Jump to content

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 12/30/2018 in all areas

  1. 4 points
    iliassam

    Les fédéraux 2018-2019

    Bonjour, DF : 01/10/2018 ARDF : 28/12/2018 Bonne chance
  2. 3 points
    Bonsoir les amis, Je suis en direct dans le bureau d'immigration a l'aéroport international de Montréal. Ça fait plaisir de m'être ces pieds au sol du canada. Bonne chance à tous
  3. 3 points
  4. 3 points
    Que le midi est incompréhensible.
  5. 2 points
  6. 1 point
    Bonjour, L’EACMC, partie I, est actuellement offert deux fois par année au Canada seulement. Les candidats formés à l’étranger doivent d’abord passer l’examen d’évaluation du Conseil médical du Canada (EECMC) avant d’être admissibles à présenter une demande à l’EACMC, partie I. À partir de 2019, le CMC offrira l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I, au Canada et à l’échelle internationale dans plus de 80 pays, et ce, jusqu’à cinq fois par année. Pour ceux qui ont deja passe l'EACMC. qu'ont-ils prepares et quelles ont ete leurs sources preparatoires en langue Francaise et non pas en anglais qui sont disponible toronto note 2018 s'il vous plait? Merci pour vos retours.
  7. 1 point
    kuroczyd

    Bac "à distance" - TELUQ ou ULaval ?

    Je vois que tu essayes de faire un BAC en info: pourquoi le bac est pas le DEC si ce n'est pas indiscret? Je pose la question car dans mon entourage, j'ai deux types de personnes celles qui ont fait le BAC et le DEC; parfois je prefere embaucher des DEC car ils ont une experience plus pratique de l'info...
  8. 1 point
    Sous couvert de renouveau c'est la meme clique dirigeante qui gouverne et pioche dans la poche des gens. Ce qui est hallucinate c'est que Macron (comme son "En Marche") n'a abolument rien compris au raz le bol des gens. Comme c'est dit plus haut, au Canada avec JT, on est dans la meme ideologie globaliste donneuse de leçons. Voilà comment les gilets jaunes voient la situation:
  9. 1 point
    Sinon il y a ça : https://www.caaquebec.com/fr/sur-la-route/services/inspection-dun-vehicule/ Pas donné mais au vu des risques, argent bien investi.
  10. 1 point
    A vous aussi je souhaite que cette nouvelle année vous apporte la fameuse brune nchallah
  11. 1 point
    juetben

    Essuie Glace hiver

    Je les ai toujours mis debout quand il y avait de la pluie verglacante... C'est pas quelques fois par année qui vont faire mourir le bras d'essuie-glace si rapidement. Mon ancien véhicule avait presque 12 ans et ils fonctionnaient toujours...
  12. 1 point
    Hei

    Essuie Glace hiver

    On avait des essuis glace 4 saison qui laissaient des traces. On les a changé pour l’hiver et on voit la différence.
  13. 1 point
    Vous savez, dans ce genre de situation vous pouvez aussi dire OK bye bye et aller voir ailleurs. Malheureusement le vendeur de "char usagé" ici c'est l'équivalent de l'arracheur de dents. Et même si vous faites affaire à un concessionnaire il faut se méfier, tout faire mettre par écrit, tout préciser, ne pas dire que vous payez cash avant la toute dernière minute (ils font une bonne partie de leur fric avec le financement), etc etc.
  14. 1 point
    Trudeau devrait se méfier car chez lui l'argent publique est tous aussi mal géré.Cela finira par arriver à un point de rupture.Quand ça touchera le portefeuilles d'une partie des canadiens.A qui on demandera encore et encore des efforts injustifiés.Et qui verront leur pouvoir d'achat diminué significativement à cause de ça. Schiappa qui justifie l'achat de vaisselle de 500 000 € à l'Elysée ça ferait bosser une entreprise française. Et si c'était que ça... .
  15. 1 point
    jeremyg5y

    Immigration et maladie

    consulter un médecin agréer par l'immigration dans votre pays, la liste est disponible sur cic.gc.ca, lui vous dira si votre pathologie sera un frein ou non pour les procédures d'immigration.
  16. 1 point
    Un bon garagiste c'est précieux. Tu peux demander des recommandations à ton entourage ou passer par la CAA (leur liste d'établissements recommandés).
  17. 1 point
    SENATOR2020

    Mon projet Québec : Vos expériences

    Commence par avoir les couilles toi même. Tu vas certainement inspirer d'autres personnes. Nous attendons l'exemple.
  18. 1 point
    noor87

    Les fédéraux 2018-2019

    Toutes mes félicitations. Une IVM c'est devenue un luxe de nos jours.
  19. 1 point
    Nina1990

    Demande de Citoyenneté 2018

    Merci beaucoup je souhaite la même joie à tous ceux qui attendent des nouvelles ! soyez confiants
  20. 1 point
    maigaliam

    Les fédéraux 2018-2019

    Kel bureau traité ton dossier? DAKAR?
  21. 1 point
    maigaliam

    Fédéraux Dakar 2017, 2018

    Échange de dates Df 20 oct 2017 J’ai pas reçu l IVM
  22. 1 point
    Geris

    Fédéraux "Africains" 2017

    Ivm de mon bébé reçu le vendredi le 27/12/2018. Remercions le seigneur... Envoyé de mon TECNO-W5 en utilisant application mobile Immigrer.com
  23. 1 point
    Il essaie de vous jauger pour voir combien de fric il peut vous soutirer. Classique. Généralement, partez du principe qu'un vendeur de voitures d'occasion est aussi fiable qu'un billet de trois dollars.
  24. 1 point
    Saweur

    Les fédéraux 2018-2019

    Pas forcément. Moi je l'ai reçu par mail via mon consultant le 21 déc. Et mon épouse et moi avons fourni nos données biométriques le 26. Le même jour nous avons reçu un mail nous confirmant que nos données ont été transférées à Dakar. DF 27 Sept. 2018 ARDF 17 déc 2018 Données bio 26 déc. 2018
  25. 1 point
    007

    Mon projet Québec : Vos expériences

    Il y a des personnes qui devenu hypocrite après immigré au Québec. Ils toujours parlent mal contre les probables immigrants. Ils soutiennent des inhumaine activités du MIDI. On doit ignorer ce type de personnes et doit prié à Dieu que nous ne devienons pas la même. Je haine d'être une hypocrite comme eux.
  26. 1 point
    Clecle2018

    Fédéraux "Africains" 2017

    Bonjour la famille IVM reçu Gloire à Notre Seigneur!
  27. 1 point
    En En effet, ça ne va pas vous faciliter la tâche de vous installer au Québec si vous n'êtes pas à l'aise en français. Pourquoi ne pas choisir l'Ontario ou une autre province ?
  28. 1 point
    Des aides en quoi? Pourquoi choisir le Québec en particulier
  29. 1 point
    TED/A

    Les fédéraux 2018-2019

    Bonsoir, Bon pour le moral IVM reçue aujourd'hui pour ARDF 06 février 18 ? DF 14 11 17 ARDF 06 02 18 IVM 27 12 18 Au suivant...
  30. 1 point
    rosam

    Processus fédéral Paris (algériens)

    Bonjour tous le monde Je viens de vérifier ma demande sur Ecas et enfin c’est mentionné que : les résultats médicaux ont été reçus et sur CléGc c’est favorable alors je ne c’est est-ce que c’est favorable ou pas encore Envoyé de mon iPhone en utilisant application mobile Immigrer.com
  31. 1 point
  32. 1 point
    moi j'ai fait la 2eme proposition et ça marche mais, faut déclaré ta femme et ton enfant au CIC
  33. 1 point
    sarah2020

    Nouveau-Brunswick

    Bonjour les amis, je voudrai seulement vous souhaiter de merveilleuses fêtes de fin d'année ( pour les concernés ).Bonne et heureuse année 2019 pleine de belles surprises à tous .
  34. 1 point
    joyeux noël a tous ceux qui le fêtent et a la reprise pour les autres espérant avec des bonnes nouvelles ( prier pour nous ceux qui fêtent noël peut être vos prière seront exaucées)
  35. 1 point
    leon11

    Nouveau-Brunswick

    @WLido @thegreatescape @Missjoe @Djess et a tous du forum , @mafaka et moi m^me nous vous souhaitons à tous de bonnes fêtes de fin d'année. Voici une petite chanson comme cadeau
  36. 1 point
    thegreatescape

    Nouveau-Brunswick

    Merci@WLido, à toi et à ta famille aussi! Et bonnes fêtes à tous, et que 2019 nous apporte tout plein de bonnes choses! Envoyé de mon iPhone en utilisant application mobile Immigrer.com
  37. 1 point
    WLido

    Nouveau-Brunswick

    Bonnes fêtes de fin d'année a tous mes amis ici, Beaucoup de reussite et de bien-être pour l'année a venir, @+ Envoyé de mon CAM-L21 en utilisant application mobile Immigrer.com
  38. 1 point
    Fred0NB

    Nouveau-Brunswick

    Hello la troupe, C'est le rerereretour du Fred qui sort de sa sieste pour plonger en hibernation. Et oui j'aurais bien aimé apporter des bonnes nouvelles mais quenini, je n'ai même pas eu un retour concernant mon changement d'adresse.... Il paraît qu'il sont censés nous envoyer un mail sous 1 mois une fois su'on les a informé de notre changement d'adresse...... Vu que je croule sous le boulot (merci le rgpd ?[emoji13]?), je n'ai pas lu tous les posts alors excusez moi car je vais certainement oublier de féliciter ceux qui ont reçu des bonnes nouvelles. Merci@Emmie81 pour ton résumé de vos 6 premiers mois, je suis content pour vous de voir que tout se passe bien. Félicitations@Flojerem, comme quoi tout est possible (en fonction de son profil) et que çà peut aller vite aussi si on est prêt. La marmotte vous souhaite de passer à toutes et tous de très bonnes fêtes de fin d'année. Envoyé de mon ONEPLUS A6003 en utilisant application mobile Immigrer.com
  39. 1 point
    Capacité d’autonomie financière 2019: http://www.midi.gouv.qc.ca/publications/fr/gpi-npi/npi_2018/NPI_2018_016.pdf Modifié il y a 1 heure par quebecois2018 bonjour je viens de prendre ce lien sur mpq, ça peut vous intéresser
  40. 1 point
    Emmie81

    Nouveau-Brunswick

    Bonsoir à toutes et tous (ou Bon matin, presque), Et bien voilà, on y est : 6 mois et un jour depuis qu’on a élu domicile à Moncton. Personne ne me croira si je dis que le temps n’est pas passé super vite, j’ai à peine eu le temps de passer en vitesse sur le forum 2-3 fois au cours des 4-5 derniers mois. Mais je me devais de donner des nouvelles, au moins par égard à l’existence même de ce forum qui m’a tant aidé avant le départ. Par où commencer ? Être sûre de hiérarchiser mes idées ? Tout dire ? Impossible… Ça viendra en vrac, ce qui me passe par la tête. J’en oublierai au moins 80%, mais au moins il y aura un peu à lire. Une chose est sûre, pour celles et ceux qui me connaissent; comme d’hab’, préparez le chocolat chaud avant de commencer ! Pour reprendre, nous sommes donc arrivés au Canada le 12 juin mais nous sommes arrivés à Moncton le 18. Nous avons eu la chance d’être accueillis à bras ouvert par d’anciens (entendre anciens non par l’âge mais par l’expérience ? - forumistes, ils se reconnaîtrons s’ils voient ce post passer) à qui nous devons en toute honnêteté une fière chandelle ! Arriver dans le confort d’une maison en centre-ville quand on a ni portable, ni véhicule, ni adresse, ni plus aucun repère, ça change toute une immigration et ça n’a pas de prix, foi « d’immigrante de 3ème essai ». Une fois arrivé, il faut donc commencer toutes les démarches administratives, qui ont été souvent retracées ici : demander Medicare, changer le(s) permis, trouver une auto, suivant les circonstances, inscrire les enfants à l’école (ce n’était pas notre cas mais nous venons de réaliser que notre poilu n’est pas tout à fait dans la légalité : on aurait dû aller l’inscrire chez le vétérinaire ! À Moncton, c’est comme ça… maintenant ça attendra 2 semaines que la nouvelle année arrive), partir en recherche d’un logement, etc. Je ne reviendrai pas sur tout, beaucoup a déjà été écrit et ça change assez souvent. Ce qui est sûr c’est qu’ici, bien que tout soit super cadré (si on vous dit 2 preuves, c’est 2, pas 1), si vous ne cherchez pas à filouter et restez de bonne foi, ils se plieront systématiquement en 4 pour vous aider et comprendre votre situation. On est au pays du Service Client, c’est impressionnant et c’est presque une religion ici. S’ils se rendent compte que vous vous moquez d’eux, que vous mentez, ou tentez de flouer le système, ils ne vous épargneront pas et vous serez fichés, le NB c’est vraiment un microcosme (et sincèrement c’est certainement pas moi qui vous plaindrai - les règles ont été établies pour une raison précise, à la base dans l’intérêt de tous, si vous vous pensez plus intelligents, fort probablement parce que vous n’avez pas les tenants et les aboutissants, passez votre chemin et allez rejoindre les autres français de France, allez directement au Québec, en grande ville, Montréal et Québec c’est plus facile pour s’installer avec une mentalité européenne - quoique j’ai entendu dire qu’il y a aussi des mauves par là-bas - amis francophones/néo-brunswickois, si vous me lisez, je vous salue :)). Cette parenthèse fermée, je prendrai le dernier point cité de mes points d’installation, comme tous les autres d’ailleurs mais je prendrai celui-ci en particulier en exemple, pour relater qu’on est jamais au bout de ses surprises. Quand on cherche, qu’on pense avoir un coussin relativement confortable, on se rend compte que les choses ne seront pas si simples. Vous voulez acheter, les prix ont flambé… notamment à cause de français prêts à acheter tout à n’importe quel prix et de chinois qui n’achètent rien en dessous de 500.000, alors autant monter les maisons à 300.000 à 500.000 sinon personne ne les visitera. Et puis, attention au quartier, sans se sentir à Chicago sous Al Capone, certains quartier sont plus agréables que d’autres. Pensez à réfléchir à où vous allez travailler Magnetic Hill – Memramcook, l’été ça pourrait presque être fun, mais l’hiver, quand on part 10 minutes en retard parce que la déneigeuse a ensevelis l’allée de la maison... Ah, mais vous n’avez pas encore d’emploi de toute façon, vous venez d’arriver. Du coup vous cherchez une location. Encore une fois, les prix ont flambé. Peut-être avez-vous un petit chien, vous vous dites que ça passera comme un chat, ben ici, non, un chat c’est comme un chien, c’est un « pet » et tout ce qui a des poils, c’est non (vous lisez bien : les « pets », c’est niet ! :) - vaut mieux en rire). Vous avez des enfants, on lit souvent sur les annonces : « adults only », voire « senior only ». J’imagine que l’étape suivante sera de choisir des locataires qui acceptent de payer un loyer sans habiter… Ce qui, soit dit en passant, se passe avec beaucoup d’immigrant chinois qui n’ont en fait besoin que d’une adresse postale. La Colombie Britannique étant devenue surpeuplée et hors de prix. Désolée si ça choque mais c’est une réalité, soyez préparés. Beaucoup de locations se trouvent par le biais de bouche à oreille, mais pour ça, encore faut-il avoir le temps d’entendre les bruits qui courent... Même préparés, tant qu’on est pas sur place, personne ne peut prendre ce genre de décision à votre place (quel quartier, quel budget, quel logement, quelles concessions vous êtes prêts à faire, etc.). En parlant de préparation, parmi les sujets qui peuvent faire déchanter, les services de santé. On arrive, on s’inscrit au 811 pour demander un médecin de famille. Je vous conseillerais presque de le faire le jour où vous recevez votre numéro Medicare. Nombreux sont les français au NB depuis 3 ans et qui n’ont jamais été appelés. Même des femmes ayant accouché entretemps. On a eu de la chance, par réseau, nous avons obtenu RDV chez un médecin en parallèle. Elle vient de m’informer que pour faire vérifier mes grains de beauté, il allait falloir attendre 2 à 3 ans un RDV chez un dermatologue. Si pas de suspicion de cancer, c’est le délai « moyen ». Tout comme c’est elle qui souhaite faire mon suivi gynécologique. Euh, oui, mais non merci. J’avoue avoir un peu de mal avec le concept du médecin généraliste, spécialiste « un peu » en tout. J’avais demandé référencement chez un neurologue (étant migraineuse) en même temps, au début de la discussion, à la suite de nos échanges sur gynéco et dermato, je n’ai pas osé relancer le débat (pas assez kamikaze faut croire)… Je n’ai pas encore eu le temps d’aller à la pharmacie pour des médicaments sur ordonnance. Bien évidemment, sans ordonnance, ça fonctionne comme en France, c’est pas bien compliqué, mais ça coûte une blinde. J’ai l’impression par contre que l’éventail de choix est plus vaste, qu’ils sont moins restrictifs sur pas mal de molécules. À savoir aussi, toutes les molécules qu’on a en France ne sont pas disponibles ici, notamment les flurbiprofènes et le tramadol soluble. Il doit y en avoir d’autres (ou alors j’ai vraiment pas de bol), mais j’imagine que ça fonctionne dans les deux sens, c’est simplement un constat, il est probable que des canadiens en France ne trouvent pas des molécules qu’ils ont l’habitude de prendre. J’ai hâte de savoir si mon traitement va m’être donné dans un tube, avec 90 comprimés, sans boite, comme on voit à la TV, ça se serait cool, rien ne m’horripile plus que les blisters de nos boites de 28 « à la française » ! Bon, assez parlé santé. Le travail. En ce qui me concerne, j’ai vraiment eu beaucoup de chance. J’avais aussi beaucoup travaillé en amont, j’avais déjà une expérience canadienne, CV et LM étaient d’attaque avant même nos boites à déménager et je me doutais que tout irait assez vite, mais ça a quand même été rapide, pour ne pas dire fulgurant. J’ai commencé par soigneusement sélectionner 3 offres et j’y ai postulé. L’offre A que je pensais être un tremplin et qui m’intéressait moyen mais qui avait de bonnes chances d’aboutir et vite, la B qui m’intéressait davantage mais pour lequel je pensais avoir moins de chances et que je pensais moins rapide à pourvoir et la C, pour laquelle je ne pense pas avoir de nouvelles avant 2019 (ce qui est bien parti pour être le cas, accessoirement - c’est un poste au gouvernement). J’ai effectivement passé deux entretiens pour le poste A. Tout s’est extrêmement bien passé mais sans savoir pourquoi je n’ai pas été retenue. Par contre, j’ai eu le B. Un poste temporaire, en dessous de mes qualifications, sans aucun avantage (puisque temporaire), mais ça m’allait très bien. De toute façon, il fallait que je commence rapidement à travailler, pour ma santé mentale et parce que je suis la seule à faire rentrer de l’argent pour l’instant. Je prenais mes marques et me sentais très bien où j’étais quand je reçois un appel de la société A qui m’appelle pour le même poste que celui pour lequel j’avais passé des entretiens 1 mois ½ plus tôt. J’explique mon étonnement à la RH qui m’appelait et après quelques minutes nous avons compris le quiproquo : il s’avère que c’était une filiale du même nom, pour une poste similaire, à responsabilités égales et que mon CV avait été passé en interne sans que j’en sois prévenue. J’ai demandé à recevoir l’offre (puisque je n’avais pas postulé, je voulais savoir ce qu’on me proposait), repris contact, confirmé mon intérêt, passé un entretien et été prise en permanent dans le corps de métier que j’exerçais en France jusqu’à 1 an avant notre départ. Mes deux premiers entretiens avaient donc dû bien se passer, même s’ils s’étaient soldés par un refus. Et j’ai ainsi pu avoir confirmation de quelle en avait été la raison : le poste avait été pourvu en interne, quelqu’un s’était visiblement montré intéressé après qu’il ait été publié en interne puis en externe. Ca arrive plus fréquemment qu’on ne le pense. Je raconte cette histoire pour appuyer un point hyper important : ne jamais supposer, prendre de raccourcis sur les raisons qui mènent à une décision, dans la vie de tous les jours et encore moins ici. Si je n’ai pas été prise la première fois malgré 2 entretiens qui s’étaient bien passés, malgré mon expérience, malgré mes compétences, etc., tout ceci n’était pas dû à mon arrivée fraîche sur le territoire, ni à mon niveau d’anglais, ni à mon nom ou que sais-je, non ce n’était simplement pas le bon endroit ni le bon moment. Étant restée courtoise, ayant continué mes recherches, en mon âme et conscience, dans le respect de ce que j’ai toujours appliqué (et qui n’a quasiment fonctionné en France, je dois l’avouer), ici, ça a fonctionné. Les acadiens sont fondamentalement polis, courtois, respectueux, consciencieux. Ils vous diront ce qu’il en est. S’ils ne vous donnent pas les raisons qui mènent à une décision, sachez qu’il y a forcément une plus profonde que le simple « ils ne m’ont pas aimé », « ils ne veulent pas de français ». Suivant le poste auquel vous postulerez, ils auront justement besoin de ces compétences-là. Si vous les avez, si vous postulez au bon moment, si vous faites bonne impression et si vous êtes le meilleur candidat, tous critères confondus (et certains vous échapperont forcément, telle une candidature interne à la dernière minute), vous aurez le poste. Ne cherchez pas midi à 14h et tracez votre route. Vous n’avez pas un poste, ne rouspétez pas, chercher si Vous vous avez des failles, si vous pensez que oui, faites le nécessaire, si vous pensez que non, continuez votre chemin. Point super important et qu’il est primordial que vous preniez en compte : ils ont un besoin trop grand de gens compétents (et à priori c’est ce qu’on est toutes et tous, ici sur ce forum, puisqu’ils nous choisissent sur des critères qu’ils ont eux mêmes déterminé) pour se permettre de faire du « délit de faciès », croyez moi ! Si vous n’êtes pas pris quelque part, ce sera dû à votre attitude ou à des compétences qui ne collent pas, et là ils vous le diront. En parallèle, je vais rapidement parler de l’expérience de mon compagnon. Il créé sa société. Ça a commencé très très vite, beaucoup plus vite qu’anticipé puis ça a ralenti, presque plus qu’anticipé. Peut-être aussi que la vision a été faussée à cause de l’accélération non prévue. Il réussit à avoir des discussions intéressantes avec certains partenaires, il reste qu’on est dans une province pas franchement dynamique. Même s’il y a des gens de bonne volonté, il faut arriver à trouver les bons leviers, et tout peut rapidement prendre du temps et de l’argent. Il faut démultiplier les partenaires et les interlocuteurs pour ne pas se laisser facilement oublier dans un contexte de création de société innovante, qui détonne un peu avec la province, malheureusement. Il arrive souvent qu’on demande à mon compagnon « mais, pourquoi le NB », et ils sont surpris qu’il leur réponde en gros « et pourquoi pas ? ». Ca peut lasser, il faut pas mal de résilience, mais c’est l’une des qualités principales requises quand on monte sa boite, quelle qu’elle soit et où que ce soit. En résumé : ne pas toujours prendre pour argent comptant ce qu’on nous présente et toujours considérer qu’on est plus au pays de la tortue que de celui du lièvre. Après tout, on sait bien qui gagne à la fin dans la fable, croisons les doigts. Autre point que je voulais évoquer : on vit vraiment au royaume de la consommation. La majorité des magasins sont ouverts tous les jours. Tu trouves tout, dans toutes les formes, toutes les tailles, toutes les couleurs. On peut à peu près tout rapporter en magasin tout le temps (dans de bonnes conditions, bien entendu). Tu as changé d’avis, finalement tu ne veux plus le bleu mais le vert, pas de problème. Tu ne veux plus le pantalon mais un maillot de bain, pas de problème non plus. Ils commencent cependant à comprendre le principe de la surconsommation à outrance et du changement d’avis et il y a de moins en moins de remboursement possible, au profit d’échanges dans le même magasin. Mais attention, tout se monnaye. Et il faut toujours penser à ajouter la taxe (et les frais de port, le cas échéant, par ce qu’ici, la Poste c’est cher). À la banque, idem. Tout est possible, tout a un prix. Attention à l’utilisation des cartes de crédit, totalement différent de notre système français, là encore il me semble que ça a souvent été évoqué ici. J’ajoute l’esprit communautaire, qui détonne dans ce paragraphe mais qui a une importance énorme ici. Tant au niveau associatif que pour les levées de fond pour tout et partout. Tout le monde donne, riche comme pauvre, du temps, de l’argent, des idées. Il n’est pas rare qu’à la fin d’un achat on vous demande si vous voulez donner pour telle ou telle association aujourd’hui. Les enfants font des levées de fond pour leurs voyages scolaires et vendent des biscuits, des bons pour des pizzas. Très tôt on leur apprend l’économie, à être capables de vivre en société, l’entregent (beaucoup d’handicapés sont dans des écoles conventionnelles) et à être à l’aise pour parler en public. Mais sur ce point je laisserai des parents prendre l’écriture s’ils le souhaitent, je ne me sens pas assez légitime pour le relater. Pour en revenir à la Poste, ça me permet de faire un beau parallèle sur tous ces avantages cachés, sources de ronchonnages français et pourtant... Une lettre de 800g pour la France, c’est entre 40 et 50$ et en moyenne 15 jours par avion quand c’est 16,80€ pour 2 kg et moins d’une semaine dans l’autre sens. Avant de continuer, je me dois de préciser que tout bien calculer, le coût de la vie est à peu près d’1 euro en France = 1 dollar ici : tout cumulé et lissé (électroménager, nourriture, sorties, etc.) avec peut-être un coût de la vie un peu plus cher sur la nourriture (si on veut manger sain et équilibré - tout vient sous serre - et on a notre lot d’OGMs). Donc pas la peine de prendre vos calculettes pour calculer combien 16,80€ font en dollar, considérez, que ça fait à la louche 17$, on est loin des 45$ dans l’autre sens. À cela s’ajoutent les télécommunications. Avec des cellulaires qui ne fonctionnent que vers le Canada et les USA, SMS vers l’Europe tout de même, à 60$, en étant limité à 2 Go de données ça fait un peu mal quand même. Je ne parle même pas des offres résidentielles et professionnelles, on a prit qu’internet à la maison, on a pas de TV ni de téléphone. Et là, on dit un grand MERCI Free, grâce à qui on peut appeler pour avoir des nouvelles de son grand-père, opéré à cœur ouvert il y a 15 jours à 84 ans et les 20€ payés depuis juin pour 0 consommation ben finalement, on est content de les avoir payés, même si on surveille pour ne pas se faire bloquer sa carte SIM pour utilisation depuis l’étranger. Et que dire aussi de ces systèmes qui permettent, en gardant un compte bancaire en France et une carte visa pour une poignée d’euros par an, de commander sur Amazon et de faire livrer les cadeaux de Noël à sa famille ? Et oui, parce que sans compte Amazon.fr (relié à mon ancien numéro de portable français) et carte visa française, tout ne se serait pas passé en un clic et m’aurait coûté beaucoup plus d’argent. Ce n’est pas forcément possible, ni rentable, dans l’autre sens. Parce que oui, on ne va pas se mentir, l’un des manques qui se fait le plus ressentir (outre la bouffe, ça c’est unanime, mais je crois qu’on y est tous préparés !) c’est celui-ci. Les proches, la famille, les amis. Il y a les avions, mais ça coûte, ça prend du temps, de l’organisation et on a pas autant de vacances ; et internet mais la liaison est aussi chère, pas toujours bonne et ça ne remplace pas. En contre partie, on se fait de nouveau amis. D’ici et d’ailleurs, qui ont le même vécu que nous ou pas. Parce que les acadiens sont accueillants. On ne peut pas encore dire que c’est fait de vrais amis sur qui ont peut compter en cas de coup dur, mais on a de très bonnes connaissances, on sait qui contacter si on a une question, un problème, si on veut sortir, des gens qu’on a invité à souper avec plaisir, qu’ils parlent français, anglais ou chiac. Et puis, on gagne vraiment en qualité de vie au quotidien. La vie est plus zen, dans tous les sens du terme. On s’emmitoufle 10 minutes avant de sortir notre poilu, même juste pour le dernier pipi avant d’aller au lit, pour se protéger du froid et de la neige. On marche lentement pour ne pas glisser, les trottoirs sont rarement déneigés alors on partage la route avec les automobiliste, ce qui force tout le monde à être plus attentif et à faire doucement, à être respectueux de l’autre. D’ailleurs, pour l’anecdote, certains passages piétons consistent en un bouton à presser pour faire s’allumer des lumières et faire arrêter les autos, j’en ai un sur l’une des grandes artères qui me ramène chez moi, et il faut régulièrement déneiger le bouton car avec les montagnes de neiges accumulées sur les bas-côtés, il aurait vite fait de disparaître ; pour l’instant il est enrobé de neige, j’ignore qui le nettoie, mais je n’ai pas encore eu de surprise, il est toujours accessible et bien visible. Est-ce que ce sont des piétons qui le nettoient, les « chasse-neige » (je doute qu’ils aient la délicatesse de s’arrêter pour faire ça, quand on voit les croisements), la Mairie, ... un jour peut-être, je saurai. On a moins de vacances mais autant de jours fériés (d’ailleurs les canadiens sont plus intelligents puisque les jours fériés tombent principalement des jours de semaine et pas à des dates, du coup, ça tombe rarement des dimanches et au pire on récupère). On apprend à vivre moins vite au quotidien. On ne quitte pas le travail après 17h. Les magasins sont ouverts presque tous les jours (certains 24/24) mais personne ne crie au scandale, c’est bien pratique pour faire ses courses et si certains veulent travailler en décalé, tant mieux. La Poste est en grève tournante et impacte une ville différente chaque jour mais au moins ça n’empêche pas l’économie de tourner et ça ne met pas le pays dans le rouge. On peut parler en français, en anglais, comme on veut. Et on a moins peur de se lancer en anglais, vus les accents ici, il n’y aura personne pour vous reprendre, tout le monde fait l’effort d’essayer de comprendre l’autre (on ne me reprend quasiment jamais sur mon accent, comparativement à l’Ecosse ou l’Irlande). On peut sortir en jogging, en legging, les cheveux en bataille, tout le monde s’en moque pas mal ici. L’équité est davantage de mise aussi, ça a ses avantages et ses inconvénients, mais je vous laisse le découvrir, un peu de suspens ne nuit pas :o). On a beau dire, mais tout ça on ne s’en rend compte que quand on s’est retrouvé « le c** entre deux continents (2 minimum) ». J’ai la chance d’avoir immigré 3 fois. Je l’avoue, j’en profite et j’en fait profiter qui veut. Celles et ceux qui n’ont pas besoin d’astuce n’ont qu’à passer leur chemin. J’ai plein de choses à apprendre moi aussi, et à mon sens, c’est ça l’immigration : avoir le goût de s’adapter et d’apprendre (bilatéralement), encore et toujours, même si ce n’est pas tous les jours facile de se sentir différent, après ça... Pour terminer, je souhaiterais porter à votre attention qu’à graviter au milieu d’immigrant d’autres pays, on apprend que pour beaucoup, les démarches, quand ils (elles) sont arrivées, prenaient plus de 5 ans. Tous les délais s’allongeant, je ne veux même pas savoir ce que donnent les délais pour les vietnamiens, les colombiens ou encore les brésiliens qui commencent leurs démarches aujourd’hui. Sans vouloir être nombriliste, me suivra dans ce raisonnement qui voudra... Bon voyage à celles et ceux qui en auront l’occasion et bonne continuation et celles et ceux qui ont déjà commencé leur périple ?.
  41. 1 point
    http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/divers/TAB_Frais_FR_2019.pdf Augmentation des droits exigibles pour les services du Ministère À compter du 1er janvier 2019, les droits exigibles pour les services du Ministère seront augmentés . Veuillez consulter le tableau ci-dessous pour connaître les nouveaux montants.
  42. 1 point
    crazy_marty

    Le CDI n'existe pas au Québec

    Longer les murs? Ben pourquoi donc, si tu fais la job pour laquelle tu as été recruté, je vois pas de quoi tu devrais avoir peur. Tsé c'est trop facile de croire que c'est un plaisir pour un manager ou un patron de virer des gens. Et qu'il le fera sans absolument aucune raison juste parce qu'il aime pas ta face - certains peut être - des abrutis y'en a partout à tous les niveaux - mais arrêtons la généralisation "communiste" du méchant patron contre les gentils employés parfaits et innocents. On oublie aussi trop rapidement que cette flexibilité du marché du travail permet aussi aux employés de partir d'eux mêmes très facilement. Donner un préavis raisonnable veut tout et rien dire, on peut vouloir donner deux semaines (la "norme") mais j'en ai aussi connu qui ont posé leur démission le matin et ont commencé leur nouvelle job le lendemain. Toute façon j'ai jamais compris cet intérêt absolu pour le CDI, cette volonté de rester à la même place toute sa vie. La meilleure façon de devenir frustré.
  43. 1 point
    Merci pour l'article ! Interressant, en effet grande mascarade, le gouvernement canadien etait au courant... Aucun interet alors d'accueillir des fortunes etrangeres, si ce n'est d'offrir des années gratuite a 50k$ aux étudiant etrangers.. Si a la limite une maison vendue ? quoi que quand les enfants auront fini les études apres les avoir grattées, elle vendra la maison avec 10 milions dans la poche et retournera en Chine bravo.
  44. 1 point
    Ça me rappelle une fois quelqu'un qui me klaxonner derrière sur une rue a 30k/h (zone scolaire) que j'emprunte chaque matin pour aller au travail, ça a duré 2 a trois minutes avec des doigts d'honneur et tout ce que tu veux, il me dépasse, accélère se fait arrêter par la police minutes après. C’était une des plus belles journées de lundi que j'ai eue.
  45. 1 point
    Tu nous saoules http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/778165/patients-quebecois-soins-ontario-hopital-general-hawkesbury
  46. 1 point
    Aujourd'hui c'est du Québec que je fais mon bilan de notre 1ère année! Il y a 6 mois en faisant mon bilan, j'avais conclu par : Rendez-vous dans 6 mois pour voir où la vie nous a menée ;) ça n'était pas anodin car depuis novembre 2016 mon mari était en discussion pour un poste dans une start up (ou entreprise en démarrage pour les francophones absolus) située dans la ville de Québec! Si le délai pour commencer le boulot a été long (il a commencé à mi-temps depuis l’Ontario mi-mai et nous sommes arrivés à Québec que depuis 3 semaines) le recrutement a été assez étonnant: pas de réel entretien d'embauche, plus des discussions par téléphone genre "échangeons nos idées", salaire majoré par rapport à la demande de mon mari (car il n'y a pas d'avantage sociaux dans la start up), etc... Mais revenons en au déroulé de cette année et à nos impressions. Août 2016: 4m3 plus les vélos de nos enfants sont chargés dans un camion, 2 semaines plus tard nous atterrissons à Toronto avec notre chat. La journée de notre arrivée durera plus de 25h sans sommeil, nous ne remercierons pas Air Transat pour les 2 heures de retard, mais heureusement que l'administration canadienne est au top, la validation de notre résidence permanente et la création de nos NAS seront faites rapidement, le chargement de la voiture de location sera plus délicat, avec 10 valises, 5 valises cabine, les trottinettes et le chat il restera quand même suffisamment de place pour que nous n'ayons pas à abandonner un enfant sur le parking de l'aéroport (ça aurait fait un peu mauvais genre ). La sortie de l'aéroport avec une voiture hors norme (pour moi) (GMC Yukon XL) qui vibre de tous les côtés et qui me semble ne pas rentrer sur une seule voie de l'autoroute restera un moment immémorable! Nous avons alors 1 semaine pour s'adapter à notre nouveau lieu de résidence, préparer la rentrée scolaire et profiter un peu! Septembre 2016: Mon mari commence à travailler à l'école francophone, nous recevons nos meubles et je vais à Montréal récupérer notre container. Notre vie s'installe doucement malgré quelques déconvenues (pour acheter une voiture il faut un permis de conduire Ontarien et pour avoir un permis de conduire ontarien il faut un document de la préfecture française). Les enfants vont à l'école avec le sourire et nous nous promenons un peu dans les alentours. C'est aussi le moment où nous découvrons la démesure de certaines choses: les poids lourds, les supermarchés gigantesques (Costco, mais aussi certains Walmart), le nombre de fast-food sur un bloc, l'impression de conduire à côté de Monster Trucks, les distances, le gobelet de café Tim Horton (porté en tout temps, abandonné n'importe où!). Octobre 2016 Mon mari part en congrès à Québec pour son ancienne entreprise, il y rencontrera celui qui deviendra son employeur quelques mois plus tard. Nous avons notre première rencontre avec les enseignants de nos enfants, le choc est assez impressionnant, notamment pour notre plus jeune qui est au jardin (dernière année de maternelle pour la France). On ne lui demande pas de réussite scolaire mais juste de prendre plaisir à venir à l'école. Avec le recul et la rentrée en 1ère année de passé, je pense que ça a été une réussite, alors qu'il était écœuré (au sens français du terme) d'aller à l'école lorsque nous avons quitté la France, ce matin il nous a lâché la main et a suivi ses amis sans se retourner (pourtant il est dans une nouvelle école). Ce même mois je commencerais les cours d'anglais offert aux nouveaux arrivants, j'y rencontrerai ma petite gang de copines non francophones, je découvrirais le talent et la gentillesse de Sherrie mon enseignante d'ESL. Doucement au cours du mois les températures vont commencer à baisser, les arbres changeront de couleurs et nous commencerons à sortir des souliers et des habits plus chauds. A la fin du mois, les enfants et moi embarquerons pour une journée à Toronto afin de visiter le ROM, nous avons la chance que les journées pédagogiques du conseil scolaire francophone ne tombent pas les mêmes jours que celles des conseils scolaires anglophones, ainsi le musée est quasiment vide et nous pouvons en profiter pleinement. Novembre 2016 Notre vie ici commence à entrer dans une sorte de routine, nous avons fini de nous re-équiper, nous avons notre train train quotidien, l'école, les cours d'anglais, etc... Nous continuons cependant à découvrir des différences entre notre ancien et notre nouveau pays, comme par exemple les costumes pour Halloween (qui ne doivent pas avoir de connotation ethnique) ou les différences d'éducation (notre fils de 5 ans a déclenché l'alarme de l'école, ce qui a entraîné l'évacuation de celle ci et l'intervention des pompiers. Le lendemain je l'ai amené s'excuser auprès des pompiers et auprès de la directrice de l'école. j'ai bien compris après coup que ça n'était pas ce qui est demandé aux enfants ici) . Les arbres près de l’école se pareront d'or et les températures seront tellement douces jusqu'au 18 novembre que notre première neige le lendemain nous surprendra! La ville et les magasins prendrons les couleurs de Noël, nous continuons doucement de découvrir notre région (ci dessous, le Waterloo Region Museum) Fin novembre nous obtiendrons notre dernier sésame: nos cartes de santé! Fini les 3 mois de carence, fini de ne pas être couvert en cas de maladie ou d'accident! Ça tombera bien car 3 jours plus tard j'en aurai besoin! C'est aussi à ce moment que la possibilité d'un emploi dans la start up à Québec est présenté à mon mari. La personne lui promet de le recontacter rapidement, nous avons hâte d'en savoir plus! Décembre 2016 Le mois de décembre nous permettra de découvrir la neige. Non pas que nous n'en avons jamais vu, mais il y a une différence entre la voir et la vivre. Il y a aussi le froid et surtout le vent! Tu découvre à ce moment là l'importance du choix de ta tenue d'hiver, que ton manteau long est un choix judicieux, que même si tu n'aimes pas porter un bonnet, c'est juste indispensable et que l'utilité des bottes d'hiver n'est pas une légende (mes fesses se rappellent encore de mon vol plané en Doc Martens sur la glace ) J'ai aussi découvert que parfois tu ne peux plus ouvrir tes fenêtres car elles sont prises dans la glace, nous découvrirons d'ailleurs à cette même période que le système de chauffage de notre immeuble est complètement obsolète et nous nous retrouvons avec une facture de plus de 350$ pour 1 mois de chauffage (pas particulièrement froid en plus) et en ayant froid dans notre appartement de 77 m²! Je découvre aussi les joies de l'équitation sous la neige le temps d'une promenade avec ma professeur d'anglais et une amie brésilienne (oui, c'est bien un mouton sur la photo) A l'heure des vacances scolaires, nous avons choisi de ne pas aller en France, mais de partir après Noël pour 4 jours dans l'outaouais. Nous y retrouverons une famille française en cours d'immigration pour Gatineau, un beau moment passé tous ensemble! N'ayant pas de nouvelles pour l'emploi à Québec, mon mari profite des vœux de Noël pour relancer en délicatesse la personne, nous apprenons ainsi que le projet a pris un peu de retard mais que nous aurons vite des nouvelles! la fin de l'année 2016 se terminera par une déception: nous ratons l'heure limite pour l'inscription sur les listes électorales et nous ne pourrons donc pas voter aux présidentielles... Janvier 2017 En ce début d'année et après avoir fait un bilan de nos finances, nous réalisons que notre installation et notre vie ici nous coûtent beaucoup plus cher que ce que nous avions budgétisé (nous étions pourtant parti avec beaucoup plus d'argent que ce qui est demandé par CIC), notre chauffage nous coûte bien trop cher et pour le moment seul mon mari travaille. Je décide de cesser mes cours d'anglais afin de tenter de relancer mon activité de création. Comme les enfants et mon mari sont à l'école toute la journée, nous choisissons de stopper le système de chauffage fourni par notre immeuble (une clim réversible dans le salon et une dans une des chambres plus une plinthe chauffante dans la cuisine) et achetons un petit radiateur à bain d'huile. La journée je le rapproche de moi dans ma partie atelier, la nuit il va dans la chambre des enfants. Finalement nous aurons presque moins froid ainsi qu'avec la clim réversible pour un coût moindre. La majorité du mois sera consacrer à mettre en place des stratégies pour s'en sortir financièrement: inscription à des marchés, activation de la vente de notre 2éme voiture en France, relance d'administrations françaises pour régulariser un dossier qui traîne. A cette même époque j'ai attrapé tous les virus qui passaient par là! Bref janvier ne sera pas le meilleur mois de notre immigration Février 2017 Je déciderais ce mois là de prendre un emploi en dehors de mon activité, une amie m'avait proposé de me faire rentrer chez Costco en tant que démonstratrice, mais finalement ce que je pensais être mon boulet au pied sera ma bouée de sauvetage: ma francophonie! J'ai tenté de postuler ailleurs mais entre ceux qui se mettent à parler anglais à toute vitesse et sans articuler et ceux qui font mine de ne pas t'avoir entendu, j'ai vite compris que mon anglais n'est pas à la hauteur Finalement je rejoindrais toute ma petite famille à l'école francophone! Cette période sera aussi plus axée vers du tourisme d'hiver: Bayefield par -15°C Puis les chutes du Niagara par +15°C La proposition de poste à Québec avance enfin, mon mari doit envoyer une présentation en rapport avec le projet. Une fois cette présentation envoyé nous revoilà dans le noir total... Mars 2017 Un mars et ça repart? C'est quasiment ça! Avec le mois de mars est arrivé mon premier salaire et on peut dire qu'il a fait plus que du bien! Devant nous rendre à Montréal durant la semaine de relâche, mon mari relance le boss de la start up, il ne peut le rencontrer à ce moment, mais nous aurons des nouvelles bientôt... Mouais, le refrain commence à être lassant... La semaine de relâche arrive, elle va nous permettre de souffler tous les 5. Nous avions décidé de nous rendre à Montréal afin de visiter des amis français en vacances sur place, ainsi que des amis vivant sur place. Départ avec 15-16°C au thermomètre, nous avions prévu les affaires de neige car nous savions qu'elle était attendu, nous ne pensions cependant pas avoir la grande tempête! Elle nous aura permis de découvrir les joies du pelletage, d'expérimenter les enseignements de ma prof d'anglais pour se sortir de la neige en auto et de profiter du parc Jean Drapeau vide! De retour en Ontario, j'attaque une période de 3 marchés pour mon activité de création, malheureusement le nombre de vente sera trop insuffisant pour permettre d'accorder plus de temps à cette activité en rapport avec mon travail à l'école. Les gens ont eu l'air d'aimer mes produits, mais pas assez de vente... Je décide donc de mettre mon activité entre parenthèse afin de me consacrer à mon travail à l'école, afin de remettre les finances le plus possible au beau fixe. Lors d'un de ces marchés j'ai eu l'occasion d'être avec des femmes Mennonites, de les voir travailler sur des patchworks immenses, ensemble, avec une coordination et une harmonie impressionnante. Le calme qui se dégageait de ce groupe de femmes était loin de la superficialité des groupes d'étudiantes que l'on peut croiser dans une ville universitaire. Nous avons retrouvé ce calme en visitant une érablière avec la classe de mon plus jeune. Avril 2017 Les enfants et moi avons pris des billets pour nous rendre en France durant l'été, les grands-parents se faisaient pressant mais mon mari hésitait car il espérait ardemment trouver un emploi dans son domaine, son contrat à l'école avait été prolongé jusqu'aux grandes vacances, il pouvait prétendre au chômage si il restait au Canada pendant sa recherche. Nous profitons des jours qui rallongent et des températures plus douces pour nous promener. La fin du mois approche, toujours pas de nouvelle du poste dans la start up, les autres applications de mon mari ne donnant rien je le convaincs de venir avec nous en France en juillet. Nous nous mettons en tête de refaire une année de suppléance à l'école histoire de se poser un peu, d'améliorer notre anglais et avant de reprendre une recherche plus active dans les sciences. Et bingo, sitôt les billets achetés, voici le patron de la start up qui contact mon mari en lui disant que le financement était bouclé et de savoir quand il pouvait commencer Comme ça, brut de brut, un truc à faire un arrêt cardiaque! Mai 2017 C'est ainsi que les discussions sur le contrat ont commencé à avoir lieu! La date de démarrage étant avant celle de fin de l'école et mon mari ne souhaitant pas laisser ses élèves avant la fin de l'année, un accord est trouvé avec la direction pour travailler 3 jours par semaine, un premier déplacement est programmé pour fin mai, le projet de départ se concrétise assez violemment d'un coup. Et là je réalise que je ne suis pas prête! J'avais prévu de visiter plein d'autres choses en Ontario, de consolider mes amitiés, de profiter un peu... Ma fille aînée ira avec l'école à Toronto afin d'assister à un prix littéraire Nous irons en famille au point le plus au sud du Canada, à Pointe Pelée. Nous sommes sur un petit nuage rose, les enfants sont ravis (ils n'ont pas accrochés avec l'anglais), mon mari aussi et je dois avouer que de partir vers de nouveaux horizons me tentent bien. Et nous voici fin mai, je pars avec mon mari pour nous trouver un logement pour le mois d'août, je redécouvre Québec, une ville que j'avais détesté 3 ans auparavant. Je visite 12 logements en 2 jours, en revisite un seul avec mon mari, c'est un coup de cœur pour ce bas de triplex, mais aussi pour un quartier: Limoilou! Juin 2017 Le mois où tout a bien failli tourner au cauchemar! Nous ne sommes pas revenus depuis 2 jours qu'un incident se produit à l'école: suite à un mouvement de colère d'un élève, mon mari l'attrape pour l'écarter du groupe, suite à cela des élèves viennent me voir pour me demander si il est vrai que mon mari frappe les élèves , je fais remonter l'information et en parle à mon mari. L'élève est questionné par deux adultes de l'école et il explique ce qui s'est réellement passé, ôtant tout accusation du dos de mon mari. Le lendemain midi, un autre adulte convoque l'enfant qui, en ressortant, a changé de version! La directrice de l'école prend les mesures nécessaires, effectue une enquête auprès des autres élèves de la classe et lève les soupçons. Or l'adulte ayant incité l'enfant à mentir n'en démord pas! Heureusement que la direction a levé le doute car sans cela et sur uniquement le principe de rumeur, mon mari se serai trouvé inscrit dans le fichier des enseignants ayant eu des troubles avec des élèves (autant dire qu'il n'aurait jamais pu retravailler avec des enfants par la suite!). Le mois sera consacré aux cartons, aux anniversaires de nos deux plus jeunes, aux graduations et au milieu de tout ça nous avons réussi à caser un mini WE entre Toronto et Niagara Falls. Juillet 2017 Notre voyage en France sera principalement source de joie et de bonheur en famille et entre amis, mais quelques mots durs prononcés à notre encontre viendront le noircir. Nous découvrons certaines personnes différemment après cette année loin d'eux et cela peut-être très décevant. De retour et afin de ne pas saturer les enfants avec le déménagement à venir, je les amène à Tobermory et Flower Pot Island Nous voici rendu en août 2017, le déménagement est prévu pour le 4 du mois! Je conduirais le camion et mon mari la voiture avec 3 enfants et 2 chats. Nous ferons un arrêt de 2 jours à Gatineau chez les amis rencontrés grâce à ce forum où nous profiterons de la nature et d'un temps de répit dans la frénésie des derniers jours et en prévision de celle des jours à venir. L'arrivée à Québec se déroule sans encombre, chacun trouve sa place dans notre nouveau logement, nous avons plus que doublé notre superficie habitable et c'est plus vivable au quotidien. Nous prenons plus de temps pour nous, même si le nouveau travail de mon mari est exigeant et assez chronophage, le fait qu'il travail certain jours depuis notre maison aide bien. Nous avons eu aussi notre première visite depuis la France, la tante et les cousines de nos enfants sont venus 3 jours sur Québec et cela fait du bien! Le bilan de cette première année: les plus: - le non stress du quotidien, hormis les gros soucis, le reste de la vie est assez calme. - la facilité dans la plupart des démarches. Ayant eu à faire avec les administrations Ontariennes et Québécoises, cela n'a rien à voir avec les administrations françaises. Même lorsque l'école de Québec nous a téléphoné pour nous dire que finalement il n'y avait pas de place pour nos enfants, c'est elle qui s'est chargée de trouver une autre école et de transférer le dossier. - la qualité des services et l'efficacité des gens: bien évidement dans un restaurant c'est lié à l’attribution des pourboires, mais lorsque des travaux de grandes envergures ont lieu devant chez nous (type de travaux que nous avons subit également en France) et que ces travaux commencent le jour annoncé (et pas 2 semaines plus tard), que les ouvriers sont efficaces et organisés et que le chef de chantier te retrouve tes poubelles perdues par un de ses collègues, tu te dis que certains devraient en prendre de la graine! - l'ouverture à d'autres types de culture. - niveau professionnel, l'aspect collaboratif, l'absence de hiérarchisation à l’extrême. - la bienveillance vis à vis des enfants. les moins: - le coût de la vie dans le sud de l'Ontario - les difficultés administratives dû à un état fédéral, nous sommes obligés de refaire tous nos papiers (permis, carte de santé, etc...) en changeant de province - le fait de vivre et travailler dans la communauté francophone en Ontario qui ne nous a pas permis de faire autant évoluer notre anglais que nous le souhaitions. - En Ontario, ne pas donner sa chance à un non anglophone (avant même un entretien d'embauche). - l'absence de rigueur dans l'éducation des enfants - la culture du "procès", se voir menacer de procès par un gamin de 10 ans c'est assez choquant! - les gobelets de café partout, mais surtout les gobelets vide au milieu des rayons des magasins Le ressenti global de cette année est qu'elle nous aura permis de nous découvrir autrement, elle nous aura fait sortir de notre zone de confort, elle nous aura appris beaucoup sur nous même. Cette première année d'immigration aura été un véritable voyage vers qui nous sommes réellement. Au bout d'un an nous ne sommes plus étonnés de la taille des poids lourds et de la largeur des autoroutes, de manger à 18 h, de voir des ratons laveurs écrasés sur le bord de la route, de croiser des oies sauvages en train de se promener sur la route (au point de bloquer la circulation), de voir des canards dans le ciel, des écureuils partout et des papillons en plein ville. Il nous reste tant à découvrir! (Merci de ne pas utiliser nos photos sans nous en demander la permission)
  47. 1 point
    kabi

    Gatineau plus attrayante qu'Ottawa

    Je la nomerais la ville stratégique pour les immigrants fraichement débarquant au Camada: Gatineau. C'est la seule région ou on passe d'une province francophone à une autre Anglophone ou vice versa, en traversant un pont. Pour ceux qui ont encore de la misère avec leur niveau d'anglais et qui préfèrent commencer par la province de Québec c'est donc un choix judicieux, Et enfin les résident de la région bénéficient de l'attrait du travail avec le gouvernement du Canada qui est le 1er et grand pourvoyeur de job dans la région. Mise à jour le jeudi 19 mars 2009 à 17 h 11 Gatineau semble plus attrayante que sa voisine Ottawa aux yeux des nouveaux arrivants. C'est ce qui ressort d'un rapport sur l'immigration dévoilé jeudi par la Fédération canadienne des municipalités (FCM). La FCM note que les nouveaux arrivants s'établissent pour la plupart d'abord à Ottawa, mais plusieurs d'entre eux déménagent par la suite à Gatineau. Entre 2001 et 2006, Ottawa a perdu près de 8 % de sa population immigrante, alors que Gatineau a connu une augmentation de près de 10 %. Selon l'organisme, ce n'est pas un phénomène exclusif à l'Outaouais. Partout au Canada, les immigrants sont de plus en plus nombreux à aller s'établir dans des plus petits centres. « Mais aussi, les familles des immigrants sont en moyenne plus grandes que les familles non immigrantes. Alors, leurs besoins ne sont pas satisfaits dans les villes, où on trouve les condos, qui sont abordables, mais petits. Alors, cela a du sens qu'ils trouvent dans les banlieues les maisons plus larges, plus abordables. Ça peut expliquer le phénomène », soutient le chef de la recherche à la Fédération canadienne Source: http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2009/03/19/006-immigration-ottawa-gatineau_n.shtml]
  48. 1 point
    Salut, Oui il y a des organismes qui s'occupent des nouveaux arrivants comme le service intégration travail Outaouais (SITO) www.sito.qc.ca. Ils ont un hébergement provisoire dont le prix est compétitif. Tu as aussi le carrefour jeunesse empli de l'Outaouais (cejo.qc.ca). L'anglais est très important. Les anglophones sont présents dans cette région du Québec depuis longtemps. Il n'y a pas que des anglophones venant de la province voisine. Côté ontarien, Ottawa tu peux te rapprocher du centre des services communautaires vanier (www.cscvanier.com). Tu auras un accueil en français de la part des franco-ontariens (cours d'anglais, emplois etc...) tant pour Ottawa que Gatineau puisque c'est la même agglomération.
  49. 1 point
    Bonjour wangari. La ville de Gatineau est divisée en trois sous-ville : gatineau, hull, Aylmer. Gatineau est considéré comme abordable, sincerement je naime pas la qualité des gens qui y habitent. Hull me semble être lendroit par excellence car cest vraiment central et il y a trois quartier que je recommande pour les jeunes familles. (Plateau de Hull, manoir des trembles et les hautes-plaines). Ce sont trois quatiers avec piste cyclable, a coter de la montagne de gatineau, creche, parcs, plage su parc moussette et du lac lemay etc. tout ce quil faut pour les familles. sinon un peu plus loin il y a Aylmer que jaime beaucoup, avec la nouvelle autoroute ca se voyage bien en 15 minutes on est au centre-ville dottawa. ( il y a la marina daylmer, la plage, la voile etc.) Pour les prix de location il y a cité des jeunes ou cest vraiment moins cher sinon le vieux hull ou gatineau. il y a des sites comme logiequebec, propriodirect (section location) et le site de luniversite du quebec en outaouais (uqo). Jespere vous avoir donné quelques pistes interessantes. a bientot
  50. 1 point
    kovacs

    expérience d’immigration à Gatineau

    Alors moi perso, je connais des gens sur place donc évidement c’est avantageux ... J'avais aussi pensé m’installer dans un premier temps au YMCA d’Ottawa parce que c’est simplement plus pratique … mais je sais qu’il y a également des assos qui ont peut être des solutions plus adaptées genre http://www.apo-qc.or...te/apo_serv.php ;-)


  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?
    Sign Up
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines