On y est déjà. Alors vos -12, permettez-moi d'en rigoler.
  17. Nouveau supplément d'information, cette fois sur l'épineuse question des loyers ... Je suis allé voir la principale agence immobilière : Northern Property. Elle détient un nombre impressionnant de bâtiments à travers la ville. Ils louent des appartements à 1, 2, 3 ou 4 chambres : "one bedroom", "two bedrooms" etc. Au début, il faut payer non seulement le premier loyer mais aussi une garantie locative qui est en général d'un loyer. Ceci dit ils peuvent scinder celà en plusieurs payements. One Bedroom : de 1285 à 1415 dollars par mois, en allant du plus minable (Hudson House), rempli d'ivrognes, de drogués et de prostituées, au plus correct (Sandstone). Two Bedroom : de 1620 à 1650 dollars par mois. Si on prend un appartement dans un édifice où il n'y a pas de One Bedroom, on a des chances de ne pas être entouré par la dernière des racailles. Il est donc recommandé de s'offrir un Two Bedroom. Three Bedroom : s'y prendre plus de deux mois à l'avance pour en dénicher un ... Prix : 1960 dollars par mois. Four Bedroom : 2010 dollars par mois. Sacré budget, hein. Mais bien souvent certaines de ces habitations sont sous-louées, ce qui peut rapporter beaucoup d'argent. Eh oui. Il suffit de demander à l'association québécoise locale (fédération franco ténoise) : le prix de la chambrette est à 700 dollars par mois. Les autres agences immobilières sont en général plus chères. Ou mieux dit, encore plus chères. Midwest détient quelques bâtiments, et d'autres agences seulement un ... mais en général elles sont plus sélectives. Côté paperasse ça peut être pas mal lourd. Ils demandent garantie sur garantie. Je ne pense pas qu'un nouvel arrivant au Canada pourrait y entrer. Quant à savoir comment de tels loyers peuvent se justifier, ça se trouve forcément dans la liste kilométrique des questions à ne pas poser, tout d'abord parce que personne ne sait, mais aussi, parce qu'ici comme partout au Canada il est bon d'éviter toute question épineuse.
  18. Ce n'est pas pour jouer au pisse-vinaigre, mais est-ce que cet article parle des taux de suicide ? Je n'ai pas réussi à le lire en entier car il me donnait envie de me tirer une balle. (Oui je sais ... c'est de l'humour belge)
  19. Voire, dans une précarité tout à fait certaine. Mais je ne vois là aucune incohérence. Entre les gens qui agitent la carotte lorsqu'ils sont en Europe, histoire d'attirer du monde, et ceux d'autre part qui, sur le terrain, agitent plutôt le bâton sur les "immigrants" qui se sont fait prendre au piège, une même logique se présente : 1°) voler à d'autres pays des cerveaux, ce qui est probablement un but en soi; 2°) se faire un peu d'argent au passage, car ces gens sont dotés généralement d'un confortable porte-feuille qui viendra se vider au Canada; 3°) il sera d'ailleurs souvent possible de les mener vers les universités et les "collèges", en vue d'un plus ou moins illusoire recyclage; 4°) obtenir en fin de compte une main d'oeuvre bon marché mais tout de même triée sur le volet, hein; 5°) se répandre en auto-congratulations concernant le fascinant pouvoir d'attraction de ce pays. Oui, les fascinants ordres professionnels, qui ont officiellement pour but de garantir la qualité et le sérieux de leurs professions. Ha ha ha la bonne blague que voilà. Spécialement pathétique en ce qui a trait aux médecins, qui apparemment signent le serment d'Hippocryte (plutôt que celui d'Hippocrate) : "sur les caisses publiques tu veilleras, du Tylénol à tous les coups tu recommanderas, l'auto-médication tu encourageras". J'ai encore eu récemment une occasion d'y songer, avec ma fille qui s'était prise sur la peau des taches rouges. Le médecin qu'on a consulté a mis en cause ses sous-vêtements. Après enquête, il s'agissait en réalité de ce que je craignais : le genre de champignon qu'on se prend aux pieds, qu'elle a attrapé lorsqu'elle se baignait car ma femme a trouvé intelligent de poser au fond de la baignoire le tapis plastique sur lequel on marche en sortant de la douche. Mais pour ce genre de recherche et d'approche par déduction, ce n'est pas le genre de taré de par ici qu'il faut mais un médecin capable de se renseigner et de poser des questions intelligentes. Ce qui est d'ailleurs fabuleux avec eux c'est leur ton péremptoire lorsqu'ils déclarent une de leurs âneries, juste avant de se lever en racontant qu'ils ont un autre patient à traiter. Lorsque toute une société est pétrie du "ferme-ta-gueule", ça peut présenter quelques sérieux inconvénients.
  20. Fin Novembre ... déjà on atteint moins 30. Il y a environ une semaine les touristes japonais sont revenus, sachant que le début de l'hiver est fini, ce qui se marque par un ciel plus clair où ils peuvent admirer leurs chères aurores boréales. Avoir une bagnole dans ces conditions, ça n'est pas une synécure. Il faut disposer d'une place de parking avec prise électrique. il faut que la voiture dispose d'un "block heater" en bon état de marche, qui maintient liquides les fluides du moteur. Il faut faire une révision complète, qui aboutira à quelques options comme de remplacer l'huile pour éviter que l'huile se transforme en graisse à frites. Puis la batterie aussi doit être révisée car elle a tendance à perdre son électricité plus rapidement quand on plonge dans les températures négatives. Des modèles plus adaptés mais plus chers existent. Outre la batterie, peut-être encore plus important : pouvoir à distance télécommander l'allumage du moteur, de sorte qu'il puisse chauffer avant le démarrage. Le but n'est pas seulement que la voiture soit moins gelée quand on y entre. Il s'agit aussi de recharger la batterie. Car si on fait des petits trajets, on épuise la batterie. Lorsqu'elle s'épuise, il faut la "booster" ce qui se fait à l'autre de câbles branchés sur la batterie d'une autre voiture. Certaines compagnies de taxi peuvent s'en occuper. Prix : 25 dollars à chaque fois. C'est déjà mieux qu'une centaine de dollars pour le dépannage ("towing"). Pneus d'hiver : ça dépend du véhicule. Pour une bagnole de taille moyenne, compter de l'ordre de 600 dollars pour quatre pneus. Mais si on roule uniquement en ville sans trop se presser, on peut s'en passer quitte à supporter quelques situations glissantes. Il y en a d'ailleurs qui portent des pneus "all seasons" (toutes saisons), qui sont en fait des pneus d'hiver capables de rouler en été. Car ne l'oublions pas, l'hiver est la saison la plus présente au long de l'année. Bref, il y en a plus d'un qui laisse tomber la voiture. Les taxis travaillent d'arrache-pied pendant l'hiver. A part ça ... les assurances sont plus chères ici qu'ailleurs, vu le manque de concurrence notamment. Concernant les voitures dont le moteur tourne longuement avant que leur conducteur se décide à s'y introduire, on peut remarquer que ça peut présenter quelques désagréments. Les logements situés au rez de chaussée près d'un parking sont en général moins chers, et on peut assez bien le comprendre lorsqu'on s'y trouve en matinée. Il est vrai cependant que la nuisance olfactive est relativement faible vu qu'on ne risque pas d'ouvrir sa fenêtre à ce moment là de la journée vu le froid qui entrerait.
  21. A quand un sujet sur la plus grosse poitrine du monde ? Mesurée en pieds cubiques, s'il vous plaît.
  22. Comme tout québécois, MacKenzie a tendance à penser que si on vient sur ce continent, c'est comme leurs ancêtres, contraints et forcés par les circonstances. N'essaye pas de le convaincre que tu le fais positivement. D'autant moins que de toute façon ça les arrange d'humillier les immigrants. C'est une technique comme une autre pour les rabaisser et pouvoir ainsi les exploiter plus facilement. Les 35 heures, ici, il faudra les oublier ainsi que les nombreuses semaines de congé. La tendance est à bosser au-delà des 40 heures par semaine, autant que possible en combinant deux emplois. Enfin c'est en tout cas ce qui prévaut dans le coin où je suis, où on vient en vue de faire du fric. Car c'est essentiellement à ça que ça pourrait servir de se trouver au Canada. Gare cependant aux jobines car si on dérape là dedans on est grillé et l'ornière n'est pas loin, d'où "plusieurs" (pour parler québécois) ne peuvent plus resortir.
  23. Certaines nationalités sont capables d'entreprendre, de créer des emplois et de favoriser leurs congénères. Les chinois sont certainement dans cette catégorie. Ils boufferont peu à peu le Canada, qui est ravi de les voir si "intégrés". En réalité ils ne sont pas du tout intégrés et c'est la clé principale de leur succès à quoi s'en ajoute une autre qui plaît beaucoup aux canadiens : les chinois bossent comme des malades. Et c'est cela, de plus en plus clairement, que veulent les canadiens. Ils continuent d'utiliser sottement des termes du genre "intégration", qui ne veulent plus rien dire, mais au fond ils ont surtout envie que des immigrants viennent pour leur cirer les bottines et faire bon marché leurs besognes et corvées, alias jobines en franco-canadien. MacKenzie semble axé dans cette optique, ce qui est normal pour un(e) fonctionnaire de l'immigration qu'il(elle) est presque sûrement. Fonctionnaire de l'immigration ? C'est à se rouler par terre de rire. RobinDesBois, arrête de divaguer, ça serait une bonne idée. Les Chinois bouffent peu à peu le Canada ? RobinDesBois qui est aussi un partisant de la théorie raciste du "péril jaune"... c'est pitoyable ton affaire. Résumons : RobinDesBois est anti-Nord-Américain même s'il a choisit de vivre en Amérique du Nord ( oh l'ironie, lol ! ) il est contre l'immigration en Europe même si lui-même est un immigrant au Canada ( chercher l'erreur ! ), il est intolérant envers les minorités religieuse en Alberta, en plus il est anti-chinois... RobinDesBois l'intolérant. Pourquoi ne pas voir les immigrants chinois comme de futurs canadiens plutôt que comme une menace comme tu le fais RobinDesBois ? Et pour information RobinDesBois, les chinois au Amérique du Nord ne font pas que des emplois peu rénumérés, plusieurs d'entre eux ont des emplois très bien rénumérés par exemple dans la très prestigieuse Silicone Valley au États-Unis où des immigrants chinois ont fait fortune, dépassant en revenus plusieurs immigrants européens. Comme d'habitude tu passes à côté de l'essentiel, prenant tel ou tel cas particulier pour en faire une généralité et jouant dans le style "chercher l'erreur" qui montre ta profonde incapacité, qu'en Europe on appellerait imbécillité, à réfléchir à des sujets complexes. Que ça te troue le (...) ou non, les immigrants européens se posent tout naturellement la question de ce que sera ce pays, le Canada, si sa rage effrénée de se doter d'une main d'oeuvre servile et bon marché le fait importer massivement les populations qui semblent les plus adéquates à cet effet, sans se soucier le moins du monde de savoir s'ils seront "intégrés". En effet ceci est le cadet des soucis de "plusieurs" canadiens, tandis que par contre ils se soucient de faire travailler à leur service ce personnel bon marché. En arrière-fond se trouve la question du possible lien qu'il pourrait y avoir entre les populations nord-américaines d'origine européenne et ces immigrants fraichement venus d'Europe. A ce sujet, on te voit arriver avec tes bons gros sabots et tout de suite on devine que la seule chose dont tu sois capable c'est d'enfoncer le clou. On ne sait trop si le lavage de cerveau est dû à la "junk food" ou à la lecture répétée des textes sacrés originaires du Moyen-Orient (la Bible en l'occurrence), mais le fait est que ce lavage laisse les neurones parfaitement javellisés. Les quartiers chinois, que ce soit au Canada ou en d'autres pays, sont d'extraordinaires exemples à la fois de succès économique et de refus de toute intégration. A Vancouver ils se trouvent chez eux au point de présenter des offres d'emploi en chinois, ce qui à mon avis ne manque pas d'intérêt.
  24. La question de la Palestine, je crois qu'en réalité on s'en fout un peu, en réalité. Les palestiniens se sont fait (...) et on n'y peut rien. Leurs adversaires sont les maîtres de ce monde. Concernant le port ou l'interdiction du voile, par contre, on peut se dire que ça nous intéresse en tant qu'immigrants car il est bon de savoir sur quelle pente glissante sont capables de s'introduire les québécois et plus en général les canadiens, sans avoir conscience de l'engrenage où ils fourrent leurs doigts. Laisser la chienlit s'installer et se multiplier, c'est relativement facile, mais ça peut ensuite se compliquer. Comme on peut l'observer en France, ils sont les rois pour faire le vide autour d'eux. Comme l'a montré en Europe le cas de la province serbe du Kosovo, devenue albanaise, on peut observer qu'ils peuvent facilement se déclarer chez eux voire foutre dehors ceux qui les avaient reçus ... avec bien entendu un petit coup de pouce des nord-américains.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines